Bienvenue à Togi! Cette merveilleuse île qui propose toutes sortes d'hybrides à la vente. Serez-vous le maître ou l'esclave? NC-18
 

On ramasse parfois ce qu'on trouve... [Feat Ameko]

 :: Hors-rp :: Rp terminés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
(#) Ven 12 Fév - 13:30
Le froid prenant de l'Hiver était arrivé sur Togi, et j'appréciais cela. Bon, j'aimais moins la nouvelle couleur des ramures de Chun Hua, trop dépouillé pour être belles, mais on faisait avec. J'avais décidé de bifurquer par le centre-ville, avant de rentrer à ma villa. La volonté de regarder quelques étales de produits : les soldes approchant. Et de croiser quelques créations diverses et variées, pour complèter mes inspirations. C'est ainsi que je déambulais : des gants aux mains, une écharpe blanche, un long manteau noir droit me protégeant du froid. Mon maintien était droit, et parfois, je sortais un calepin de la poche de mon manteau : notant une de mes idées dans un chinois joliment calligraphié.

Pourtant, alors que la nuit tombé, mon regard fut attiré par une forme dans une ruelle. Une forme qui bougeait, et qui semblait abandonné. Plissant des yeux, je pénétrais dans cette ambiance sombre. Les lumières n'éclairaient que peu l'endroit, à l'exception d'un lampadaire qui clignotait difficilement. Son ampoule ne devrait plus tarder à lâcher si on veut mon avis.

M’accroupissant devant la forme, je haussais un sourcil avant de clairement demander :


"Penses-tu avoir ta place dans les ordures ?"

Je ne pouvais que peu distinguer son faciès...mais mon instinct me hurlait que cette chose n'était pas juste un SDF humain. Les humains puent, boit et chie lorsqu'ils sont à la rue : et quémandent de l'argent. Les hybrides se dissimulent, se cachent, espérant rejoindre les sauvages pour les dociles...ou espérer être sauver des ordures pour les plus cons. Alors lui, dont le regard m'était difficilement accessible, à quelle catégorie appartient-il ?
Mon regard était neutre, ma posture détendue. J'attendais de voir ce qu'il dirait...Même si je me permis d'ajouter.


"Jusqu'où irais-tu pour un bain, et de quoi manger dit-moi ?"

Quel genre de loque ou de fierté se cache dans les ordures ?
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sam 13 Fév - 10:18
Plusieurs mois s'étaient écoulés. Plusieurs mois depuis qu'Ameko avait quitté son ancien maître...
La petite loutre avait décidé de vivre dans les rues de la ville, à l'abri des humains...ayant perdu toute confiance en eux mais aussi son sourire et sa bonne humeur. Il aurait pu aller dans une Animalerie ou dans un refuge pour qu'on prenne soin de lui, mais il refusait catégoriquement. Il ne voulait plus souffrir, plus comme ça...plus jamais. S'attacher à quelqu'un faisait trop souffrir.
Il se nourrissait de reste qu'il réussissait à trouver de temps à autre, parfois des légumes à peine pourris ,du moins, c'était une chance d'en trouver dans un tel état ! Plus personne ne pouvait l'approcher. Il ne se montrait plus et quand la présence d'un humain se faisait sentir, il s'enfuyait. Ameko ne croyait plus en un avenir radieux, dans un foyer ou auprès de quelqu'un, il n'y croyait plus...Tout ça était une jolie histoire à conter aux enfants...la réalité était tout autre... Il était totalement abattu..

Durant sa vie dans la rue, il avait subit un été chaud...qu'il avait très mal vécu. Il avait essayé de se rafraîchir dans les parcs quand il le pouvait, mais les membres de la sécurité lui courrait après pour le corriger, le prenant pour un de ces hybrides qui perturbaient l'ordre public.Il avait essayé de réitérer l'expérience la nuit mais sans succès. Il ne voulait pas sortir de sa ruelle pour se rendre dans un bois où une rivière y coulait paisiblement...Il ne voulait pas que les humains le voient ou le touchent... L'été était vraiment le pire ennemi du jeune homme, il avait énormément souffert de la chaleur...Se réfugiant dans les endroits ombragés comme il le pouvait...buvant les fonds de bouteille d'eau que les humains laissaient dans les poubelles...Oui il en était réduit à ça. Cependant, il réussissait, miraculeusement, à prendre soin de son hygiène personnel. Il faisait en sorte de rester propre et de laver comme il le pouvait les vêtements qu'il portait sur le dos ainsi que lui même. Chaque jour était un combat et il ne s'était jamais douté qu'une journée pouvait être aussi longue...Survivre...espérer manger quelque chose...trouver un endroit au frais inoccupé...

S'ensuit une grande vague de froid où il était tombé malade maintes et maintes fois...Il s'en souvenait très bien...Il observait silencieusement les fleurs du parc voisin, quand tout à coup, une feuille orange caressa son épaule avant de tomber au sol signe de l'automne et donc du froid. Il avait alors récolté des feuilles mortes et des tas de journaux pour s'y réfugier à l'intérieur la nuit...L'hiver n'allait pas tarder à arriver et il fallait qu'il trouve un moyen de se protéger du froid...Lorsque l'hiver arriva, il faisait tout son possible pour essayer de se réchauffer mais rien ne pouvait empêcher le vent glacial de lui transpercer le corps... Il avait neigé durant cet hivers là. Ameko avait observé les flocons de neige se déposer délicatement et sans bruit sur le sol et les toits de la ville...C'était si beau à voir...dommage que le froid venait tout gâcher...transformant ce spectacle saisissant en un cauchemar sans fin. Au fur et à mesure que le temps passé, Ameko ne n'arrivait plus à se lever.

En fouillant dans ses souvenirs avec son précédent maître...il avait remarqué qu'il n'avait jamais vu les cerisiers en fleur avec lui...ils n'avaient pas eu le temps de faire quoique ce soit en réalité. Enfin du moins...à l'extérieur de la maison. Notre loutre n'avait même pas eu l'occasion de fêter Noël...il ne savait pas ce que c'était, ni le principe...mais en observant les humains durant cette période hivernale, il voyait qu'ils étaient heureux...et que la ville brillait de mille feux...Sans doute une période de fête et joyeuse pour les humains...

Ameko restait caché des humains mais aussi des agences qui prenaient les hybrides pour les amener dans les Animaleries...La loutre avait trouvé refuge sous un escalier d'une ruelle très peu fréquentée. Sa masse musculaire avait grandement fondu, étant donné qu'il ne pouvait plus nager et donc continuer à entretenir ses muscles , mais aussi le fait d'être anémié... Son t-shirt lui allait très bien à l'époque, maintenant il lui allait trop grand à présent. Il n'avait pas réussi à se guérir de ses coups de froids successifs qu'il avait eu pendant cet hiver et qui semble ne jamais avoir de fin. D'ailleurs ces coups de froids s'étaient transformé en une grosse maladie qui l'affaiblissait peu à peu...Le visage blanc et de grosses cernes sous ses yeux lui donnaient l'air d'un panda. Il était restait au sol, n'ayant plus la force de se lever, de chercher de quoi se nourrir...de faire quoique ce soit...Il respirait fortement et avec une certaine difficulté, toussant de temps à autre en se tenant la poitrine. Une douleur aiguë le tiraillait chaque fois qu'il toussait . Ses oreilles de loutre tremblées légèrement et sa queue était inerte. Il avait des maux de tête horribles et des douleurs musculaires malgré le fait qu'il ne faisait aucun usage de ses muscles...Des frissons parcouraient la totalité du corps et le faisaient trembler.
Les hybrides errants de passage n'osait s'approcher de lui, de peur d'attraper ce même mal et donc, ils prenaient leurs jambes à leur cou et fuyaient.
Mais une nuit, alors qu'il avait réussit à trouver un semblant de sommeil, il entendit le son d'une voix...

"Penses-tu avoir ta place dans les ordures ?"

Ameko se redressa légèrement et recula jusqu'à s'adosser à un poteau non loin de lui. L'éclat de la lune révéla ses yeux verts clairs mais aussi son état de santé. Il vit un homme...peut etre un peu plus grand que lui...il ne put répondre à cette question...la réponse était évidente non.. ? Il n'avait nulle part d'autre où aller. Il ne voulait pas aller dans une animalerie et se retrouver en cage...et les humains semblent le rejeter à chaque fois qu'il entre dans leur vie.

"Jusqu'où irais-tu pour un bain, et de quoi manger dit-moi ?"

Ses oreilles se redressèrent doucement en entendant le mot...Bain. Il rêvait d'un bain chaud, bouillant...la nourriture ne semblait pas l'inquiéter plus que ça et pourtant, c'était devenu plus que vital dans l'état où il était.

- N....N'importe où...

Sa voix ne portait pas beaucoup et ressemblait plus à un soupire qu'à une réponse. Heureusement, la ruelle était silencieuse...En lui répondant, il pensait commettre la même erreur que dans son passé...peut être que c'était là son destin...
Messages : 46
Date d'inscription : 13/07/2015
Age : 23
Localisation : Animalerie

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Loutre
Maître/Maîtresse: Tian She Fang
Esclaves: ___
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideM - Adoptable
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sam 13 Fév - 10:46
La forme avait reculée. Brutalement. Apeurée. Oui…Cet éclat dans ces iris vert : c’est de la peur. Une peur sourde et profonde, résultat d’une crainte enfouie ou d’un trauma ? Je n’en sais rien, et je m’en fiche complètement en réalité. Je ne suis pas de ces « âmes charitables ». Le bien-être psychologique d’une personne, ou d’un objet, m’importe peu. Sauf mes créations : elles doivent être parfaites en tout point. J’étais toujours accroupi devant lui, la lumière clignotante perturbait par les escaliers de métal. Au moins, cette zone restait un minimum protégeait de la neige.
Il n’avait pas répondu. Je comprenais donc que, oui, il était suffisamment au fond du trou pour qu’il soit amusant de le repêcher : avant de l’y replonger. Jusqu’à ce qu’il soit digne de moi.

Je remarquais les joues creuses. Le regard affaiblit. La pâleur de sa peau qui devait être gelé. Mais surtout, je tiquais à un élément. Dans ces cheveux ternes, sûrement de fortes carences, se dissimulaient deux petites oreilles. Fermant les yeux, écoutant la réponse de sa voix cassée par la toux et l’absence de soins, je cherchais dans ma mémoire à quel type d’animaux des oreilles de cette forme correspondaient.


« Mustelidae… » Murmurais-je, avant de rouvrir mes yeux améthystes sur lui.

Je me relevais donc, un sourire en coin alors que je ne retenais pas un rire amusé. Le regardant de haut, je vins alors à lui dire :


« Même si cela ressemblera au Diyu une fois que tu seras remis : tu irais n’importe où ? »

Mon accent chinois était ressortit avec aplomb en prononçant le nom des enfers des croyances anciennes de mon pays. Mais au fond, l’idée y correspond. Dans le Diyu, les âmes en attente de réincarnation sont purifiées par la violence, la torture, les flammes et de nombreuses autres joyeusetés. Dans le but de redevenir pur…et c’est exactement ainsi que je traite ceux qui ne sont pas né de mon talent. Je les façonne, jusqu’à ce qu’il soit digne de ma personne. Mais contrairement à d’autres, je n’ai aucun intérêt à les séquestrer…ils cassent trop vite sinon.

C’est à ce moment que j’aperçu, inerte, une queue spécifique. Bien…c’est un lutrinae : une loutre donc. J’étais curieux de savoir quelle espèce désormais. Au moins, ce n’est pas un hybride purement commun et ennuyeux : comme la chatte de l’autre connard de « big boss de l’île ». Pathétique les premières générations. Sans inventions ni élégances. Mais je m’égare…
Car, mine de rien, celui-là semble pas mal affaiblit. Levant les yeux au ciel, je reportais mon attention sur lui alors que quelques flocons recommençaient à tomber.

M’avançant, je laissais glisser ma main sur sa joue creuse. Ma peau chaude effleurant la sienne : glacée. Hum…Il a une bonne carrure. Pour faire passer les frustrations, une fois en état, il encaisserait bien. Glissant ma main dans sa nuque, j’ancrais mon regard dans le sien. Mes yeux brillaient d’intérêt, mais aussi, d’un petit quelque chose de dangereux. Car au fond, j’imaginais déjà ce qu’un corps comme le sien pourrait supporter.


« Si tu te lèves ici et maintenant…Je te ferais miens petite loutre. Je te choierais le temps de ta guérison…Avant de te détruire pour te reconstruire à mon idée. Car c’est ainsi que moi, Tian She Fang, agit avec les hybrides qui sortent des laboratoires d’autrui. Je te rendrais aussi parfait que les autres de mes créations...à moins que tu ne préfères encore les ordures ? »
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sam 13 Fév - 14:34
« Mustelidae… » Murmura t-il

Ameko fronça légèrement les sourcils. Il ne comprenait pas ce mot...peut être était-ce un mot d'une langue étrangère....La couleur des yeux de cet homme l'intimidait mais aussi attisé un peu sa curiosité... La couleur était profonde et brillante à la fois...Il vit alors sourire l'humain, Ameko devinait qu'il avait une idée en tête et se mettait en garde du mieux qu'il pouvait.

« Même si cela ressemblera au Diyu une fois que tu seras remis : tu irais n’importe où ? »

Ameko pensait avoir déjà répondu à cette question, mais un autre élément lui fit froncer les sourcils à nouveau...Diyu..Quel était dont ce mot. Cet homme semblait très instruit et devait avoir beaucoup de connaissances pour employer des mots que notre petite loutre n'arrivait pas à décrypter...Il prit tout de même un accent...étranger. Pendant qu'il vivait dans la rue, il avait souvent entendu des gens prendre cette accent là..mais il serait incapable de dire de quel pays ces gens-là pouvait provenir. L'humain semblait étudier Ameko. Il le regardait de haut en bas , de droite à gauche. L'hybride se sentait comme un morceau de viande exposé que l'on regarde et que l'on s'imagine déjà dans l'assiette. Pendant ces quelques minutes de silence, la neige se remit à tomber du ciel, Ameko leva lentement la tête en observant à nouveau ce spectacle. Les flocons se posaient sur la peau, mais ne semblaient pas fondre...Comme si Ameko était assez froid pour permettre au flocon de le recouvrir sans disparaître.

Il reposa ses yeux sur l'homme qui était maintenant tout prêt. Ameko se figea contre le poteau et sentit la main brûlante sur la joue glacée. Il ouvrit grand les yeux, laissant échapper un petit souffle visible une fois à l’extérieur de sa bouche. L'hybride sentit cette même main chaude parcourir son cou gelé afin de se loger sur sa nuque. Ameko était bloqué. Son regard plongé dans celui de l'humain l'effrayait légèrement. Des flocons passaient légèrement entre eux.

« Si tu te lèves ici et maintenant…Je te ferais miens petite loutre. Je te choierais le temps de ta guérison…Avant de te détruire pour te reconstruire à mon idée. Car c’est ainsi que moi, Tian She Fang, agit avec les hybrides qui sortent des laboratoires d’autrui. Je te rendrais aussi parfait que les autres de mes créations...à moins que tu ne préfères encore les ordures ? »

Les mots détruire, reconstruire firent frissonner Ameko, non pas de plaisir, mais d’appréhension. Il se mit à réfléchir...à repenser à ce qu'il avait subit par le passé. Il était déjà détruit moralement parlant...autant le finir complètement et repartir sur de bonnes bases. Qui c'est cela pourra peut etre lui être bénéfique...Ameko se disait tout simplement, qu'il ne pourrait pas tomber plus bas que là où il est actuellement...Si ce Tian She Fang pouvait lui apporter encore quelque chose dans sa vie...pourquoi pas...Ameko passa ses mains sur le poteau derrière lui et s'aida à l'aide du peu de force qu'il avait réussit à accumuler jusqu'ici. Ses jambes tremblantes et ses bras maigrelets réussirent à le maintenir debout, il n'était pas droit, mais tenait légèrement sur ses jambes, sans lâcher le poteau. Ameko gardait son regard fixé sur le sol, ses oreilles chassaient lentement les flocons qui se déposaient sur celles-ci. Il ne resta quelques minutes debout avant de se recroqueviller légèrement et de tousser en prenant garde de ne pas rependre ses microbes sur le dit Tian She Fang.
Messages : 46
Date d'inscription : 13/07/2015
Age : 23
Localisation : Animalerie

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Loutre
Maître/Maîtresse: Tian She Fang
Esclaves: ___
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideM - Adoptable
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sam 13 Fév - 15:12
L’incompréhension avait été lisible dans son regard à mon usage du chinois. Je n’allais pas simplement dire les « enfers » alors que c’est un terme pour les croyances occidentales : je suis fier de mes croyances orientales. Les notions d’équilibre et de réincarnation de l’âme me semblant plus agréable, et cela expliquerait mon génie voyons. Je suis très probablement la réincarnation d’un homme de science, du génie génétique. Enfin, mon regard s’était flouté un bref instant perdu que j’étais dans mes pensées.

Je vérifiais donc « la marchandise ». Le détaillant. Plongeant dans les orbes verts, et forçant ainsi un contact entre l’améthyste profond et l’émeraude sauvage. Il a au moins le mérite d’avoir de beaux yeux : c’est déjà ça. Et j’aime bien le vert : la plus belle parure de Chun Hua c’est quant elle est d’un délicat vert, en été. Même si elle est aussi élégante en fleur, au printemps.
Je donnais la phrase de fin, l’ultimatum de notre rencontre et de son dénouement de base. Me redressant, le lâchant, j’attendais qu’il se hisse sur ses jambes tout seul. Je vis les jambes qui flagellaient. Je vis le corps qui s’extirpait avec douleur. Je le voyais essayer de chasser les flocons qui ne fondaient pas sur sa peau glacé. Et lorsque je le vit debout, j’eu un sourire satisfait. Il est prêt à souffrir pour un avenir…Il a compris ce qu’était le douloureux chemin de la vie, pour un objet. Car un objet doit être, parfois, détruit pour s’améliorer dans une saine reconstruction.

Je vis son corps trembler, et la toux le prendre. Je notais clairement, vu notre proximité, son intention de ne pas me tousser dessus. Humpf…il avait dû recevoir une éducation acceptable. Mais ce genre de chichis le rend plus faible encore. Passant mon bras sous son aisselle, je vins le porter en partie. Le soutenant ainsi debout, ne pouvant malgré son faible poids le porter à bout de bras. Je ne suis pas un sportif qui soulève de la fonte moi ! Et il reste un homme de bonne taille…et donc, même amaigri, de bon gabarit. Même si je suis plus grand que lui, je n’en suis pas un homme massif plein d’hormone mâle en ébullition marqué par des biceps de géants ! Exit les armoires à glaces, cela me donne des frissons d’horreur.


« Bon…Allons à un hôtel ce soir. Si je te ramène dans cet état chez moi, tu vas me contaminer Chun Hua : et affaiblir ma meilleure création te vaudrait mille morts, même si tu es affaiblit. »

J’énonçais cela comme on parlerait du fait qu’il neige aujourd’hui, ou qu’il pleuvra demain. Avançant à petit pas, j’écoutais son rythme respiratoire. Hum…Un coup de fil à la vétérinaire ne sera pas de trop. Je pense qu’il est proche d’une pneumonie avec ses conneries d’être si peu habillé en hiver. Raffermissant la prise, nous quittions donc la ruelle pour revenir sous les néons des enseignes de la rue, et des lampadaires. Je glissais mon regard sur lui, pouvant mieux le détailler. Un sourire satisfait aux lèvres alors que je répliquais :

« Au moins, physiquement, tu n’as pas été un échec. Alors la loutre, comme te nommes-tu ? Que je fasse faire des papiers au laboratoire… »

Il a été abandonné : il doit être sur les registres pour que je remplisse tous cela et qu’il soit fait miens. Tiens, je devrais aussi réfléchir à quelle marque laisser pour le distinguer comme m’appartenant. Un bijou ? Un tatouage ? Une puce GPS ? La dernière idée me plaît bien…une puce dans un tatouage, comme pour un animal. Mais j’y réfléchirais plus tard.
Me stoppant devant une enseigne rougeoyante, je nous y fit pénétrer. Le posant sur un fauteuil, je sonnais au comptoir en attendant la venue d’un responsable. Retirant mon manteau, dans ce lieu assez chaud, et mon écharpe. Révélant une chemise blanche cintré par un gilet noir sans manche. Une cravate parfaitement nouée complétant l’ensemble. Le détaillant, accoudé au comptoir, je le jaugeais quant au temps nécessaire à sa guérison.


« Depuis combien de temps es-tu dans la rue, ou as-tu ces douleurs aux poumons ? » Lui demandais-je alors, réfléchissant à pendant combien de temps je devrais rester « gentil » avec lui, avant de commencer sa rééducation.
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sam 13 Fév - 15:51
Ameko ouvrit doucement les yeux une fois sa toux calmée. Il se sentit légèrement soulevé, il regarda Tian She Fang et le remercia pour son aide d'un signe de tête. Il n'aimait pas être malade ou dans un état qui lui ferait demander de l'aide...Mais il ne pouvait pas faire autrement dans de telles circonstances... Il se tenait debout grâce à l'aide de cet homme. Il tendit ses jambes afin de les réhabituer à marcher, elles qui étaient sans celle repliés.

« Bon…Allons à un hôtel ce soir. Si je te ramène dans cet état chez moi, tu vas me contaminer Chun Hua : et affaiblir ma meilleure création te vaudrait mille morts, même si tu es affaiblit. »

Il hocha à nouveau la tête et se mit à marcher avec lui. Chun...Hua, ce nom voulait peut-être désigner l'hybride que possédait déjà Tian She Fang..Du moins c'est une possibilité. Ce qui l'intrigua d'avantage c'est le mot création...cette personne était-elle le fruit du savoir de Tian She Fang ou serait-elle passé par ce qu' Ameko va subir ? Lorsqu'ils quittèrent la ruelle, les enseignes des diverses échoppes, bars et autres boutiques nocturnes ainsi que les phares des voitures, éblouissaient Ameko qui ne tarda pas à garder la tête basse, ses yeux rivés au sol afin de pouvoir avancer convenablement.

« Au moins, physiquement, tu n’as pas été un échec. Alors la loutre, comme te nommes-tu ? Que je fasse faire des papiers au laboratoire… »

Il redressa sa tête légèrement à cette remarque et prit quelques instants avant de répondre.

..Je...ils m'ont dit...que j'étais né...un jour de pluie...Ameko...est mon nom...Ame..pour pluie...et ko...pour enfant...c..cela donne...l'enfant de la pluie...dans notre langue...

Ils entrèrent alors dans un lieu qu'Ameko ne voyait toujours que de l'extérieur...Un hôtel. Il s'assit sur le fauteuil et observa le lieu silencieusement. Il vit Tian She Fang retirer l'épaisse couche de vêtement appelé manteau, et il découvrit un homme svelte aux mains fines.

« Depuis combien de temps es-tu dans la rue, ou as-tu ces douleurs aux poumons ? »

- Hm...je suis resté dehors...du début de l'été....jusqu'à...maintenant...ce qui...doit faire...hm...6...ou 7 mois....je les ai...quand je respire...et quand je tousse...j'ai..l'impression...qu'on me les broies...

Ameko appréciait la chaleur qui se dégageait de cet établissement...Ils n'étaient que dans le hall, mais il faisait nettement plus meilleur que dehors.. Il redressa doucement la tête en face de lui et vit un miroir reflétant son apparence actuelle, ce qui l'effraya quelque peu...Jamais il n'avait été dans un tel état...Il se faisait peur à lui même et décida de garder la tête baissé afin de ne plus voir cet image de cadavre ambulant.

L'homme de la réception arriva auprès de Tian She Fang.

- Bonsoir Monsieur, bienvenu dans notre établissement, souhaitez vous une chambre ? ce..jeune homme est avec vous ?
Messages : 46
Date d'inscription : 13/07/2015
Age : 23
Localisation : Animalerie

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Loutre
Maître/Maîtresse: Tian She Fang
Esclaves: ___
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideM - Adoptable
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sam 13 Fév - 16:32
Je n’avais ni répondu ni fait grand cas de ses remerciements au fait de l’aider. Aucune aide n’est gratuite, et je pense qu’il devait s’en douter au vu de notre échange avant. Enfin…j’eu un petit ricanement à l’entente de son nom : le genre de chose typique de la part des japonais :

« Ces jap’s, aucunes imaginations ma parole… »

Mais non, je ne changerai pas son nom. Je veux le reconstruire, oui : mais le nom d’un objet est important. Car c’est ce qui le distingue des autres. Après, je murmurais néanmoins :

« Yû Tông…c’est l’équivalent de ton prénom dans ma langue. Lorsque je considérerais que tu seras réussi : c’est ainsi que je te nommerai dans le privée. En attendant, tu restes l’échec d’un incapable : Ameko. »

Je suis supérieur à ces idiots d’incompétent de scientifique japonais. Je suis le fils des Fang, le fils ayant surpassé les parents. En tout cas, je ne laisserai personne rire de mes travaux. L’art de la génétique est une épreuve subtile, mortellement superbe. On joue avec la vie comme personne avant nous, si ce n’est les dieux eux-mêmes. Cette puissance doit être menée avec parcimonie : et seul le plus méritant devrait y avoir accès.

Enfin au sec, j’attendais en le questionnant. Le son de sa voix, ou plutôt de son souffle, restait inquiétant. Tsss…lorsque je su depuis quand, je levais les yeux au ciel. Non mais sérieux ? Roulant des yeux, je vins alors à poser la question qui, face à docilité, restait en suspens :


« Et pourquoi ne pas être allé à une animalerie ou un centre de dressage ? Tu aurais été soigné, nettoyé et revendu sans toutes ces misères…Et tu ne sembles pas de ces dociles qui se révoltent et s’enfuient pour se pavaner au milieu des sauvages : tous des échecs. »

Mon manteau contre le bras, je n’eu pas le temps d’attendre sa réponse alors que le crétin de gérant de l’hôtel arriva. Le fusillant du regard pour m’avoir fait attendre, son hésitation me fit grincer des dents. Et le choix de ses mots aussi.

« Ce n’est pas « est avec vous » mais « est à vous » sombre idiot. Votre meilleure chambre, et que quelqu’un l’y emmène et le dépose dans le lit. Sachez que si on me l’abime d’avantage, je pense que vous serez ravi de voir ma pléthore d’avocats en action : clair ? »

Mon sourire n’allait pas avec la froideur de mon regard. Ce type m’était antipathique, avec son air mielleux de faux cul. Enfin, j’avais glissé ma carte bancaire, une gold, sur le comptoir pour les frais. Ceci avant de m’avancer vers la sortie, déclarant :

« Je passe un appel Ameko : cela ne sera pas trop long. »

Laissant un employé de l’hôtel s’occupait de lui, je pris mon smartphone avant d’envoyer un message à Chun Hua. La prévenant de ne pas m’attendre ce soir. Et enfin, je téléphonais à la personne qui s’occupait des soins des hybrides de ma conception. Lui donnant les indications sur l’état de la loutre, mes soupçons, et l’adresse où venir. Déplorant qu’elle en avait pour au moins une demi-heure voir une heure, en raison d’un colloque.
Raccrochant, je vins rejoindre la chambre. Ce n’est pas un hôtel grand luxe, alors, cela restait comme un petit studio. Mais c’était suffisant pour le temps de sa guérison : hors de question qu’il contamine mon trésor.


« Ameko ? Où es-tu ? » Demandais-je, retirant aussi mon gilet pour le poser sur le bord d’une chaise. Avait-il bien été emmené dans la chambre ? Retroussant mes manches de chemises, et déboutonnant quelque peu la chemise : je commençais à me mettre à mon aise. Si l’autre véto ne devait pas passer, j’aurais bien retiré la moindre frusque : on est tellement mieux nu…
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sam 13 Fév - 17:40
« Ces jap’s, aucunes imaginations ma parole… »

Il ne semblait pas très touché par cette remarque, c'était un nom qu'on lui avait donné, on aurait pu lui donner bien des noms, mais c'est celui-ci qui est tombé. Qu'on lui change le nom ou pas ça lui était égale...Ce n'était qu'un nom, cela n'altérerait pas sa personnalité ou ce qu'il est.

« Yû Tông…c’est l’équivalent de ton prénom dans ma langue. Lorsque je considérerais que tu seras réussi : c’est ainsi que je te nommerai dans le privée. En attendant, tu restes l’échec d’un incapable : Ameko. »

Yû Tông...c'était un joli nom, original qui plus est, du moins dans l'oreille de la loutre. Il trouvait ce nom mélodieux. Pour Tian She Fang, Ameko était un échec...ce n'est pas faux. S'il est rejeté ainsi par les humains c'est que c'était sans doute un échec.

« Et pourquoi ne pas être allé à une animalerie ou un centre de dressage ? Tu aurais été soigné, nettoyé et revendu sans toutes ces misères…Et tu ne sembles pas de ces dociles qui se révoltent et s’enfuient pour se pavaner au milieu des sauvages : tous des échecs. »

Alors qu'il allait lui répondre, le responsable de l'hôtel arriva rapidement et prit la parole. Ameko resta alors silencieux, attendant que celui-ci finit. Il écouta la petite conversation entre les deux hommes.

« Ce n’est pas « est avec vous » mais « est à vous » sombre idiot. Votre meilleure chambre, et que quelqu’un l’y emmène et le dépose dans le lit. Sachez que si on me l’abîme d’avantage, je pense que vous serez ravi de voir ma pléthore d’avocats en action : clair ? »

L'homme ne savait plus où se mettre, il était mal à l'aise et semblait confus d'avoir vexé ou contrarié son client. Il resta silencieux et s'excusa maintes et maintes fois. Il appela d'autres membres du personnel qui arrivèrent rapidement. Ameko regarda Tian She Fang s'éloigner doucement.

« Je passe un appel Ameko : cela ne sera pas trop long. »

Il hocha la tête et se laissa guider par le membre du personnel de l'hôtel. La chambre n'était pas somptueuse, ni couverte de tableaux célèbres, mais elle était chaleureuse, un peu spacieuse et avec tout le confort nécessaire. Ameko s'assit sur le lit doucement, une jeune femme augmenta légèrement le chauffage et laissa Ameko sur le lit. Pendant qu'il était seul, il réfléchissait à la réponse qu'il allait donné à Tian She Fang...et avant qu'il ne puisse y réfléchir, la porte s'ouvrit, ses oreilles se redressèrent.

« Ameko ? Où es-tu ? »

- Je..je suis ici..

Ameko le vit arriver, mais aussi se mettre à l'aise. Les rideaux étaient tirés, les lumières allumés et donnait une atmosphère chaleureuse à la pièce. Sur la table, une carte avait été posé. Elle contenait les différents repas du soir qui pouvait être servis, les alcools, les boissons chaudes ect...
Ameko prit la parole doucement.

- Concernant la...question que vous m'avez posé...je hais...les animaleries...et les centres de dressage...J'ai..été dans deux animaleries...différentes...mes maîtres...m'abandonnaient...et me replaçaient dans ces boutiques....la troisième fois...quand j'ai appris que...mon maître...devait m'abandonner...je...j'ai fuis...je ne voulais plus voir les humains...ils ne tiennent jamais leur promesse...ils nous prennent pour s'amuser avec nous et nous jette...comme on jetterait un vieux jouet...j.je l'admet ce n'était pas intelligent...mais je ne voulais plus...souffrir d'abandon...

Sa voix petit à petit montait, signe qu'il cachait une tristesse, une haine..une rage envers son passé.

- Les humains...nous créés...pour qu'on leur tienne compagnie...mais..nous avons aussi une part d'humanité...o..on ressent les choses comme eux...nous ne sommes pas que des animaux...Je n'ai plus aucun espoir concernant les humains...Je ne voulais plus être vu...comme un..objet que l'on peut solder...j..je ne voulais plus qu'on me traite comme un vulgaire animal...je..j'ai des attributs animal...Mais je suis aussi humain.

Il se remit à tousser en se tenant la poitrine et s'arrêta de parler en se tenant la tête doucement. Tian She Fang avait sans doute sa vision des Hybrides, et Ameko avait la sienne...l'homme devait sans doute trouver l'explication d'Ameko stupide, c'était peut etre vrai, mais c'est ce qu'Ameko pensait fortement.
Messages : 46
Date d'inscription : 13/07/2015
Age : 23
Localisation : Animalerie

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Loutre
Maître/Maîtresse: Tian She Fang
Esclaves: ___
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideM - Adoptable
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sam 13 Fév - 18:22
Sa voix abimée par la maladie résonna dans l’appartement. Je vis alors, par la porte ouverte donnant sur la chambre qu’il était bien sur le lit. M’avançant vers lui, je m’adossais au montant de la porte. Le détaillant. Hum…Avant la venue de l’autre toubib, il va falloir lui faire prendre un bain. Histoire que déjà, il soit plus propre et à l’aise. Et je vais aussi devoir lui envoyer un message : qu’elle ramène des fringues. Hors de question qu’il garde ces frusques moisies. C’est alors que je me faisais ces constats, le regard un peu dans le vide, que sa faible voix se fit de nouveau entendre. Ah oui, je lui avais posé une question avant d’aller passer un coup de fil. J’avais oublié. Enfin, croisant les bras j’attendais donc de savoir. L’invitant du regard à poursuivre.

Je tiquais à une information. « Devait »…Donc, son précédent propriétaire avait été contraint de le revendre. Il serait amusant de savoir pourquoi. Mais c’est une donnée négligeable. Le reste était plus intéressant. Leurs promesses ? A l’attention d’un jouet ? En effet…S’il ne se voit pas comme ce qu’il est, il y a clairement eu un loupé par ses créateurs. Son dressage est un échec. Mais surtout : humain ? Il n’est pas un humain.

Je veux bien qu’un jouet ne supporte pas l’abandon : ne dit-on pas de vieilles poupées ou de vieux objets deviennent des esprits maléfiques après avoir été abandonné par leurs propriétaires ? Ce sont de vieilles superstitions et croyances, mais ce sont ces croyances qui ont fait que l’humain prend soin de ses biens. Alors, son sentiment d’abandon je le comprends et le tolère. C’est plutôt la vision trop « idéal » de son existence qui me dérangeait. Mais je le laissais poursuivre.
Il termina ses dires dans une quinte de toux. Fermant les yeux, je m’avançais donc vers lui. Posant ma main sur sa joue, je posais un genou sur le lit avant de le basculer en arrière : le surplombant.

Écartant ses mains, je veillais à ancrer mon regard dans le sien avant de lui dire. Le ton autoritaire.


« Tu n’es pas un humain, et ne le sera jamais. Tu as raison : tu as été abandonné comme un vieux jouet. Mais sache que tu as été créé par l’Homme…Et l’Homme ne créé jamais quelque chose qui ne soit pas dans son seul intérêt. Tu es un objet utile à l’humanité…mais un humain a le devoir, l’obligation, de prendre soin des objets de qualité. Tes abandons ne sont que les synonymes de ton échec à t’imposer comme une œuvre d’art à maintenir. »

Appuyant légèrement sur son torse, je savais que dans son état cela devait être douloureux. Mais j’ajoutais :

« Te laisser aller et te mettre dans cet état est une faiblesse. La douleur que je t’impose ici est le reflet de tes erreurs. Tu es un objet intelligent : car l’Homme t’a façonné ainsi. Mais ne dit plus jamais que tu es un humain…Tu n’es pas né pour être l’égal de tes créateurs. »

Le relâchant, je quittais le lit qui m’avait permit de le surplomber. Je finissais pas retirer pleinement la chemise, ne supportant pas d’avantage les vêtements en ce lieu. Faisant craquer mes cervicales, je me rendais vers la salle d’eau : constatant la présence d’une baignoire assez grande. Me retournant vers lui, je haussais un sourcil en ajoutant :

« Un médecin va venir t’ausculter afin de te remettre sur pieds…mais tu dois être propre et plus sain avant son arrivé. Comme dit, je veillerais à faire preuve de sympathie à ton égard le temps que tu ailles mieux : je ne te punirais donc pas pour tes dires. Mais il ne faut pas trop en demander non plus : je suis un scientifique, un créateur : pas un samaritain. Et, en attendant, je vais déjà t’aider avec ton bain… »

La fierté avait résonné dans ma voix quand j’avais dit ce que j’étais. Mais je préférais mettre les choses aux clairs dés le départ. Sa vision est, en mon sens, erronée. Je me considère comme un génie, un être exceptionnel : mais je n’ai jamais eu le culot de me qualifier de déité. Un hybride qui se voit l’égal de l’Humain, son créateur…C’est un humain qui se dit Dieu. Et cela n’est nullement acceptable.
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
(#) Dim 14 Fév - 15:47
Tian She Fang avait écouté Ameko avec une grande attention, lorsque soudain, il s'approcha de lui. Sa main chaude se reposa sur la joue d'Ameko dont la peau s'était réchauffé et sans qu'il ne comprenne pourquoi, il s'était retrouvé allongé sur le lit, Tian She Fang au dessus. Ses yeux améthyste étaient plongés dans ceux d'Ameko qui restait immobile et surtout silencieux. Il se laissa faire docilement, n'ayant pas la force de le repousser.

« Tu n’es pas un humain, et ne le sera jamais. Tu as raison : tu as été abandonné comme un vieux jouet. Mais sache que tu as été créé par l’Homme…Et l’Homme ne créé jamais quelque chose qui ne soit pas dans son seul intérêt. Tu es un objet utile à l’humanité…mais un humain a le devoir, l’obligation, de prendre soin des objets de qualité. Tes abandons ne sont que les synonymes de ton échec à t’imposer comme une œuvre d’art à maintenir. »

A cela, il écarquilla légèrement les yeux. Les propos de l'homme étaient durs mais sans doute vrais...Ameko pensait être un humain car il avait tout d'un être humain, à part des attributs animal. D'Hybride, il était passé au stade d'objet...et qui plus est un échec. Ameko détourna un peu le regard mais n'osait pas répondre, ni même défendre son opinion...il ne savait plus quoi penser...Soudain, le genoux de l'humain se posa sur ton torse, Ameko grimaça et tentait de respirait tant bien que mal...

« Te laisser aller et te mettre dans cet état est une faiblesse. La douleur que je t’impose ici est le reflet de tes erreurs. Tu es un objet intelligent : car l’Homme t’a façonné ainsi. Mais ne dit plus jamais que tu es un humain…Tu n’es pas né pour être l’égal de tes créateurs. »

- V...vous avez...sans doute raison....

Ameko se releva en caressant légèrement son torse. Il vit Tian She Fang se mettre un peu plus à son aise. Il entendit les craquements des cervicales et des frissons lui parcourra le corps. Il remua doucement ses oreilles en entendant le bruit des pieds de l'humain, sur le carrelage de la salle de bain. Il se retourna doucement et le regarda à nouveau.

« Un médecin va venir t’ausculter afin de te remettre sur pieds…mais tu dois être propre et plus sain avant son arrivé. Comme dit, je veillerais à faire preuve de sympathie à ton égard le temps que tu ailles mieux : je ne te punirais donc pas pour tes dires. Mais il ne faut pas trop en demander non plus : je suis un scientifique, un créateur : pas un samaritain. Et, en attendant, je vais déjà t’aider avec ton bain… »

Ameko comprenait, et il est vrai qu'un bon bain ne serait pas de refus. Il adorait l'eau, plus que tout...Il pouvait y passer des heures dans une baignoire, un bassin...Il se souvenait quand il était dans le laboratoire, il y avait un grand bassin pour les hybrides loutre...il n'y en avait pas beaucoup et Ameko y passait la totalité de la journée. Il nageait jusqu'à être totalement épuisé. L'avantage est que cela lui faisait de l'exercice physique et gardait en place sa musculature. Lors des grandes chaleurs, il n'en sortait même pas pour manger, les pièces étaient climatisés pour pas que les sujets souffrent de la chaleur. Afin tout cela est du passé...Il fallait qu'il apprenne à tout oublier …

La loutre se leva doucement du lit et retira son haut avant de le jeter dans la poubelle. Il n'était pas vraiment en bon état, mais on pouvait y voir encore les traces de son ancienne musculature...qu'il reprendra sans doute s'il refait de l'exercice. Dans la pièce, il faisait bon, Ameko n'avait pas froid...à l’extérieur, la neige tombait de plus en plus et recouvrait lentement les trottoirs et le toits des maisons.
Dans la salle de bain, il y avait toutes sortes de produits, des shampoings, des gels douches, comme des désinfectants, des produits spéciales pour les hybrides, mais aussi tout le nécessaire que puisse avoir une salle de bain. Il y avait le stock de serviette, de peignoir, mais aussi des pyjamas. L'hybride s'approcha de l'entrée de la salle de bain et resta à l'encadrement de la porte.
Messages : 46
Date d'inscription : 13/07/2015
Age : 23
Localisation : Animalerie

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Loutre
Maître/Maîtresse: Tian She Fang
Esclaves: ___
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideM - Adoptable
Revenir en haut Aller en bas
(#) Lun 15 Fév - 11:03
Mes mots semblaient avoir leur impact sur lui...Tout du moins, l'écarquillement de ses iris, leur trouble, étaient des indicateurs suffisant pour moi. Il ne cherchait pas à se défendre, et lorsqu'il détourna le regard : je sût qu'il ne défendrait pas ses convictions avec ma personne. Ce tour-ci, c'était moi qui l'emportait : évidemment. Sans doute ? Je plisais des yeux à sa phrase, me retirant pour aller vers la salle d'eau. J'avais tiqué, mais ne l'avait pas repris sur sa tournure de phrases. Ce n'est pas "sans doute" : c'est "vous avez raison" tout court qu'il aurait dû dire. Mais le dressage d'un jouet défectueux créé par un compère ne pouvait être aussi aisé.

Il n'osait plus même me regarder, alors, cela devait suffire pour le moment. Même si je le vis clairement reporter son regard émeraude sur ma personne, lorsque je pénétrais la salle de bain. Est-ce de l'intérêt qui brille dans son regard ? C'est une loutre...j'imagine que l'idée de se baigner dans une eau claire lui ait plaisante.
Je lui faisait part donc du "programme" de cet instant. L'observant se lever, le corps encore faible. Mouais...je pense que je devrais l'aider car son corps souffre clairement de son errance. Mais je le laissais retirer seul son haut, constatant des marques qui laissait penser que ce corps chétif avait un jour était dôté d'une bonne musculature. Tsss...il a beau être plus petit de quelque centimètres que moi, je pense qu'il a une carrure bien plus athlétique que la mienne en temps normal. Mais ce n'est pas plus mal.

Le voyant se stopper sur le pas de la porte, je haussais un sourcil. Etait-il hésitant ? Ma présence le dérangerait-il pour finir de se dévêtir et se glisser dans l'eau chaude ? Probable...mais j'ose espèrer ne pas avoir récupérer un hybride pudique : pour moi, cela serait un comble.


"Termine de te dévêtir, je fais couler le bain..." Ordonnais-je, lui tournant ainsi le dos le temps de faire couler l'eau. Réglant la température afin d'avoir un bain adéquate.

Le bruit du robinet ouvert résonna dans la salle, et la vapeur légère de l'eau chaude commençait à s'élever. Me tournant vers lui, j'eu un sourire appréciateur avant d'avancer dans sa direction. Me positionnant dans son dos, je le poussais doucement vers le coin douche. Histoire qu'il se rince et nettoie, avant de se glisser dans l'eau propre. Un tabouret pour qu'il s'installe assit sous l'eau. Enfin, pour le coup, je lui mettais le pommeau entre les doigts et le laisser se démerder à régler la température. J'ai le bain qui coule, je vais pas faire la douche aussi !


"Je vais m'occuper de te savonner le dos, tu t'occuperas de l'avant." Dis-je, alors que je me déshabillait entièrement à mon tour, laissant mes vêtements dans un coin de la pièce.
Je pris un instant le pommeau de douche, effleurant au passage sa peau sans la moindre gêne, afin d’humidifier son dos. Constatant que déjà, sa queue de loutre reprenait un meilleur éclat.

Lui rendant le pommeau, je m'installais à mon tour sur un tabouret avant de commencer avec mes mains à savonner son dos. Je n'aime que peu les gants de toilettes, et il n'y a pas de fleurs de douche...alors, je fais comme j'aime. Massant sa peau, le nettoyant sans violence, je vins à parler de nouveau :


"Dit-moi où tu veux que je te masse...cet instant est tiens, profites-en."

Ma voix était toujours la même, malgré la situation. Je n'étais pas gêné d'être nu contre lui, ni de le voir ainsi. Après tout, j'ai cette manie de me trimballer nu dés que je le peux. Par contre, j'avoue que j'étais attentif à ses réactions à lui...j'ignore après tout, jusqu'à ses orientations sexuelles. Ou même, s'il est pudique ou non !
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
(#) Lun 15 Fév - 15:40
"Termine de te dévêtir, je fais couler le bain..."

Ameko ne demanda pas son reste et s’exécuta. Il n'avait pas peur d'être nu devant un homme. Après tout...il a déjà été nu devant un être humain et avait déjà goûté au plaisir charnel. Il jeta le reste de ses affaires dans la poubelle. Le bruit de l'eau s'écoulant dans la baignoire fit redresser ses oreilles. Il vit la vapeur s'élever dans la salle de bain signe que l'eau était bien chaude. Un vrai bonheur pour notre loutre. Obnubilé par la vapeur d'eau, il ne vit pas Tian She Fang se mettre discrètement derrière lui et de le pousser dans la salle de bain.

Comme l'avait décidé Tian She Fang, Ameko s'assit dans le petit carré de douche afin de se décrasser complètement. Une fois le pommeau de douche dans les mains, il régla l'eau à une température assez chaude, non pas brûlante, mais suffisamment chaude pour le réchauffer. L'eau qui glissait entre ses doigts lui redonnait un semblant de sourire. Cette eau chaude était plus qu'une bénédiction pour lui et sa queue de loutre remuait de contentement.

"Je vais m'occuper de te savonner le dos, tu t'occuperas de l'avant."

Ameko hocha la tête doucement et se mit à se laver de façon méticuleuse. Il n'y allait pas de main morte et voulait se débarrasser de toute cette crasse qu'il avait pu accumuler durant sa vie dans la rue. Ameko ne supportait pas d'être sale...et frottait sa peau jusqu'à ce qu'il juge qu'elle était propre. Il était totalement imberbe et possédait une sorte de duvet qui rendait sa peau légèrement imperméable telle une loutre. Il ne laissait rien au hasard, chaque parcelle de peau était frotté, nettoyé à plusieurs reprises pour etre sur de n'oublier aucun endroit...Même son visage y passait.
Il se lava les cheveux aussi méticuleusement qu'il avait fait avec sa peau, laissant ainsi l'eau couler le long de son visage et de son corps. Il revivait...Cela faisait si longtemps qu'il n'avait pas ressentit une telle chose...il se sentait comme une fleur à moitié fanée dont on aurait arrosé d'eau fraîche et qui se serait épanoui d'un seul coup.
Il ne se préoccupait même pas de la nudité de Tian She Fang...mais il le remercia gentiment de lui avoir laver le dos. Ses cheveux reprirent rapidement de leur brillance et de leur souplesse.

"Dit-moi où tu veux que je te masse...cet instant est tiens, profites-en."

Il réfléchit un instant avant de donner sa réponse.

- Nulle part...c'est déjà...plus que généreux...ce que vous faites pour moi...

Il esquissa un petit sourire, avant de fermer les yeux et de se détendre grâce à la chaleur de l'eau. Il n'y avait pas d'autre endroit où il pouvait être plus à l'aise...Pour en revenir au plaisir charnel, Ameko ignorait totalement de quel bord il pouvait être... Il avait essayé avec un homme, cela ne lui avait pas déplu...mais il ignorait tout de ce monde...De cette première expérience il en avait retiré, que cela donnait beaucoup de plaisir...et d'étranges sensations. Mais il ne savait pas s'il était plus homme ou plus femme, de plus, cela lui passait au dessus de la tête...
Messages : 46
Date d'inscription : 13/07/2015
Age : 23
Localisation : Animalerie

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Loutre
Maître/Maîtresse: Tian She Fang
Esclaves: ___
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideM - Adoptable
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mar 16 Fév - 13:20
Obéissant et sans prise de tête. Ce sont les premiers critères qui me vinrent à l'esprit en le voyant, docilement, exécuté mes ordres et demandes. Bon, il avait semblait dans la lune à la vision de l'eau : mais après plusieurs mois dans la rue, je pense qu'hybride d'un animal semi-marin ou non...je serais enchanté à l'idée de me prélasser sous de l'eau chaude. Encore plus en hiver. Tsss...au moins, il a l'air d'être un hybride propre. Tant mieux : je ne supporte pas le bazar et la saleté.

Tout en lui savonnant le dos, je notais la particularité de sa peau. Hum...Une teinte de peau humaine, mais un touché de loutre donc. Ce fin duvet imperméable avait dû le protéger en partie du froid, lui sauvant la vie. Je dois admettre qu'il est le résultat d'un travail de laborantin correct. Néanmoins, il manque l'originalité dans sa création. Une simple loutre : c'est fade. Ils auraient put ajouter un peu de narval, et un zeste de serpent marin. Une belle corne fine, des écailles...Avec sa queue de loutre et les griffes que j'ai entraperçu : on aurait dit un dragon comme ça. Non vraiment : aucune originalité.

Tout à mes pensées de mélanges génétiques, qui alimentent ma réputation d'excentrique du laboratoire, je notais tout de même la force et la récurrence avec laquelle il frottait sa peau. Restant attentif à ce qu'il ne l’écorche pas, ou ne la mette pas à vif en y allant un peu trop fortement. Enfin, au moins, il n'est pas gêné par la nudité : c'est déjà ça de gagner aussi. En fait, le hasard fait parfois mieux les choses que si j'avais voulu dépenser de mon argent dans un défouloir. Quoique...pour un défouloir, j'aurais mis quelques misérables yens afin qu'une fois cassé : je puisse le jeter. Un simple consommable. Lui...Il avait un zeste d'intérêt pour être aplanit avec mes idées. Pour valoir la peine de le reconstruire...et puis, je pourrais analyser son génome après quelques expériences aussi.

Je lui proposais, alors que l'eau rinçant son shampoing rinçait aussi la courbe de ses reins, de le maser. Son petit sourire après ses mots...Au moins, il prend plaisir à la situation. Le laissant profiter de l'eau, je me savonnais à mon tour, lui empruntant l'eau pour me rincer. Et une fois ceci fait, je me dirigeais vers la baignoire : assez grande pour deux de par son importante dimension...mais elle n'aurait pas été assez pour trois. Il nous faudra donc nous coller un peu.

Glissant mon corps dans l'eau, je le regardais alors. Assis dans la baignoire que j'étais, mon coude se posa sur le rebord alors que j'ajoutais :


"Viens."

Nul autre mots n'étaient nécessaire. Et ce fut une fois qu'il eut choisit comment il se positionnait dans le bain, sous mon regard amusé, que je questionnais de nouveau la créature.

"Que peux-tu me dire sur toi désormais ? C'est amusant de ramasser un jouet perdu pour le faire sien...mais c'est encore mieux quant il peut vous en apprendre plus sur lui. A quel genre de travaux tu as été formé ? Tu es une loutre, certes, mais ton créateur avait-il une fonction spéciale qu'il voulait que tu accomplisses avec ce racial ?"

Chun Hua, je l'ai conçu pour qu'elle soit admirer. Pour qu'elle soit une oeuvre d'art. Mais un hybride comme lui, cela peut-être pour le plaisir charnel, la protection fut la masse musculaire qu'il doit posséder une fois guérit. L'apprentissage de la natation, voir la surveillance de bassins. J'y pense, il pourra peut-être apprendre à nager à Chun Hua...je lui interdit toujours de se baigner en zone où elle n'a pas pieds, n'ayant pas le temps de lui enseigner. Et puis aussi : je lui interdit l'accès à notre piscine privée si je ne peux l'y surveiller. Une loutre...mouis, ça devrait bien pouvoir apprendre à une biche mêlée de lierre à nager : non ? A cette pensée, mon regard s'était alors fait plus calculateur...
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mar 16 Fév - 14:09
Lorsque Tian She Fang eut finit de se laver, il quitta l'espace douche pour se rendre dans la baignoire où il prit place. Il se mit dans une position où il serait à l'aise et où Ameko pourrait rentrer sans trop de mal.

"Viens."

Ameko entra dans la baignoire lentement et s'assit à son tour de manière à n'avoir que les genoux qui sortent de l'eau. Ameko était très souple et pourrait prendre des positions assez farfelues...Non pas qu'il n'avait pas la place pour s'immerger mais semblait être à l'aise dans une position proche de celui d'un fœtus. Il se détendit doucement laissant l'eau chaude s'emparer de tout ses membres.

"Que peux-tu me dire sur toi désormais ? C'est amusant de ramasser un jouet perdu pour le faire sien...mais c'est encore mieux quant il peut vous en apprendre plus sur lui. A quel genre de travaux tu as été formé ? Tu es une loutre, certes, mais ton créateur avait-il une fonction spéciale qu'il voulait que tu accomplisses avec ce racial ?"

Ameko réfléchissait. Il semblait avoir un peu de mal à se remémorer ces souvenirs là...Il faut dire que c'était il y a tellement longtemps...Ameko ne pensait pas qu'il devrait un jour ressortir ce pourquoi il avait été conçu...Il se mit à parler d'une voix basse qui par chance résonnait dans la baignoire et dans la salle. Ce qui pouvait permettre à Tian She Fang de l'entendre sans trop de difficulté.

- Hm...Nous étions très peu de sujet...réussi...Le but des scientifiques étaient dans un premier temps...d'essayer...la reproduction...afin de voir si deux sujets hybrides pouvaient créer un autre sujet hybride réussi...mais...ils ont vite abandonné...car nous n'avons pas coopéré... Ensuite...ils nous ont formé à la natation...sur des grandes distances...testant notre rapidité...combien de temps nous pouvions rester en apnée...et notre capacité physique et mental...Moi et un autre mâle avions les meilleurs scores...Ils nous ont testé sur chaque température qu'il puisse y avoir sur terre...et l'été est une saison très mauvaise pour nous...nous devons être souvent en contact avec l'eau...notre température corporelle monte très rapidement et cela nous met en danger...Puis c'est passé à la survie...mais voyant que trop de sujet dépérissaient...ils ont décidé...de faire de nous...des hybrides qui resteraient près des humains...pour satisfaire tout leur désir. Des plus vils...au plus simple...De plus..nous avions tous le même défaut c'était...le trop grand attachement à l'homme..nous ne dépendions pas de lui...mais une fois intégré dans la vie d'un humain...nous voulions le rendre heureux même si pour cela ...nous mettions notre vie en danger...Quand notre humain était en danger, on devait le défendre même si notre race n'avait aucune aptitude pour le combat...Vous allez penser...que...ce créateur là..n'avait que peu d'imagination...

Il esquissait un petit sourire avant de regarder à nouveau Tian She Fang. Ameko espérait au fond de lui que cette réponse le satisferait...même si en le connaissant un peu maintenant, il allait penser que tout cela n'est que minime et sans grand intérêt.

- Je ne me rappelle que de peu de chose...j'étais très jeune à cette époque...et des détails m'échappent...pardonnez moi...

Les minutes défilaient rapidement et d’après l'horloge posée sur un meuble de la salle de bain, la vétérinaire ne devait pas tarder à arriver.

Messages : 46
Date d'inscription : 13/07/2015
Age : 23
Localisation : Animalerie

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Loutre
Maître/Maîtresse: Tian She Fang
Esclaves: ___
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideM - Adoptable
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mer 17 Fév - 10:07
Une hybridation aussi aisée : difficile à réaliser ? J'avais laissé voir de la surprise à ces premiers : faisant fi de sa position foetal face à moi. L'invitant du regard à poursuivre, j'écoutais cette voix se répercutant en écho avec attention. Mon coude se posa sur le bord de la baignoire, alors que ma main venait soutenir ma mâchoire : mes yeux concentrés sur lui, mon esprit carburant à comprendre le moindre sens caché dans ses mots. Je tiquais à l'usage de reproducteur : c'est idiot de vouloir forcer la reproduction...le croisement génétique est alors complètement hasardeux et trés rarement satisfaisant ! Vraiment, ses créateurs étaient des abrutis finis.

Je trouvais aussi stupide de les former à la natation, sans même cherche ensuite à exploiter le filon ! M'arrachant mentalement les cheveux devant tant de bêtises. Tant de ressources gâchées ! Tant d'heures de travail réduit à néant par l'incompétence de quelques uns aux idées stupidement fatales.
Lorsqu'il parla de la survie : cette fois-ci, c'est un regard incrédule que je lui jetais. La bouche légèrement entrouverte sous le choc avant de reprendre contenance. Sérieusement ? Des loutres ?! A la survie ?! Mais...mais...c'est même plus un manque de créativité là : c'est de la débilité profonde !! Ce sont des animaux curieux, facile à approcher, et même s'ils violent pour les loutres de mer- des bébé phoques en les noyant...ce sont des trucs "mignons" et non-agressif qui ont même servi de gibier à l'homme dans le temps : tant il est aisé de les pièger !

J'eu un soupir las, fatigué. Mais je lui fis signe de continuer...Simplement, j'étais dépité : pouvait-on être encore plus bête ? Ben, il semblerait que oui vu la suite. Et si d'habitude, j'exécre les créations de mes confrères : là, j'ai plus pitié de la loutre. Normal qu'il est merdé le bestiau : avec des créateurs aussi cons !
Me passant la main sur le visage, m'arrosant un peu avec l'eau chaude, j'étais dépité. Hein ? Je relevais mon regard sur lui à ses dires sur son attachement aux humains. Mais...arrête de me donner encore plus raison sur la débilité de ton créateur. D'ailleurs, je ne put retenir, dépité :

"Ne t'excuses pas...tu n'as fait que me donner une réponse approprié : tes créateurs étaient des débiles mentaux. Gravement atteint. Sans aucun sens logique..."

Soupirant fortement, je m'extrayais du bain. Là, j'avais vraiment plus envie de me prélasser...d'autant que Zéphirine ne devrait plus tarder à passer. Et la connaissant, elle me critiquera pour avoir malmener un petit hybride : jusqu'à ce que j'ai le temps d'en placer une pour dire que je n'y suis pour rien : cette fois.

"Tes créateurs ont été complètement con en fait. Des aptitudes comme les tiennes, ton espèce aurait eut parfaitement sa place dans les lieux appropriés. Si tu aimes les humains...tu aurais fait un être adapté à la surveillance des plages l'été, ou des piscines muniscipales ou de particuliers ayant des enfants. Maître-nageur est tout vu pour un hybride de loutre au fort potentiel protecteur : et tes créateurs ont été assez con pour vouloir vous mettre au plaisir charnel ou à la protection ? Ne t'étonnes pas d'avoir été revendu à chaque fois : tu n'as jamais été vendu avec les bons critères."

J'étais énervé, et pas loin du furieux, juste en pensant aux pertes de données potables, ou les ressources gâchées par une attitude humaine stupide. Attrapant le premier peignoir qui passait, je l'enfilais sans me sécher. L'eau coulant sur mon corps, pour être absorbé par le blanc peignoir. Me tournant vers lui, je tentais de me calmer. Mais son existence faisant écho avec de l'incompétence : c'était difficile. Inspirant et expirant doucement, je reportais mes yeux améthystes sur son entité :

"Je te laisserai le devoir d'apprendre à nager à Chun Hua quant tu iras mieux...et de surveiller la piscine. Pour le reste, nous verrons en temps et en heures là où tu peux être utile. Oh et, j'oubliais. Si tu cherches du plaisir à l'avenir : sache que je n'en refuse jamais. Mais que je ne force jamais non plus : j'aime les plaisirs consentants. Alors sur ce sujet : tu n'auras rien à craindre."

Entendre la voix suppliante ou voir des pleurs sur un jouet me couperait net l'envie. Je préfère le consenti...enfin, en attendant, je me dirigeais dans la partie un peu salon de la pièce. M'allongeant dans le sofa, et allumant la télévision en fond sonore. Ceci tout en m'adressant encore à Ameko :

"Au fait, si tu as des questions, c'est le moment...Avant que cette chieuse de Zéphirine ne débarque."
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mer 17 Fév - 17:00
Au fil de la discussion, Ameko avait remarqué les différentes expressions du visage de Tian She Fang, tiraillé par la colère, l'incompréhension et semblait aussi blasé de voir qu'une paire de manchot avait créé des hybrides ratés...
Il sentait que Tian She Fang était exaspéré à cela...les battements de son cœur était devenu plus rapide à cause de l'énervement...Ameko le voyait légèrement dans l'eau. L'eau ondulait un peu plus rapidement du côté de Tian She Fang, mais aussi une veine bleuté commençait à pointer le bout de son nez sur son cou. Tout ce qu'il disait semblait navré l'homme...Ameko se disait qu'il aurait mieux fait de se taire...Tout en continuant son explication, il vit de nouveau le visage de Tian She Fang passer par toutes expressions de colère, de pitié...

"Ne t'excuses pas...tu n'as fait que me donner une réponse approprié : tes créateurs étaient des débiles mentaux. Gravement atteint. Sans aucun sens logique..."

Ameko ne le pensait pas...mais il ne disait rien, gardant ça pour lui...Si ces créateurs n'avaient pas été là ...Il n'aurait sans doute jamais vu le jour...peut etre qu'il aurait mieux valut qu'il reste à l'état d'expérience...Peut etre que s'il était tombé dans les mains de cet homme, il aurait eu une vie plus heureuse...peut etre même qu'il aurait eu de l’intérêt pour les autres...et qu'il n'aurait pas été jeté ainsi...Plongé dans ses pensées, il sentit le niveau de l'eau se baisser. Signe que l'homme était sortit de la baignoire. Il leva les yeux vers lui et s'agrippa légèrement au bord de la baignoire pour le suivre du regard.

"Tes créateurs ont été complètement con en fait. Des aptitudes comme les tiennes, ton espèce aurait eut parfaitement sa place dans les lieux appropriés. Si tu aimes les humains...tu aurais fait un être adapté à la surveillance des plages l'été, ou des piscines municipales ou de particuliers ayant des enfants. Maître-nageur est tout vu pour un hybride de loutre au fort potentiel protecteur : et tes créateurs ont été assez con pour vouloir vous mettre au plaisir charnel ou à la protection ? Ne t'étonnes pas d'avoir été revendu à chaque fois : tu n'as jamais été vendu avec les bons critères."

Il baissa le regard à ces mots qui étaient un peu dur pour lui. Il avait sans doute raison...mais Ameko..avait quand même vécu des choses avec ces humains...Même si ce n'était que pour quelques jours, quelques mois...Il en avait retiré des leçons...Il se remettait en question à présent...ce qu'il était n'était en fait rien...Les bons critères...une loutre comme lui aurait pu avoir un rôle plus important dans la vie des humains... ? Tout ce qu'il espérait...était de vivre normalement comme tout les humains...il ne pensait pas être capable de travailler....Il se remit en position fœtal, réfléchissant sur chaque propos de l'humain...mais sa pauvre tête ne tarda pas à être submergé de doute sur tout...Ameko finit par ne plus y penser...ne plus se torturer l'esprit...Si Tian She Fang pensait cela, c'est que cela devait être ainsi.

"Je te laisserai le devoir d'apprendre à nager à Chun Hua quant tu iras mieux...et de surveiller la piscine. Pour le reste, nous verrons en temps et en heures là où tu peux être utile. Oh et, j'oubliais. Si tu cherches du plaisir à l'avenir : sache que je n'en refuse jamais. Mais que je ne force jamais non plus : j'aime les plaisirs consentants. Alors sur ce sujet : tu n'auras rien à craindre."

Cette phrase fit tilter notre loutre. Le nom de Chun Hua était revenu dans la bouche de l'homme...cette personne vivait avec lui...et était peut etre un humain ou un hybride...en tout cas, il devait lui apprendre à nager. Ameko hocha la tête à cela, mais la suite de la phrase l'avait intrigué...Ameko..chercher du plaisir ? Il ne le refuse pas ? Consentants... ? Il était plus que perdu...il ne savait plus quoi penser de cet homme, ni ce qu'il attendait vraiment de lui...son esprit était totalement embrumé...

"Au fait, si tu as des questions, c'est le moment...Avant que cette chieuse de Zéphirine ne débarque."

- N...Non j'en ai aucune...

Ameko resta un peu seul dans la baignoire...Il se mit de tout son long dans celle-ci et plongea dans l'eau silencieusement. Le monde du silence résonnait dans ses oreilles...Un silence qu'il trouvait apaisant...réconfortant...Il avait même l'impression d'être en sécurité sous l'eau...Cet endroit, dont il avait seul l'accès..dont il était le seul à connaître les secrets...
Après quelques minutes, il sortit sa tête doucement et finit par lui aussi, sortir de la baignoire et se séchait convenablement. Il enfila un pyjama rapidement et sortit de la salle de bain, observant Tian She Fang, absorbé par la télé. Il s'assit sagement sur le lit , lorsqu'on sonna à la porte. Ses oreilles de loutre se redressèrent et l'odeur du vétérinaire, emplissait rapidement ses narines. Ils ne s'en rendaient peut être pas compte, mais les vétérinaires ont une odeur particulière et très reconnaissable...celle du médicament, mélangé à une odeur de désinfectant et de mort...Il agrippa légèrement les draps et se tenaient droit mais pas trop rassuré...Enfin c'était pour son bien...Lorsque la porte s'ouvrit, son cœur s'était mit à battre rapidement. Il entendait les battements de son cœur dans sa tête, cela se transforma rapidement en des coups tambours. Il posa sa main sur sa tête en grimaçant et ses oreilles de loutre se baissèrent doucement.

Lorsque la fameuse Zéphirine entra, elle tendit à Tian She Fang, une feuille où était répertorié les meilleurs tatoueurs de la ville et ceux qui prenaient les hybrides pour les faire pucer en plus à un prix modique.
Messages : 46
Date d'inscription : 13/07/2015
Age : 23
Localisation : Animalerie

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Loutre
Maître/Maîtresse: Tian She Fang
Esclaves: ___
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideM - Adoptable
Revenir en haut Aller en bas
(#) Dim 21 Fév - 12:18
Pnj:
 

Longue journée encore, une journée longue et ennuyeuse, sous la houlette de Zéphirine, speed comme de coutume, leur avait mené un train d'enfer, aussi, le soir tombé, Maryline fut elle soulagée de voir sa journée tirer à sa fin.

Après avoir salué les collègues, elle s'était empressée de rentrer pour se doucher, les jours comme celui ci, elle les détestait, pour cause, si elle aimait à traiter les hybrides , elle détestait être couverte de sang, et ce jour avait été particulièrement riche de ce point de vue entre les urgences et l'accident de l'après midi, l'hybride avait survécu, la maîtresse n'avait pas eu cette chance, manque de bol pour lui, une fois guérit, il irait directement à l'animalerie, pour qu'on lui en trouve un autre.

Après plus d'une demi-heure à se décrasser, Mary s'était installée, à moitié nue, devant un bon livre, de quoi se vider la tête, c'est du moins ce qu'elle espérait. C'était sans compter sur le fait que sa patronne pouvait à tout moment la contacter pour des heures supplémentaires. Manque de bol, c'était l'un de ces jours.

Alors que la jeune femme piquait franchement du nez, son portable se mit à sonner, sonnerie spécifique à la patronne: la cucaracha , débile, mais efficace, avec un soupire elle avait pris l'appel. L'appel dura fort peu de temps, à peine le temps pour Zéphirine de lui donner un nom et une adresse, puis de lui demander de s'y rendre en urgence, non comme une heure supplémentaire, mais comme un service personnel. Comment voulez vous refuser dans un tel cas? C'était pour Maryline chose impossible à faire!

A peine l'appel terminé, la jeune femme s'était étirée avant de se lever et se vêtir un minimum, pour finalement descendre dans son véhicule et prendre la route. La première chose qu'elle fit, fut d'entrer l'adresse donnée dans son GPS, avant de s'y rendre. Des bouchons... Vraiment une journée de merde... Ce n'est que trois quart d'heures plus tard qu'elle arriva à destination, la mallette à la main, elle se dirigea vers la porte et y frappa par trois fois.


- Bonsoir, vous avez appelé pour un hybride, Zéphirine m'envoie.

Elle fit au mieux pour sourire, mais il était si mécanique qu'il en était presque laid... Ce que songeait la jeune femme en cet instant? 'Mais qu'est-c'que j'fous là moi?! Et pourtant, de ce qu'elle en avait compris, il y en aurait pour un petit moment.'
Messages : 198
Date d'inscription : 02/06/2015
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
(#) Ven 4 Mar - 12:06
Pas de questions hein ? Bah, cela me permettait de regarder les informations...Tiquant à l'annonce du futur concours de "Miss et Mister Hybride". Quand je pense qu'il aura lieu d'ici quoi ? Un Mois ? A peine...Je revois le carré d'invitation à faire partit du jury et je soupire. Voir défiler des mâles et des femelles sans aucun sens artistique ? Je sens que ce concours me gonflera...

Tout à mes réflexions, avachit dans le sofa, je ne prêtais que peu attention à ce que faisait Ameko. Si je jetais par moment un regard sur son corps, sa maigreur et sa faiblesse pouvait me couper tout intérêt en deux secondes, chrono en main. Quel gâchis. Tout chez lui est un véritable gâchis ! Il est rare que je trouve une réussite génétique potentiellement adaptée. Il n'est pas "original" mais il pouvait être "utile" et parfaitement "adapté" ! Mais non, des abrutis ont saccagé, saboté même, leur travail. Et tout seul ! Comme des grands ! J'en étais encore sacrément énervé...

Alors, lorsque le bruit à la porte de la chambre se fit, je jetais un œil sur le décodeur de la télévision pour aviser l'heure. Elle est à la bourre la Zéphy si elle n'arrive que maintenant !
M'extirpant du sofa, toujours en robe de chambre et à poil dessous je vous pris, j'ouvris la porte prés à faire une remarque désobligeante à la black. Pour tomber sur une autre femme.
Ok...Elle n'aurait pas de suite ouvert la bouche j'aurais claqué la porte à sa gueule en disant que je n'avais pas demandé le service d'étage.


"Cette putain de Zéphirine ne pouvait pas venir elle-même ? Tsss...Qu'est-ce que vous attendez pour entrer ?"

Me décalant de la porte, je retournais vers le sofa. M'y installant, pour le coup, je regrette de ne pas avoir une cigarette. Je ne fume pas souvent, mais de temps en temps, cela calme. Et je suis parfaitement énervé par le gaspillage de ressources...sans parler du coût pour ses soins. Et enfin, de la non-venue de Zéphirine. Une subalterne ? Elle ose m'envoyer une de ses employées ou je ne sais trop quoi ? Elle verra mon humeur au laboratoire dés que je la croiserait cette bouffonne des îles françaises !

"J'ai demandé une liste des tatoueurs et puceurs de la ville : j'espère que Zéphy vous a bien prévenu de l'avoir ?"

Humpf...Je pus au moins avoir le listing, l'ignorant parfaitement en commençant à le lire. Je m'étais moi-même occupé de l'identification de Chun Hua. Elle ne porte pas de tatouage, mais elle ignore avoir une puce d'identification insérer au niveau de la nuque. Proche de la moelle épinière. Il y a même une fonction GPS, mais c'est car mes trésors : j'en prend soin.
Lui, il a déjà dû être identifié dans le passé...je n'aurais qu'à faire mettre le registre à jour. Juste, vais-je faire monter sa valeur en lui faisant insérer une puce d'identification ?
Pour un tatouage, cela ne serait que s'il le désire. Je ne suis pas fan de la pratique...et puis, clairement, cela ne doit pas du tout être un simple code barre mais un vrai tatouage s'il en veut un !

Grommelant avec mon listing, j'avais néanmoins fait un signe vers la partie de la pièce où se trouvait la chambre.


"La loutre gâchée par des incompétents ignares attend vos soins à présent. Vous avez carte blanche et fonds illimités pour me le remettre sur pieds. Il vous dira lui-même depuis quant il est dans la rue et où il a mal. C'est un grand garçon que je sache..."
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sam 5 Mar - 13:59
Ameko restait sagement assit. Attendant la venue de la fameuse vétérinaire. Il en avait déjà vu auparavant, une ou deux fois pas plus. Mais cela ne lui plaisait pas du tout. Après une longue attente, on entendit trois coups sur la porte. Les oreilles d'Ameko se redressèrent à ce son mais aussi à celui des grommellements de Tian She Fang qui ne tarda pas à l'accueillir dans une tenue des plus décontractée.

- Bonsoir, vous avez appelé pour un hybride, Zéphirine m'envoie.

"Cette putain de Zéphirine ne pouvait pas venir elle-même ? Tsss...Qu'est-ce que vous attendez pour entrer ?"

Ameko resta silencieux et encore plus immobile. Apparement , la personne que Tian She Fang attendait ne s'était pas déplacé. Une remplaçante peut être ? Ou encore une assistante ? On voyait sur le visage du jeune homme qu'il était énervé, contrarié et qu'il avait besoin de se calmer. Ameko ne savait pas s'il devait venir accueillir la jeune femme ou s'il devait rester la.

"J'ai demandé une liste des tatoueurs et puceurs de la ville : j'espère que Zéphy vous a bien prévenu de l'avoir ?"

Ameko entendit cela mais n'y prêtait pas une grande attention...Tian She Fang faisait ce qu'il voulait après tout. Et Ameko lui appartenait donc autant ne rien dire. Il s'allongea doucement au milieu du lit, les genoux contre lui. La fatigue le gagnait petit à petit...et puis surtout, la douceur et le moelleux du lit...cela lui avait grandement manqué. Le fait d'être dans cette position semblait légèrement soulager sa douleur à la poitrine.

"La loutre gâchée par des incompétents ignares attend vos soins à présent. Vous avez carte blanche et fonds illimités pour me le remettre sur pieds. Il vous dira lui-même depuis quant il est dans la rue et où il a mal. C'est un grand garçon que je sache..."

Ameko entendit les dernières paroles de Tian She Fang. Comme à son habitude, aucun mot ou qualificatif gentil. Maintenant, pour notre loutre, cela lui était égal. Il entendait les pas du vétérinaire s'approchaient de la chambre. Ameko se redressa légèrement, mais ne se tenait pas droit comme tout à l'heure, son bras tendu, sa main appuyant sur le lit le maintenait debout. Ses oreilles redevenaient basses et sa queue inerte. Malgré sa maigreur, il n'avait pas faim...il avait juste sommeil...le froid ne lui glaçait plus les os et ne le paralysait plus. Sa peau qui était aussi pâle qu'un mort avait retrouvé ses couleurs.
Messages : 46
Date d'inscription : 13/07/2015
Age : 23
Localisation : Animalerie

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Loutre
Maître/Maîtresse: Tian She Fang
Esclaves: ___
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideM - Adoptable
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mar 22 Mar - 20:07
Non contente d'être dérangée en pleine soirée par sa chef, non contente d'avoir du chercher l'endroit pour finir par y arriver, voila pas que le propriétaire l'engueulait?! Non mais il se prenait pour qui? Qu'il soit copain avec la chef, d'accord, qu'il s'en prenne à elle, alors là, surement pas! Le visage de la jeune femme vit le sourire mécanique devenir rictus, le regard disparaître presque entièrement sous ses paupières, on a beau dire que le client est roi, elle, les rois, elle avait tendance à leur pisser à la raie, comme l'on dit vulgairement!

A peine ignominieux avait-il terminé son discourt que la voix de la jeune femme claqua sèchement.


- De un, si vous avez un problème avec la chef, vous vous démerdez avec, de deux, elle m'a contactée en urgence par ce qu'elle était retenue ailleurs, de trois, votre liste, vous pouvez la trouver sur internet, de quatre, vous me parlez encore sur ce ton, vous irez aux urgences, Zéph' d'accord ou pas, si vous voulez un chien, payez vous en un!

Les mâchoires serrées, la jeune femme s'était dirigée vers l'hybride pour observer son état général. Il avait du passer un sacré moment dehors, si bien qu'il aurait fait désordre dans tout salon, mais cela, la véto s'en tamponnait. Avec douceur, elle vérifia chaque parcelle de son corps à la recherche d'éventuelles plaies, il ne fallait par contre pas être grand clerc pour réaliser qu'il devait à peine peser la moitié de ce qu'il aurait du. La première chose terminée, elle lui prit son pouls, régulier, mais trop rapide, puis sorti un thermomètre.

- On ouvre le bec monsieur l'hybride, j'ai besoin de connaitre votre température pour m'assurer que vous ne couvez rien.

La voix, autant que les gestes, étaient doux envers l'hybride qui n'était pas en état d'être rudoyé de toute façon, puis elle se retourna vers le 'maître'.

- De l'eau bouillante et des linges propres, vous avez ça? Au vu des diverses plaies, il va me falloir les nettoyer avant de pouvoir les soigner. Et ne comptez pas sur moi pour être aimable avec vous par ce que la patronne vous à la bonne, je déteste les pédants.

Elle reporta son attention sur l'hybride, se détournant carrément du maître alors qu'elle sortait de sa mallette divers antiseptiques, des gazes et divers instruments chirurgicaux.
Messages : 198
Date d'inscription : 02/06/2015
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sam 23 Avr - 17:50
Qu’est-ce que ? Le toupet de cette gamine me fit froncer des sourcils. Zéphirine, as-tu oublié de prévenir cette petite conne que c’était ton patron, et donc SON patron qu’elle venait voir ? Apparemment. Plissant les yeux, j’eu un sourire mauvais alors que je répliquais :

« Assurément, un chien serait plus qualifié que vous. Mais ne vous en faîtes pas, je saurais me débrouiller… »

J’avais serré la mâchoire, et si j’avais pris mon téléphone pour aller rapidement sur internet, ce n’était clairement pas un site pour cette histoire de liste. Mais le serveur du laboratoire auquel je pouvais me connecter à distance. Visualisant ainsi les différents profils de mes employés, trouvant le sien. Rattacher sous les ordres de Zéphirine…Maryline Houston. Bien, maintenant que j’avais son nom, installé dans le sofa, je jetais un œil à ce qu’elle fabriquait.

Ce qu’elle rajouta alors en rajouta à mon énervement. Elle veut le prendre comme ça ?
Me levant, je vins me positionner dans l’encadrement de la porte entre le salon et la chambre où Ameko devait être soigné. J’avisais les différentes blessures, les différents soins qu’elle devait faire. Je calculais et mettais donc en parallèle les différentes données que mon regard pouvait obtenir. Ceci avant de me mettre de profil, lui laissant ainsi un chemin pour quitter la pièce.


« Dégagez. Je vous pris, ou plutôt vous ordonne, de partir d’ici. Et de laisser votre matériel, que je ramènerais au laboratoire moi-même, en partant. Vous pouvez aussi laisser votre pass pour le laboratoire Miss Maryline : vous êtes viré. Moi, Tian She Fang, chef de la division « Exotique » du laboratoire qui vous engage, vous licencie dés maintenant. »

Avançant d’un pas vers elle, mon regard était loin de la rigolade alors que je plongeais mes yeux dans les siens. Clairement pas d’humeur, et clairement furieux. Je prenais pas mal sur moi pour ne pas lui en coller une en fait.

« Si votre façon de traiter la personne qui vous emploi est aussi pourri : vous pouvez dégager. Non, vous devez dégager. Même Zéphirine sait lorsque son interlocuteur est d’humeur jouasse ou non, avant de lui répondre. Vous, vous venez de jouer avec le feu. Je suis présentement dans la pire humeur pour supporter vos critiques d’abruties alors vous dégagez de ma vue : et soyez certaine de recevoir d’ici demain votre lettre, en recommandée express, de licenciement. »

Ma voix était glaciale, et sur mes mots je me dirigeais vers Ameko. Observant la température du thermomètre avant de lui murmure.

« Allonge-toi, je m’occupe du reste. »

Je me dirigeais vers la salle d’eau, m’ocupant de préparer ce qu’il fallait pour désinfecter les plaies. Bon, vu sa fièvre, l’état de ses poumons et de son corps…un début de pneumonie probablement, et de la sous-alimentation. Aussi, revenant avec le nécessaire pour m’occuper de mon nouvel hybride, j’ajoutais :

« La prochaine fois, essayez au moins de mémoriser le visage de votre patron avant de faire la conne. Zéphirine Brissac sera informée de ma décision demain. Mais qu’une erreur telle que vous travaille plus longtemps sur mes créations, dans mon laboratoire : jamais. Pensez à fermer la porte derrière vous : l’incompétente. » Terminais-je, avant de lentement m’occuper du corps abimé d’Ameko.

Et lorsqu’elle fut partie, je ne pus retenir un soupir las. Je passais ma main dans ma chevelure, avant de panser les plaies que la vie dans la rue avait apporté : non sans y avoir mit du désinfectant. Mes gestes étaient assez doux…Le silence régnait, si ce n’est le fond de bruit de la télévision. Puis, alors que je fouillais la sacoche de soin pour sortir des médicaments spécifiques, je vins à parler à nouveau :


« Dés que tu auras pris ces médicaments, pour ta toux et ta gorge abimée, tu prendras des somnifères. Je te mettrais sous perfusion de glucose pour te remplumer un peu. Je ne suis pas aussi expert qu’un vrai vétérinaire, mais je connais un minimum les bases. Enfin, ça va mieux déjà ? »

Je venais de trouver le sachet de médicaments, et je les lui tendais avec un verre d’eau. Assis sur le bord du lit où il pouvait s’installer. Mon peignoir avait quelque peu glissé, révélant des parcelles de ma peau mais bon, je m’en fichais quelque peu. La pudeur et moi, c’est assez lointain comme mariage.

« Je te ferais rentrer chez moi une fois guérit, tu te remplumeras avec une alimentation saine. Mais repose-toi, j’ai des coups de fils à passer…Notamment pour virer une petite conne. »

Hors-Jeu:
 
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
(#) Dim 24 Avr - 19:48
[H.R] : on clore après ça ^^ ne t'inquiete pas c'est rien ^^

Une altercation eut lieu entre la vétérinaire ou du moins celle qui travaillait pour elle et Tian She Fang. Ameko entendant les éclats de voix provenant du salon. Il se tint la tete délicatement en fermant les yeux. Ces voix résonnait tel un tambour dans sa tête mais en vue de l'intonation de Tian She Fang, il ne semblait pas content du tout...Ses paroles semblaient même très dur envers la jeune femme...mais peut être que c'était justifié...Ameko ne voulait pas s'en mêler. Le sommeil le gagnait assez rapidement et notre petite loutre fini par somnolait, sa tête était lourde tout comme son corps...Il prenait garde à ne pas faire tomber le thermomètre présent dans sa bouche attendant le petit son qui indiquerait sa température.

Alors qu'il était dans les vapes, il entendit la voix de Tian She Fang s'approchait de lui tout comme le petit signal sonore, preuve que l'outil avait fait son œuvre. Il observa son maître et écouta avec attention ce qu'il avait à dire.

« Allonge-toi, je m’occupe du reste. »

- O..oui...d'accord...

Il s'avanca dans le lit et se coucha de manière à ce que Tian She Fang puisse dormir aussi sur ce lit et qu'il est toutes ses aises. Il laissa son haut ouvert afin que son maître puisse le soigner plus facilement. Ameko resta éveillé au cas où Tian She Fang avait besoin de lui ou d'une réponse quelconques...cependant, les éclats de voix continuaient dans le salon...Ameko grimaça un peu en se tenant la tête à nouveau et en fermant les yeux...

Après quelques minutes, il entendit la porte se claquer, signe que la jeune dame était parti...Il ouvrit les yeux doucement et sentit les mains grandes et fines de son maître sur son corps. Il le regarda faire et semblait gêné...non pas d'être vu dans cet état, mais surtout parce qu'il embêtait Tian She Fang...

« Dés que tu auras pris ces médicaments, pour ta toux et ta gorge abimée, tu prendras des somnifères. Je te mettrais sous perfusion de glucose pour te remplumer un peu. Je ne suis pas aussi expert qu’un vrai vétérinaire, mais je connais un minimum les bases. Enfin, ça va mieux déjà ? »

Il sourit doucement et acquiesça à chacune des paroles de son maître.

- Oui...ça va mieux..grâce à vous...

Il sourit doucement et le remercia de prendre aussi soin de lui. Il prit le verre d'eau doucement ainsi que les cachets et les avala doucement en buvant le verre d'eau avant de le placer sur la table de chevet. Il se rallongea doucement et vit le torse de son maître. Son regard s'y arrêta. Il leva sa main doucement et caressa quelques petits grains de beauté.

- C'est joli...

« Je te ferais rentrer chez moi une fois guérit, tu te remplumeras avec une alimentation saine. Mais repose-toi, j’ai des coups de fils à passer…Notamment pour virer une petite conne. »

Il hocha la tête et s'endormit comme une masse. Durant plusieurs semaines, trois environs, Ameko fut en convalescence. Les premiers jours fut assez dur pour lui car il ne pouvait rien faire, il n'arrivait pas à se lever, et mangeait peu... Mais peu à peu, il retrouvait de l'appétit, de la masse musculaire mais aussi toute sa joie de vivre. Lorsqu'il fut en état de sortir et comme l'avait prévu Tian She Fang, il partit en direction de la fameuse demeure.
Messages : 46
Date d'inscription : 13/07/2015
Age : 23
Localisation : Animalerie

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Loutre
Maître/Maîtresse: Tian She Fang
Esclaves: ___
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideM - Adoptable
Revenir en haut Aller en bas
(#) Dim 29 Mai - 11:17
Bon, au moins, il est docile et obéissant. Quoique…Est-ce la fièvre et la fatigue ? Il faudra que je vois ça. Je ne suis pas non plus un « taré psychopathe » qui maltraite pour maltraiter. Je passe juste mes nerfs sur les échecs et créations des autres. Mais je les préfère en forme : cela fait des frais si c’est cassé. Contrairement à un objet inerte, faut payer pour bien se débarrasser du corps mort. La putréfaction et tout, c’est moyen dans son jardin. Et hors de question que je fasse un trou dans ma jolie pelouse pour une tombe !
Alors, je suis de ces maîtres qui font en sorte que leur « possession » reste en état. Les frais vétérinaires, je n’ai pas l’humeur pour les payer. Leur casser la figure, oui. Les briser à les tuer : pas mon délire. Par contre, faudrait que je vois s’il peut faire un bon sujet de tests dans le futur…Mais j’y repenserais une autre fois.

Je le soignais, plongé dans mes réflexions. Repensant au fait que Chun Hua devait dormir à cette heure-ci : et que je devrais vérifier les caméras de sécurité. Que personne ne s’en soit pris à elle…Qu’elle soit bien dans le cocon de la maison. Ma création la plus aboutie : ma grande réussite.
Je lui donnais des indications. La faiblesse de sa voix me répondit que la rémission prendrait quand même du temps. Bon, j’aurais les possibilités pour préparer sa venue. Faire meubler l’une des petites chambres notamment, et avertir Chun Hua qu’elle aura un professeur de natation. Et de la compagnie aussi. Arg : je dois vérifier une chose à son sujet !

Mais alors que j’allais le questionner, il leva sa main et effleura mon torse. Quelques grains de beauté notamment. Je haussais un sourcil, alors qu’il murmurait que c’était, donc que je suis, joli ? Euuuh…Beau. Je préfère le terme beau quand même : c’est plus flatteur que joli ou mignon pour un homme.
Bon, je questionnerai sur son orientation sexuelle plus tard. Là, je préférais l’informer de la suite et du repos à prendre. Le laissant s’endormir…j’avais pris la direction du salon. Me mettant nu, à mon aise en somme. Passant des coups de fils, envoyant des e-mails. Ordonnant à une de mes employées du labo de s’occuper de Chun Hua pour un temps : comme je devrais m’occuper de la loutre.

Les jours défilèrent, et tout à la rémission de la chose…Je vins à la faire venir chez moi. Lui laissant sa liberté de découvrir sa nouvelle chambre, que j’avais meublée selon ses indications de préférence. Lui montrant la piscine couverte avec les plantes en serres….et lui présentant ma divine création : la biche de lierre. Bah, au moins, il semble assez fiable pour veiller sur elle.
Mais je n’avais pas hésité à le lui dire avant d’arriver à la demeure : interdiction de regarder Chun Hua avec du désir, ou de la toucher et d’être attiré par elle. Elle n’a que 6 ans d’existence…et sa pureté ne la rend que plus belle à mon regard.

Une vie un peu différente peut donc débuter…

[Merci pour le rp et désolée du retard ! J'ouvre à la demeure pour un rp Chun Hua / Ameko / Tian ! Bon, je vous laisse voir par MP comment vos deux persos s'entendent par contre Wink et hésitez pas à jouer ensemble -ou avec d'autres PJs du forum- au besoin Very Happy !]
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
(#)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maître ou Neko ? :: Hors-rp :: Rp terminés-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit