AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Andere und ich...



Andere und ich...

 :: Contexte :: Demandes :: Zone de liens Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
(#) Lun 21 Mar - 14:17
30 ans ✖️ Fossoyeur ✖️ Sportif ✖️ Malade
Constantine MEYER
AVANT TOGI

Constantine Nikolaus Dieter Meyer est né en Allemagne, un 31 décembre plus exactement, à Berlin où vivent ses parents, juste avant que ceux-ci décident d’aller s’installer en France. Dès le plus jeune âge, il refuse d'apprendre à parler allemand et se concentre sur la langue française dans l'espoir d'exaspérer ses géniteurs qui tentent tant bien que mal de lui forger une éducation saine et assez stricte, et de lui inculquer des valeurs et une culture variées.
Finalement, il parle bientôt aussi bien le français que sa langue d'origine, avec néanmoins quelques petites lacunes et un fort accent allemand quand il parle d’autres langues. Pourtant, en général, c'est un gentil garçon qui ne fait pas de mal à une mouche. Toujours présent pour aider le moindre de ses petits camarades, et très bon à l'école, il est apprécié de ses professeurs et de la majorité de son entourage... Jusqu'à l'école primaire où il vit ses premières moqueries, harcèlements et délaissements qui en feront plus tard un garçon solitaire.
A l’adolescence, deux chemins s’offrent à lui : faire les études qu’il veut ou collaborer avec son père pour pouvoir reprendre sa grande entreprise de fabrication de garnitures mécaniques, de pompes et de vannes, « Meyer Corp. » quand il en aurait l’âge. Mais détestant son père à cause de la pression qu'il lui met vis-à-vis de cette ambition, et se faisant, pour cause, suivre par un psychologue qu’il déteste tout autant, Constantine décide de se lancer dans des études totalement différentes. Il fait une formation pour devenir fossoyeur ! Pourquoi ce métier alors qu’il est éprouvant et pas forcément bien payé ? Tout simplement pour contredire son père, puis parce que les morts se taisent et que les cimetières sont les lieux les plus reposants qu’il connaisse. D’autant plus qu’à cause de son état psychologique quelque peu bancal, il préfère côtoyer le moins d’être vivants possible et rester seul et tranquille. Il faut dire qu’au moins, il peut continuer à parler tout seul sans être pris pour un fou…
Il exerce son métier en France et en Allemagne, puis décide de se tourner vers des pays plus éloignés – histoire de voyager – comme la Russie ou encore le Japon. C'est d’ailleurs vers ce dernier pays que Constantine va s'établir pour un long moment. Pourquoi ? Il a entendu parler de cette fameuse île de Togi réputée pour être habitée par des êtres étranges appelés « hybrides », des êtres issus d’expériences mélangeant des humains à des animaux ou toute autre espèce vivante sur Terre. Curieux, il fait en sorte d’y être transféré et se retrouve aujourd’hui, valises en main, aux portes de l’île, prêt à continuer sa vie.

ARRIVÉE A TOGI

Ce qui est révélé à propos de Constantine depuis son arrivée à Togi peut paraître complètement fou. Pourtant, c’est la stricte vérité. D’abord, ce n’est pas seulement la curiosité qui l’a poussé à quitter l’Europe pour vivre ici. Une menace pèse sur lui depuis bon nombre d’années, depuis qu’il s’est découvert une double personnalité à cause de sa fragilité mentale. Et cette menace, c’est son père, Nikolaus Meyer. Un homme arrogant, détestable, cupide. Ils n’ont en commun que leur ressemblance physique. Ils se détestent mutuellement. L’un voudrait faire interner l’autre pour ruiner sa vie. L’autre voudrait seulement vivre en paix sans plus avoir à entendre parler du premier. Mais c’est plus compliqué que ce qu’il n’y paraît. Enfin, commençons par le début.
A la base, Constantine vient vivre à Togi pour fuir son père. Il ne compte pas faire de rencontre, ni accueillir le moindre hybride chez lui. C’est quelqu’un de solitaire et surtout, il évite de côtoyer les gens à cause de son autre personnalité. Pourtant, peu de temps après son arrivée, il prend pitié d’une hybride Neko nommée Ikko qu’il accepte de loger en échange de ses services. D’un regard extérieur, rien de bien anormal jusque-là. Pour lui, c’est quelque chose de nouveau, il se demande si c’est une bonne idée. Le courant passe bien entre eux, la jeune Neko prend peu à peu confiance. Tout aurait pu se passer à merveille si Constantine n’avait pas fait une crise. C’est en hiver 2032, peu avant le Nouvel An, qu’il l’attaque sans raison et lui ôte la vie alors qu’elle cherche simplement à l’aider. Anéanti, Constantine l’enterre en cachette au cimetière dans lequel il travaille. Et il se dit que plus jamais il n’achètera d’hybride. Il est trop dangereux, il pourrait refaire une bêtise.
Seulement voilà, le destin en a décidé autrement. Six mois plus tard, il fait la rencontre de Roy, un mafieux qui s’est fait attaquer dans le cimetière. Acceptant de cacher le corps de l’agresseur, Constantine se lie malgré lui à cet homme, ainsi qu’à son esclave, Sofia. Roy et lui finissent par devenir amis, et il apprécie peu à peu la jeune hybride. Encore une fois, c’est une situation que le fossoyeur n’a jamais vécu. L’amitié est un terme qui lui est totalement inconnu mais il finit par l’apprécier. Malgré la situation de Roy, il a confiance en lui et l’estime beaucoup. C’est d’ailleurs la première personne en qui il voue sa confiance.
Malheureusement, le début de l’automne 2033 marque la fin d’une amitié qui aurait pu durer. Constantine apprend que Roy a perdu la vie. Il sait très bien qu’il s’est fait assassiner. Un mafieux meurt rarement si jeune de façon naturelle. Bouleversé, il s’occupe lui-même de refermer la tombe de celui qui a été son seul ami. C’est ce jour-là qu’il voit Kenichi pour la première fois, sans savoir que cet homme va être l’auteur de nombre de ses malheurs. A cet enterrement, Sofia est présente, abattue par la culpabilité de ne pas avoir su sauver son maître, et pose un ultimatum à Constantine : soit il la tue, soit il respecte la volonté de Roy et la garde comme esclave. Le fossoyeur se retrouve donc à nouveau avec une hybride à la maison. Sofia lui raconte ce qu’il s’est passé. Il tente de la rassurer comme il peut, atteint par la tristesse de la demoiselle. Dans sa tête, il accepte la présence de Sofia mais craint de refaire une bêtise comme avec Ikko.
Et il refait une crise quelques semaines plus tard. Heureusement, Sofia n’est pas présente à l’appartement parce qu’elle est chez Andrea, sa nounou. Constantine l’envoie souvent là-bas parce qu’au final, il ne se sent pas capable de vivre avec Sofia, de la rendre heureuse. Meyer n’arrange pas son état d’esprit. Il le monte contre la jeune hybride, essaye de lui faire croire qu’il ne la mérite pas, qu’il doit aller la chercher pour la punir. Tentant de résister, Constantine met son appartement sens dessus-dessous et finit par prendre conscience que s’il veut se débarrasser de Meyer, il doit se supprimer. Alors il se rend dans la salle de bain et se taille les veines avec son rasoir. Là, il se dit qu’avant de partir, il doit se rendre devant la tombe d’Ikko pour lui demander pardon. Affaibli, il sort de chez lui et s’en va à pieds. En chemin, il se perd en voulant prendre un raccourci. A bout de forces, il s’arrête dans une ruelle pour se laisser mourir. Meyer disparaît de sa tête.
Il aurait succombé si Sofia n’avait pas suivi sa piste en revenant de chez Andrea. Grâce à elle, il est sauvé et est envoyé à l’hôpital. Il font la rencontre de Cathy Kostas, une jolie et gentille infirmière qui prend Sofia d’affection et apprécie particulièrement Constantine. Ce dernier réalise ce qu’il a fait, le mal qu’il a infligé à Sofia en voulant fuir la vie alors qu’elle vient à peine de faire le deuil de son ancien maître. Il se rend compte qu’il tient à elle, qu’elle a changé sa façon de vivre et que ça ne lui est pas désagréable. Il veut continuer avec elle, lui promet de ne plus jamais recommencer. Leur relation change après cet événement. Ils sont plus proches, plus attachés l’un à l’autre. Mais quelque chose n’a pas changé : Meyer est toujours là.
Les semaines filent, l’automne continue et la fin de l’année approche. Une altercation a lieu dans un magasin de vêtements, entre une femme nommée Eileen, et Constantine. Assailli par de lointains souvenirs à un moment inopportun, le fossoyeur ne peut pas éviter le coup que lui donne Eileen. Témoin de la scène, Sofia se jette sur Eileen alors qu’elle porte encore son collier. Car la règle est simple : elle n’a pas le droit d’attaquer tant que son collier est toujours en place autour de son cou, et que son maître ne lui en a pas donné l’ordre. Ça finit à l’hôpital pour Eileen mais rien de grave n’est à déclarer. Une fois rentrés à la maison, Constantine explique à Sofia ce qu’il a ressenti à ce moment-là dans le magasin. Il lui raconte son aventure avec une certaine Severina, une jeune allemande avec qui il a fait une partie de ses études… et la première personne décédée par sa faute. Enfin ça, c’est ce qu’il croit. Car en vérité, il a effectivement été victime d’une crise et fait du mal à Severina. Mais elle l’a poignardé et s’est enfuie. Le lendemain, il apprend qu’elle s’est pendue chez elle. Même s’il ne l’a pas tuée de ses propres mains, il se sent responsable de sa mort.
Il demande à Sofia de l’aider, de ne plus le laisser s’emporter, de se maîtriser elle-même pour ne plus attirer les problèmes. Après ça, Meyer lui envahit encore la tête. Pour le faire taire, il décide d’aller se noyer dans la baignoire. Il remonte à la surface au dernier moment, se rend compte que ça a fonctionné. Pour combien de temps, il l’ignore mais il espère être tranquille au moins jusqu’à la fin de la journée. Ce jour-là, Sofia lui propose pour la première fois de l’aider à mieux vivre en allant combattre aux arène. L’idée ne plaît pas à Constantine qui refuse. Il sait que Sofia sait très bien se battre, qu’elle est la meilleure mais il ne peut pas s’empêcher d’avoir peur pour elle. Elle accepte sa décision à contrecœur. Le lendemain, la mauvaise journée de la veille est oubliée. Malgré tous ses efforts pour tenter de faire à manger à Constantine, Sofia échoue lamentablement. Après le récurage de la cuisine, il décide de l’emmener faire des courses pour cuisiner ensemble. Ils passent un bon moment, resserrent leurs liens.
Noël approche. Ils se rendent ensemble au Marché de Noël organisé par la ville. Puis ils vont passer du temps au bar dans lequel Constantine aime bien se rendre après une dure journée de travail. Là, les ennuis recommencent quand une bande de militaires bien arrosés cherche la bagarre. Si Constantine refuse de se battre, ce n’est pas le cas de Meyer qui finit par prendre le contrôle lorsqu’un militaire lui casse une bouteille sur la tête. C’est à ce moment-là que Constantine prend conscience de la façon dont Meyer peut surgir et prendre les devants. Il suffit simplement de l’assommer. La faiblesse d’esprit dont il fait preuve durant ce moment d’inconscience permet à Meyer de contrôler son corps. Avec l’aide de Sofia, ils gagnent la bataille. Et, contre la volonté de Constantine, Meyer emmène la jeune hybride dans une arène clandestine. Les combats se déroulent bien, ils remportent beaucoup d’argent. Meyer vole un baiser à Sofia. Ils rentrent à la maison. Constantine reprend le contrôle dès le lendemain au réveil.
Le 24 décembre 2033, ils passent le Réveillon de Noël ensemble. C’est la première fois pour l’un comme pour l’autre. Mais la journée se déroule bien. Ils cuisinent ensemble, s’offrent un cadeau. Sofia propose même de danser. Ils se rapprochent un peu plus. Elle lui avoue alors qu’elle est humaine, qu’elle veut continuer à vivre à ses côtés et fera tout pour le rendre heureux, ne jamais le décevoir. La nouvelle le choque mais il ne se séparerait d’elle pour rien au monde. Il est trop habitué à sa présence désormais. Et il l’aime beaucoup, même s’il n’en est pas encore conscient. Arrive le 31 décembre, jour des trente ans de Constantine. Il réalise qu’il ne sait pas quel âge à Sofia. Elle non plus n’en est pas sûre. Le seul qui la connaît bien et qui peut lui répondre, c’est Yoshikazu, le gérant du stand de Yakitori chez qui ils vont souvent manger.
L’année 2034 débute. Constantine en apprend un peu plus sur Sofia grâce à Yoshikazu. L’identité de Kenichi lui est également révélée. La journée passe puis… Constantine fait une nouvelle crise. Il suffit d’un détail, un détail de rien du tout, pour la déclencher. C’est la troisième depuis qu’il vit à Togi. Et c’est déjà beaucoup trop. Surtout que, malheureusement pour cette fois, Sofia est présente. Malgré le fait qu’il l’ait mise en garde, lui ait interdit de ne pas l’approcher et de rester dans la voiture le temps qu’il aille se calmer dans la forêt, elle désobéit, trop inquiète pour lui. Cela lui vaut de belles remontrances de la part de Constantine qui finit par perdre le contrôle et laisser Meyer sortir. Ce dernier, assailli par la haine, s’en prend à Sofia, autant physiquement que verbalement, et manque de la tuer en la faisant tomber dans une fosse. En essayant de la rattraper, il tombe aussi. Traversée à la hanche par une barre d’armature, elle perd peu à peu connaissance. Grâce au choc, Constantine revient à lui. Voyant Sofia proche de la mort, il réalise l’importance qu’elle a pour lui et ce qu’il éprouve pour elle, même si ce n’est pas encore tout à fait clair. Il l’embrasse en se disant que s’il n’arrive pas à la sauver, il lui aura fait comprendre qu’il tient à elle. Puis il appelle Cathy Kostas, l’infirmière qu’ils ont rencontrée à l’hôpital quand il a fait sa tentative de suicide. Elle accepte de les aider et parvient à sauver Sofia en l’opérant chez elle. Une fois remise, Sofia propose une nouvelle fois à Constantine de l’aider financièrement en allant combattre aux arènes. Il refuse une nouvelle fois, soumet l’idée de lui trouver un petit boulot. Sofia accepte.
Deux semaines s’écoulent. Ils parlent à Yoshikazu du futur travail de Sofia pour gagner un peu d’argent. Le cuisinier leur annonce qu’il va ouvrir son restaurant et il demande si Sofia veut travailler pour lui en tant que serveuse. La nouvelle convient très bien à la demoiselle. Le soir, alors qu’ils sont en train de préparer à manger, quelqu’un frappe à la porte de l’appartement. Et pas n’importe qui : Nikolaus Meyer accompagné d’une jeune inconnue blonde aux airs de prostituée. Nikolaus vient annoncer à son fils que sa mère, Wilhelmina Meyer, vient de décéder à cause d’une tumeur au cerveau. Très intéressé par l’idée que son fils puisse en être atteint aussi étant donné ses troubles psychologiques, il lui conseille d’aller faire des examens. Avant de partir, il lui laisse une lettre de la part de Wilhelmina. Même après son départ, Constantine gère difficilement sa colère. Heureusement, Sofia est là pour l’apaiser et lui propose de prendre un bain ensemble. Durant ce bain, la jeune femme lui montre ce qu’elle a récupéré dans l’enveloppe : une gourmette de naissance avec le prénom du fossoyeur gravé dessus. Constantine décide de la lui laisser.
Le lendemain, Sofia craque et avoue à Constantine qu’elle ne peut plus tenir et qu’elle a besoin de combattre. Il a toujours du mal à s’imaginer l’emmener à l’arène alors, en lui promettant d’y réfléchir, il lui propose de s’entraîner tous les deux. Il ne fait plus de sport depuis longtemps et, pour sa part, il n’a aucune technique de combat. Contente, Sofia lui demande en retour de lui apprendre à jouer au billard. Cette table de billard, c’est Roy qui l’a offerte à Roy le soir de leur rencontre. Ils y jouaient beaucoup quand le mafieux venait rendre visite à Constantine. Depuis sa mort, le fossoyeur n’y a plus touché. Il apprend donc à Sofia ce qu’il sait sur le billard, et ils font une partie. Le repas du midi arrive, l’après-midi passe doucement. Une journée banal en somme. Jusqu’à ce que Sofia, tout juste sortie de sa sieste devant les dessins animés, embrasse Constantine. C’est leur troisième baiser depuis qu’ils se connaissent. Pourtant, celui-ci est différent des autres puisqu’il est partagé. Désorienté par un mélange d’émotions qu’il a du mal à cerner, Constantine se pose plein de question au sujet de leur relation qui a beaucoup évolué depuis leur première rencontre. Le reste de la soirée s’écoule. Le lendemain, il part travailler en emmenant Sofia avec lui. L’après-midi, il l’emmène faire les boutiques pour lui acheter une nouvelle robe (puisque celle qu’il lui a offerte à Noël est fichue à cause de sa dernière crise). Dans le magasin, ils croisent la compagne de Nikolaus. Elle le met en garde à propos de son père qui ne repartira de Togi qu’après avoir obtenu ce qu’il veut. Sur le coup, Constantine ne comprend pas mais cette femme l’insupporte. Leur conversation est coupée court par le vigile qui s’en prend à Sofia qui sort du magasin alors que Constantine n’a pas encore payé la robe. En voulant la retenir, le vigile lui enlève son collier par mégarde. Sofia l’attaque, Constantine tente de l’arrêter mais elle lui grogne dessus. Mécontent, il l’attrape par le bras pour la calmer… et elle le griffe.
Ce moment marque la première collaboration entre Constantine et Meyer. En effet, dépassé par les événements, le premier laisse le second sortir pour arranger la situation. Ça ne se passe pas vraiment bien puisque Meyer prend la liberté de frapper Sofia. Constantine ne revient à la raison que lorsqu’ils ont rejoint la voiture. Arrivés à l’appartement, la demoiselle s’enferme dans la chambre et refuse d’en sortir. Déboussolé, Constantine tente de la faire sortir, sans succès. Il repaire alors la lettre de sa mère qu’il a laissé de côté depuis la visite de son père. Il en profite donc pour la lire, réalise que Wilhelmina n’était peut-être pas la sorcière qu’il croyait. Il fait une nouvelle tentative pour faire sortir Sofia de la chambre, essaye de la rassurer en lui disant que l’altercation au magasin n’est pas de sa faute. Finalement, il gagne par la ruse en menaçant de manger le dernier Taiyaki, les gâteaux préférés de Sofia. Ils se réconcilient, la journée passe tranquillement. Le soir, il décide de s’ouvrir un peu plus à la jeune femme et lui parle de la lettre de Wilhelmina. Puis il lui joue un air au piano, un air venu d’un lointain souvenir, peut-être le seul qu’il lui reste de sa mère : Can't Help Falling In Love d’Elvis Presley. Sofia le surprend en chantant la chanson, il ne pensait pas qu’elle la connaissait. Cet échange rend maintenant Constantine certain de l’amour qu’il éprouve pour elle, comme s’il manquait juste ce détail pour lui ouvrir les yeux. Cette fois, chacun sait ce que l’un ressent pour l’autre, chacun est sûr de son choix. Et chacun le prouve en partageant leur première nuit d’amour.
C’est après ça que leur vie va prendre un nouveau tournant, aussi bien positif que négatif.
D’abord, ils commencent le fameux entraînement dont ils ont parlé pour pallier aux combats en arène. Constantine apprend beaucoup, Sofia est un très bon prof. Ils sont interrompus par un couple de personnes âgées qui font une proposition très alléchante à Constantine pour lui acheter Sofia. Hors de lui, il les insulte, ne pouvant s’imaginer qu’il puisse vendre Sofia comme une simple esclave alors qu’elle était humaine et qu’il ne se voyait plus vivre sans elle. La demoiselle le prévient en disant que ce ne serait certainement pas la dernière fois qu’il devrait affronter ce genre de proposition, et que c’était normal à Togi. Ils reprennent l’entraînement. Mais encore irrité, Constantine ne contrôle pas un coup de poing et assomme presque Sofia. Rongé par la culpabilité d’avoir encore une fois levé la main sur elle, il l’emmène chez Cathy pour s’enquérir de l’état de Sofia, vérifier qu’il ne lui a infligé aucun traumatisme. Heureusement, la jeune femme va bien. Mais elle s’inquiète beaucoup pour lui et lui demande s’il ne devrait pas faire des examens pour être certains qu’il ne contractait pas une tumeur comme sa mère. Perturbé, il réfléchit, se dit qu’au moins après ça, il n’aura plus à s’en soucier. A condition d’avoir une bonne nouvelle. Alors, en échange, il autorise Sofia à aller à l’arène.
Cependant, il n’en ont pas le temps car, contraint de régler des affaires d’héritage, Constantine doit se rendre à Berlin. Laissant Sofia sous la responsabilité de sa nounou et de Yoshikazu, le fossoyeur s’envole donc pour sa ville natale. A son plus grand malheur, son père et sa compagne font partie du voyage. Il les esquive rapidement. A Berlin, il règle ses affaires avec le notaire et croise à nouveau la compagne de Nikolaus. Elle le prévient que son père est de moins en moins patient et qu’il veut tout faire pour récupérer l’héritage que sa femme a laissé à son fils. Le lendemain, il manque de se faire tuer plusieurs fois par ce qu’il pense être les hommes de main de Nikolaus. Il parvient à signer les derniers papiers et, avec l’aide de la blonde dont il ne comprend toujours pas les intentions, il repart pour Togi sain et sauf.
De retour sur l’île, un mauvais pressentiment le submerge. Il constate avec effroi que Sofia a disparu. Terrorisé, Constantine va demander de l’aide à Yoshikazu qui lui indique que Sofia s’est faite kidnapper par Kenichi. Malgré les mises en garde du cuisinier, Constantine a bien l’intention d’aller la récupérer. Il se rend donc dans la tanière du mafieux. Là-bas, il trouve une Sofia en très mauvais état et un Kenichi très en colère. Ce dernier exécute sans ménagement une prisonnière devant les yeux de Constantine. Et cette prisonnière, c’est Cathy Kostas. Kenichi demande à Constantine ce qu’il lui propose en échange de Sofia. Tout ce qu’il lui reste, c’est son héritage et la tête de son père mise à prix. Alors il offre ces derniers choix à Kenichi qui accepte, non sans blesser Sofia encore une fois. Mais ce n’est pas assez pour lui. Alors il lui demande de se battre contre Bear, son immense garde du corps. Forcé d’accepter même si ses techniques de combat ne sont pas encore au point, Constantine est emmené dans le hall du bâtiment pour combattre. Avant de commencer, Meyer le surprend en l’appelant pour la première fois par son prénom et en lui proposant son aide. Constantine refuse. Le combat commence. Bear a clairement l’avantage mais le fossoyeur sait se défendre. La situation dégénère quand Bear lui avoue fièrement avoir abusé de Sofia. C’est trop pour Constantine qui laisse sortir Meyer. Il reprend l’avantage, ce qui pousse Kenichi a envoyer une horde d’hybrides sur lui. S’ensuit un véritable massacre. Complètement enragé, Meyer en blesse énormément et en tue quelques-uns. Il arrache même la tête à l’un d’eux en promettant à Bear de lui réserver le même sort. Mais il est arrêté avant de pouvoir en finir avec lui et Kenichi lui rend Sofia, en lui posant la condition suivante : il doit l’emmener à l’arène au moins une fois par semaine et venir la faire soigner ici, puisque Cathy n’est plus là pour s’en occuper. Meyer accepte et ils peuvent enfin rentrer chez eux.
Tous deux éreintés, ils vont s’endormir dans le lit dès leur arrivée. Au réveil, Meyer se rend compte qu’il est toujours aux commandes, que Constantine n’a pas repris sa place et qu’il reste silencieux. Meyer prend alors peu à peu conscience qu’il change, qu’il ne considère plus Sofia comme une esclave et que, lui aussi, tient beaucoup à elle. Il se pose beaucoup de questions sur lui-même, sur le but même de son existence en tant que deuxième personnalité. Il voudrait que Constantine revienne pour arranger la situation car il ne sait pas comment se comporter avec Sofia désormais. Mais devant le silence de son hôte, il prend donc les devants. Il raconte à Sofia ce qu’il s’est passé durant le combat, ce qu’il a ressenti, lui explique qu’il ne comprend pas pourquoi Constantine ne veut pas revenir. En colère contre lui, elle l’insulte, demande pourquoi ils l’ont abandonnée. Incapable de contrôler ses émotion, et agacé de devoir régler les problèmes de cœur de Constantine à sa place, il lui répond très violemment. Ce n’est pas ce qu’il souhaite mais son but est de faire revenir Constantine. L’idée fonctionne, l’hôte reprend sa place. Mais, effrayée, Sofia s’en va se cacher sous le lit et refuse d’en sortir. Elle lui fait une demande, une seule : lui dire qu’il l’aime. Ces mots-là, il ne les a jamais prononcé pour personne. Il est toujours surpris quand Sofia les lui murmure, se disant que c’est si facile pour elle d’exprimer son amour pour lui alors qu’il en est incapable, malgré les sentiments. Même Meyer le pousse à parler. Il accède donc à la demande de Sofia, lui dit clairement « Je t’aime ». Ils se réconcilient.
Mais une dispute éclate entre eux plus tard à propos des conditions de vie de Sofia, de ce que chacun a vécu par le passé. Sofia pense que Constantine ne peut pas comprendre ce qu’elle a pu subir chez Kenichi. Et lui ne sait plus ce qu’elle veut parce qu’elle n’est plus sûre d’avoir bien fait de lui avouer son humanité, de s’être rapprochée autant de lui. Finalement, elle dit simplement qu’elle ne veut plus qu’il l’abandonne. Il lui en fait la promesse.
Le lendemain, c’est avec Meyer que Constantine se dispute. Sa deuxième personnalité ne digère pas le fait que Sofia puisse lui en vouloir alors qu’il a tout fait pour la sortir de chez Kenichi. Contre toute attente, la colère lui fait avouer que lui aussi est amoureux de Sofia, et que c’est pour cette raison que Constantine n’a pas pu revenir à la raison au réveil. Comme les deux personnalités ressentent peu à peu les mêmes choses, elles se rapprochent et se mélangent, perturbant ainsi l’équilibre mental entre le côté positif et le côté négatif qui s’est établi au commencement. Constantine décide alors de laisser Meyer sortir pour qu’il dise lui aussi à Sofia qu’il l’aime. Mais ce n’est pas si simple pour une personnalité qui n’a pas l’habitude des sentiments positifs. Incapable de dire à Sofia qu’elle a en face d’elle l’homme qui a failli la tuer au lieu de celui qu’elle aime, il laisse la journée passer. Ils se rendent ensemble dans une fête foraine et passent un très bon moment. Il ne parvient à lui dire la vérité que le soir. Elle le prend évidemment très mal et les traite de menteurs tous les deux, avant de fuir l’appartement.
Il part à sa poursuite, la trouve devant l’arène principale de Togi en train de se disputer avec le garde qui ne veut pas la laisser rentrer sans son maître. Voyant que Sofia est prête à tuer quiconque veut se mettre sur son chemin, il donne l’argent pour pouvoir entrer et la demoiselle est emmenée pour se préparer au combat. Dans le vestiaire, c’est très tendu entre eux. Il s’excuse maladroitement mais il n’a pas le temps de voir la réaction de Sofia car son combat va commencer. Elle se rend sur le ring, il lui retire son collier et assiste aux nombreux combats qu’elle livre. Il en rate seulement un car il repère soudain une personne encapuchonnée qui se dirige vers les vestiaires. Il la suit, constate qu’il s’agit de la compagne de son père. Honteuse, elle raconte que Nikolaus l’a battue et l’a mise à la porte, et explique qu’elle est venue se réfugier à Togi pour un travail d’interprète, en plus de travailler à l’arène en tant qu’escorte et barmaid. Ce petit échange laisse de plus en plus entendre que la jeune femme préfère être amie avec le fils plutôt que de continuer à fréquenter le père. De retour à l’arène, Meyer constate que Sofia faiblit de plus en plus et qu’elle est blessée. Il lui ordonne d’arrêter et doit s’y prendre à plusieurs fois pour qu’elle écoute. Avant de partir, il va récupérer l’argent empoché et boire un coup au bar. Au moment où il prend son courage à deux mains pour lui avouer qu’il l’aime, le maître d’un des hybrides battus sur le ring s’en prend à lui, en colère d’avoir été ruiné à cause de Sofia.
Ce n’est donc pas ce soir que la demoiselle saura la vérité. Ils s’en vont et se dirigent vers la tanière de Kenichi pour lui verser l’argent. Apparemment de bonne humeur, le mafieux offre une bière à Meyer et propose même de lui laisser 10 % du butin. Il annonce également qu’un contrat est en cours pour assassiner Nikolaus Meyer, à la demande – indirecte – de Constantine le jour où il est venu récupérer Sofia. Et il a spécialement choisi la jeune femme pour faire ce travail. Conséquemment, Constantine devra payer Kenichi pour ce service rendu. Heureusement pour eux, le mafieux leur laisse du temps, vu que Sofia n’a pas encore amassé assez d’argent  à l’arène pour financer l’assassinat. Avant de partir, Meyer laisse un paquet de cigarettes allemandes à Kenichi et lui promet de faire le nécessaire pour honorer sa demande. Ils quittent le repaire, retournent chez eux.
A la plus grande surprise de Meyer, Sofia souhaite prendre un bain avec lui. Ce moment se passe plutôt bien malgré le refus de la demoiselle face au baiser que Meyer tente de lui donner. Elle lui ne veut toujours pour tout le mal qu’il a fait et il comprend, même si c’est très dur à encaisser pour lui. Après tout, Constantine l’avait créé pour faire le mal. Comment aurait-il pu prévoir qu’il tomberait lui aussi amoureux de Sofia ? Après le bain, ils se mettent devant la télé. Enfermé dans ses pensées, Meyer se demande s’il est vraiment à sa place, si Sofia le pardonnera un jour, si ça vaut la peine de faire des efforts pour qu’elle l’accepte. Il prend conscience que lui-même n’est pas encore prêt à vivre en paix avec Sofia car il est encore trop instable. Alors il se laisse gagner par le sommeil, acceptant l’idée que sa place était celle de numéro deux et qu’il ne sortirait plus sans l’autorisation de Constantine.
La nuit est perturbée par l’arrivée de deux policiers de Togi venus récupérer des informations à propos de la disparition de Cathy Kostas. A présent de retour, et plus perturbé que jamais, Constantine fait tout pour ne pas être soupçonné de quoi que ce soit, et profite du manque de tact des policiers pour détourner leur attention vers sa maladie mentale. Ils finissent par s’en aller. Constantine et Sofia retournent se coucher. Le lendemain, la demoiselle lance le sujet de l’assassinat de Nikolaus. Constantine a du mal à se rappeler de l’échange entre Meyer et Kenichi, s’inquiète à ce propos car il ne se souvient pas de tout ce qu’il s’est passé quand il a laissé sortir sa deuxième personnalité.
L’été 2034 continue. Sofia s’est maintenant bien adaptée à son métier de serveuse au restaurant de Yoshikazu, et Constantine tente tant bien que mal de poursuivre son travail de fossoyeur, malgré le retard accumulé depuis son voyage à Berlin. Désormais, il ne laisse plus Sofia rentrer seule à la maison, par crainte d’un nouveau kidnapping de la part de Kenichi. Il vient donc la chercher à chaque fin de service du midi. C’est un jour tout à fait banal qu’il fait la rencontre d’Aumérine, une jeune française venue travailler en tant qu’assistante vétérinaire à Togi. Pour le moment, il ne sait pas qui elle est mais il ne va pas tarder à le découvrir. En attendant, le week-end arrive et, avec toutes ses économies, Sofia leur paye un séjour aux sources chaudes de Togi, pour passer plus de temps ensemble et resserrer leurs liens. Étonnamment, elle souhaite passer le vendredi soir avec Meyer. Constantine le laisse donc sortir. Meyer demande à Sofia pourquoi elle veut le revoir aussi vite alors qu’elle était plutôt distante la dernière fois. Elle répond qu’ici, dans un lieu fait pour se détendre, il ne risquera pas de péter un plomb. Elle lui promet de lui laisser une chance de se racheter, lui demande même par quel nom il veut qu’elle l’appelle à partir de maintenant. Car depuis qu’elle connaît Meyer, il est Leiche, traduit par « cadavre » ou « mort » en allemand. Agréablement surpris, il dit qu’elle n’a qu’à l’appeler Meyer puisque c’est aussi le choix de Constantine. L’heure de se coucher arrive bien trop vite, il aurait aimé passer plus de temps dehors. Mais il respecte la volonté de Sofia et rend sa place à Constantine au moment de s’endormir.

  • Flemmard
  • Gourmand
  • Impulsif
  • Violent
  • Instable
  • Généreux
  • Prudent
  • Intelligent
  • Malade
  • Négatif
Liens recherchés
Je ne recherche pas de lien en particulier et préfère voir en fonction de l'avancement des RPs.

Cependant, je ne suis pas contre les demandes de liens si quelqu'un en souhaite un en particulier.

Liste des RPs


SoloAutomne 2032 [4] - Souvenirs (Ikko)


En coursAutomne 2034 [2] - Première rencontre officielle (Aumérine)
Automne 2034 [3] - Willkommen, Fräulein (Sofia et Jana)



AchevésÉté 2032 [1] - Ai-je vraiment besoin d'un hybride ? (Ikko)
Été 2032 [2] - Bienvenue chez toi (Ikko)
Été 2032 [3] - Une rencontre étonnante (Zéphirine)
Automne 2032 [1] - L'automne ou le début d'une nouvelle vie (Ikko)
Automne 2032 [2] - La jeune fille et le chien (Niah)
Automne 2032 [3] - Un supplément de coups de pelle (Kitsa)
Hiver 2032 [1] - Mais qu'est-ce que j'ai fait ? (Dezba)

Hiver 2033 [2] - Un fossoyeur en mauvais état (Dezba)
Hiver 2033 [3] - Quand l'fossoyeur va s'prendre une petite bière... (Dezba)
Printemps 2033 [1] - La fossoyeuse remplaçante (Djena)
Été 2033 [1] - Un fossoyeur ? A la bonne heure ! (Sofia)
Été 2033 [2] - Des invités ? C'est quoi ça ? (Sofia)
Automne 2033 [1] - Une graine de plus sous la terre (Sofia et Andrea)
Automne 2033 [2] - La fin du fossoyeur ? (Sofia)
Automne 2033 [3] - Séance shopping (Sofia et Eileen)
Automne 2033 [4] - Un shopping qui vire au cauchemar (Sofia, Eileen et Mustang)
Automne 2033 [5] - Quand le passé ressurgit (Sofia)
Hiver 2033 [1] - Le marché de Noël (Event)
Hiver 2033 [2] - Une bonne baston et tout va mieux (Sofia)
Hiver 2033 [3] - Un lendemain de soirée... agité (Sofia)
Hiver 2033 [4] - Euh... Sofia m'a dit d'passer (Jilian et Sofia)
Hiver 2033 [5] - Frohe Weihnachten ! (Sofia)

Hiver 2034 [1] - Jamais 2 « sang » 3 (Sofia)
Hiver 2034 [2] - Stirb nicht vor mir (Sofia)
Printemps 2034 [1] - Wie der Vater, so der Sohn ? (Sofia)
Printemps 2034 [2] - Un entraînement poing par poing (Sofia)
Printemps 2034 [3] - Retour à Berlin (SOLO)
Printemps 2034 [4] - Bienvenue à la maison (Sofia)
Printemps 2034 [5] - A nouveau ensemble (Sofia)
Printemps 2034 [6] - Une sortie en amoureux ? (Sofia)
Été 2034 [1] - Bonne nuit les petits (Sofia)
Été 2034 [2] - Le bon, la brute et le truand (Sofia)
Été 2034 [3] - T'es tout ce qu'il me reste et je suis tout ce qu'il vous reste (Sofia)
Été 2034 [4] - Une nouvelle tête ? (Sofia et Aumérine)
Été 2034 [5] - Nur du und ich (Sofia)
Été 2034 [6] - I can be your whore (Sofia)
Été 2034 [7] - Auf Wiedersehen, Nikolaus (Sofia)
Automne 2034 [1] - C'est pas comme ça que je voyais notre rencontre (Sofia et Aumérine)

Messages : 936
Date d'inscription : 20/03/2016
Age : 26
Localisation : Au cimetière
Multi-Compte : ///
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Ma Fiche

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): ///
Maître/Maîtresse: ///
Esclaves: Sofia Ashley
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humain - Neutre
Revenir en haut Aller en bas
(#) Lun 21 Mar - 14:24



RENCONTRES
(dans l'ordre d'apparition)


Relation

Ikko... Je l'ai rencontré en été 2032. Elle attendait dans une cage à l'intérieur d'une animalerie. Je ne sais pas pourquoi je suis rentré dans cette boutique alors qu'à la base, je cherchais une voiture. Toujours est-il que j'ai vu Ikko et que je n'ai pas pu repartir sans elle. Lui offrir une vie meilleure, loin de sa cage toute aussi pourrie que l'attitude du vendeur, me semblait être une bonne idée. J'ai eu du mal à m'habituer à sa présence. J'ignore si ma bonne action l'a rendue heureuse. Je n'ai pas eu le temps de remarquer le moindre changement. Tout ce que je sais, c'est qu'elle a toujours été élevée et dressée comme une esclave, alors elle me servait comme telle, même si je refusais de le voir de cette façon. Il faut dire que je l’ai fui. Je travaillais la journée et rentrais parfois tard le soir parce que je passais par le bar. Je ne me sentais pas forcément à l’aise avec elle alors qu’elle ne faisait rien de mal. Tout ce qu’elle voulait, c’était avoir un toit, un lit et à manger. J’ai cru bien faire en la délivrant de l’animalerie. Je me demande si je n’aurais pas dû l’y laisser. Quelqu’un d’autre l’aurait adoptée, quelqu’un d’autre s’en serait occupé plus convenablement, quelqu’un d’autre ne l’aurait pas maltraitée, ne l’aurait pas… Je ne sais plus vraiment ce qu’il s’est passé. Mais ça s’est passé à cause de moi. Et je regrette profondément. Pardon Ikko...
Ikko Sevchenko
Relation

J’ai fait la connaissance de Zéphirine le lendemain de ma rencontre avec Ikko. C’est une femme qui défend fermement les droits des hybrides, elle est même vétérinaire pour eux. Elle a du caractère et ne se laisse pas faire. Je n’avais pas eu de conversation aussi calme et tranquille depuis longtemps. Je ne voulais pas chercher les ennuis, je me sentais trop fatigué pour faire attention aux autres. Et ce soir-là, j’ai su me montrer sociable et humain avec une personne tout à faite charmante et honnête, chose que je ne vis jamais en temps normal. Je dois avouer que ça m’a fait du bien. Contre un verre de cocktail, elle m’a gentiment proposé de venir ausculter Ikko que j’avais récupéré en assez mauvais état à l’animalerie. Nous nous sommes donné rendez-vous peu de temps après et grâce à elle, la jeune Neko a pu rapidement être remise sur pieds.
Zéphirine Brissac

Relation

Je ne sais pas trop quoi dire de cette fille… à part qu’elle est très chiante. Elle a l’air d’être le genre de gamine capricieuse qui s’est toujours vu accepter tout ce qu’elle demandait. Et voilà ce que ça donne… A part ça, elle se trimballe avec une bestiole énorme, un chien de je ne sais plus quelle race. Un Malamute je crois. En tout cas, c’est pas une petite bête et mieux vaut ne pas trop embêter sa maîtresse au risque de se faire bouffer direct. Mais j’ai pas peur de lui, et encore moins de mademoiselle. D’ailleurs, je crois qu’elle l’a bien compris le soir où nous avons échangé quelques mots au bar. Je ne sais pas si je vais la revoir un jour mais j’espère qu’elle sera plus aimable et posée, sinon je ne garantis pas de garder mon calme.
Niah Onishi
Relation

Ce fut l'histoire de quelques minutes. J'étais en train de bosser quand j'ai entendu la jeune Kitsune se faire agresser derrière le cimetière. J'aurais pu ne pas intervenir mais j'ai préféré ne pas écouter Meyer et aller me battre contre les types qui voulaient profiter d'elle. J'ai pu les faire fuir à coups de pelle. Ensuite, Kitsa m'a donné un téléphone pour appeler son maître et nous nous sommes donnés rendez-vous pour que je la lui ramène.
Kitsa
Relation

J'ai fais la connaissance de Dezba dans une situation très particulière... Je venais d'enterrer Ikko quand la demoiselle a fait irruption. Cette femme est muette mais malgré tout, nous avons beaucoup échangé. Je ne sais pas pourquoi je lui ai avoué que je squattais le piano de la salle de recueillement parce que je n'avais pas les moyens de m'acheter un instrument portable pour jouer dans le cimetière... C'est totalement con. Je lui ai même joué quelques airs. Elle semblait tellement triste que j'ai voulu... je ne sais pas... faire quelque chose pour elle sans trop savoir quoi. Elle s'est mise à rire quand je me suis vautré comme un idiot sur l'estrade de la salle de recueillement. Le courant est bien passé entre nous finalement.
Bon, je n'imaginais pas la revoir dans une autre situation particulière et même très embarrassante. En effet, quelques jours après, les agresseurs de Kitsa sont venus me trouver pour me régler mon compte. Sauf qu'ils sont venus plus nombreux et je n'ai rien pu faire. Conséquemment, je me suis fait tabasser comme une pauvre merde et c'est Dezba qui est venu me ramasser au milieu du cimetière, dans un piteux état. Elle m'a aidé à soigner mes blessures puis, à ma grande surprise, elle a demandé à me revoir le mardi suivant, pour un... rendez-vous au bar. Je ne sais pas trop quoi penser de cette soirée. Dezba est gentille, elle a l'air de m'apprécier, même si elle a toujours cette lueur triste dans le regard. Elle a l'air de prendre ses distances avec moi et, en même temps, semble vouloir se rapprocher. Enfin... maintenant, ça fait un moment que je ne la vois plus. Je ne sais pas ce qu'elle devient. Peut-être s'est-elle rendue compte de la piètre personne que je suis et a-t-elle préféré ne plus me contacter...
Dezba S. Dineh
Relation

Djena... Djena... que dire ? Je ne la connais pas beaucoup mais je sais déjà que c'est quelqu'un de spontané, caractériel, vif. Elle n'a pas la langue dans sa poche et elle semble savoir se faire respecter. Son côté lionne lui donne son air décidé et fier. Nous n'avons pas beaucoup échangé mais je la trouve plutôt sympa, bien que trop curieuse par moments. Mais j'imagine que c'est sa façon d'aller vers les autres. Je devrais peut-être prendre exemple sur elle. Pour l'instant, je ne sais pas si je vais la revoir, cela dépendra de la décision du patron. Au fond de moi, je sais que ça ne me ferait pas de mal d'avoir de la compagnie au travail. Et je dois avouer que partager avec quelqu'un comme Djena pourrait bien m'aider à aller mieux.
Djena

Relation

J'ai rencontré Sofia au cimetière. Elle était accompagnée de Roy, son maître. Ils se sont fait attaquer par un inconnu et, sans savoir pourquoi, j'ai accepté de les aider à se débarrasser du corps. En guise de récompense, Roy m'a fourni une grande quantité d'argent. Je dois avouer que j'ai été très surpris et aussi très gêné. Alors je les ai invité à passer la nuit à l'appartement parce qu'ils semblaient ne plus avoir d'endroit où dormir. Depuis ce jour, Roy et Sofia viennent souvent chez moi et nous passons de bons moments. Je pense même que Roy peut devenir un ami. Il me connait, il sait tout de moi et il n'a pas fui quand j'ai fait mes aveux. Et Sofia m'aime bien, enfin je crois. En tout cas, elle est gentille, bien que naïve parfois. Mais je l'apprécie et, au final, même si je râle, j'aime bien aller la promener le matin.
Mais... Roy vient de mourir. Suis-je maudit ? Est-ce un hasard si chaque personne que je commence à apprécier disparaît toujours soudainement ? Ou ai-je vraiment un problème d'aura ou je ne sais quoi ? Je ne sais plus quoi faire. Je me sens perdu. D'autant plus que, désormais, Sofia me revient. J'ignore la raison pour laquelle Roy lui a fait promettre de rester auprès de moi si jamais il lui arrivait quelque chose. Je m'étais promis de ne plus adopter d'hybride pour ne pas refaire la même erreur qu'avec Ikko. La situation va-t-elle encore dégénérer avec Sofia ?
Eh bien en fait, j'ai encore failli tout gâcher. Pourquoi ? Parce que j'ai fait une crise et que j'ai cru pouvoir me débarrasser de Meyer en me supprimant définitivement. Mais Sofia est intervenue, elle m'a sauvé, moi l'imbécile qui ai fui la vie comme un lâche, l'abandonnant à son triste sort. Depuis ma sortie de l'hôpital, c'est comme si nous étions davantage liés l'un à l'autre. Elle ne me quitte plus et j'ai la sensation que sans elle, je me sens encore plus seul. Elle est tout ce qu'il me reste, et je suis tout ce qu'il lui reste.
Les mois ont passé et nous avons vécu encore pas mal de choses. D'abord, une baston au bar où Meyer a pris le contrôle. Ce salaud a emmené Sofia dans une arène et l'a même embrassée au cas où elle perdait la vie. Je déteste quand il se permet de faire n'importe quoi ! Ensuite, j'ai rencontré une amie de Sofia nommée Jilian, une femme sympa avec qui elle s'entraîne au combat.
Puis nous avons fêté notre premier Noël à tous les deux. Sofia m'a alors avoué qu'elle est humaine, que ses dents et ses oreilles sont le résultat d'une opération terrible et sans anesthésie afin de la faire ressembler à une hybride. La nouvelle m'a beaucoup choqué. Mais au final, je n'ai jamais considéré la jeune femme comme une esclave. Je l'apprécie comme elle est, nous vivons de bons moments ensemble. Ce n'est pas ce détail qui va me faire changer d'avis sur elle.
La nouvelle année a très mal commencé car le moment tant redouté est arrivé. J'ai fait une crise en sa présence. J'ai bien cru qu'elle allait mourir à cause de moi, ou plutôt de Meyer. Je me suis alors rendu compte à quel point je tiens à elle. Heureusement, elle a pu être sauvée et la routine s'est poursuivie... ou presque. Moi qui pensais avoir fui l'Europe pour ne plus jamais avoir affaire à mon père, le voilà qui débarque directement chez moi pour m'annoncer la mort de ma mère et m'inciter à faire des examens médicaux. Il pense que j'ai peut-être une tumeur au cerveau – ce qui a tué ma mère – et que c'est ce qui m'a rendu taré. Je ne le crois pas une seule seconde et il peut aller se faire foutre pour que j'aille faire des examens. De toute façon, je n'ai pas assez d'argent pour ça. Sofia m'a confié la lettre de ma mère que mon père lui a secrètement laissé avant de partir. J'ai refusé de croire à ses excuses et n'ai pas su quoi faire de la gourmette de naissance qui accompagnait la lettre. Alors je l'ai donnée à Sofia.
Après ça... nous sommes devenus plus proches, avons partagé plus de choses ensemble. Un bain, une partie de billard, des moments câlins devant la télévision... et un baiser. Je ne sais pas vraiment ce qui nous a autant rapprochés. Le temps passé ensemble, tout ce que nous avons vécu en quelques mois. En tout cas, ce baiser m'a complètement embrouillé parce que je n'ai pas su comprendre mes propres sentiments à ce moment-là. Le lendemain, il y a eu altercation au magasin de vêtements avec la blondasse qui accompagnait mon père. Elle m'a prévenu qu'il ne repartirait pas sans avoir obtenu ce qu'il veut mais je n'ai pas pu savoir de quoi il s'agit. Là, la situation a dégénéré quand le vigile du magasin a attrapé Sofia en pensant qu'elle volait des habits. Par mégarde, il lui a enlevé son collier et elle est devenue incontrôlable... jusqu'à ce que je fasse appel à Meyer pour éviter le carnage.
Quand nous sommes rentrés à la maison, Sofia est allée s'enfermer dans la chambre, de peur que je passe ma colère sur elle. Sauf que je ne lui en ai pas voulu pour ça. C'était juste un accident, pas comme la fois où j'ai failli la tuer... En attendant qu'elle sorte, je me suis à nouveau penché sur la lettre de ma mère. En la lisant attentivement cette fois, j'ai réalisé que je m'étais peut-être trompé à son sujet et que ses excuses sont sincères. Je les ai donc accepté, voulant garder un souvenir positif de ma mère.
J'ai réussi à faire sortir Sofia de la chambre, l'ai rassurée comme j'ai pu. Ça a fonctionné, l'atmosphère s'est détendue entre nous. En fait... c'est même plus que ça. Nous avons encore échangé un baiser. Mais cette fois, je suis sûr de mes sentiments et je me fiche de ce que peut en penser Meyer ou n'importe qui d'autre. J'aime Sofia. Comme une femme et de tout mon cœur. Peu importe ce qu'elle est, qui elle est. Je sais désormais qu'elle compte plus que tout pour moi, que je ne la laisserai jamais tomber, qu'elle est tout ce qui me reste, mon bien le plus précieux.
J'ai peur de ce que nous réserve l'avenir vis-à-vis de son statut d'humaine inconnu de tous, de ce Kenichi qui a fait d'elle une machine à tuer, de Meyer qui peut encore faire tout basculer si je perds le contrôle. Quoi qu'il arrive, je vais tout faire pour ne plus faire de mal à Sofia, la protéger de Meyer et de quiconque lui veut du mal. C'est ma Sofia, c'est pour elle et avec elle que je veux continuer à vivre.
Sofia Ashley
Relation

Je ne parlerai pas de rencontre mais plutôt d'altercation. Alors que Sofia était en train d'essayer des habits dans une boutique, Eileen s'est permise de la virer de sa cabine pour prendre sa place. Ça ne m'a pas plu du tout alors j'ai réagi. Peut-être un peu trop brutalement... Résultat : de mauvais souvenirs ont refait surface, j'ai été frappé, Sofia s'est jetée sur Eileen et cette dernière a bien failli mourir égorgée. Je l'ai emmenée à l'hôpital et rencontré son maître. C'est là que j'ai appris que certains être humains avaient le même statut d'asservi que les hybrides.
Eileen L. Allannah
Relation

Peu avant Noël 2033, j'ai rencontré Jilian, une très bonne amie de Sofia. Je ne la connais pas encore assez pour la décrire, parce que je ne l'ai vue qu'une seule fois. Tout ce que je peux dire, c'est qu'elle a l'air sympathique. Elle semble être quelqu'un qui ne se prend pas la tête et vit simplement. Et comme Sofia lui fait confiance, j'estime que je n'ai rien à craindre d'elle.
Jilian Doe
Relation

PNJ
Description
Jana

Relation

J'ai fait la connaissance d'Aumérine quelques mois après, en été 2034. C'est une jeune femme plutôt tête en l'air mais souriante. On a un peu discuté, j'ai été curieux de savoir d'où elle venait car elle a un fort accent et elle ne parle pas très bien le japonais. Et pour cause, elle vient de France, comme moi... ou presque. Elle est venue à Togi pour travailler en tant qu'Assistance Vétérinaire. Et c'est tout ce que je sais.
Aumérine Lefèvre
Relation
Description.
NOM Prénom
Messages : 936
Date d'inscription : 20/03/2016
Age : 26
Localisation : Au cimetière
Multi-Compte : ///
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Ma Fiche

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): ///
Maître/Maîtresse: ///
Esclaves: Sofia Ashley
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humain - Neutre
Revenir en haut Aller en bas
(#) Dim 27 Nov - 15:36
Relation
Description.
NOM PRENOM
Relation
Description.
NOM Prénom

Relation
Description.
NOM Prénom
Relation
Description.
NOM Prénom
Relation
Description.
NOM Prénom
Relation
Description.
NOM Prénom

Relation
Description.
NOM Prénom
Relation
Description.
NOM Prénom
Messages : 936
Date d'inscription : 20/03/2016
Age : 26
Localisation : Au cimetière
Multi-Compte : ///
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Ma Fiche

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): ///
Maître/Maîtresse: ///
Esclaves: Sofia Ashley
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humain - Neutre
Revenir en haut Aller en bas
(#)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maître ou Neko ? :: Contexte :: Demandes :: Zone de liens-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit