Bienvenue à Togi! Cette merveilleuse île qui propose toutes sortes d'hybrides et maintenant des humains, à la vente. Serez-vous le maître ou l'esclave? NC-18
 

Un achat, des tonnes de projets [PV Yamiko]

 :: Hors-rp :: Rp terminés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
(#) Mar 5 Déc - 16:18
Suite à sa réunion avec tout les membres du FALH, sa grosse réunion, Juna avait beaucoup réfléchi à ce qui avait été dit, les propositions qui avaient été faites. Une d'elle tout particulièrement avait retenu son attention, agir pour les humains également. Mais comment ? Et puis, ils avaient été punis pour des crimes, n'est-ce pas ? Mais était-ce vrai ? Ces humains avaient-ils réellement causé tout ces crimes ?

Tout en ruminant ses réflexions, Juna avait mis sur pieds une autre idée, celle de créer un orphelinat. Il servirait de base pour les hybrides orphelins, des enfants incapables de survivre seuls. De simples enfants qui finiraient chez des bourreaux ou au centre à subir un affreux dressage. Et elle voulait leur épargner cela. Mais comme elle savait qu'il était difficile d'obtenir un agrément uniquement pour les hybrides orphelins, autant accueillir des humains orphelins. Et pour s'en occuper, eh bien, un personnel constitué de quelques humains asservis qu'ils auraient récupéré. Oui, l'idée lui avait paru bonne car même le pire des criminels considèrent l'enfant comme intouchable et a horreur de ceux qui s'en prennent à des êtres si fragiles...
Mais bien sur, elle ne laisserait pas des humains asservis seuls avec des orphelins, ils seraient sous surveillance. Notamment d'hybrides sauvés par le FALH.

Elle avait imaginé tout un programme mais sans bâtiment, c'était impossible à mettre en place. A force de chercher, aussi bien des terrains à construire que des bâtiments déjà prêt et juste à aménager, elle avait fini par trouver ce qui semblait être la perle rare. Un bâtiment qui ne servait plus. Un ancien orphelinat justement. Il y aurait surement des rénovations à faire mais cela ne l'inquiétait pas. Et puis, cet endroit avait une âme !
Elle avait donc cherché à joindre le propriétaire, lui avait laissé plusieurs fois des messages et puis un jour, elle avait réussi à discuter avec quelqu'un. Ils avaient conclu d'un rendez-vous devant le bâtiment même pour faire une visite. Et si cela lui plaisait, elle ferait une offre. C'était la première fois qu'elle faisait ce genre de choses, mais elle aimait vraiment !

Le jour du rendez-vous, elle se préparait, totalement sur-excitée à l'idée d'y être enfin, de pouvoir commencer son projet ! Elle enfila sa tenue de motarde, monta sur sa moto et fila à travers la ville. La sensation du vent frais la cinglant lui permit de retrouver son calme. Elle arriva finalement devant le bâtiment, arrêta sa moto, descendit, retira son casque et secoua ses cheveux pour leur redonner du volume. Elle admira ensuite le bâtiment, la villa mais surtout l'orphelinat juste à côté avant de poser son regard sur la personne qui l'attendait, affichant un sourire ravi. Elle s'approcha alors de lui.

- Bonjour ! Je suis Juna Kavanez, c'est avec vous que j'ai discuté au téléphone à propos de cet endroit ?

Le jeune homme semblait bien jeune pour posséder un tel endroit, mais après tout pourquoi pas. Elle n'allait pas juger alors qu'elle-même s'était retrouvée à la tête d'un manoir, d'un immense terrain, d'une grosse fortune et surtout du FALH. Juste sous prétexte qu'elle plaisait à Sofiya.
Elle ne perdait pas son sourire alors qu'elle regardait de nouveau le bâtiment derrière lui.

- Et si nous allions visiter alors ? J'ai hâte de découvrir l'intérieur ! Il y a beaucoup de rénovations à faire ?


Elle revint sur le jeune homme, l'observant d'un air curieux.
Messages : 124
Date d'inscription : 29/08/2017
Age : 25
Multi-Compte : Eileen L. Allannah, Sarika, Leah Aoife, Kioko et Maeko
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Mes liens

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Aucune
Maître/Maîtresse: Je ne laisserai plus personne contrôler ma vie !
Esclaves: Officiellement Athenais et Crystal, mais elles sont aussi libres que possible
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humaine - Membre FALH
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mar 5 Déc - 17:29

Le rendez-vous avait été pris un Mercredi après-midi, qui était un moment où Yamiko n’avait pas de cours programmé à l’Université. Ainsi, il était libre d’exposer l’orphelinat à cette nouvelle acheteuse en toute sérénité et aussi longtemps qu’il le faudrait.

Les choses s’étaient précipitées assez rapidement finalement. Pour Yamiko tout du moins.
Il savait que son père avait mis en ligne l’annonce pour vendre l’orphelinat sous un pseudonyme géré par Yamiko, et il s’y connectait deux fois par mois pour faire remonter l’annonce; mais leur démarchage n’était pas agressif, du reste très peu de gens s’intéressaient à l’orphelinat en tant que tel, et Jirou s’était opposé à ce que cette pension soit détournée de sa fonction en y installant une activité liée à l’exploitation ou à la punition d’hybrides. Si son père était parti dans l’urgence, il avait, semblait-il, du mal à se séparer de l’orphelinat qu’il avait construit avec sa femme durant toutes ces années.

Même Yamiko, malgré sa froideur habituelle, avait un pincement au coeur à l’idée que l’endroit où il avait vu grandir les nouveaux petits frères et soeurs recueillis par ses parents, pourrait être mis en d’autres mains.

Ces derniers mois, il s’était appliqué, sur les consignes de son père, à aller entretenir ce qui devait l’être pour que le lieu reste présentable. Ces séances l’avaient, de manière surprenante, aidé à affronter son quotidien, le calme de l’endroit le ressourçant. En plus des séances de nettoyage, il fallait aussi faire en sorte que le bâtiment n’atteigne pas un état de délabrement trop important. Ainsi Yamiko avait dû gérer une première crise le jour où un pilier central avait commencé à se fissurer et qu’il avait dû faire intervenir quelqu’un. Armand l’avait aidé à payer les travaux. Quant à lui-même, il avait prélevé la moitié du pécule qu’il s’était fait en étant mannequin.

Au final, il avait convenu par téléphone d’un rendez-vous avec cette madame Kavanez. Elle lui avait peu parlé d’elle-même, mais avait mis un point d’honneur à assurer que ses ambitions étaient de restaurer un orphelinat à l’ambiance saine et agréable pour ses pensionnaires, fussent-ils hybrides ou humains.

Il arriva une demie-heure en avance, histoire de voir si tout était en place, il ne fallait pas décevoir cette visiteuse. Pour l’occasion il avait mis une tenue sobre mais élégante, une chemise bleu sombre accompagné d’un pantalon et d’une veste gris. Il avait même fait l’effort de dresser ses cheveux turbulents.

En arrivant, il roula une cigarette et la fuma avant d’aller l’écraser dans un cendrier fourni par la ville.
Mieux fallait éviter de fumer en intérieur puisqu’encore une grande partie du bâtiment était faite de bois.

Après avoir vérifié la propreté du mobilier et du sol, il redescendit au point de rendez-vous et se fuma une autre cigarette. Pendant ce temps là, son interlocutrice l’avait remarqué et venait dans sa direction. Il tendit sa main pour la saluer.

“Bonjour, c’est bien moi que vous avez eu au téléphone. Kengo Yamiko, ravi de vous rencontrer en chair et en os, Miss Kavanez. Je vais vous faire visiter, j’espère que notre bâtisse satisfera vos attentes. Ma famille et moi sommes honorés de vos bonnes intentions quant à l’utilisation de ce bâtiment.”

En tout cas cette jeune femme lui plaisait bien, il avait vu en elle un dynamisme revêche et un petit côté garçon manqué. Peut-être était-ce cette tenue de motarde qui lui parlait ? Lui-même avait quelques pièces de ce genre dans sa garde-robe, mais il n’avait pas encore atteint une qualité telle que le fier cuir de Juna. Cela dit, aurait-elle les qualités requises pour conforter des enfants sans parents ? Lui qui gardait ce souvenir d’une mère toujours bien propre sur elle, féminine, et douce...
Juna possédait aussi des lentilles rouges (ou étaient-ce ses yeux naturels ? puisque tout est possible sur Togi); la couleur se mariait bien avec la tenue vestimentaire mais le mettait tout de même un peu mal à l’aise. Aussi elle était plus grande que lui. N’attend-on pas d’une femme habituellement qu’elle ne soit pas imposante ? Mais bon. Aucune raison de stresser pour le moment, et puis elle allait sûrement se dévoiler d’elle-même au cours de cet entretien. Autant ne pas faire confiance à ces clichés poussiéreux qui avaient conforté Yamiko lui-même dans sa transition.

Il invita Juna à le suivre d’un geste distrait, puis avança en direction de l’entrée de l’orphelinat, sans emprunter l’accès habituel qu’il avait depuis l’intérieur de la villa Kengo. Il sortit la clef de sa sacoche et ouvrit la porte d’entrée de l’orphelinat Kbo, la porte se mit à émettre un grincement strident alors que se dévoilait sous leurs yeux le grand hall d’accueil, où était resté tel quel la plupart du mobilier. Yamiko alla ouvrir les volets et un rayon de soleil passa par la vitre propre, envahissant l’espace d’une luminosité vive.

“Alors… La plupart des rénovations à faire concernent le bâtiment en lui-même. L’infrastructure est à rénover et il me semble que le réseau d’électricité n’est plus aux normes. Bien sûr, il vous faudra réinstaller l’eau courante et l’électricité, puisque depuis la fermeture ici nous n’avions plus de raisons d’y maintenir ce service. Donc nous voilà dans le hall d’accueil, j’attends vos impressions et on passera ensuite à la visite des autres autres pièces…”

Lui non plus ne se dévoilait pas beaucoup en fait. Sûrement aurait-elle des questions pour lui, plus tard. Pourquoi l’orphelinat a-t-il arrêté d’accueillir des enfants ? Pourquoi le départ de Jirou Kengo et de ses équipes ? Pourquoi Yamiko n’avait-il pas repris lui-même la direction de l’endroit ? Chaque chose avait son explication, et il ferait en sorte de satisfaire la curiosité de sa visiteuse, néanmoins après avoir vraiment vu si elle pouvait être de confiance ou non.
Messages : 51
Date d'inscription : 21/10/2016
Age : 26
Localisation : Université de Togi
Fiche de Présentation : -www-
avatar
Voir le profil de l'utilisateur https://www.instagram.com/qantuum_photography/
Humain - Neutre


Ma couleur : #663300 (marron)

défis cb:
 
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mer 6 Déc - 12:07
Face au jeune homme, Juna restait elle-même. Inutile de changer ce qu'elle était, surtout que visiblement ses intentions envers ce bâtiment plaisaient aux propriétaires des lieux. Même pour ce jeune. Était-il touché par la condition des hybrides ? Et si c'était le cas, pourrait-il aider le FALH ? Non, ce n'était pas une bonne idée. Il semblait si jeune, était-il au moins majeur ? Certainement s'il devait lui faire la visite.

- Effectivement, mais je me disais qu'un ancien orphelinat serait parfait pour ce que je désire faire. Au moins, il sera déjà aménagé comme il faut pour un orphelinat récent. S'il n'y a que des rénovations légères à faire et des mises aux normes, ce n'est pas ça qui va m'effrayer.

Et puis, elle était certes débrouillarde mais elle avait largement assez d'argent pour embaucher les meilleurs ouvriers de l'ile. Elle voulait ce qu'il y avait de mieux pour cet endroit. Et après tout, puisque ce serait officiel, autant faire les choses correctement !
Remarquant rapidement le signe de Yamiko, elle le suivit jusqu'à l'entrée de l'orphelinat. Elle lui laissa le temps de trouver ses clefs pour ouvrir la porte, observant pendant ce temps, la bâtisse, cherchant à repérer d'éventuels dégâts.

Une fois la porte ouverte, elle entra à l'intérieur, découvrant alors le hall d'accueil. Visiblement, l'endroit était entretenu car la pièce était propre, jusqu'aux vitres ne possédant pas une seule trace. Elle commença à faire le tour de la pièce, vérifiant chaque endroit. Finalement, même si ce n'était pas sa spécialité, elle s'amusait bien à visiter l'endroit, à tenter de deviner ce qui avait pu se passer ici même...
Ses doigts parcouraient les murs, les piliers, les meubles même, cherchant à tout ressentir, à tout découvrir, jusqu'à entendre la voix de son interlocuteur. Elle tourna la tête vers lui, s'il disait vrai, ce n'était pas un gros problème.

- Ce sont de gros travaux à prévoir, mais ce n'est pas un soucis. Le bâtiment tient debout, c'est le principale, tant que je n'ai pas à tout détruire et reconstruire. J'aime bien ce hall d'accueil, on sent qu'il a vécu, mais ça lui donne un charme certain. Je ne pense pas changer grand chose à cette pièce, si ce n'est la rénover. Peut-être moderniser la décoration avec une peinture différente, mais ça, ce n'est pas le plus important. En tout cas, pour l'instant, j'aime beaucoup ce que je vois, j'ai hâte de voir la suite !

Elle tourna sur elle-même pour même regarder le plafond qui présentait un coin un peu lézardé mais rien de bien méchant. Après tout, elle ne s'attendait pas à un endroit neuf non plus. Elle sortit un papier et un crayon, notant la pièce et ce qu'elle y avait remarqué, ce qui était à prévoir. Ce serait un début, si elle achetait le bâtiment, elle reviendrait avec d'autres personnes lui l'aideraient à tout noter et à prévoir le tarif avant de contacter des entreprises.
Elle posa sa main sur le mur, se demandant s'il était bien isolée puis nota sur sa feuille de vérifier cela. Après tout, quitte à prévoir de gros travaux, autant que tout soit parfait !
Elle revint ensuite vers Yamiko, tout sourire.

- Dites-moi, je vais me permettre d'être curieuse, qu'est-ce qui vous a poussé à fermer l'endroit ? C'est un bel endroit et l'un des rares orphelinats de l'ile, donc très important. D'ailleurs, vous accueilliez uniquement des humains ou aussi des hybrides ?

Elle s'interrogeait sur ce qu'avait été cet endroit et cette question posé sur le ton de la conversation lui permettrait d'en savoir un peu plus sur les propriétaires des lieux. S'ils récupéraient aussi des orphelins hybrides, c'est surement qu'ils n'avaient pas un mauvais fond.
En attendant patiemment sa réponse, elle continuait d'observer le hall d'entrée qui lui plaisait vraiment beaucoup.
Messages : 124
Date d'inscription : 29/08/2017
Age : 25
Multi-Compte : Eileen L. Allannah, Sarika, Leah Aoife, Kioko et Maeko
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Mes liens

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Aucune
Maître/Maîtresse: Je ne laisserai plus personne contrôler ma vie !
Esclaves: Officiellement Athenais et Crystal, mais elles sont aussi libres que possible
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humaine - Membre FALH


Défis rp réalisés :
- Lâcher un rot disgracieux en présence de Athenais ==> Ici
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mer 27 Déc - 12:11

Yamiko hocha la tête avec patience lorsqu’il reçut les remarques de son invitées sur le lieu et lorsqu’il entendit ses questions. En tout cas il était ravi que la pièce lui ait fait bonne impression. Il se rappelait avec tendresse les jours où ce lieu était rempli et voyait d’incessants allers et retours d’enfants courant; humains comme hybride. Une micro-société où la cohabitation était la règle… Voire plus, un mode de vie, un sacerdoce.
Mais tout cela, c’était avant la maladie de sa maman, avant le long déclin de l’orphelinat, enfin avant que son père ne récupère ses petits protégés à la maison et avant qu’ils ne partent tous habiter au Japon, y compris les petits hybrides.
Une partie de l’histoire qu’il fallait malheureusement cacher à Mme. Kavanez, dont Yamiko ne pouvait être sûr qu’elle tiendrait sa langue.

“Merci pour vos remarques. Oui, c’est un bel endroit. Nous nous sommes vantés de proposer refuge aux humains et aux hybrides, oui… En fait, l’histoire de la fermeture de l’orphelinat… Mon père et ma mère s’en occupaient tous les deux; puis un jour ma mère est tombée malade… Après sa disparition…”
Il marque une pause pour déglutir alors qu’une grimace de tristesse et de malaise s’installait sur son visage. Puis il fit de son mieux pour évacuer ce rictus.
“Après, ça a été difficile pour notre famille mais nous sommes restés soudés autour de ce projet. Mais on avait de moins en moins de pensionnaires et des difficultés financières ont commencé à nous pourrir la vie. Cela fait quelques temps maintenant que c’est fermé. Et puis… Mon père est parti tenter sa chance au Japon. Pour moi qui suis resté, laisser partir cet endroit me semble aussi l’occasion d’un nouveau départ…”

L’histoire du pensionnat Kibo et de la famille Kengo. Quelques détails avaient été passés à la trappe, Yamiko en avait gardé les grandes lignes.
Il baissa la tête tout penaud. Parler de sa maman avait finalement été inattendu mais il ne pouvait pas ne pas mentionner le travail qu’elle avait abattu, alors même qu’elle avait commencé à tomber malade. Malgré sa capacité à s’adapter à toute situation et à se montrer fort et combatif, parler de sa maman restait tout de même douloureux; d’autant qu’il n’avait pas souvent l’occasion de le faire. Vu sa réaction, il se promit d’avoir à nouveau une discussion avec Kenkyo dans la journée, son grand frère étant toujours là pour le réconforter.

Il se permit de regarder son interlocutrice dans les yeux un moment pour se redonner un peu de contenance. Analyser les réactions de son visage l’aidait à se re-focaliser sur sa priorité du moment : présenter l’orphelinat. Ce fut naturellement d’un ton plus assuré, qu’il proposa à la jeune femme de le suivre dans les couloirs et les étages. Il avait prévu de terminer sa visite par la visite de la villa Kengo, dont plusieurs entrées communiquaient avec l’intérieur de l’orphelinat. Une furieuse envie de re-fumer une cigarette vint le tourmenter, il devrait faire avec.
Messages : 51
Date d'inscription : 21/10/2016
Age : 26
Localisation : Université de Togi
Fiche de Présentation : -www-
avatar
Voir le profil de l'utilisateur https://www.instagram.com/qantuum_photography/
Humain - Neutre


Ma couleur : #663300 (marron)

défis cb:
 
Revenir en haut Aller en bas
(#) Jeu 28 Déc - 9:51
Tout en attendant les réponses à ses questions, Juna admirait le hall, n'hésitant pas à se promener dans cette grande pièce pour tout remarquer. Elle touchait du bout des doigts les murs, les moindres fissures comme si elle pourrait ainsi en apprécier la profondeur. Mais les travaux qu'elle pouvait déjà apercevoir ne l'inquiétait pas pour autant. Néanmoins, quand elle entendit un début de réponses, elle se raidit aussitôt. C'était tout elle cela, sauter à pieds joints dans les choses difficiles. Elle se tourna alors vers le jeune homme.

- Je suis désolée, j'ignorais ce qui s'était passé...

Il semblait triste, ce qui était normal dans une famille où tout le monde s'aimait. Enfin, c'est ce qu'elle supposait mais cela leur faisait un point commun. Sa mère aussi était morte de maladie et puis, peu de temps après, elle avait fugué. Peut-être que la vie de ce Yamiko aurait pu être la sienne dans d'autres circonstances.

- Sachez que je souhaite faire de cet endroit un lieu d'accueil aussi bien pour les orphelins humains que les hybrides. Je considère qu'ils méritent eux aussi un endroit où être en sécurité et grandir tout en s'épanouissant. Loin de la cruauté de certains hommes. Au final, j'ai beaucoup de projets pour cet orphelinat !

Mais elle n'en dirait pas plus. Elle ne connaissait pas ce type et donc, elle ne pouvait pas raconter ses projets au premier venu, tout ce qui avait un lien au FALH, c'était bien trop dangereux ! Une seule personne pouvait tout faire basculer au final. Mais il semblait avoir grandi dans une idée d'égalité hommes, hybrides...donc, peut-être qu'il serait un allié intéressant ? C'était à voir.

- Je me demandais...pourquoi ne pas être parti au Japon avec votre famille ? Vous êtes attachés à ce point à cette île ?

Autant où de son côté, partir de l'île, c'était risqué de se faire prendre la police et mettre en prison. Ce dont elle n'avait absolument pas envie. Mais même si elle se doutait que d'autres criminelles plus ou moins dangereux avaient fait la même chose, tout le monde n'en était pas non plus. Alors, cet adolescent là n'était surement pas un criminel...Enfin, elle espérait que non.
Elle le suivit, par la suite, dans les étages pour visiter le reste de l'orphelinat. Et tout en observant les murs, les réparations à faire ainsi que la décoration, elle repris la conversation.

- Mais vous semblez attaché à ce lieu de ce que j'ai pu comprendre. Ce n'est pas trop dur de s'en séparer ?

Elle observait les différentes pièces, notamment les chambres. Il y avait de la place, ce qui était une bonne nouvelle, puisqu'elle espérait bien accueillir pas mal d'enfants tout en leur offrant le confort nécessaire à leur épanouissement.
Messages : 124
Date d'inscription : 29/08/2017
Age : 25
Multi-Compte : Eileen L. Allannah, Sarika, Leah Aoife, Kioko et Maeko
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Mes liens

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Aucune
Maître/Maîtresse: Je ne laisserai plus personne contrôler ma vie !
Esclaves: Officiellement Athenais et Crystal, mais elles sont aussi libres que possible
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humaine - Membre FALH


Défis rp réalisés :
- Lâcher un rot disgracieux en présence de Athenais ==> Ici
Revenir en haut Aller en bas
(#) Lun 15 Jan - 12:24

Yamiko fit une moue après les excuses de la jeune femme. Maintenant elle savait quelque chose sur lui, alors que lui ne savait rien. Néanmoins , comme elle continuait de parler de ses projets très positifs, il fit en sorte de ne pas trop douter. Il lui dit poliment que ce n'était rien, qu'elle ne pouvait pas savoir.

En fait elle se proposait de continuer le travail accompli par ses parents. Ainsi, comme pour lui tout cela était impossible, il était content que cette mission, ce sacerdoce, passe en d'autres mains. Mais il était, lui, garant de cette confiance, et espérait faire le bon choix.

]"Les gens qui sont cruels avec leurs hybrides sont des lâches. Notre maire a installé des nouvelles lois pour asservir ceux qui vont trop loin, je trouve ça bien fait. Mais bon, on sait jamais s'ils vont recevoir pire que ce qu'ils ont fait, ce serait pas équitable... Enfin bon, j'suppose que c'est pas donné à tout le monde d'avoir des valeurs..."

Avant d'aller ouvrir la porte qui donnait sur l'escalier, il la regarda et la fixa :
"J'ai possédé une hybride moi-même. Mais j'ai fait ce que j'ai pu pour la rendre plus autonome dans sa vie."

Et pourtant, Kitsa avait fui et n'avait jamais été retrouvée. Qu'avait-il advenu d'elle ? Peut-être ne le saurait-il jamais. Il avait ce sentiment lourd de culpabilité, ce sentiment ne se calmerait pas; il n'avait pas été en mesure de contrôler la situation et son hybride lui avait été enlevée à cause de cela. En soi cela faisait sûrement la même sensation que de perdre un enfant. Il pensa qu'en fait avoir un hybride, c'était tout simplement être responsable de quelqu'un d'autre. En cela il fallait rester vertueux.

Ensuite Juna fit encore montre de curiosité en lui demandant pourquoi il ne voulait pas suivre sa famille au Japon.
Cette curiosité-là, il avait moins de mal à la satisfaire. Il pouvait un peu lui raconter son parcours, et par la même occasion lui demander le sien. En vrai, il appréciait même les moments où il pouvait parler de la valeur qu'il souhaitait apporter à Togi. Par contre, mentionner les activités illégales de son père ne serait pas un cadeau à lui faire, on ne sait jamais où peuvent traîner les oreilles des rabatteurs.

"Le départ de ma famille m'a fait de la peine oui. Mais bon j'ai construit un tissu social ici qui m'occupe pas mal, et je suis habitué à vivre avec des hybrides. Y a aucun hybride hors de Togi, la vie ailleurs serait bien moins animée. Et puis j'ai une mission à accomplir : je vais bientôt être vétérinaire diplômé ! Comme ça je pourrai prendre en charge les hybrides qui ont été violentés par leurs sous-races de Maîtres."

La colère qui l'habitait était vraiment une affaire de justice. Pour lui, la violence appelait la violence. La violence était un outil pour punir les personnes qui faisaient justement preuve de trop de violence. La violence calmait les ardeurs de ceux qui ne respectaient rien. La violence lui avait servi à venger la quiétude de ses frères et sœurs qui en avaient été injustement privés dans leurs tendres et jeunes années. Mais jamais il n'aurait envisagé la violence comme un passe-temps ou un plaisir (à part peut-être quand il était au bar et qu'on le cherchait trop, ses combats devenaient alors des matchs "amicaux"). Mais en tout cas, aller ennuyer celui et celle qui n'avaient rien demandé, était un abus caractérisé. Le terme de "sous-race" prenait bien son sens : quelqu'un qui n'avait pas droit de se déclarer humain; quelqu'un qui mettait ses pulsions avant sa propre bienveillance.

Il se demanda à nouveau comment il pourrait gérer les situations en clinique. Il avait déjà eu vent par les internes avec qui il était en contact, du comportement des Maîtres en question. Ces personnes venaient dans les cliniques vétérinaires et prétextaient en arrivant comme une fleur, que leurs hybrides avaient eu une mauvaise chute... A d'autres ! Et visiblement le personnel était formé à ne pas enquiquiner les clients sur leurs vies privées, une honte ! Mais le maire était en train de changer cela petit à petit, Yamiko lui faisait confiance... Tout en ayant un peu peur que Togi rentre dans une ère où tout serait surveillé...

Essayant de rester zen malgré les émotions qu'il trahissait en exposant ses points de vue, Yamiko fit donc monter son invitée à l'étage en empruntant l'escalier. Un bel ouvrage en bois verni, qui n'avait pas tant que ça perdu de sa superbe. Arrivés en haut, Juna examinait le couloir et ouvrait les portes pour observer les chambres, et elle fit part de son étonnement du fait que Yamiko quitte les lieux.

"Eh bien... En vrai on veut tous vraiment que ce bâtiment reste un orphelinat. Personne de chez nous ne peut faire revivre le projet, alors on va confier le bébé à un repreneur.  Le plan de départ était que je fasse le vétérinaire ici, alors si vous avez besoin de quelqu'un quand vos pensionnaires seront installés, pensez à moi ! On a déjà eu des prospects comme vous, qui eux voulaient transformer le bâtiment en maison de retraite, d'autres qui voulaient tout acheter et en faire leur domaine privé, bref ça n'allait pas du tout."

Yamiko n'avait pas les épaules de son père pour tout ce qui touchait à l'administratif. Il l'appelait même assez régulièrement quand il ne comprenait pas un formulaire. Et alors gérer administrativement tout en étant en marge de la légalité, Yamiko n'y pensait pas trop. Mêmes'il avait déjà fini une ou deux fois eu affaire à la police, quand on l'avait emmené en cellule de dégrisement ou quand il avait été mis en garde à vue après avoir corrigé une petite frappe, par exemple. Et le départ de sa famille arrivait en plein milieu de ses études, il ne pouvait pas tout lâcher. Et tout ce que Yumeko avait fait pour ce réseau "2SAN", il n'y comprenait rien... Pourtant quelques membres existaient. Yumeko lui avait dit qu'elle avait encore reçu des e-mails. Mais il lui avait bien précisé qu'il ne souhaitait pas rencontrer ces gens... L'objectif premier était de finir sa formation et de servir par ses valeurs au sein de ce système, malgré ses (grosses) lacunes.

Il restait pensif en se demandant si Juna Kavanez était une repreneuse qui saurait redonner à cet orphelinat son éclat d'antan. Si il pourrait revenir un jour dans ce grand hall et être perturbé dans son travail par le bruit des enfants courant et s'amusant. En tout cas, il avait espoir. Ce n'était pas n'importe quelle femme qu'il avait en face de lui, c'était une vraie bikeuse ! Une femme de challenges, très probablement.

"Comme vous le voyez, les chambres fonctionnent en dortoirs de 5 lits; on s'est dit que les nombres impairs étaient plus favorables à la rencontre, parce que si on met les enfants par paires, les clans se forment beaucoup plus vite. Au fond du couloir il y a une grande pièce qui peut faire office de salle de jeux. On y avait fait venir des animateurs dans le temps. On y installait aussi des jouets, des instruments de musique. Il reste quelques trésors dans les coffres, mais mon père a déjà emporté avec lui plusieurs choses. Au milieu on a la cuisine, les sanitaires et la buanderie. Pour la cuisine il y a des petits établis pour qu'on puisse apprendre aux enfants à faire leurs propres plats. On les a laissés tels quels."

Voilà. Il avait spécifié plusieurs autres détails qui ne manqueraient pas d'exacerber la curiosité et l'enthousiasme de la jeune femme, ce qui, pensait-il, étaient de très bons indicateurs pour mesurer son investissement futur.
Messages : 51
Date d'inscription : 21/10/2016
Age : 26
Localisation : Université de Togi
Fiche de Présentation : -www-
avatar
Voir le profil de l'utilisateur https://www.instagram.com/qantuum_photography/
Humain - Neutre


Ma couleur : #663300 (marron)

défis cb:
 
Revenir en haut Aller en bas
(#) Ven 19 Jan - 20:29
La visite de l'orphelinat continuait, de la même manière que tout deux discutaient assez librement. Même si Juna gardait quelques petites choses secrètes, elle donnait son avis sans trop de détour. Mais quand il s'agit de parler du nouveau maire et de ses droits, elle observa un moment le jeune homme. Était-ce la jeunesse qui parlait ? Elle comprenait son avis mais n'avait pas tout à fait le même. Après tout, c'était aussi une question toujours d'actualité depuis la dernière réunion du FALH...Devait-on aider les humains asservis au même titre que les hybrides ? Et la réflexion n'était pas évidente.

- Je n'aurais pas forcément dit cela, après tout, même s'ils sont fait des crimes, doivent-ils forcément subir pire que ce que les hybrides subissent déjà ? Je suis contre la maltraitance et l'esclavage des humains, je ne sais pas comment je réagirais face à un asservi...La loi dit qu'ils sont inférieurs aux hybrides, c'est peut-être le cas dans leur façon d'agir. Mais j'ai peur des dérives, et si tout les asservis n'étaient pas des criminelles ? Savez-vous qu'à aider ainsi les hybrides, on se place du côté hors la loi et que quelqu'un qui va trop loin risque aussi l'asservissement puisqu'il s'agit d'un crime aux yeux de la loi ?

Entre les véritables criminelles, ceux déclarés criminels sans réellement l'être donc tout ceux qu'on se débarrasse ainsi, il y avait trop de dérives possibles. Juna se méfiait et attendait de voir comment tout cela allait évoluer. Mais clairement, si ses actions se faisaient découvrir, elle savait d'avance quel était son avenir.
Elle apprit par la suite que Yamiko possédait auparavant une hybride, elle le regarda longuement.

- Et elle n'est plus à vos côtés ? J'ai sorti quelques hybrides des animaleries, j'ai tendance à vouloir sauver ceux en grosse difficulté, ceux dont personne ne veut. Je suis malheureusement obligée de faire un choix...et j'apprécie les voir évoluer et choisir la vie de leurs choix.

Elle sous-entendait clairement qu'elle ne laissait pas forcément les hybrides à leur état d'esclaves à son nom. Au contraire, elle leur permettait d'être libre autant que possible. Vivre en tant qu'humain si possible, vivre libre avec juste Juna comme maîtresse sur le papier ou vivre dans la forêt comme "sauvage", tant de possibilités dont Juna ne faisait qu'apporter les éléments pour survivre au mieux. Uniquement grâce au FALH, sans le centre, elle n'arriverait à rien.
Par la suite, elle continuait à en apprendre plus sur la vie du jeune homme. Très bonne chose, il répondait assez facilement et ainsi, elle en apprenait plus sur lui, qui il était et quelles étaient ses valeurs. Un futur vétérinaire donc ? Très intéressant.

- Et vous souhaiteriez travailler à la clinique ? Ou peut-être ouvrir votre propre cabinet ? Qu'est-ce qui vous intéresserait le plus ?


S'il voulait soigner des hybrides maltraités, il pourrait clairement l'intéresser. A voir maintenant s'il ne mentait pas sur son caractère et son avis à propos des hybrides. En tout cas, l'achat de cet endroit devrait lui permettre de le revoir plusieurs fois...Et pourquoi pas, lui faire une proposition qui devrait lui plaire s'il disait vrai ? Décidément, l'orphelinat regorgeait de surprises.
En montant l'escalier qui menait à l'étage, elle passa les doigts sur la rambarde, appréciant la sensation du bois sous ses doigts.

- Je trouve qu'un escalier en bois, c'est une très bonne idée. Il donne du cachet à la pièce tout en étant solide. Et la preuve, il ne devrait pas demander grand chose en remise en forme...Peut-être un peu de vernissage ?

Pendant qu'elle parlait, ses doigts caressaient le bois, preuve qu'elle appréciait ce qu'elle voyait. Jusque là, la visite lui plaisait beaucoup.
A l'étage, elle visitait les chambres, cherchant à tout voir, tout repérer. Dans l'idée, évidemment, qu'elle vérifiait s'il n'y avait pas de gros soucis ou de grosse tare, mais elle vérifiait aussi les travaux à prévoir, la taille des pièces...et le possible aménagement futur. Oui, elle se projetait déjà.

- Vous pourrez toujours venir, au moins pour découvrir l'avancée des travaux de rénovation et quand la vie reprendra son cours ici...Et puis, si vous souhaitez travailler pour moi, je ne dirais pas non. J'aurais surement besoin de médecins...enfin, vétérinaires pour les pensionnaires.


Le mot "médecins" lui avait échappé, mais elle n'aimait pas qu'on parle de vétérinaires pour les hybrides. Pour elle, ils étaient humains avec peut-être quelques spécificités, mais humains avant tout. Elle l'écoutait parler de l'agencement de la maison, songeuse.

- Je vois, c'était très bien pensé, on ne modifiera surement pas grand-chose...On pourrait installer un piano, j'ai une amie qui en joue et comme elle souhaite venir s'occuper des enfants...Oui, ce serait une bonne idée.


Elle imaginait déjà la vie dans ce lieu, les enfants hybrides comme humains courir partout, jouer, rire et Athenais qui jouait du piano comme activité...ou qui leur apprenait. Mais d'autres activités en tout genre. Les quelques enfants du centre seraient ravis d'avoir un endroit rien que pour eux et donc, bien mieux adaptés. Ces pauvres orphelins en avaient tant vu...Ici, ils seraient bien plus en sécurité.
Elle baissa les yeux sur son bloc note, là où elle avait noté des informations importantes comme le nombre de pièces, comme les chambres, la superficie du bâtiment, les réparations à prévoir...

- Jusqu'ici, ce que j'ai vu me plais vraiment. Je me vois déjà rénover l'endroit et le faire vivre comme il le mérite. En plus, je sais déjà qui mettre à travailler ici pour s'occuper de tout ces enfants...Je ferais surement une offre, mais il reste la villa d'à côté à visiter, il me semble ? J'y pense, niveau jardin, il y a une grande superficie de souvenir ? Est-ce qu'il est clôturé et possède un quelconque aménagement ?

La clôture était indispensable pour éviter des intrusions et les aménagements, tout dépendait ce qui existait déjà, car ce serait des coûts supplémentaires. Mais même si elle ferait tout pour que ce soit le moins cher possible, elle ne s'inquiétait pas trop, elle possédait beaucoup d'argent hérité de Sofiya et Luann lui en fournissait beaucoup également. C'était pratique d'avoir une mannequin célèbre dans son camp.
Messages : 124
Date d'inscription : 29/08/2017
Age : 25
Multi-Compte : Eileen L. Allannah, Sarika, Leah Aoife, Kioko et Maeko
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Mes liens

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Aucune
Maître/Maîtresse: Je ne laisserai plus personne contrôler ma vie !
Esclaves: Officiellement Athenais et Crystal, mais elles sont aussi libres que possible
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humaine - Membre FALH


Défis rp réalisés :
- Lâcher un rot disgracieux en présence de Athenais ==> Ici
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sam 17 Fév - 11:46

La discussion entre Yamiko et Juna battait son plein et elle restait très curieuse; mais néanmoins il n’arrivait décidément pas à s’en méfier. Son charisme et son enthousiasme n’en finissaient pas de le convaincre qu’il faisait affaire avec la bonne personne.

Elle mit le doigt sur un point particulièrement douloureux en rappelant que la loi de Togi réservait l’asservissement comme punition pour tous types de crimes, même celui d’aider les hybrides à s’émanciper. Et voilà Yamiko imaginant son père et sa sœur devenus esclaves et d’être maltraités… Non, ça, il ne le permettrait pas. Il déglutit difficilement alors que Juna lui demandait ce qu’il avait fait de son hybride.

“Je… Oui, je suppose que vous avez raison. On a une législation qui est trop floue et subjective. Si on définit un crime là où un autre groupe de population n’en voit pas, on assistera à des révoltes. En plus, un criminel endurci qu’on asservit ne peut être que plus dangereux, il aura plus rien à perdre… Mais bon sang ! Quel genre de punition voudriez-vous réserver à ces pourritures ? On les pend par les rognons le temps qu’ils réfléchissent à leurs actes ? C’est comme le salaud qui a kidnappé mon hybride… Je lui avais dit pourtant, qu’elle ne parle pas aux étrangers, qu’elle m’appelle en cas de pépin… Vous voyez j’ai tout fait pour la rendre autonome… Mais je crois à présent qu’une hybride en sécurité, c’est une hybride à la maison. Surtout naïve comme elle était… On s’en occupe comme on s’occupe d’enfants au final… Quant aux flics et aux rabatteurs, ils ont cherché sa trace quelques semaines et quand ils sont revenus bredouilles ils ont fini par abandonner les recherches, c’est dire du peu de cas qu’on fait de nos pauvres hybrides. Même en menant l’enquête moi-même, j’ai interrogé au moins la moitié de la ville en leur montrant une photo à tous ces ploucs, bref… Leçon retenue.”

Une fois en haut, ils continuaient la discussion. Juna commentait positivement les aménagements et lui proposait un boulot comme vétérinaire au pensionnat, ce qui lui paraissait très prometteur. C’était son père qui allait être fier !

“Content que ce que vous avez vu vous plaise. Vernir l’escalier; oui ça fera l’affaire très certainement ! Super pour le piano, je viendrai aussi écouter votre amie.  Je suis ravi que vous ayez toutes ces idées et que vous sachiez déjà qui vous allez embaucher. Je serai très heureux de faire partie de l’équipe soignante, je ne vous décevrai pas ! Et merci aussi pour votre invitation vis-à-vis de l’avancement des travaux; j’enverrai des photos à mon père, il nous sera très reconnaissant de tout ce travail.”

Elle lui demandait ensuite s’il pouvait lui montrer la villa Kengo attenante et le jardin. Il lui proposa donc de le suivre alors qu’il ouvrait à nouveau la porte de la cage d’escaliers.

Il la guida vers la petite porte au fond du hall d’entrée, qu’il avait empruntée plus tôt en finissant ses petite session de nettoyage. La porte donnait directement sur un couloir de la grande villa où il avait grandi, et qui avait à présent été complètement vidée, à l’exception de quelques meubles qui se mariaient tellement bien à l’ambiance qu’il eût été criminel de les séparer de leurs murs.

“Voilà notre ancienne villa; c’est là que j’ai grandi, je peux vous montrer quelle pièce était ma chambre. Sinon, nous avons laissé la cuisine équipée, quelques meubles, la maison possède deux salles de bains et trois toilettes… Obligé, on était nombreux ici ! Et vous allez voir le salon…”

Il finirent la petite portion de couloir qui restait pour déboucher dans le salon; une magnifique pièce aux murs en bois verni, qui, grâce à la baie vitrée et à l’exposition, regorgeait de couleurs chaleureuses. Ce moment, avec le salon vide et la belle lumière, en était même émouvant. La baie vitrée donnait sur un balcon aménagé en bétonnant une portion du jardin, une table en plastique et quelques chaises y prenaient la poussière. Le jardin était de taille moyenne, on y emmenait souvent jouer les enfants.

“La jardin est pas géant mais on s’y retrouve quand même. On avait fait poser une clôture en bois oui, quelque chose de pas très haut, juste pour éviter que les petits aillent s’aventurer dehors. Sinon euh vous pouvez voir à-bas les balançoires et le vieux toboggan…”

Autant le toboggan, une fière pièce de plastique, prenait juste la poussière, autant les cordes de la balançoire commençaient à s’user légèrement, presque au point de casser. Ah ça la balançoire, quand on a une horde de petits monstres pleins d’énergies, ça s’entretient souvent !

“Bon et ben je pense qu’on a plus ou moins tout vu. N’hésitez pas à vous balader encore un peu dans les pièces et dans le jardin. Si vous permettez je vais rester dehors un moment, j’ai besoin de…”
Il mima le signe de porter une cigarette à sa bouche avant de prendre machinalement dans sa poche son paquet de tabac et son kit de roulage… Il l’avait attendue, celle-là… Et comme il était sorti, plus question d’attendre encore.
Messages : 51
Date d'inscription : 21/10/2016
Age : 26
Localisation : Université de Togi
Fiche de Présentation : -www-
avatar
Voir le profil de l'utilisateur https://www.instagram.com/qantuum_photography/
Humain - Neutre


Ma couleur : #663300 (marron)

défis cb:
 
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sam 24 Fév - 17:40
- C'est pour ça que les protecteurs d'hybrides se cachent, c'est bien trop dangereux de se dévoiler au grand jour, de dévoiler ses activités et envies.

Juna l'avait dit comme si elle en faisait partie, c'était le sous-entendu mais elle avait l'impression que ce jeune homme comprendrait sa cause. Ou peut-être qu'il en faisait déjà parti mais seul ou dans un autre groupe. A force d'être tous cachés, il était impossible de savoir s'il existait d'autres groupes comme le sien, comme le FALH. Et pourtant, ce serait bien utile.

- Pour les criminels, je ne sais pas ce qu'il faudrait faire. Pour l'instant, j'observe et je prendrais des décisions en conséquence pour la suite, mais je ne veux rien précipiter. C'est comme cet achat, j'y ai longuement réfléchi. Mais pour votre hybride...malheureusement, une femelle en plus, c'est très risqué. Il suffit qu'elle était mignonne et pour certains, c'est la justification de tout leurs actes. Mignonne et hybride, la parfaite justification pour le pire des humains.

Elle soupira et même si elle était plus calme que Yamiko, sa rancœur envers les humains n'en était pas forcément plus petite. Elle avait trop subi à cause d'eux, qu'ils soient hommes ou femmes, alors elle savait qu'ils pouvaient tous être particulièrement mauvais.
La suite de la visite promettait de belles choses, un bel avenir à cet endroit et ses projets. Elle allait l'acheter, c'était une certitude, maintenant il ne resterait qu'à convaincre le maire de lui donner des agréments pour l'ouvrir...Ce qui ne serait pas le plus facile.

- Oui, j'ai déjà des idées pour le recrutement. Et je sais qu'il y aura des humains, mais aussi des hybrides, dans le personnel. Je pense qu'il faut un parfait mélange des deux selon les compétences pour apporter tout ce qu'il faut à cet endroit...Surtout si je veux accueillir correctement des orphelins, hybrides comme humains.

Juna suivit le jeune homme hors de l'orphelinat pour rejoindre la villa. Il faudrait que quelqu'un vive ici et soit là à plein temps au cas ou...même s'il y aurait des employés de nuit. Surement le gérant de l'endroit, ce serait le plus logique. Fournir une maison en plus d'un salaire, cela faisait toujours bien et attirait du monde. Elle aurait donc du choix logiquement.
En arrivant dans la villa, elle admira le salon, superbe. Elle admira la vue de la baie vitrée tout en l'écoutant.

- La présence de jeux de jardin est une bonne chose, bon il faudra remplacer les cordes des balançoires mais ce n'est pas un soucis. C'est plus la clôture qui m'ennuie, il faudra que je vérifie ça pour voir si j'ai quelque chose à modifier.


La refaire par exemple, car du bois pouvait bien s'abimer au fil des années mais elle voulait aussi vérifier s'il ne faudrait pas l’agrandir ou la renforcer. Elle ne tenait pas à avoir de fuite volontaire ou non et encore moins d'intrus. L'endroit devait être parfaitement sécurisant et épanouissant pour les enfants.
Yamiko attira son attention en exprimant son besoin de fumer, elle sourit, amusée.

- Aucun soucis, je vous retrouve dehors dès que j'en ai fini !

Elle le regarda s'éloigner puis reprit la visite en sens inverse. Elle vérifia chaque pièce de la villa, puis chaque pièce de l'orphelinat, notant quelques petites choses qui lui avait échappé au premier passage. Elle alla ensuite faire un tour rapide dans le jardin, notamment jusqu'à la clôture pour vérifier ses soupçons. Bon, un peu de travaux supplémentaire. Rien d'alarmant, elle savait qu'elle avait un bon budget pour l'endroit. Elle revint alors tranquillement vers l'endroit où l'attendait le jeune homme, tout en relisant ses notes.
En arrivant face à lui, elle lui sourit alors.

- Eh bien, la visite m'a plu. Je suis satisfaite et je désire acheter cet endroit. Je suppose que vous préférez en parler avec votre père avant de conclure la vente ? Je serais patiente, le temps que vous le joigniez, et puis, je ferais quelques devis en attendant pour voir le coût total des travaux. Mais j'espère que je peux compter sur des nouvelles rapides de votre part, n'est-ce pas ?


Elle le regarda, droit dans les yeux, cet achat était important pour elle, pour le FALH mais aussi pour les hybrides qui en auraient besoin. Il y avait déjà quelques orphelins au manoir qui en avaient bien besoin.
Messages : 124
Date d'inscription : 29/08/2017
Age : 25
Multi-Compte : Eileen L. Allannah, Sarika, Leah Aoife, Kioko et Maeko
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Mes liens

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Aucune
Maître/Maîtresse: Je ne laisserai plus personne contrôler ma vie !
Esclaves: Officiellement Athenais et Crystal, mais elles sont aussi libres que possible
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humaine - Membre FALH


Défis rp réalisés :
- Lâcher un rot disgracieux en présence de Athenais ==> Ici
Revenir en haut Aller en bas
(#) Lun 23 Avr - 22:40











Alors que la jeune femme parlait des protecteurs d'hybrides, elle mentionna la lourde responsabilité qui pesait sur les épaulesde ces personnes. D'une manière étrange, plutôt amicale même... Comme si elle avait déjà vécu cela de l'intérieur. Etrange... Une autre personne qui agit dans l'ombre pour protéger les hybrides ? Cela faisait sens, vu le projet d'orphelinat. Après tout, c'était son but premier !



Quand elle parla de recruter de personnel hybride, il lâcha un sourire. Exactement comme l'avait fait son père...Super ! Avec sa personnalité, il pouvait douter de la capacité de cette femme à mener des activités plus ou moins légales... Mais après tout, n'était-ce pas là l'âme du lieu ? Et comme il avait malgré tout cautionné les actions de son père, de sa soeur,... Il n'avait pas de soucis à transmettre ce flambeau qu'il trouvait, lui, trop lourd à porter. La logistique et la discrétion n'étaient pas son fort.



Alors que la jeune femme découvrait la villa et ses environs, elle se rendit compte que la clôture était à changer, ce à quoi Yamiko acquiesca silencieusement. Il profita bien de sa cigarette, s'en alluma une deuxième, et s'assit au milieu du jardin, revigoré par une petite brise. Lajeune femme s'en revenait et Yamiko la regarda d'en bas alors qu'elle était toujours debout; il se releva lui aussi avant qu'elle n'ait fini de parler.



Pas de soucis. En effet, je parlerai à mon père, et je lui parlerai de tout ce que j'ai perçu de positif en vous. Je vous fais pleine confiance pour que cet endroit redevienne le havre de paix qu'il a été, et je suis sûr que mon père en fera de même ! Nous nous reparlerons bientôt, oui. Etje compte sur vous concernant ce poste d'infirmier ! S'il y a besoin je serai là en soirées pour le lancement, même de manière bénévole !


Il se prépara à conclure l'affaire et le rendez-vous avec un sourire sur le visage. De combien serait-il redevable à Juna ? Les fonds débloqués par la vente lui permettraient de s'offrir à lui et à surtout à sa famille quelque confort (son père avait tout de même insisté pour qu'une partie des fonds soit reversée à une association venant en aide aux hybrides); et en plus il allait pouvoir officier sur le terrain, comme il s'y destinait. En bref, le début d'une nouvelle aventure.





Messages : 51
Date d'inscription : 21/10/2016
Age : 26
Localisation : Université de Togi
Fiche de Présentation : -www-
avatar
Voir le profil de l'utilisateur https://www.instagram.com/qantuum_photography/
Humain - Neutre


Ma couleur : #663300 (marron)

défis cb:
 
Revenir en haut Aller en bas
(#)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maître ou Neko ? :: Hors-rp :: Rp terminés-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit