Bienvenue à Togi! Cette merveilleuse île qui propose toutes sortes d'hybrides et maintenant des humains, à la vente. Serez-vous le maître ou l'esclave? NC-18
 

Un supplément de coups de pelle

 :: Hors-rp :: Rp terminés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
(#) Dim 5 Fév 2017 - 17:56
La fin de la semaine approchait à petits pas et j’avais l’impression d’avoir vécu le mois le plus long de ma vie. Il aurait pu être tout à fait ordinaire si je n’avais pas eu la superbe idée d’adopter une hybride, alors qu’à la base, je voulais acheter une voiture d’occasion. Les rêveries et la curiosité m’avaient poussé à faire cet achat alors que j’ignorais tout de ces créatures qui faisaient tant la réputation de l’île de Togi. La jeune Neko aux cheveux bruns nommée Ikko occupait donc mon appartement depuis un mois. Lorsque je l’avais récupérée à l’animalerie, elle était blessée à la cheville pour je ne savais encore quelle raison. J’avais fait appel à Zéphirine rencontrée le lendemain pour la soigner et la demoiselle avait vite été remise sur pieds.
Je n’irais pas jusqu’à dire que je m’ennuyais avec elle ou qu’elle m’importunait. Au contraire, elle était calme, toujours volontaire et discrète. Seulement… je n’avais pas l’habitude de vivre avec quelqu’un. Cela faisait longtemps que j’avais quitté mes parents et depuis, personne n’avait jamais foulé le sol de mon chez moi, à part pour une nuit. Même après une trentaine de jours aux côtés d’Ikko, j’avais du mal à m’y habituer.
Puis j’avais fait la rencontre d'une demoiselle assez particulière quelques jours après. Je ne savais pas encore quoi penser de cette fille, à part qu’elle était agaçante. En tout cas, je n’avais pas eu le temps d’y réfléchir réellement étant donné la montagne de travail que je devais affronter depuis quelques temps. En ce vendredi soir frais mais au ciel dégagé et encore lumineux grâce au soleil couchant, j’étais au beau milieu d’un aménagement de dernière minute alors que j’aurais dû rentrer plus tôt. Si personne ne m’attendait à la maison, cela ne m’aurait pas dérangé. Mais maintenant, il fallait que je m’occupe d’Ikko.


« C’est… bizarrement dit, » remarqua Meyer sceptique.

Pas faux, d’autant plus qu’à la base, ça devait être le contraire. Mais j’avais fini par remarquer que la jeune Neko était de nature fragile et elle faisait toujours des cauchemars...


« Je rêve où ça te plairait de te faire chouchouter par la demoiselle ? »

Je serrai les doigts autour du manche de ma pelle.

- J’ai pas dit ça, soupirai-je en allemand. Lâche-moi Meyer…

« N’empêche, t’es plus calme et concentré depuis qu’elle est là. Ça veut bien dire… »

- Ferme-la, bordel !
lâchai-je en plantant la pelle profondément dans la terre.

Il ne me laissera jamais tranquille ma parole ! Je poussai un grand soupir, me remis au travail. Je devais au moins creuser cette tombe en bonne et due forme avant la nuit, et je terminerai le reste demain.
Messages : 699
Date d'inscription : 20/03/2016
Age : 25
Localisation : Au cimetière
Multi-Compte : ///
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Ma Fiche

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): ///
Maître/Maîtresse: ///
Esclaves: Sofia Ashley
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humain - Neutre
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mar 21 Fév 2017 - 16:01
Ça fait maintenant un peu près un mois que je suis arrivée chez Yamiko, c'est vraiment petit chez lui, mais c'est un bon maître. Mon attitude, n'est certes pas comme je me l'étais promis, je me suis vite attachée à ce personnage. J'ai appris pleins de choses sur le monde des hommes. Bon par contre il me laisse souvent seul la journée, pour ses études, je crois. J'aimerais biens y aller avec lui, en fait, je ne veux plus le quitter, d'une part, je me sens seule dans ça chambre et que les seules fois où je suis sortie même avec lui, il se passait quelque chose de semblable au jour de mon adoption. J'attire les problèmes, ou du moins, les gens méchants. En plus, je ne sais pas me défendre, c'est toujours Yamiko qui vient a mon secours. Enfin voilà du cou, je n'ose pas sortir dehors seule. En général, je regarde la télé, fais le menage, lit des livres qu'a mon cher maître et regarde les gens par la fenêtre. Yamiko est souvent mécontent que je m'occupe de tout, mais je ne fais que ce qu'on ma appris à faire, je suis bonne a rien à part ça moi, et encore, je fais régulièrement des bourdes. J'aime bien taquiner mon maître, c'est rigolo de voir ses réactions à mes petites farces. Mais bon des fois comme ce matin, il ne le prend pas vraiment bien, il m'a engueulé durement, uniquement parce que j'avais mis du poivre et du sel dans sa boisson chaude du matin. Ça me semblait drôle pourtant, il est donc parti à ses études en claquant la porte et en me disant que je devais sortir aujourd'hui.

J'ai donc nettoyé la chambre me suis habillée d'une robe et ai écris un mot d'excuse à Yamiko, disant a la fin que je sortais visiter Togi seule. Je ne me sentais pas vraiment fière d'avoir fâché mon maître, il ne mérite pas d'une hybride comme moi, je suis bien trop empotée et inutile pour lui qui est si bon. Et il veut que je sois indépendante, il m'a expliqué que c’était vivre en se débrouillant seule, mais je ne suis pas ça moi, je déteste être seule en plus. Pensive, je me balade donc dans Togi sans trop faire attention a là ou je vais, j'ai simplement les oreilles baissées et la queue traînant presque au sol, je regarde le sol sans réellement le voir, alors sois il y a personne dans la rue sois, il se décale à mon passage, car je ne suis encore rentré dans personne.

Cela fait plusieurs heures que je marche ainsi et j'avoue que maintenant que je relève la tête, je remarque qu'il est tard, car le soleil se couche et aussi que je suis perdu. Je ne sais absolument pas où je suis, en tout cas, je trouve les alentours plutôt lugubres, ah, j'ai froid. Je me frotte les bras afin de les réchauffer un peu, mais rien y fait, nous sommes en hiver et je suis en robe. Ho, il y a un groupe de jeunes là bah tiens, je vais pouvoir leur demander mon chemin pour pouvoir rentrer. Je me dirige donc vers le groupe d'environ 4 jeunes hommes. Arriver a même pas 5 mètres d'eux, ils me repèrent et s'avancent en rigolant vers moi. Super, ils vont m'aider, enfin, c'est ce que je crois jusqu'à ce que ce qui semble être le meneur de ce petit groupe me lance :

« -Hey ! L'hybride, tu fous quoi là ? Tu as de grosses miches dit donc, tu es venue ici pour te faire prendre, c'est ça ? »

Heu, je n'ai rien compris par contre, c'est quoi des miches et me faire prendre quoi ? Il faudrait que je demande a Yamiko ce que ça veut dire, mais avant il faut que je rentre.

« -Ha ! Heu ! Désoler, je ne comprends pas tout ce que vous dites, en réalité, je suis perdu, sauriez-vous m'indiquer le chemin pour le campus de l'université s'il vous plaît »dis-je le plus gentiment du monde

Mais la seule chose que je récolte son, des rires méchants et qui me font légèrement peur. Pour conclure cette situation, le jeune homme s'approcha un peu plus de moi et me prit par le bras, il me fait mal, il me sert beaucoup trop fort, puis en un éclair, il me met sur son épaule en profitant pour me peloter les fesses.

« -On sera mieux derrière le cimetière pour faire ça les mecs »

Je gigote dans ton les sens afin d'essayer de le faire lâcher prise et de pouvoir m’échapper, car j'ai beau ne pas savoir ce qu'ils me veulent exactement, je ne pense pas que ce soit quelque chose de bien.

« - Hey !! Lâchez-moi !!! Vous n'avez pas droit !!! Au secours !!!»que je cris a pleins poumons

Et voilà le genre de situation qui me tombe dessus quand je sort et là, il n'y a pas Yamiko pour me sauver, comme je vais faire encore dans tout ça. J'ai peur, au secours Yamiko. Lorsqu' enfin le garçon me pose a terre, je pleure à chaudes larmes, je suis tout bonnement terrifiée.

« -Hahaha, vous avez vue les mecs, cette petite hybride chouine comme une gamine, hahaha ! N’empêche que ça ne change rien, tu es trop bonne pour qu'on te laisse partir sans avoir tiré notre coup, alors joli demoiselle fait tout ce qu'on te dit et ça se passera bien »

Ho, nan, ça y est, j'ai compris, ils vont faire comme les gardes, le soir quand on n'était pas sage ou bien sans raison apparente. Ha non, je ne veux pas, pitier que quelqu'un me vienne en aide. Je me levais du mieux que je pouvais et essayai de trouver une ouverture pour fuir, mais c'est impossible, ils sont tous en cercle devant moi et il y a un mur un mètre derrière moi, et ils s’approchent de plus en plus de moi, et moi bah, je recule jusqu'à me retrouver coller au mur.

« -Non s'il-vous-plais laissez moi tranquille, je ne vous ai rien fait »

Mais ils ne font pas attention a ce que je dis et m’arrache ma robe et par ce geste, je me laisse tomber au sol et me met en boule, c'est le seul moyen que je connaisse pour me protéger un minimum.
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mar 28 Fév 2017 - 18:23
Les minutes passaient et le soleil disparaissait de plus en plus, m’empêchant presque de voir ce que je faisais. Heureusement, les lampadaires du cimetière ne tardèrent pas à s’allumer et je pus ainsi continuer mon travail. Enfin… j’aurais pu si des bruits plus loin n’avaient pas attiré mon attention. Au début, je ne compris pas de quoi il s’agissait. J’arrêtai donc de creuser et tendis l’oreille. J’entendis des cris puis des rires suivis de pleurs.

« Il se passe un truc derrière le cimetière, » dit Meyer curieux.

Après hésitation, je soulevai ma pelle, la posai sur mon épaule et m’approchai des voix. Plus j’avançais, plus je me disais que c’était une mauvaise idée d’aller voir. Après tout, ça ne me concernait pas…


« Au pire, tu vas juste jeter un coup d’œil et tu repars, » suggéra Meyer.

Juste un coup d’œil alors. Une fois sorti du cimetière, je fis le tour et rejoignis les auteurs de ce tapage. Je les vis près du mur d’enceinte, entourés de quelques arbres. Il y avait quatre types et une fille adossée au mur, l’air paniqué. En même temps, elle avait de quoi, ces gars-là n’avaient sûrement pas l’intention de la laisser partir en bon état. Elle tenta de s’enfuir mais ils l’attrapèrent et, d’un simple geste, l’un d’eux déchira sa robe. La demoiselle se laissa choir au sol et se recroquevilla en pleurant.


« Elle va passer un sale quart d’heure celle-là. »

Pas si j’intervenais.

« Tu rigoles ? J’croyais que ça te concernait p… Eh ! »

Je ne l’écoutais plus et m’approchai du groupe pour annoncer ma présence.

- T’es qui toi ? s’enquit le plus proche apparemment déçu d’être dérangé.

Je lui accordai un regard plus que méprisant.


- Le fossoyeur, et toi ?

Il cracha par terre devant moi.

- Comme si j’allais te répondre. Fous-nous la paix mec, on est occupés.

Je secouai négativement la tête.

- J’crois pas non. Vous m'empêchez de bosser tranquille.

Ils me lancèrent tous un regard meurtrier auquel je répondis par un sourire.

- OK alors on va d’abord s’occuper de ton cas !

La pelle posée sur mon épaule n’avait pas l’air de les faire reculer. Tant pis pour eux. Quand ils s’élancèrent vers moi, j’empoignai solidement le manche et fis de mon instrument de travail une véritable arme pour cette fin de soirée qui aurait pu se terminer plus calmement. Je ne savais pas ce que ces types avaient dans la tête en voulant s’attaquer à moi mais ils ignoraient visiblement à qui ils avaient affaire. Je ne me battais pas forcément dans les règles de l’art, je ne savais pas si j’arriverais à faire face à quatre ennemis en même temps. Mais j’avais confiance en moi et ne me fis pas attendre pour distribuer des coups de pelle bien placés.
Je me pris aussi quelques beignes mais rien qui ne me fit reculer. L’altercation ne dura pas longtemps. Alors que je faisais tomber le dernier type au sol, je plantai ma pelle dans la terre juste entre ses jambes.


« Oula ! Deux centimètres de plus et tu le castrais ! » se moqua Meyer.

Je n’allais pas oser… sauf s’il me cherchait encore.


- Si j’revois vos sales gueules par ici, j’vous enterre vivants, c’est clair ? menaçai-je d’un ton ferme.

Il se contenta de reculer et d’aller chercher ses potes à terre.


- Venez on s’tire !

Ils disparurent si vite que je n’eus même pas le temps de leur balancer une insulte à la figure. Tant pis, au moins la demoiselle était sauve.

« Quel preu chevalier... »

- Schnauze (Ta gueule) Meyer,
maugréai-je en serrant le manche de la pelle entre mes doigts.

Doucement, je m’approchai de la jeune femme en pleurs. Avec le peu de lumière qu’il y avait, je remarquai que c’était une hybride avec des oreilles et une queue de renard. Elle avait l’air plutôt jeune, je lui donnais à peine dix-huit ans. Elle portait toujours sa robe mais elle était bien déchirée, il ne restait pas grand-chose du tissu. Je réfléchis, regardai la chemise que je portais par-dessus mon tee-shirt. Elle était tachée de terre mais elle ferait très bien l’affaire. Je soupirai, plantai ma pelle dans le sol, enlevai la chemise et m’accroupis pour la déposer sur les épaules de la Kitsune. J’allais approcher ma main pour la secouer par le bras puis me rappelai de la réaction d’Ikko le premier soir où elle avait fait un cauchemar. N’ayant pas vraiment envie de recevoir un autre coup dans la figure, je me contentai de prendre la parole.


- Eh… c’est bon, ils sont partis.
Messages : 699
Date d'inscription : 20/03/2016
Age : 25
Localisation : Au cimetière
Multi-Compte : ///
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Ma Fiche

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): ///
Maître/Maîtresse: ///
Esclaves: Sofia Ashley
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humain - Neutre
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mar 11 Avr 2017 - 13:42
Prostrée sur moi-même, seulement secouée par les sanglots et les oreilles couchées. C'est ce que provoque cette situation, ou plutôt les choses qui me reviennent du passé. Oui, je suis terrifiée par ces vilains souvenirs de mon dressage, au point que je ne suis pas consciente de ce qui se passe autour de moi. Non la seule chose, qui me préoccupe est que toutes ses tortures appelées dressage ou éducation ne revienne pas. Que plus jamais un garde ne m'approche pour me faire ses choses horribles, qui on salit mon âme si pure d'origine.

Je suis une bonne hybride obéissante après tout, il n'y a aucune raison pour qu'on me corrige de mon comportement. À moins que ma faute soit d'exister en tant qu'hybride dans ce monde ou les humains domine. Sans doute que c'est dans leur nature de faire du mal aux Hybride. Dans ce cas même Yamiko finira par me torturer pour son propre plaisir. 

Non ! Je ne veux pas que ça se reproduise, ils avaient dit qu'une fois adopté, ce serait différent, que je devais être sage pour pouvoir ne plus subir ce traitement quotidien, qu'on ne me fasse plus de mal. Aurais-je fait tout cela en vain ? Il y a une solution fuir, oui, fuir les humains, m'échapper dans la forêt, rester à l'écart de cette espèce qui veut me détruire. Mais il faut que je sois réaliste jamais je ne survivrai seule, je suis trop empotée pour cela.

Hum, c'est quoi ça ? Je rouvre les yeux, il y a eu quelque chose qui est venue se poser sur mes épaules. Je ne me préoccupe pas vraiment de voir ce que c'est, juste en voyant un humain accroupi devant moi, encore un méchant qui me veut du mal ! Je me lève et fais un bond en arrière instinctivement, toujours toute tremblante et les pupilles dilatées par la peur. Il a dit quelque chose, mais je n'ai pas entendu, je suis trop préoccupée par tout ce qui se passe dans ma tête. C'est qui ? L'un des garçons de toute à l'heure ? Ils sont ou les autres ? Je fais quoi ? Je fuis ?

Bon aller, il faut que je me calme pour avoir des réponses a tout ça. Je prends donc une grande inspiration et lui demande d'une voix tremblante.

« -Vous êtes qui ? Ils sont ou les autres ? Vous allez me faire du mal ? »

Oui, ça fait un peu beaucoup, mais ça sortait tout seul.
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
(#) Dim 16 Avr 2017 - 21:53
Elle ouvrit lentement les yeux, craintive. En me voyant, elle bondit en arrière, me faisant sursauter au passage. La chemise tomba par terre mais elle ne le remarqua même pas. Les poils de sa queue et de ses oreilles étaient tout hérissés. Elle semblait avoir si peur de moi qu’elle tremblait de tout son corps et ne savait plus comment réagir. Si elle s’enfuyait, ce n’était pas mon problème mais ce qui demeurait certain, c’était que je ne lui voulais aucun mal.

« Ahahah ! » se moqua Meyer.

- Vous êtes qui ? questionna la demoiselle effrayée. Ils sont où les autres ? Vous allez me faire du mal ?

Elle n’était pas du tout tranquille celle-là. A mon avis, elle ne vivait pas dans la rue ou alors c’était très récent. Je levai les mains en l’air au niveau de ma tête comme pour lui montrer que je ne comptais pas agir de manière suspecte.

- J’travaille ici, les autres débiles sont partis et non, j’vais rien te faire, répondis-je pour combler toutes ses interrogations.

Je baissai lentement les mains. Mieux valait ne pas faire de gestes trop brusques. Calmement, j’allai ramasser le chemise et fis face à la Kitsune.


- Mets ça, conseillai-je en la lui tendant. Il fait pas chaud et…

Je la regardai de haut en bas, me raclai la gorge, gêné.

- Tu risques d’avoir des problèmes si tu te promènes dans la rue comme ça, expliquai-je en détournant le regard.

« Pff, comme si tu t’en souciais. »

Je ne l’avais jamais affirmé.

« Si c’était pas le cas, tu serais déjà en train de terminer ton boulot. »

Mon boulot… Merde mais oui ! Il fallait que je termine au moins les angles du trou que je creusais tout à l’heure !

- Euh…

Je lui mis la chemise dans les mains et reculai de quelques pas.

- Faut que j’y aille.

Je désignai le vêtement d’un signe de tête.

- Et garde-la, j’en ai pas besoin.

Puis je tournai les talons.
Messages : 699
Date d'inscription : 20/03/2016
Age : 25
Localisation : Au cimetière
Multi-Compte : ///
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Ma Fiche

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): ///
Maître/Maîtresse: ///
Esclaves: Sofia Ashley
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humain - Neutre
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mer 7 Juin 2017 - 14:34
J'essaye de reprendre contenance, ne serait-ce que pour calmer les tremblements qu'animait mon corps contre ma volonté. Doucement, je m'applique à respirer calmement, qui a pour effet immédiat d'enlever tous les symptômes de la terreur qui m'habitait jusque-là. Lorsque je relève le regard vers l'homme qui se tiens debout près de moi, il a les mains levées au niveau des oreilles, il n'a pas l'air de me vouloir de mal ainsi. Et il s'empresse de répondre a chacune de mes questions.

« -J’travaille ici, les autres débiles sont partis et non, j’vais rien te faire. »

Malgré ses paroles, il commence à descendre ses mains, puis s'avance et se penche. Par peur, je ferme les yeux, mais la seule chose qui se passe est un tissu qui vient se déposer dans mes mains, alors je rouvre les yeux pour voir une chemise assez simple. C'est alors que je me rendis compte que ce qui m'avait été mis sur mes épaules n'y étais plus, j'ai dû la faire tomber lorsque j'ai pris peur.

« - Mets ça,Il fait pas chaud et… »

Et ? J'ai fait quelque chose de mal ? J'ai quelque chose sur moi qui cloche ? Il me regarde de haut en bah puis fait un drôle de bruit avant de tourner le regard ailleurs après avoir dit :

« - Tu risques d’avoir des problèmes si tu te promènes dans la rue comme ça, »

Ah ça Yamiko me l'avait déjà dit plusieurs fois, il ne faut pas qu'on voie mon corps, car sinon des gens pourraient me faire du mal, probablement comme les gens d'avant. Je mets donc la chemise pour cacher ma presque nudité.

« - Euh…Faut que j’y aille.Et garde-la, j’en ai pas besoin. »

Tout en disant cela, il s'apprêtait à partir, me tournant maintenant le dos. Il va réellement me laisser seule ici, perdu à la merci des méchants. À ce penser, je cors m'accrocher a lui, les larmes remontant a mes yeux. Je ne veux pas rester seule, et puis il n'est pas méchant, il va bien vouloir m'aider.

« -S'il vous plais me laisser pas, je suis perdu »
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mer 7 Juin 2017 - 20:38
A peine fis-je deux mètres qu’elle se précipita derrière moi et m’attrapa par le bras. Je me retournai, aussi surpris qu’agacé.

- S’il vous plaît, me laissez-pas, je suis perdue, supplia-t-elle les larmes aux yeux.

Je saisis sa main pour lui faire lâcher prise, esquissai un pas pour repartir. Mais j’hésitai. Pourquoi l’avais-je sorti de ce pétrin ? Et pourquoi me sentais-je si embarrassé de me retrouver à présent face à cette inconnue qui ne demandait qu’à recevoir encore un peu d’aide pour rentrer chez elle ? A la base, je ne voulais pas m’en mêler. Cependant, au fond de moi, je souhaitais lui porter secours, ce que j’avais finalement fait. Et maintenant, c’était comme si je regrettais. Elle ne m’avait pourtant rien fait de mal et ne semblait pas du tout agressive.


« Pas comme toi. D’ailleurs, ça m’étonne qu’elle soit toujours là. J’pensais que ta tête de psychopathe la ferait fuir. »

Je soupirai, regardai autour de moi, reportai mon attention sur la demoiselle.

- Bon... suis-moi, décidai-je en tournant à nouveau les talons.

J’attrapai ma pelle au passage et nous marchâmes jusqu’à l’entrée du cimetière. Nous longeâmes les allées fleuries jusqu’à l’endroit où j’étais en train de creuser tout à l’heure.


- J’vais te ramener chez toi, déclarai-je en m’approchant du trou. T’as qu’à me dire où tu vis et j’t’y déposerai.

Nous utiliserions ma voiture qui était garée sur le parking réservée au personnel, derrière le centre funéraire. Si la jeune fille avait marché jusqu’ici tard le soir, elle devait venir d’assez loin.

« Ah ouais, tu plaisantes pas on dirait, se moqua Meyer. Fais gaffe, tu pourrais avoir l’envie soudaine de voler les riches pour donner aux pauvres. »

Je l’ignorai totalement.

- Mais avant ça, j’ai un boulot à finir, continuai-je à l’attention de la Kitsune. J’en ai pas pour longtemps.

Je sautai dans le trou et recommençai à creuser sans attendre de réponse de sa part.
Messages : 699
Date d'inscription : 20/03/2016
Age : 25
Localisation : Au cimetière
Multi-Compte : ///
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Ma Fiche

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): ///
Maître/Maîtresse: ///
Esclaves: Sofia Ashley
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humain - Neutre
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sam 8 Juil 2017 - 16:00
Je restais agripper a lui jusqu'à qu'il me fasse lâcher prise, il semblait réfléchir a ce que je lui avais dit. Peut-être ne voulait-il pas avoir de soucis avec mon maître, ou un truc comme ça, enfin avec Yamiko, je ne pense pas qu'il fasse autre chose a par le remercier de m'avoir aidé. Enfin, il dit quelque chose après avoir soupiré.

«  Bon... suis-moi, »

Il prend le truc qu'il avait utilisé plus tôt et commence a marcher, il a de grandes jambes alors il marche vite pour moi qui dois presque courir pour le suivre. En tout cas, il a pris une décision, mais je me demande bien laquelle, car nous sommes en train de rentrer dans le parc a pierres. Puis il s'arrête devant un trou, pourquoi il y a un trou au milieu de ce parc ? C'est bizarre.

« - J’vais te ramener chez toi, T’as qu’à me dire où tu vis et j’t’y déposerai. »

Il va me ramener ? Youpi, je vais enfin pouvoir retrouver Yamiko ,mon très cher maître qui doit être inquiet. Il va probablement me gronder, et je devrais lui expliquer pourquoi je n'étais pas là. Après ça, il va s'inquiéter encore plus pour les cauchemars. Mais le principal, c'est que je rentre. Je reporte mon attention sur le monsieur qui sautait dans le trou avec l'outil en disant qu'il devait finir son travail avant. Je le regardais donc faire, avec son outil, il prenait de la terre et la mettait sur un tas de terre, en fait cette outils permettaient de creuser. Il a l'air fort le monsieur il y a pleins de muscles qui apparaissent avec l'effort, c'est agréable à regarder, presque autant que les étoiles. En parlant d'étoiles, la nuit commençait a tomber et avec elle la fraîcheur qui l'accompagne et moi seulement couverte de débris de robe et de la chemise du monsieur, je ne pouvais m'empêcher d'avoir froid et de me mettre a grelotter légèrement.
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
(#) Dim 9 Juil 2017 - 18:49
Elle resta silencieuse et me regarda travailler. C’était un peu embarrassant de sentir son regard sur moi et j’eus du mal à me concentrer. Mais si je ne voulais pas passer la nuit ici, j’avais intérêt à terminer rapidement. Ce que je fis après une dizaine de minutes de silence total entre nous. Épuisé, je sortis du trou tant bien que mal, plantai ma pelle dans le sol près d’un arbre et m’essuyai le front d’un revers de poignet. Une bonne douche n’était pas de refus. Il faisait totalement nuit quand j’emmenai la demoiselle à l’intérieur du centre funéraire. J’avais hésité à me doucher à la maison mais je me sentais trop sale pour attendre. Je fis un pas en direction des vestiaires puis me rendis compte que la Kitsune tremblait de froid.

« Regarde-moi cette pauvre chose sans défense, dit Meyer d’un ton faussement compatissant. Et toi t’en profites même pas. »

Je n’étais pas ce genre de personne. Je ne lui voulais aucun mal. C’était toi, connard de Meyer, qui t’imaginais lui faire tout un tas de trucs inimaginables.

« Oula calme-toi ! J’suis dans ta tête j’te rappelle. »

Et alors ? Ça ne voulait pas dire que j’étais forcément d’accord avec toi. Heureusement, sinon je serais le pire des criminels et cela ferait un bon moment que l’on m’aurait enfermé…

« Mouais… dans tous les cas t’es un con. »

Je soupirai, me rapprochai du distributeur de boissons en fouillant dans les poches de mon pantalon. Quand j’eus trouvé un peu de monnaie, j’insérai les pièces dans la machine et appuyai sur quelques boutons. Une minute plus tard, je donnai à la jeune fille un gobelet de chocolat chaud.

- Attends-moi là, j’en ai pas pour longtemps, déclarai-je en lui tournant le dos.

Laissant la Kitsune sur le canapé de la salle de repos, j’entrai dans le vestiaire et pris la direction des douches. Je ne m’attardai pas sous l’eau chaude. Une fois propre, je me séchai, me vêtis des habits propres que j’avais sorti de mon casier et retournai dans la salle de repos en me frottant les cheveux avec la serviette en coton.
Messages : 699
Date d'inscription : 20/03/2016
Age : 25
Localisation : Au cimetière
Multi-Compte : ///
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Ma Fiche

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): ///
Maître/Maîtresse: ///
Esclaves: Sofia Ashley
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humain - Neutre
Revenir en haut Aller en bas
(#) Dim 16 Juil 2017 - 18:48
Je crois qu'il a fini de creuser son trou, il est vraiment immense, je me demande pourquoi il l'a creusé, peut être qu'il va y cacher un très gros trésor. Il a l'air content de l'avoir enfin terminé. C'est vrai qu'il fait nuit maintenant et qu'il doit être attendu cher lui par sa femme et/ou son hybride. Parce qu'il est bel homme donc je suppose, il a une femme. Même si j'avoue, je ne comprends pas bien ce que ça implique, être la femme de quelqu'un, c'est comme être son hybride, mais en version plus libre ? Il sort du trou, il a l'air vraiment épuisé et très sale aussi, ça me gêne, je l'ai sans doute retardé dans son travail, et en plus, je lui demande de me ramener, je pense que je vais me faire disputer par yamiko. Ou du moins, je le mériterais, mon comportement n'est vraiment pas bien. Au centre, ils m'auraient probablement battue, mais yamiko ne ferait jamais ça, il est bien trop gentil.

Il finit par m'envoyer dans le bâtiment juste à coter, c'était bizarrement décoré, en fait, il n'y en avait pas trop de décoration. Simplement, une table des chaises une machine, une fontaine a eau et un canapé. Lorsque je reportais de nouveau, mon attention sur l'homme, il me tendait une boisson chaude, il est vraiment gentil et attentionné comme humain. Je le remercie, puis il me dit d'attendre tout en se dirigeant vers une porte. Pendant qu'il était plus là, j'examinai ce qu'il m'a donné, certes, c'est une boisson chaude, mais ça sort d'une machine, ça se boit réellement, ou est-ce pour garder dans les mains pour tenir chaud. J'avais encore beaucoup à en apprendre du monde des humains, surtout tout ce qui est machine, il y a quelques jours de ça yamiko m'a montrer la machine a laver, on met son linge dedans et après un petit bout de temps, tu les sorts les étant et une fois secs, il est tout propre et sent merveilleusement bon. Mais si on peut mettre les vêtements qui sortent de la machine, je peux boire la boisson, je pense. Je pose donc mes lèvres sur les rebords en plastique du gobelet et goûte le liquide chaud, c'est sucré,c'est bon, j'adore, en plus ça me réchauffe de l'intérieur ça me fait du bien. 

Je finis le gobelet, quand l'homme revient avec une serviette dans les mains pour se sécher les cheveux. Je me demande s'il a ne femme, car il est vraiment beau, avec ses muscles et tout et en plus, il est gentil et attentionné.

« -Vous Avez une femme monsieur ? » Dis-je distraitement, je ne m'en rends même pas compte immédiatement que j'ai osé dire cela.

« -Ho je suis désolée, je suis bien trop curieuse, cela ne me regarde pas, je suis sincèrement navré » dis-je rapidement afin de me faire pardonnée
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
(#) Dim 16 Juil 2017 - 19:29
La demoiselle finissait tranquillement son chocolat chaud. Machinalement, je pris le gobelet vide et allai le jeter dans la poubelle, sans dire un mot. L’avantage avec mes cheveux, c’était leur rapidité à sécher. Il me suffisait de les frotter un peu et toute l’humidité s’envolait.

« C’est ça quand on commence à les perdre, » se moqua Meyer.

Forcément, je m’en arrachais quelques-uns quand j’entendais toutes les conneries que cet idiot pouvait débiter à la minute.


« Ça va, détends-toi, c’était pour rire. »

Ça ne me faisait pas rire du tout. Dans un soupir, je jetai la serviette sur le dossier d’une chaise et plaquai mes cheveux sur ma tête, comme j’avais l’habitude de le faire pour me coiffer sans peigne. J’allais dire à la jeune fille que nous pouvions y aller mais elle prit la parole avant moi.

- Vous avez une femme monsieur ? s’enquit-elle.

Je la regardai avec des yeux ronds comme des soucoupes.


- Oh, je suis désolée, je suis bien trop curieuse, cela ne me regarde pas, ajouta-t-elle précipitamment, très gênée. Je suis sincèrement navrée.

Cela ne faisait aucun doute qu’elle l’était. Mais qu’est-ce qui lui passait par la tête pour demander un truc aussi personnel à un type qu’elle ne connaissait même pas ? Cherchait-elle quelque chose ? Ou, comme elle le disait, était-elle seulement trop curieuse ? Dans tous les cas, c’était embarrassant. Et même énervant.

- T’as raison, occupe-toi plutôt de tes affaires, répondis-je sèchement.

Je passai devant elle et ouvris la porte de la salle de repos qui donnait sur le couloir.


- Dépêche-toi, j’ai pas que ça à faire, ordonnai-je en attendant qu’elle sorte.

« Pourquoi tu réagis comme ça ? C’était juste une question. »

Une question débile qui ne méritait pas une réponse franche. Non mais de quoi elle se mêlait ? Et puis… une femme ? Moi ? C’était un bonheur que je n’avais sûrement pas le droit de vivre. Non, que je ne voulais pas vivre. C’était mieux pour moi, et surtout pour cette femme... pour sa propre sécurité.
Messages : 699
Date d'inscription : 20/03/2016
Age : 25
Localisation : Au cimetière
Multi-Compte : ///
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Ma Fiche

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): ///
Maître/Maîtresse: ///
Esclaves: Sofia Ashley
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humain - Neutre
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sam 9 Sep 2017 - 20:57
Et voilà ma débilité avait encore fâché et le monsieur était fâché contre moi, je le voyais bien à ses yeux qui s’étaient noircie a ma question, et par la suite à sa façon de me répondre sèchement, en m'enfonçant un peu plus dans ma culpabilité.

« - T’as raison, occupe-toi plutôt de tes affaires »

Directement, après cela, il bougea et ouvrit une porte me disant de me dépêcher pour aller à sa suite, ce que je fis tête basse, en me demandant comment Yamiko pouvait bien garder une hybride aussi saute et impolie. Pourtant, je ne lui voulais pas de mal par cette question. Bon, cela ne l'avait pas fâché au point qu'il m'abandonne a mon sort, il semble toujours vouloir me raccompagner pour que je rentre.

Nous allions sortir dehors dans le froid de la nuit, oui, car maintenant, il faisait totalement noir, heureusement mes gènes de renard me permettais une vue assez correcte dans le noir, car je gardais la tête basse lui suivant juste, n'émettant que des soupir de temps à autre. Je me demande comment il fait pour voir ou il marche lui, enfin non je m'en fiche et je risquerais de commettre encore une bêtise rien qu'en levant la tête. On arrivait sur un parking, un parking de voiture, sans doute allais t'il me ramener en voiture. Ha, mais non ce n'est pas possible, je n'ai pas droit ! Je m'arrête donc net. Yamiko me l'avait bien dit, on ne suit pas les inconnu même quand il te promet une glace et ce monsieur est un inconnu. Mais je ne peux pas rester ici, après mon cher maître vas s'inquiéter. Comment faire ? Le monsieur est énervé après moi, je peux donc pas apprendre a le connaître avant de le suivre, peut être demandé a yamiko ? Mais comment le contacter, il y avait bien le portable, mais je ne sais pas comment l'utiliser, il m'avait pourtant montré, mais je n'ai pas compris et n'ai pas osé redemander. Bon, il reste plus qu'a demander au monsieur au monsieur d'utiliser le portable pour demander a mon maître. Je relevais donc la tête, il s'était arrêté lui aussi et je m'exprimais donc doucement faisant attention à chacun de mes mots.

«- Excusez moi monsieur, mais je n'ai pas l'autorisation de mon maître pour vous suivre, mais je ne peux pas non plus rester ici et risquer de lui causer de l'inquiétude »


Je fouillais dans la petite sacoche où il y avait le petit appareil électronique et le lui tendait.

«- Mais il y a son numéro devant, je ne sais pas l'utiliser, alors pouvez vous l'appeler pour lui demander la permission que je vous suive s'il vous plaît »

J'essayais de paraître le plus respectueuse possible priant pour qu'il accepte et que je ne reste pas ici.
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sam 9 Sep 2017 - 22:27
La demoiselle finit par sortir et je la ramenai dehors. Avant de nous rendre sur le parking, je pris bien soin de verrouiller la porte du Centre Funéraire. Un nouveau silence s’était abattu entre la jeune fille et moi. J’étais en train de fouiller dans mes poches à la recherche de mes clés de voiture quand je me rendis compte que la Kitsune ne se tenait plus à côté de moi. Arrêtée un peu plus loin derrière, elle semblait anxieuse. Je lui lançai un regard interrogateur.

- Excusez moi monsieur, mais je n'ai pas l'autorisation de mon maître pour vous suivre, dit-elle d’une petite voix. Mais je ne peux pas non plus rester ici et risquer de lui causer de l'inquiétude.

Ah… Mais là, il allait falloir faire un choix. Elle chercha quelque chose dans la petite sacoche qu’elle portait sur l’épaule et me tendit un téléphone portable.

- Mais il y a son numéro dedans, ajouta-t-elle tandis que je prenais machinalement le téléphone. Je ne sais pas l'utiliser, alors pouvez-vous l'appeler pour lui demander la permission que je vous suive s'il vous plaît ?

Bon… puisqu’elle le demandait gentiment… Quelques manipulations plus tard, je trouvai le numéro d’un certain Yamiko Kengo dans le répertoire et appuyai sur la touche « Appel ». La tonalité sonna deux fois seulement avant qu’une voix réponde.

- Euh… Allô ? J’ai trouvé ton hybride complètement paumée en ville, euh…

Je me tournai vers ladite hybride et lui demandai son prénom.

- Elle dit qu’elle s’appelle Kitsa, précisai-je à l’attention de son maître.
« Oh mon dieu mais dans quelle merde elle est allée se foutre encore cette petite ! s’exaspéra Yamiko. Bon ! Elle va bien ? Et à qui ai-je l’honneur ? Vous ne lui avez pas fait de mal j’espère... »

Je levai les yeux au ciel. Si je lui avais vraiment fait du mal, je ne le lui aurais certainement pas dit.

- Oui, elle va bien, répondis-je. Elle s’est faite agresser par des sales types mais j’suis intervenu. J’m’appelle Meyer, j’suis fossoyeur au cimetière de Togi.

« Quoi ? Intervenu comment ?
paniqua Yamiko. J’espère qu’ils ont bien compris la leçon ! »

Il se lança dans des menaces inutiles, histoire de se défouler, puis finit par se calmer.

« Bon, Meyer le fossoyeur, hein ? J’enfile mes baskets, j’en ai pour au moins quarante-cinq minutes pour venir en tram. »

Il demanda alors si je pouvais calmer son hybride en lui caressant les oreilles pour la délivrer de son stress. Et puis quoi encore ? Si j’étais baby-sitter, ça se saurait !

- Euh… vaut mieux que j’te l’amène, j’ai une voiture, préconisai-je en regardant Kitsa avec ma chemise par dessus sa robe toute déchirée.

Il répondit qu’elle n’était pas très à l’aise dans les transports et que je devais patiemment la convaincre si je voulais éviter une crise de panique. Nous nous donnâmes ensuite un lieu de rendez-vous, à savoir un bar étudiant près du campus. Il me promit de m’offrir une bière quand nous nous retrouverions, pour me remercier. J’hésitai puis…


- Ça marche, à plus tard.

Je crus l’entendre dire « Dites à Kitsa que... » avant de raccrocher. Tant pis. J’allai ouvrir la portière côté passager et fis signe à la jeune hybride de monter.

- Ton maître est d’accord pour que je t’amène à lui, déclarai-je.

Comme elle ne bougeait pas, j’adoptai la technique qu’il m’avait conseillé.


- Il dit que c’est le seul moyen pour que tu rentres chez toi. Et euh… qu’on doit se dépêcher parce qu’il attend.

A ma grande surprise, elle ne protesta pas plus que ça. Je la laissai donc monter dans la voiture, refermai la portière derrière elle et allai m’installer au volant. Le trajet fut silencieux. Nous retrouvâmes comme prévu son maître à qui je remis le téléphone portable. Gêné de lui rendre son hybride à moitié dénudée, je lui assurai qu’elle pouvait garder ma chemise et ajoutai que, pour le coup, ce serait mal vu de nous voir entrer dans un bar alors que Kitsa n’était pas en état. Elle attirerait beaucoup trop les regards. Je refusai donc poliment la proposition de Yamiko pour la bière et les quittai tous les deux pour rentrer à l’appartement.

[FIN]
Messages : 699
Date d'inscription : 20/03/2016
Age : 25
Localisation : Au cimetière
Multi-Compte : ///
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Ma Fiche

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): ///
Maître/Maîtresse: ///
Esclaves: Sofia Ashley
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humain - Neutre
Revenir en haut Aller en bas
(#)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maître ou Neko ? :: Hors-rp :: Rp terminés-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit