Bienvenue à Togi! Cette merveilleuse île qui propose toutes sortes d'hybrides à la vente. Serez-vous le maître ou l'esclave? NC-18
 

Achat pas trop légal (feat PNJ)

 :: Hors-rp :: Rp terminés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
(#) Mar 16 Mai - 2:24
Il était tard dans la soirée lorsqu’une ombre tourna le coin, se dirigeant vers un endroit pas très fréquentable, lui seul savait pourquoi il était ici. Quelque individu vagabondait par-ci par-là, mais personne ne tenta de remarquer qui était l’homme qui passait à côté d’eux, ici, il valait mieux ne pas savoir qui était présent en ce lieu.

L’homme, caché dans son manteau, marchait d’un pas rapide vers l’endroit désirer, le chaussé mouillé, renvoyant un reflex grotesque de lui. La soirée n’était pourtant pas très froide, mais l’homme au manteau était couvert des pieds à la tête.

L’ombre arriva enfin à l’endroit voulu, ici toute personne était surveiller, mais il le savait ce n’était pas la première fois qu’il venait accoutrer de ses habits. Long manteau noir, qui touchait presque le sol, le collet remonter jusqu’à la hauteur du nez, il portait une tuque de lin, plus pour cacher ses cheveux que pour se garder au chaud.

Les gardes l’inspectèrent l’homme vêtu de noir, puis ils le laissèrent passer sachant maintenant qui se trouvait sous ce manteau. Il prit même la peine de demander son chemin, il voulait une personne pouvant lui procurer ce qu’il recherchait. Il était ici pour ça, il recherchait quelque chose de spécifique et sur l’île, il n’y avait qu’une seule place ou il pourrait trouver cela, même s’il savait qu’il jouait avec le feu, il avait besoin de se matériel, bien sûr, il aurait pu se contenter de l’équipement des rabatteurs, mais en ce moment, il avait besoin de plus.

L’homme au manteau, passa plusieurs étalages, certains étaient intéressants d’autre moins, mais il n’avait pas l’intention de magasiner. Il passa devant quelque chose qui lui fit serrez les poings, il aurait aimé réagir, mais ici seul et sous armée, il n’avait que peu de change de sortir vivant et de libérer des esclaves, hybrides comme humain, il détourna donc le regard sachant qu’il était au mieux tolérer dans cet endroit.

Il finit enfin par trouver l’endroit qu’il cherchait, cette étale était plus une cabane, l’ombre entra par l’ouverture, une fois entrée, il regarda autour de lui, mais personne ne s’y trouvait.

-Bonjour, est qu’il y a quelqu’un.-
Messages : 66
Date d'inscription : 06/04/2017
Age : 32
Fiche de Présentation : Ma Fiche

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Aucune
Maître/Maîtresse: Aucun
Esclaves: Vasta
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humain - Rabatteur


Mai 2017
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mar 16 Mai - 11:28
La soirée. Son moment préféré. Cet agréable moment où le soleil se couchait, que le cri désespéré des marchandises vivantes se taisaient, comprenant que personne ne ferait rien pour eux, si ce n'est leur donner des coups pour les faire taire. Oui, le silence commençait à régner sur le marché, donnant une ambiance tout à fait différente à cet endroit qu'il affectionnait tant.

D'ailleurs, désirant savourer l'ambiance actuelle, il quitta son stand, observant d'un air amusé, un vendeur de marchandises vivantes. Depuis peu, les humains étaient arrivés, ce qui ajoutait un peu...d'exotisme. Les hybrides c'est bien mignon, mais c'est tellement plus drôle ! Posséder quelque chose qui est sensé être libre...oui, c'était jouissif.

Du coin de l’œil, il vit quelqu'un de bien encapuchonné entrer dans sa petite cabane qui lui servait de stand. En voila un qui tenait à cacher son identité. C'était courant ici. Lui ? Il était à visage découvert. Personne n'oserait le dénoncer, ce serait avouer être passé par cet endroit, tellement infâme aux yeux de la majorité...tellement superbe aux siens. Pour rien au monde, il ne voudrait travailler ailleurs.

Il rejoignit son stand, entrant derrière son invité avant de s'adresser à lui d'une voix étrangement douce mais pas tellement agréable à entendre :

- Bonsoir...monsieur ? Que puis-je faire pour vous aider ?

Il affichait un large sourire, peu rassurant, ravi d'avoir un client. Il se glissa sur le côté de sa cabane, s'approchant de sa marchandise. Beaucoup de choses importés illégalement sur l'ile. Dans combien de mains sa marchandise était passée ? Beaucoup. Mais la qualité était là et il l'assurait.

- Demandez, je suis sur d'avoir ce qui vous intéresse !

Il s'appuya le dos contre la paroi de sa cabane, toujours en souriant, attendant calmement que son client lui annonce ce qu'il voulait. Dehors, un cri résonna, des supplications également. Oh, une marchandise vivante avait été achetée et n'appréciait visiblement pas. Son sourire s’agrandit, il aimait entendre ce genre de cris de désespoir, c'était si bon à ses oreilles !
Messages : 173
Date d'inscription : 02/06/2015
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mar 16 Mai - 17:20
Il allait repartir quand un homme entra derrière lui, l’ombre ne savait pas s’il avait affaire au marchand ou à un client. D’une voix douce, il le salua, lui demanda comment il pouvait l’aider

L’homme, le suivi du regard, lui laissant le temps de s’approcher de sa marchandise. Le vendeur avait l’air confiant, sur d’être capable de satisfaire toute demande. Un cri retentis, suivit de supplice, une femme venait d’être achetée, désespérer, elle ne put que crier. L’homme aurait aimé lui venir en aide, les délivré tous, mais cela n’aurait servi à rien. Ici, il ne pouvait pas être le chevalier, servant dans son armure blanche, non, il devait être le soldat, le monstre qu’ils avaient créé, l’être sans émotion.

-On m’a dit que vous pourriez peut-être m’aider, je recherche une marchandise spécifique, que l’on ne trouve pas vraiment sur l’île. -


L’homme au manteau regarda le marchant, l’examinant de la tête aux pieds, si on le lui demandait, il serait facile pour lui de le reconnaître, mais il n’en avait pas l’intention, il aimait simplement savoir avec qui il travaillait.

-J’aimerais acquérir des plaques de métal, pour alléger mon gilet pare-balles, d’un type très spécial, mince, léger, mais aussi solide que les originaux sinon plus. -

L’ombre marcha un peu, jetant son regard sur le stock, sans jamais rien toucher.

-Vous ne devez pas avoir ce genre de demande à tous les jours, il se retourna vers l’homme, mais je vois que vous avez de la marchandise de qualité. -

L’homme s’approcha, il n’était pas agressif dans son mouvement, il se déplaçait juste vers lui. La femme a l’extérieur continua de supplier, qu’elle ne voulait pas servir, qu’elle était libre, le cœur de l’homme l’entendit, mais sa tête l’ignorait totalement.

-Je sais que ce n’est pas une commande facile, j’en conviens, mais j’aimerais savoir s’il vous est possible d’en acquérir, je n’aime pas perdre mon temps. -

Ce n’était pas une menace, juste qu’il n’avait vraiment pas le temps. S'il ne pouvait pas lui en procurer, il préférait recommencer ses recherches ailleurs
Messages : 66
Date d'inscription : 06/04/2017
Age : 32
Fiche de Présentation : Ma Fiche

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Aucune
Maître/Maîtresse: Aucun
Esclaves: Vasta
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humain - Rabatteur


Mai 2017
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mer 17 Mai - 11:57
Toujours appuyé contre la paroi de la cabane, il observait son client, d'un air calme. Il voyait souvent des clients comme celui-là, couverts des pieds à la tête car ils ne désiraient pas être reconnus. Mais au final, c'était bien les vendeurs qui risquaient le plus à vendre dans cet endroit, surtout avec les nouvelles lois. Mais étrangement, personne ne cherchait à les dénoncer, c'était tellement amusant !

Finalement, son client encapuchonné finit par parler. Il lui adressa un sourire.

- Une marchandise spécifique ? Je peux tout avoir.

Oui, il était sur de lui. Mais il avait toujours réussi à satisfaire ses clients. Il avait de très bons contacts, sur l'ile et en dehors qui arrivaient toujours à lui trouver ce qu'il voulait et à le faire entrer en douce sur Togi. Alors oui, il était sur de pouvoir le satisfaire celui-là aussi.
Finalement, il entendit enfin ce que le client désirait. Il portait donc un gilet pare-balles ? Curieux, il tenta de le détailler un peu plus. Policier, rabatteur ou rien à voir avec ces fonctions ? Il avait déjà vu ceux sensés les arrêter dans cet endroit et pour acheter, pas pour enquêter. Mais leur plus gros clients étaient évidemment toutes les mafias qui se battaient pour l'ile. Et forcément, jamais il ne posait de questions à ses clients. Il ne tenait pas à finir dans un fossé, et puis, il avait toujours vanté sa discrétion.

- En effet, je ne vends que de la marchandise de qualité. Vous pouvez être certain qu'aucun de ces objets ne se brisera trop vite ou pendant leur utilisation. C'est une de mes garantis.


Son client s'approcha. Lui, il ne bougea pas. La voix de la femme dehors se fit à nouveau entendre. Il tourna la tête vers la porte de sa cabane, murmurant :

- Ah...cette douce mélodie qu'est le désespoir...charmant n'est-ce pas ?

Il se redressa alors et se tourna pleinement vers son client.

- Je peux avoir ce qu'il vous faut. Je dirais une semaine ou deux. Le plus dur n'est pas de se le procurer mais de le faire entrer en douce sur Togi. Néanmoins, vous vous doutez bien que le prix ne sera pas donné ? Plus le matériaux demandé est rare, plus le prix augmente. Et plus il est compliqué de le faire entrer, plus le prix sera élevé également. On part sur une base de 200 000 yens à environ 700 000. Dans le pire des cas, le prix peut monter à 1 000 000 de yens.


Il fixa son client, attendant de voir sa réaction. Tout dépendait réellement de la difficulté à lui apporter ce qu'il demandait et donc s'il avait du risquer sa peau. Mais si le client était motivé, en général, le prix n'était pas un problème.

[HRP : Pour information, 200 000 à 700 000 yens, ça correspond à 2000 et 4000€ environ, et 1 000 000 à 8000€ ^^]
Messages : 173
Date d'inscription : 02/06/2015
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mer 17 Mai - 18:25
-De la marchandise illégale garantie, c’est bien ce que disait le prospectus de l’île, ici rien n’est impossible. -

Il avait plus lancé cela en blague, mais il est vrai que de garantir quelque chose qui ne peut l’être réellement était un fait amusant, à voir si cela était exact.

La jeune femme à l’extérieur hurlait de désespoir et lui, il trouvait cela charmant, qualifiant cela de douce mélodie, intérieurement cela le rendait enrager, quel salopard ce mec, devrait-il intervenir, devrait-il faire des enquêtes contre cet endroit. Oui, il le devrait, mais le faire, il ne le savait pas, avec les nouvelles lois du maire, il serait dangereux pour lui de s’exposer pour quelque plaquette de métal, non d’autre s’en chargeront.

Comme réponse, le marchant reçu une sorte de grognement sourd. N’y affirmatif, n’y négatif, mais dans ses yeux, il avait un regard neutre sans émotion, il ne voulait pas qu’on sache son avis sur l’esclavage de l’île.

Le marchand se releva, puis il lui dit qu’il pourrait avoir ce qu’il recherchait, le jeune homme savait qu’il ne serait pas évident de se procurer et le délai d’une à deux semaines est plus que respectable pour la demande. Son prix aussi d’ailleurs, il se serait attendu à plus, mais jamais il ne lui dira.

L’ombre se détourna du marchand, lui donnant l’impression qu’il réfléchissait à son offre, c’était en réalité vrai, avec l’achat d’un hybride de luxe, il avait un peu les poches vides, du moins celle de droite, il lui restait toujours la possibilité de piger dans son plan de retraite, cet argent qu’il avait de surplus pour ce genre de projet.

-Marché conclus, l’homme se retourna vers le vendeur, serait-il possible d’en avoir quelqu’une de surplus, au cas où j’aurais à changer, non pas que je n’ai pas confiance en votre marchandise, mais sais-on jamais, je préfère en avoir de surplus. –

L’ombre se rapprocha pour revenir à l’endroit initial.

-Alors, comment fonctionnez-vous, besoin d’un acompte ? Comment feriez-vous pour m’avertir que la cargaison est arriver-

Il se doutait que le marchant voudrait un dépôt, mais il n’avait pas l’intention de lui donner un moyen de le retrouver, il n’avait pas totalement confiance au personnel d’ici, moi, il laissait de trace plus il sera difficile à trouver qui il était.
Messages : 66
Date d'inscription : 06/04/2017
Age : 32
Fiche de Présentation : Ma Fiche

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Aucune
Maître/Maîtresse: Aucun
Esclaves: Vasta
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humain - Rabatteur


Mai 2017
Revenir en haut Aller en bas
(#) Ven 19 Mai - 15:10
- En effet, ici tout est possible. Quoique vous puissiez chercher, ici vous le trouverez.

Et c'était absolument vrai. Que ce soit du matériau le plus basique et pourtant illégal, à la demande la plus étrange. Ici, il était tout à fait possible de trouver quelqu'un qui accepterait de kidnapper la personne de votre choix par exemple. Ou de le torturer et de le tuer. Oui, vraiment tout était possible. C'était pour toutes ces petites choses qu'il aimait vraiment ce marché, cet endroit si sordide aux yeux d'une majorité, mais si amusant pour lui.

Néanmoins, il remarqua bien que son client ne semblait pas aussi sensible que lui au charme de l'endroit...ou des cris de désespoir de la demoiselle. Mais bon, rien d'étonnant. Une majorité des clients ne tenaient pas à prendre part à une quelconque activité du marché ou même à en parler. La technique de l'autruche était très utilisée par ici.

En tout cas, son client était intéressé, malgré les risques, malgré les prix...Ah la motivation !

- Bien sur, je ferais en sorte d'en avoir suffisamment pour vous satisfaire. Même si vous verrez parfaitement que mes articles sont de qualité.

Il n'était pas vexé par la remarque du client. C'était parfaitement dans son droit de remettre certaines choses en douce et puis au final, cela lui permettait de vendre un peu plus et donc d'amasser un peu plus d'argent.

- Effectivement, il me faudra un acompte. Avez-vous 200 000 yens sur vous ? Dès que vous me les passerez, je vous confierais un biper. Ainsi, dès que la cargaison sera arrivée, vous recevrez dessus un message qui vous indiquera quand venir les chercher et l'argent nécessaire pour l'échange. Est-ce que cela vous conviens ?


Il fonctionnait ainsi depuis des années et n'avait jamais eu de problèmes. L'avantage, c'est qu'ainsi, il n'échangeait pas son numéro avec le client et il n'y aurait aucun lien avec lui par la suite, car évidemment, il récupérait le biper. Et en cas de doute le détruisait. Il en avait un stock assez impressionnant, c'était toujours utile.
Il attendit donc de voir si la méthode convenait à son client du jour. Toute cette histoire lui promettait un beau pactole quand il aura réussi à se procurer la marchandise.
Messages : 173
Date d'inscription : 02/06/2015
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
(#) Ven 19 Mai - 19:28
-Je ne remets pas en doute vos articles, mais il serait idiot de revenir ici pour un seule pièce, si cet dis pièce venait à subir des dégâts la rendant caduque, je préfère en avoir de surplus. -  

Il ne voulait pas revenir ici, pas pour si peu du moins, l'homme avait l'air sincère sur la qualité de sa marchandise et lui, il n'en doutait pas, mais il n'était pas idiot non plus il savait pertinemment qu'un marchant vante toujours sa marchandise. D'après ce que voyait l'homme, le marchant ne semblait pas vexer, il devait en avoir l'habitude.

* 200 000 est une somme raisonnable, * une chance qu'il avait préparé quelque enveloppe d'avance, passant la main sous son manteaux, il en tira deux enveloppe, de façon a ce que le vendeur ou tout autre moyen de scrutation, ne puissent en détecter d'autre. L'ombre les tendit au marchand, lui laissant le temps de compter

L'homme au manteau s'éloigna, pour s'accouder au bord de la porte, un œil sur le marchand, un œil a l'extérieur. Le vendeur prit son temps, et l'homme le laissa faire, il avait dans chaque enveloppe un montant de 105 000 yens.

L'ombre avait une vue parfaite sur l'extérieur, ce qui lui permettait de détecter tout approche ou menace pouvant venir de l'extérieur. Sur le toit, on pouvait entendre un léger cliquetis, signifiant que la pluie reprenait de plus belle.

Un autre crie, cette fois l'ombre avait une vut parfaite sur ce qui se passait. Elle ne devait pas avoir plus de 18 ans et de voir son linge en lambeau, il se doutait bien pourquoi on l'avait acheté. Encore une fois, elle tentait de s'enfuir, mais cette fois l'acheteur semblait perdre patience, il la gifla si fort qu'elle tomba à la renverse. La jeune femme tenta de s’éloigner en pleurant, l'homme lui, la tira par les cheveux pour la faire suivre.

L'homme au manteau ne put se retenir de se crisper, mais pour le remarquer il aurait fallu qu'on porte attention a lui. Il devrait agir, il devrait faire quelque chose pour elle, mais il n'était pas vraiment au bon endroit pour se faire remarquer. Et une fois que la jeune femme serait sortie d'ici, il serait encore plus dur de faire quelque chose, car grâce au nouvelle loi, elle n'aurait plus aucun droit.

L'ombre repensa au bipeur, il aimait bien cette idée, de cette manière, il n'avait pas besoin de lui donner de numéro de contact, même chose pour le marchand. Il n'y avait qu'une chose qui le dérangeait, qui pouvait certifier qu'il n'y avait pas de traceur intégré dans le boîtier. Pouvait-il lui faire confiance ? Tout ce qu'il pouvait faire, c'était attendre que le marchant finissent, pour ensuite voir le bipeur qui sait, c'était peut-être un marchant honnête.

L'homme au manteau s'approcha du marchant alors qu'il venait de finir.

-Le compte est bon? -
Messages : 66
Date d'inscription : 06/04/2017
Age : 32
Fiche de Présentation : Ma Fiche

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Aucune
Maître/Maîtresse: Aucun
Esclaves: Vasta
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humain - Rabatteur


Mai 2017
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sam 20 Mai - 17:04
- Surplus veut également dire, prix plus élevé. Mais je comprends tout à fait votre avis.

Alors qu'il venait de parlait d'un acompte, il s'attendait à ce que son client repasse plus tard avec l'argent demandé. Mais visiblement il était prévoyant...ou habitué, car il sortit deux enveloppes de sous son manteau. Un court instant, avant de saisir les enveloppes tendues, il se demanda s'il y en avait d'autres là dessous...
Son client se positionna devant la porte, lui laissant tout le temps de compter. Mais il savait parfaitement que ce charmant client l'observait...tout à fait logique. Il aurait très bien pu retirer un billet ou deux et crier au scandale à propos d'un acompte pas complet...

Il prit tout son temps pour compter les billets, vérifiant bien que le compte y était. Et il y en avait plus. Bien, ce client savait comment s'adresser aux marchands d'ici.
Pendant ses vérifications, il entendit un nouveau cri féminin puis, le bruit d'une gifle. Il releva un court instant la tête.

- Eh bien, la demoiselle n'a pas du apprécier...

Un mince sourire étirait ses lèvres, dommage qu'il ait raté ce spectacle ! En tout cas, il n'y avait plus de cris, uniquement des pleurs. Eh bien, il en avait fallu à l'acheteur pour calmer cette esclave. Il reprit ses calculs, vérifiant pour de bon la somme et s'estima satisfait, alors que son client s'approchait de nouveau.

- Oui, c'est parfait. Nous allons pouvoir faire affaire !

Il lui adressa un large sourire puis rangea les enveloppes dans une poche. Celles-ci rejoindrait plus tard un petit coffre plus sécurisé, mais il ne le montrait jamais. Ni aux clients, ni à ses collègues du marché noir. Il ne tenait pas à se faire voler. D'une autre poche, il sortit un biper. Petit appareil terriblement pratique. Il le donna à son client, sortit le sien et vérifia rapidement que celui du client fonctionnait. Parfait, le message sans intérêt était bel et bien apparu.

- Parfait. Comme convenu, je vous contacterai là-dessus. Impossible pour vous de répondre, contentez-vous de suivre les instructions quand vous les recevrez. Ne me faites pas attendre, j'ai horreur de ça, je préfère vous prévenir.

Il était resté parfaitement aimable, même si la menace était claire. S'il voulait sa marchandise, il avait intérêt à suivre toutes les instructions qu'il lui donnerait quand elles arriveront.

- Bien. Besoin d'autre chose ou vous êtes satisfait pour aujourd'hui ?

Il attendit la réponse de son client, un sourire commercial aux lèvres.
Messages : 173
Date d'inscription : 02/06/2015
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
(#) Dim 21 Mai - 21:09
L'homme appréciait de moins en moins le marchant et ses répliques sur ce qu'il se passait a l'extérieur, mais il était ici pour affaire et non pour devenir amis. Il aurait aimé lui faire ravaler son sourire, mais il resta de marbre, ne voulant pas causé de problème, surtout maintenant qu'ils faisaient affaire ensemble.

L'ombre s'approcha du marchand, une fois que celui-ci avait fait les comptes, il devait faire attention à cet homme. Il l'avait testé, maintenant, il avait une idée de qui il était, le marchant aurait bien pu mettre l'argent de coter pour le redonner, puisqu'il n'avait pas demandé plus, mais il l'avait gardé pour lui. L'homme au manteau savait donc qu'il devra faire attention et qu'au moment de l'échange, il ne devra pas se tromper.

Une fois proche, le vendeur lui donna le bipeur, qui avait préalablement tester, puis il lui fit ses recommandations, une menace non dissimulée, l'homme ne s'en formalisait pas, ce genre de menace ne l’atteignait pas, mais il suivra les instructions à la lettre, il n'avait pas l'intention de perdre de l'argent pour rien.

Le marchand lui remit un appareil, l'homme au manteau l'évalua cherchant à voir si on ne l'avait pas modifié, à première vue, il ne semblait pas avoir été ouvert, cela ne voulait pas dire qu'on n'avait pas inséré une puce de localisation, seulement que si le marchand l'avait fait, il avait payé un professionnel pour ça.

-Non, je n'ai besoin de rien d'autre, je vous remercie du temps que vous m'avez consacré et n’ayez craint, je serais là en temps et en heure. -

Dans une léger signe de tête, il sortit, laissant le marchant seul dans sa boutique, l'ombre lui n'avait qu'une envie sortir du marché noir, il n'aimait pas cet endroit et depuis les nouvelles lois, c'était pire. L'homme au manteau refit le chemin inverse, la pluie tombait de plus en plus et avec la noirceur tombante, il passera pour une ombre dans la nuit.

Cela prit quelque semaine, mais le bipeur sonna enfin, jetant un coup d’œil, il vit que le marchand lui donnait rendez-vous au marché noir, le rabatteur soupira, le montant était bien supérieur a ce que le marchant et lui avait discuté, mais il était trop tard pour reculer, il devra pour quelque mois faire attention à ses dépenses, regardant sa montre, il vit qu'il lui restait plusieurs heures avant l'échange.

Le jeune homme fini donc sont service, puis alla chez lui se changer, il reprit son manteau long et sa tuque, cette fois, il s'équipa, troquant ses desert eagle pour deux pistolet plus petit, mais surtout non répertorier, il rajoute quelque arme blanche. Passant devant le miroir, il vérifia que tout était parfait, attrapant un sac à dos, il sortit, se fondant dans la masse, telle l'ombre qu'il voulait être.

L'homme au manteau, pris le chemin du marché, tout en gardant un autour de lui, ce n'était pas le temps de se faire remarquer, et encore moins de se faire remarquer, vu l'argent qu'il avait dans son sac. Le chemin fit rapide, et sans anicroche, pour l'instant tout allait comme sur des roulettes et il espérait que cela allait continuer ainsi.

Comme a chaque fois qu'il entra dans le marché, il fut surveillé de près, bien sûr accoutré comme il l'était, c’était donc normal qu'on le garde a l’œil, lui ne s'en souciait guerre. Il finit par arriver à l'endroit prévu, a l'heure exacte demandée par le vendeur.

Les yeux de l'homme, passèrent rapidement de gauche a droit, * quatre hommes dans les ombres, il est sûr se garde, l’acquisition de se matériel a dû être plus dure que prévus, * l'ombre s’avança, il avait hâte de sortir d'ici. Entre lui et le marchant se trouvait une table, l'homme au manteau sorti le bipeur, et le déposa sur la table.

-Bien le bonjour, très pratique cette boite, l'homme déposa son sac sur la table près de lui, si nous commencions, je crois que n'y vous n'y moi ne voulons perdre notre temps. -
Messages : 66
Date d'inscription : 06/04/2017
Age : 32
Fiche de Présentation : Ma Fiche

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Aucune
Maître/Maîtresse: Aucun
Esclaves: Vasta
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humain - Rabatteur


Mai 2017
Revenir en haut Aller en bas
(#) Lun 22 Mai - 12:03
- Parfait. Je vous souhaite une bonne fin de soirée.

Il suivit du regard son client qui sortait de sa cabane, et très certainement du marché noir. Il aimait bien ce genre de clients...tellement facile à arnaquer !
Il sortit à son tour, jetant un coup d’œil sur l'étale où était proposé divers hybrides et humains...majoritairement des femmes d'ailleurs, à la vente. Ah quel dommage d'avoir raté cette baffe que la gamine s'était prise avant de pleurer ! C'est pour cela qu'il aimait son métier et sa place, il avait constamment du spectacle et une belle vue.

Mais il se faisait tard et il avait beaucoup de travail encore avec cette commande tardive. Il rangea tout ses objets à la vente, récupéra son petit coffre rempli d'argent puis quitta le marché pour aujourd'hui. Il passa encore deux heures, peut-être trois, à passer de nombreux coup de fil envers ses contacts à l'extérieur de Togi. Il finit par en trouver un qui avait la possibilité de trouver ce qu'il cherchait...et le prix ! Bon, pas le choix de toute façon, il serait obligé d'augmenter le tarif donné au client pour se faire sa marge.
Son contact le rappela deux semaines après lui annonçant qu'il avait enfin la marchandise mais qu'il lui faudrait surement une semaine, voir un peu plus, pour réussir à l'amener jusqu'à Togi.

Et enfin, il finit par avoir la marchandise en main propre. Sur le retour, il faillit avoir bien des ennuis avec plusieurs patrouilles de police, puis il prit la soirée suivante pour la vérifier, être sure qu'elle était bien conforme à ce qu'il voulait. Parfait. Son contact ne l'avait pas déçu et son client ne le serait pas. Il attrapa alors son bipeur et envoya un message indiquant de le retrouver au marché noir, le lendemain soir avec le double de la somme demandée. Bah eh, entre les risques et le prix plus élevé que prévu, il fallait bien que cette transaction soit rentable !

L'heure du rendez-vous approchant, il avait tout prévu. Ses amis veillaient dans les coins, au cas ou un policier déboule ou quelqu'un qui risquerait de gêner cette vente. Il avait disposé d'une table pour permettre un échange plus facile. Et enfin son client arriva, pile à l'heure. Il récupéra le bipeur, le glissant dans sa poche en se promettant de le vérifier par la suite. Non, il n'avait jamais confiance en ses clients.

- Vous avez bien raison. Comme convenu, voila votre marchandise...je vous laisse les vérifier si vous le souhaitez, mais je vous garanti qu'elles sont impeccables.

Il lui fournit le sac contenant les plaques alors qu'il récupérait celui avec l'argent. Il prit le temps de le recompter, sachant que si son client tentait de fuir, un de ses amis le rattraperait...et lui ferait bien regretter d'avoir tenté de tricher. Le compte y était. Il posa son regard sur son client, toujours aussi encapuchonné.

- Parfait. Maintenant, une dernière chose : on ne s'est jamais vu. Ce n'est pas moi qui vous ai fourni ces plaques. Mais si vous avez besoin d'autres choses, n'hésitez pas à revenir !

Il espérait bien que si cet homme se faisait attraper, il n'irait pas tout balancer sur cet endroit et sur lui. De toute façon, son cher client le regretterait autant que lui. Il attendit de le voir filer avant de récupérer l'argent et de filer avec, dans l'autre sens. Une bonne transaction, un bon bénéfice, oui il était ravi même s'il avait bien failli ne pas pouvoir finir l'échange.
Messages : 173
Date d'inscription : 02/06/2015
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
(#) Ven 26 Mai - 20:40
L'ombre déposa le sac a dos contenant l'argent et le fit glisser vers le marchand, qui lui fit de même avec le sac contenant la marchandise prévue. Le vendeur prit le temps de compter l'argent, l'homme au manteau, lui ouvrit le sac pour vérifier que la cargaison était complète et que c'était ce qu'il avait commandé

L'homme au manteau pris le temps de tester la plupart des bande fer, les soulevant pour évaluer leur poids, testant leur flexibilité et leur résistance. Il les compta pour être sûr d'en avoir assez et combien il en avait de surplus.

Tout en vérifiant la marchandise, il jeta des regards partout pour être sûr de ne pas se faire arnaquer, se demanda à chaque seconde si l'un des hommes cachés dans l'ombre n'allait pas tenter de le tuer, il n'avait pas confiance au marchand ou a ses hommes, il serait aisé de croire qu'il avait l'avantage et dans ce cas, il pourrait croire, pouvoir, repartir avec l'argent et le matériel. Qui le saurais, qui en entendrait parler, mais la transaction se fit sans problème, l'ombre préférait cela, il n'aurait pas aimé faire un massacre ici.

-J’espère que cette règle s'applique pour vous aussi, je n'aimerais pas avoir des problèmes à cause de vous. -

L'homme au manteau salua le vendeur d'un signe de tête, pris le sac rempli de la marchandise fraîchement acheté et sortie sans un regard en arrière, il n'aimait pas le marché noir, même si ce n'était pas la première fois qu'il achetait des choses ici. Ne pas savoir si la personne avec qui nous fessons affaire à des principes ou non, le dérangeait fortement, mais l'homme avec qui il venait de marchander semblait honnête, du moins en apparence, seul le temps lui dira s'il en ait autrement.

L'ombre repartie chez lui, de la même manière qu'il était venu, tel l'ombre qu'il voulait être, il marcha dans la nuit sombre, personne ne porta attention a lui, il vérifia qu'il n'était pas suivi, que se soit, un homme du marchand ou une autre personne. Si c'était le cas, il ferait en sorte de le semer, ou de le combattre s'il ne pouvait pas, autant dire que d'une maniérée ou du autre, il rentrerait chez lui sans personne pour le voir.

Une fois rentré, il vérifia que sa colocataire n'était pas présente, puis alla déposer son butin dans sa garde-robe, puis il se changea, mettant un habit plus relaxant. Le jeune homme passa ensuite à la cuisine, tout en réchauffant un plat, il se mit à réfléchir, maintenant qu'il avait tout le matériel, il devra trouver une personne qui créerait ce qu'il avait en tête, mais qui. Tout en mangeant, il découvrit ce qu'il recherchait, il n'avait plus qu'à la contacter pour voir si elle était intéressée.
Messages : 66
Date d'inscription : 06/04/2017
Age : 32
Fiche de Présentation : Ma Fiche

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Aucune
Maître/Maîtresse: Aucun
Esclaves: Vasta
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humain - Rabatteur


Mai 2017
Revenir en haut Aller en bas
(#)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maître ou Neko ? :: Hors-rp :: Rp terminés-