AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Folie Meurtrière



Folie Meurtrière

 :: Hors-rp :: Rp terminés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
(#) Sam 8 Sep - 3:37


ft. Sofia
"C'est comme ça que ça se termine... ?."

Folie Meurtrière


Il ne faisait pas beau du tout, aujourd'hui. Il pleuvait, le ciel était couvert, des nuages noirs cachaient le soleil. Comme s'il faisait nuit, alors qu'il était seulement quinze heure. C'était trop bizarre, mais d'un coté j'aimais bien, moi, quand il faisait sombre. Et puis en plus, la pluie, ça me gênait pas du tout, j'aimais bien aussi, en fait. Il était donc quinze heure. Je venais de terminer mon travail chez Yoshikazu, je devais maintenant rentrer à la maison. Comme Kenichi ne représentait plus une menace pour nous -surtout pour moi-, je pouvais rentrer à nouveau à pieds. J'adorais beaucoup marcher, ça m'aider à réfléchir, à penser à des trucs, pleins de trucs. Je pouvais aussi grimper sur les toits, courir, librement, me vider l'esprit, me sentir légère.  J'ouvris la porte du restaurant, avant de me tourner vers le patron pour lui faire un petit coucou d'au revoir. Il me salua à son tour en me disant d'être prudente sur le chemin. J'hochai la tête une seule fois en masquant un faible sourire puis je m'en allai. J'avais mon petit parapluie avec moi, lui aussi entièrement noir avec des dentelles. Il ressemblait beaucoup à mes robes, c'était bien assorti du coup, c'était trop joli. Mais bon, courir avec un parapluie, il fallait bien avouer que c'était pas pratique du tout. Du coup je me contentai de marcher, lentement, à mon rythme, pour profiter un peu d'être dehors. Mais je ne devais pas trop tarder non plus, sinon j'allais être en retard et Meyer allait se faire du souci. Surtout qu'il m'avait promis de m'apprendre à compter correctement pour pouvoir lire l'heure. J'avais hâte de rentrer pour apprendre.

Quand il pleuvait, les rues étaient toujours plus vides, comme si les gens avaient peur de l'eau alors qu'ils se lavaient tous avec... Je comprenais pas trop. Sur le chemin, je me demandais bien si j'allais croiser Jilian, planquée sous une toile en tissu d'une des boutiques, le long de la rue. J'avais vraiment envie de la revoir, elle me manquait déjà beaucoup. Je l'imaginais bien, là, à cogner un clodo' pour s'entraîner, refaire les exercices que je lui avais montré. Cette fois-ci, je ne parvins pas à retenir mon sourire. J'imaginais ensuite Wilson, dans la forêt, bien emmerdé par la pluie, en train de râler. A trouver ça chiant, mais qu'il faisait avec. Ou alors au village, à donner des directives, faire ses trucs de chef. Je souris à nouveau. Je pensais ensuite à ce joueur de flûte, que j'avais croisé... Lui aussi vivait dans la forêt, il devait s'abriter dans sa cabane, là. Je souris. J'avais des amis, j'avais Meyer... Hé... En fait, j'aimais ma vie. Je l'aimais beaucoup. J’aimais la vie. Un jour, peut être, l'envie de combattre me passera, je pourrais alors vivre comme quelqu'un de normal avec Meyer... Faire une famille... Pourquoi pas ?  Peut être qu'un jour, la petite voix dans ma tête allait arrêter de compter les cadavres que je laissais derrière moi. En passant devant un type, je remarquai qu'il attendait mon passage pour me suivre. Je n'y fais pas attention, c'était surement une coïncidence. Mais quelques pas plus loin, un second fit de même. Sur mes gardes, j’accélérai le pas, mais cinquante mètres plus loin, un troisième se mit à me suivre. J'allais encore avoir des problèmes. Moi aussi, j'étais un aimant à merde.

Ils étaient maintenant cinq. Je pliai mon parapluie pour me mettre à courir, dans les ruelles. J'entendis les hommes courir à leur tour. Encore une fois... Je ne pouvais donc jamais être tranquille, sur cette île de merde ? Je n'arrivais pas à les distancer, ils connaissaient visiblement mon itinéraire à la perfection. Ils avaient tout préparé, alors. Certains hommes bloquaient des rues pour me forcer à emprunter un chemin différent. Ils étaient en train de me rabattre là où eux le voulaient. J'essayai de leur échapper comme je le pouvais, jusqu'à, finalement, arriver dans un coin paumé. Là, un autre type semblait m'attendre. Je le reconnaissais, c'était le maître de l'hybride que j'avais éclaté à l'arène, il s'en était pris à Meyer à deux reprises. Qu'est-ce qu'il voulait, encore ? Je m'arrêtai, inutile de continuer de courir. Je fus rapidement encerclée.


"Tuez là." Dit-il simplement.

Au moins, maintenant, je savais ce qu'il me voulait. Aussitôt, les hommes se jetèrent sur moi, avec des couteaux. Mais je me sentais totalement bloqué, je ne pouvais qu'esquiver. Mon collier m'empêchait de me battre, c'était quelque chose d'inscrit dans mes gênes, je n'arrivais pas à lutter contre ça. Heureusement, c'était plutôt facile de les repousser et de les éviter, ils n'étaient pas très forts, après tout. Par contre, ils étaient tenaces, ils revenaient toujours à la charge. Ca me faisait un peu d'exercice, un petit entraînement un peu plus difficile. Devoir me battre avec mon collier face à des types armés. L'un d'eux essaya de m'agripper les cheveux. Je reculai la tête, mais sa main glissa vers mon collier. Cet idiot s'y accrocha et tira dessus. Puis... "clic". Oh non... Pas ça ! Je pouvais facilement me sortir de cette situation, je ne voulais pas "attaque" ... Les tuer ! Je ne voulais "attaque" m'en prendre à eux, c'était "attaque" futile, je voulais juste "attaque" m'amuser un peu avant de les "attaque" distancer... "attaque"...."attaque !" Les voix résonnaient dans "attaque" ma tête, c'était horrible, je ne "attaque" pouvais plus me "attaque" concentrer sur "attaque" ...

Un puissant grognement de rage, mes griffes exposées, couvertes de sang. La gorge mutilé d'un homme. Je lâchai son corps sans vie. Je poussai un autre grognement, je n'arrivais plus à me contenir, il y avait tant de cibles devant moi... Ils allaient tous mourir ici, pour rien. Aveuglée, mon cerveau ne répondait plus, ma raison s'était volatilisée. Encore des cadavres, du sang, le gout de leur chair dans ma bouche.  Je crus devenir folle, les voix dans ma tête qui me disaient d'attaquer, encore et encore, sans s'arrêter. Mes crocs se plantèrent dans leur chair, j'arrachai des morceaux en écoutant avec un plaisir morbide les cris de douleurs et d'agonies. Puis soudain, camouflé par l'orage, un coup de feu. Je sentis une vive douleur au ventre, pour le coup. Je me figeai un instant, regardant mon ventre saigner. Mais, aveuglée par la folie, j'attaquai à nouveau, sans me soucier que j'allais probablement mourir. Cette idée ne me traversa même pas l'esprit. Je ne contrôlai plus rien, je voulais juste des morts et du sang, encore...Et encore. Il ne restait plus que cet abruti de maître. Je me jetai vers lui tandis qu'il pointait son arme vers moi. Puis un autre coup de feu. Il s'écroula au sol, une balle pile entre les deux yeux. Sans réfléchir, je tournai la tête derrière moi et j'attaquai celui qui venait de tuer ma cible. Enragée, je plantai mes crocs profondément dans son avant bras. Il ne se défendait même pas... Je pouvais déchiqueter sa chair. En voulant croiser son regard, pour me délecter de sa peur, je remarquai alors... Yoshikazu ?

Pourquoi... Pourquoi je n'arrivais pas à m'arrêter d'attaquer ? Pourquoi je m'en prenais à lui...? Il me parlait, il me disait des choses, mais... Emportée dans ma folie meurtrière, je n'arrivais pas à l'écouter.

Puis... Petit à petit... Ma vision se troubla...

Yoshi était blessé, il perdait beaucoup de sang....

Et puis... Plus rien.

Le noir.

Alors... J'allais mourir comme ça ?

...

Je ne voulais pas.

...

Je ne voulais pas que tout s'arrête.

J'aimais la vie.

...

...J'aimais MA vie.

Et je l'aimais, lui... Mon Meyer...

Et puis... Le noir. Le silence.

"Clic."

 
Messages : 560
Date d'inscription : 30/07/2017
Age : 27
Fiche de Présentation : =>ici<=
Fiche de Relation : =>ici<=

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Chienne-Louve
Maître/Maîtresse: Meyer
Esclaves: Aucun
Sofia Ashley
Voir le profil de l'utilisateur
Humaine - Asservie



Revenir en haut Aller en bas
(#) Lun 10 Sep - 11:53
ft. Sofia
"J'veux pas ! J'veux pas ! J'veux pas, j'veux pas j'veux pas j'veux pas !! "

Folie Meurtrière


...Cette odeur... Ces sons... Cette lumière... Cette humidité. Je pouvais tout ressentir, tout entendre et pourtant... Je me sentais loin. Comme si je n'étais plus là, mais que j'arrivais quand même à penser. Qu'est-ce qu'il s'était passé, aujourd'hui... ? Je me souvenais juste d'un groupe de mecs et du maître mauvais perdant. Ah, oui... Lui. Eux. Ils étaient tous morts maintenant. Pour rien. Juste parce qu'ils avaient retiré mon collier. Je m'en souvenais maintenant. La balle dans mon ventre, les coups de couteaux... Je n'avais même pas mal, je voulais juste tuer encore et encore. Je voulais sentir l'odeur du sang. Je voulais goûter à la chair. Je voulais voir la mort. Je voulais caresser leur peur. Je voulais entendre leur détresse. La douleur faisait partie de moi, alors me faire mal ne suffisait plus pour m'arrêter. Un monstre, voilà ce que j'étais en réalité. Un monstre scellé. Et une fois le sceau brisé, il n'y avait plus rien d'autre qui comptait à mes yeux que faire le mal. Détruire. Tout détruire. Meyer n'était pas le seul à pouvoir devenir mauvais, en réalité. Comment ais-je pu ne pas voir cette vérité qui était pourtant sous mes yeux, depuis toujours ? Comment ais-je pu ne pas comprendre Leiche ? Il suffisait d'un rien pour exploser, il suffisait d'une petite étincelle pour créer un immense incendie qui brûlait tout sur son passage. En quoi j'étais différente, moi ? Une brave petite chienne docile, tant que ce foutu collier était en place. Jamais je n'aurais du rejeter Leiche, jamais. J'aurais du, depuis toujours, le comprendre. Maintenant, c'était peut être trop tard. Je savais même pas où j'étais, ni si j'étais vraiment encore vivante. Et pourtant, plus que jamais, j'avais encore besoin de lui.   

Un vrombissement. Comme un moteur de ventilateur.

Un léger souffle sur ma peau. Des voix qui résonnaient. Je les entendais encore me crier, m'ordonner d'attaquer.

Un tremblement. Je ne pouvais pas contrôler mon corps. Il tremblait, comme s'il réclamait encore du sang.

J'ouvris lentement les yeux. Mon bandeau était encore là. Mais j'arrivais plus à bouger. Impossible de lever ma main pour vérifier si mon collier était bien autour de mon cou. Pourquoi je n'arrivais pas à bouger ? Et pourquoi je sentais quelque chose me trifouiller dans le bide ? J'avais mal... Ca me faisait horriblement mal, mais j'avais même plus la force pour crier. Ca me rappelait... Mon état, quand j'étais avec Jiji au parc. Quand elle m'avait donné son drôle de médicament, je me sentais légère... J'avais l'impression d'oublier quelque chose, cependant. Quelque chose d'important... Mais quoi ? Que c'était-il passé, juste après la mort de ces types ? Yoshi' ! Yoshikazu ! Je l'avais gravement blessé, j'avais attaqué mon propre père ! Yoshi ! J'ouvris entièrement les yeux, totalement effrayé à l'idée d'avoir fait du mal à Yoshi. Je me redressai vivement, prise ensuite d'une immense douleur au ventre. Il y avait des types autour de moi. En voulant attaquer, je réalisai que j'étais menottée à un lit. Je grognai et tirai de toute mes forces, jusqu'à voir du sang jaillir de ma blessure en ventre. J'en avais rien à foutre ! Yoshi était peut être en danger, je devais aller l'aider !


"Bon, tu fermes ta gueule, maintenant ?" Lança cette voix familière.

Kenichi. Putain... J'étais chez Kenichi. Pourtant, même si je savais qu'on était en sécurité, ma rage ne descendait pas, j'avais toujours cette furieuse envie de tous les déchiqueter. Qu'est-ce qui m'arrivait ?


"Donnez lui encore une piqûre, vite ! P'tain, c'est un monstre, cette nana, comment elle peut encore bouger ?"

Quelques secondes après, je sentis une aiguiller pénétrer sous ma peau. Petit à petit, je me calmai, reposant la tête sur le lit, dans un souffle épuisée.

"T'es une vraie tarée toi. Une oeuvre d'art. Reste calme sinon tu vas crever. Yoshi va bien."

Dieu merci... Je ne l'avais pas tué. En baissant les yeux vers mon ventre, je vis alors le toubib de Kenichi trifouiller dans mon ventre. Ah... Il devait chercher la balle. C'était une sensation vraiment désagréable, de sentir quelque chose remuer à l'intérieur du corps. Pour mon collier... Je ne l'avais plus autour du cou. Il n'était pas là, sinon je n'aurais pas réagis aussi violemment. Et puis il faisait son poids, quand même, je sentais bien que j'avais rien attaché au cou.  

"Il est où... Yoshi ? Il est où !?"

La voix rauque, cassée... Sans mon collier, j'étais vraiment quelqu'un d'autre. Méconnaissable. Remplie de haine et de colère. J'entendis ensuite le son d'un bruit métallique. Le toubib avait récupérer la balle logée dans mon ventre. Sous la douleur, je remuais encore. Heureusement que j'étais attachée, en réalité. Kenichi s'approcha de moi tandis que le toubib refermais ma blessure.

"J'en ai marre de tes conneries, Sofia. Qu'est-ce tu foutais là bas ? T'aurais fait quoi si Yoshi n'était pas venu ? T'aurais fait quoi si tu l'avais tué ? T'aurais fait quoi s'il m'avait pas appelé pour venir nettoyer ta merde ? T'as pas encore conscience du danger que tu représentes pour tout le monde. Pour moi, pour Meyer. Si tu te fais choper, juste une fois, tout le monde est foutu, juste à cause de toi, sale petite merdeuse. Et tu sais très bien ce que je fais quand quelqu'un représente une menace pour moi."

Je sentis mes larmes monter. Jamais je n'avais vu Kenichi aussi sérieux. Son regard me transperçait l'âme. Je ne pouvais plus détacher mon regard du sien. S'il voulait me tuer... Il n'aurait pas pris la peine de me faire soigner. Alors qu'est-ce qu'il voulait faire ?

"On va te refaire un collier. Dès que tu l'auras, tu te casses d'ici. Tu fous le camp, j'veux plus te voir à Togi. T'as qu'à aller vivre dans la forêt, avec les sauvages. Si j'revois ta sale gueule, j'te bute, toi et Meyer."

Non...

"Si j'te bute pas... Tsss... Connasse."

Non... J'veux pas !

"J'voulais te coller une balle entre les deux yeux, sale putain..."

Non... Non ! J'veux pas ça ! J'veux pas quitter Meyer, j'veux pas !

"Arrête de chialer putain ! Sortez ! Sortez-tous !" ordonna-t-il violemment.

Pourtant... Lui aussi, il pleurait. Pourquoi est-ce qu'il pleurait ? Pourquoi Kenichi versait-il des larmes ? C'était quoi ce bordel ? Il ne restait plus que lui et moi. Il posa sa main sur mon front. Qu'est-ce qu'il se passait, bordel ?


"T'avais huit ans, quand t'es venue ici pour la première fois... Une petite fille toute perdue...A cause d'un père irresponsable. Il fallait quelqu'un pour te protéger, ma petite fille."

Qu'est qu'il racontait... ? Pourquoi me dire ça maintenant ? Meyer... Viens me chercher ! J'veux rentrer à la maison ! J'veux pas partir, j'veux pas ! J'veux pas ! J'veux pas !!
 
Messages : 560
Date d'inscription : 30/07/2017
Age : 27
Fiche de Présentation : =>ici<=
Fiche de Relation : =>ici<=

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Chienne-Louve
Maître/Maîtresse: Meyer
Esclaves: Aucun
Sofia Ashley
Voir le profil de l'utilisateur
Humaine - Asservie



Revenir en haut Aller en bas
(#) Jeu 13 Sep - 12:53
ft. Sofia
"J'veux pas ! J'veux pas ! J'veux pas, j'veux pas j'veux pas j'veux pas !! "

Folie Meurtrière


"Il fallait quelqu'un pour te protéger, ma petite fille." ... "Il fallait quelqu'un pour te protéger..." ... "pour te protéger, ma petite fille." Je n'arrivais plus à bouger. Je n'arrivais plus à penser. Je n'arrivais plus à respirer. Qu'est-ce qu'il racontait ? Qu'est-ce qu'il allait faire ? Pourquoi il me disait des choses pareilles ? Le seul qui était là pour moi c'était Yoshi'. Pendant des années, il était toujours là. Il venait tous les jours pour me voir. Pour vérifier si j'allais bien. Il était le seul sur qui je pouvais compter. A nouveau, je me retrouvai dans une situation précaire. J'allais encore causer du souci à Meyer et Yoshi...Ca n'allait jamais s'arrêter. Lentement, Kenichi vint caler sa tête contre ma poitrine, comme quelqu'un qui cherchait du réconfort. Il avait totalement pété les plombs, là. Je ne pouvais rien faire, mes poignets étaient menottés au lit, mes chevilles et mon cou aussi. Ils avaient donc si peur de moi, quand je n'avais pas mon collier ? Je n'avais jamais vraiment conscience de mon état quand je ne l'avais pas. Sans ce collier... Je ne pouvais plus me contrôler, je devenais folle et ensuite... Je ne me souvenais plus trop de ce que j'avais fait.

"...Kenichi ? ... C-...Ca va pas ?" Demandais-je, incertaine.

"Ta gueule, sale pute."

Je me raclai la gorge avant de fermer les yeux. Je devais lutter pour ne pas perdre le contrôle. Mes membres se mirent à trembler à nouveau. L'effet de leur médicament commençait à prendre fin. J'avais mal, à nouveau. La douleur...encore elle. Toujours présente. En plus, le toubib n'était plus là, Kenichi et moi étions seuls. Il posa sa main sur mon ventre, avec de me le caresser. Puis il remonta jusqu'à ma poitrine et posa la main dessus, juste à coté de sa tête.

"T'es devenue une belle femme, Sofia. T'as trouvé un amoureux ? Tu vois quelqu'un ? J'sais même pas si tu sais ce que ça veut dire, tout ça. T'es juste une Chienne."

"... N-...Non. J'a... J'ai pas le droit, hein ? Kenichi... Dis-moi c'que tu vas faire... S'il te plait..."

"J'veux juste que tu fermes ta gueule. J'veux me reposer un peu. Si tu l'ouvres encore je t'arrache la langue. Alors une dernière fois, tu la fermes, saleté de clebs."

Maintenant qu'il le disait... En effet, j'avais l'impression qu'il semblait fatigué. Sa voix était toujours aussi froide et menaçante, au point de me glacer le sang, mais... Il avait l'air fatigué. Et dans mon intérêt, je devais fermer ma gueule tout de suite, il était réellement capable de m'arracher la langue. Surtout qu'il y avait encore la pince du médecin, juste là. Il se blottit plus confortablement contre ma poitrine, puis il resta silencieux, un long moment... Des minutes durant. Il ne bougeait plus, comme s'il dormait. Mais je savais qu'il ne dormait pas. Tout était si calme, si silencieux. Je pouvais entendre sa respiration, sentir son souffle contre ma peau. Je pouvais entendre le tic-tac de l’horloge. Au moins... Je savais qu'il n'allait pas abuser de moi. Enfin, bizarrement, de ce coté là, je lui faisais entièrement confiance. Je savais que Kenichi n'allait jamais me forcer à le faire avec lui. Il se contentait des autres hybrides ou de ses putes, mais jamais moi. C'était bizarre.

"T'es née à Akihabara, au Japon." Lança-t-il subitement.

Je sursautai, avant de frissonner. Il allait me révéler d'où je venais, alors ? J'étais une japonaise ? Ca expliquait pourquoi j'avais les yeux bridés comme ça...


"Ton père était anglais, il s'appelait Steven. Et ta mère Japonaise, Yumi."

Alors j'allais enfin tout savoir...

J'avais huit ans. Steven était dans son laboratoire et ma mère lisait un livre. Elle adorait lire, elle aimait vraiment ça. Et dire que moi je ne savais même pas. Pourtant je le voulais... Je tenais peut être ça d'elle, j'allais peut être aimer lire, moi aussi. Il pleuvait et il faisait nuit. Puis quelqu'un frappa à la porte. C'était des hommes, des mafieux. Un flash me traversa l'esprit. Le symbole tatoué sur leurs mains, c'était le même que j'avais à la cuisse. C'était les hommes de Kenichi. Mon père l'avait trahis, il lui devait beaucoup d'argent. Alors pour effacer sa dette, je fus vendue. Abandonnée par mon propre père. Et ce katana, j'ignorais toujours d'où il venait. Il appartenait à ma mère... Alors, depuis toujours, il était à moi, ce n'était pas un cadeau de Roy. Et puis le 16 Mai, en 2030... Mon ancienne maison fut ravagée et mise à feu. Kenichi disait qu'il n'avait jamais ordonné ça, que ça ne venait pas de lui. J'avais donc dix-huit ans cette année là. Mon père fut retrouvé mort, mais le corps de ma mère ne fut jamais retrouvé. Même s'il me racontait tout, je n'arrivais pas à me souvenir de ma famille.

Il avait visiblement terminé. Je ne savais toujours pas si j'avais le droit ou non de parler, alors je préférais ne rien dire, de peur de me faire arracher la langue. Il y avait un long silence, à nouveau. Il ne disait rien, il ne bougeait pas non plus, toujours installé contre ma poitrine. Je ne savais pas pourquoi il m'avait tout raconté. Qu'est-ce qu'il cherchait ? Est-ce qu'il voulait tester ma fidélité envers lui ? C’était un test pour voir s'il pouvait me faire confiance ? Lentement, sa main glissa sur mon sein, puis mon bras. Il me détacha les poignets et les chevilles. Il ne me restait plus que la chaîne à mon cou. Là aussi, il la retira. Ma respiration accéléra, je tremblai de plus en plus... Je devais lutter pour ne pas craquer. Kenichi recula ensuite, pour me regarder.


"On est seuls. J'ai pas d'arme. Je t'ai fais beaucoup de mal. J'ai ruiné ta vie. T'es devenue une petite salope de Chienne. Bear t'a baisé parce que j'lui ai dit qu'il pouvait te sauter comme la pute que t'es. T'es ma Chienne à moi, ma soumise. T'attend quoi pour me tuer ? J'peux pas me défendre. Viens, tue moi. P'tite pute."

Je tremblai encore, toujours plus. Je ne parvins plus à retenir mes grognements. Il me provoquait ouvertement. La haine et la colère montaient en moi. La bave glissait sur mes crocs avant de couler sur mon menton. Je roulai sur le coté, ce qui me fit chuter au sol. Repliée sur moi même, j'étais crispée, prise d'une violente douleur à la tête. Je voulais... Tuer tout le monde. Faire payer au monde. Leur faire payer d'avoir fait de moi celle que j'étais aujourd'hui.

"T'avais une belle vie, Soso. T'étais heureuse. Une brave petite fille aimée de sa mère et de son père. T'as tout perdue, t'es devenue une merde. Plus bas que terre. T'as plus rien aujourd'hui. T'es rien, t'existe même pas. T'es un déchet. Des restes. Tu aurais pu vivre une autre vie. Avoir un mari, faire des enfants. Avoir une maison, ne jamais avoir eu du sang sur les mains. Fonder une famille, vivre comme une humaine, heureuse. Mais j'étais là, je t'ai privé de tout ça. T'es devenue une petite pute. Une pute que j'ai vendu à Roy. T'as rien fait de ta vie à part servir, obéir, te soumettre. Tu t'es retrouvée seule, sans famille, sans amis. Un animal, rien de plus qu'un animal."

Je... Je n'arrivais plus... Les crocs serré, je grognai, un grognement se transformant en un hurlement de rage, de colère noire, intense. Je frappai violemment le sol avec mon poing avant d'agripper le pied de la table. Je la lançais violemment contre le mur, à l'opposé de Kenichi. Cette rage incroyable me donnait une force que j'ignorais posséder. J'hurlai encore, je ne pouvais plus m'arrêter d'hurler, de trembler, de baver... Je crus devenir totalement folle.

"La p'tite pute est en colère ? Toujours aussi soumise ? Tu refuses de parler ?"

Et lui qui continuait ses provocations, gardant un sang-froid incroyable. Il ne semblait même pas avoir peur, il ne bougeait pas d'un poil. Je me tenais la tête, les coudes contre le sol, je poussai sur mes jambes pour ramper vers un coin de la pièce, laissant une traînée de sang derrière moi. Je me tenais la tête si fortement que mes griffes avaient déchirés ma peau. Je restai repliée en boule dans mon coin... C'était impossible pour moi d'attaquer Kenichi, même si j'en avais l'envie, la volonté... Mon cerveau me bloquait. Je ne pourrais jamais lever la main sur lui. Puis la porte s'ouvrit.

"Arrête Kenichi... Tu vois bien qu'elle ne te fera jamais rien. Laisse la... "

Cette voix... C'était Yoshi...

"Laisse la rentrer, Kenichi. Elle a compris la leçon, je t'assure."

Il s'approcha de moi. Kenichi ne disait rien, il ne bougeait pas.

"Vient ma chérie, on rentre. Je te ramène à la maison... Vient." Me demanda-t-il, très doux.

"La prochaine connerie, j'vous bute tous. Toi, elle et son connard de Meyer. J'vous fume tous, bande d'enfoirés."
 
Messages : 560
Date d'inscription : 30/07/2017
Age : 27
Fiche de Présentation : =>ici<=
Fiche de Relation : =>ici<=

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Chienne-Louve
Maître/Maîtresse: Meyer
Esclaves: Aucun
Sofia Ashley
Voir le profil de l'utilisateur
Humaine - Asservie



Revenir en haut Aller en bas
(#)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maître ou Neko ? :: Hors-rp :: Rp terminés-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Manga - BD