AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Les soins après la bagarre, un peu de douceur /PV Dimitry/



Les soins après la bagarre, un peu de douceur /PV Dimitry/

 :: Hors-rp :: Rp terminés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
(#) Lun 23 Juil - 21:53
Le jeune homme estimait vraisemblablement préférable de ne pas se rendre à l’hôpital, il se sentait bien mais Luka mettait cela sur le compte de l’adrénaline qui ne devait pas être descendue car s’il voyait son visage dans un miroir, Dimitry bondirait très certainement jusqu’au plafond. L’homme aux cheveux blonds écoutait attentivement son esclave, profitant qu’il sortait de son mutisme qui avait été si long jusqu’ici pour analyser un peu son ressenti. Il était soulagé de voir que finalement, le jeune homme avait arrêté de lui en vouloir et qu’il avait toujours sa confiance et qu’il arrivait même à avoir un rire léger.

Petit à petit, le jeune homme plaquait sa tête contre son torse, se pelotonnant contre lui,  Luka appréciait, il le tenait par les sentiments, et en y pensant, il s’apercevait qu’il éprouvait beaucoup d’affection pour sa tête de mule, quel paradoxe, à savoir le quel des deux avait réussi à dompter l’autre. Son regard était très doux, inhabituel, alors qu’il sentait la main du jeune homme venir lui caresser la joue, c’était la première fois qu’il entreprenait un tel geste. Il appréciait pour le moment, laissant s’essouffler la tension qui était montée lors de l’agression.
L’homme au regard habituellement ténébreux se dirigeait calmement vers sa voiture, déposait le jeune homme debout par terre avec soin et précaution tandis qu’il lui répondait avec un petit sourire au coin des lèvres, le regard devenu séducteur malgré la douceur dont il venait de faire preuve et le geste tendre de son chaton apprivoisé :

- Bien sûr que je m’inquiète, il ouvrait la porte de la voiture, et si tu te sens bien, c’est à cause de l’adrénaline.

Il faisait ensuite entrer le jeune homme dans la voiture, attachant sa ceinture, sans s’en rendre compte, il était clairement en train de le materner. Le bosniaque referma la porte de la voiture côté passager puis il en fit le tour tranquillement avant d’ouvrir la porte côté conducteur pour s’y engouffrer à son tour, fermer la porte délicatement et boucler sa ceinture tout en reprenant, croisant le regard du jeune homme, il était séduisant malgré tout :

- Et ne t’inquiète pas, ces petites éraflures ne sont rien du tout, il faudra juste désinfecter, on ne sait pas quelle genre de maladies trainent ces individus.

Il finissait sa phrase sur un ton qui signifiait son plus haut mépris pour la personne qui avait agressé son esclave, comme s’il était une sous espèce, ou la pire des espèces tout simplement. Pour lui, ceux-là méritaient l’asservissement et un bon dressage, il gardait bien cette réflexion pour lui, prenant soin de ne pas appuyer inutilement sur un point sensible vis-à-vis du jeune Russe. L’homme démarrait le moteur et se dirigeait en direction de l’hôpital sans excès de vitesse, pour l’heure il n’y avait aucune urgence vitale.

Après quelques minutes voir même une bonne demie heure, les deux hommes arrivèrent jusqu’au parking de l’hôpital, Luka s’y gara puis il sorti de sa voiture pour en faire le tour et récupérer le jeune homme, le portant toujours dans ses bras après avoir refermé la porte et vérrouillé la voiture. Il partait vers le grand bâtiment des urgences, à cette heure ci, aucun médecin n’était disponible, il s’imaginait attendre quelques heures avant de pouvoir en sortir, finalement, lorsqu’ils arrivèrent, seulement une personne était présente dans la salle d’attente. Il déposa alors le jeune homme avec soin sur une chaise de la salle d’attente, le regarda un instant, et lui dit avec un sourire bienveillant :

- Attends-moi une seconde, je vais nous enregistrer à l’accueil.

Après quelques instants, l’homme aux cheveux d’or réapparut auprès de son esclave qui ressemblait à présent davantage à un petit protégé sans même qu’il n’en ai conscience puis il lui dit avait un air très simple, il était tout à fait serein maintenant qu’ils étaient ici, le jeune homme serait soigné comme il en convient :

- On va avoir environ une petite demi heure trois quart d’attente, je devrais être présent pour le examens.

Encore une fois, il n’en ajoutait pas davantage mais c’était le règlement. Le jeune homme restait asservi, il n’avait donc guère plus d’importance qu’un animal domestique en ces lieux, il devait donc rester sous la surveillance stricte de son maitre. Luka se gardait bien de le lui dire, cela n’avait aucune utilité après-tout si ce n’est contrarier le jeune homme qui n’en avait pas besoin après cette aventure. Il venait s’asseoir à côté de lui, saisissant doucement son épaule pour l’inviter à coller sa tête contre son torse :

- Ca va aller ?
Invité
Anonymous
Revenir en haut Aller en bas
(#) Dim 5 Aoû - 11:54
Il allait parfaitement bien, il ne pouvait pas rêver mieux. Il était heureux d'être dans les bras de Luka, de voir ce regard si doux... Un regard qu'il n'avait pas pour habitude de lui donner, mais le blond l'accepta comme un cadeau ce qui remplissait son coeur de joie. Un grand sentiment qui l'entourait d'une grande aura de chaleur... Il se rendait compte à cet instant qu'il ne pourrait plus jamais se passer de lui, quoi qu'il fasse.

Il se laissait porter telle une princesse accompagnée de son magnifique prince charmant dans le carrosse tout droit vers un grand château... Enfin, un château d'un ami. L'hôpital n'était pas vraiment un château très accueillant, il n'aimait pas aller là-bas et il aurait préféré rentré. Mais monsieur Milosevic ne voulait pas... Alors... Tant pis. Il lui souriait à ses paroles, l'adrénaline... Sûrement, mais il n'avait pas besoin de cela pour savoir que son ancien bourreau était capable de le soigner sans l'emmener à l'hôpital.

Il le laissa totalement faire, appréciant les gestes de protection qui lui donnait. Même s'il n'était pas à l'article de la mort, il aurait très bien pu boucler sa ceinture seul, même simplement marché ! Mais, il le laissa faire. Tout simplement parce qu'il ne voulait pas le contrarier et est-ce qu'il l'aurait laissé faire ? Sûrement pas. Il s'inquiétait aussi pour lui, ses mains n'étaient pas très belles avec ce qu'il s'était passé. Et sa tentative pour le rassurer n'avait pas tellement marché.

-''Quelle genre de maladies traînent ces individus''...

Il répéta ce que Luka avait dit avant de regarder la route. Ça ne le rassurait pas et il sentit encore cette petite peur pour son maître, la peur qu'il ait quelque chose de grave. Dimitry avait bien changé... Lui, qui avant aurait craché sur le dresseur et qu'il serait heureux de savoir qu'il pouvait choper une maladie horrible, là il s'inquiétait énormément. Il essaya de ne rien montrer avec un petit sourire.

Il resta très calme et silencieux dans la voiture, il piquait presque du nez. L'adrénaline avait presque disparu et la fatigue était très présente. Quand il arriva au le parking de l'hôpital, il retira sa ceinture pour sortir, mais fut arrêté par les douleurs. Ah... Peut-être que monsieur Milosevic avait raison tout à l'heure... Il se laissa volontiers porter par son sauveur, se blottissant tout contre lui avant de se sentir poser sur une chaise. Il posa son regard sur lui avant de hocher la tête en lui souriant.

-D'accord...

Il se laissa totalement aller sur la chaise, grimaçant un petit moment avant de souffler un grand coup. Il ne devait pas montrer sa douleur à Luka, mais bordel... Il aurait dû garder son adrénaline plus longtemps. Il soupira, se tenant une de ses cotes meurtries. Elle ne devait pas être cassée, mais un bon petit hématome ferait son apparition.

Il entendit des pas venir vers lui, il enleva sa main et fit un simple sourire en remarquant que c'était Luka. Il fit comme si de rien était et hocha encore une fois la tête avant d'ajouter.

-D'accord, de toute façon je préfère que vous soyez là...

Il lui fit un léger sourire avant d'accepter son invitation et posa sa tête contre son torse. Il écoutait calmement les battements du coeur de son maître avant de faire un petit sourire, surtout pour le rassurer plus qu'autre chose.

-Oui, ne vous inquiétez pas tout va bien.

Il lui fit encore un sourire avant de reposer sa tête contre lui. Il profitait de cet instant pour être au calme, avec lui... Il attrapa doucement la main de son dresseur pour la ramener contre lui, lui serre, tout simplement le sentir près de lui encore plus. Il hésita un instant à parler avant de se lancer.

-Dite... Je peux vous tutoyer ?...

Jusqu'à présent, il n'avait jamais osé sauf au début et quand il était très énervé. Mais maintenant, ça lui faisait bizarre de le vouvoyer vu la proximité qu'ils avaient tous les deux. Il se doutait qu'un non serait sûrement la réponse, mais il aura essayé au moins une fois. Il le regarda, attendit qu'il parle avant de reprendre.

-Ils vont me faire quoi comme examens ?... J'aime pas les hôpitaux, ça me rend nerveux... Et... Ils vont aussi vous soigner ?

Même lui ne comprenait pas pourquoi ce genre d'endroit le rendait si nerveux, alors que finalement... C'était un bâtiment avec du personnel capable de l'aider.
Invité
Anonymous
Revenir en haut Aller en bas
(#) Dim 19 Aoû - 19:05
Le jeune homme s’était laissé faire tranquillement de A à Z. Luka avait ressenti son calme et sa tranquillité, pour une fois ! Il profitait de ce moment, c’était agréable de ne plus le voir sur la défensive, sur le qui vive. Sa question l’avait laissé perplexe, cela pourrait être difficile mais possible, une morsure pouvait très bien faire passer les hépatites, streptocoques et autres virus ou bactéries. Bien plus compliqué pour ce qui concerne un coup mais on n’est jamais trop prudent non ? Bon, il éxagérait un peu, les griffures pouvaient éventuellement apporter de bonnes bactéries en revanche. L’homme se disait qu’on n’était jamais trop prudent ? Sur le coup, dans ses pensées, il oublia de répondre.

A l’hopital Luka avait remarqué que le jeune homme avait relâché furtivement sa côte cependant il ne s’était pas posé plus de question cela n’était pas quelque chose qui venait automatiquement à l’esprit de l’homme malgré tout. Luka appréciait de voir que la confiance était enfin gagnée, du moins elle en avait l’air, c’était un soulagement. Il l’écoutait attentivement, certain que le jeune homme minimisait très largement la douleur qu’il ressentait, il l’avait bien vu, c’était un poids plume face au géant qui l’avait terrassé. Il sentait sa tête se coller contre lui, le grand blond venait alors caresser les cheveux du jeune aux yeux émeraudes avec beaucoup d’affection, quiconque le connaissant l’aurait vu aurait trouvé cela très surprenant. C’était un adepte de la galanterie mais pas toujours de la douceur.

Luka sentait le jeune homme lui attraper la main, elle lui piquait légèrement, le sang avait séché. Il regardait son esclave avec une affection remarquable, comme s’il était le plus précieux sur l’instant avec comme l’impression que pour une fois, il le laissait entrer dans les tréfonds de son âme, comme s’il lui donnait enfin la permission d’être réellement intime avec lui. Une intimité à des années lumières du rapport charnel. Quelque chose de plus complexe et bien plus difficile à obtenir. C’était comme avoir réussi à apprivoiser un petit animal.

Le bosniaque eut un petit sourire à la première question. Au point où ils en étaient, autant entrer dans le tutoiement en effet. Après tout, ils avaient franchi un certain cap à présent même si Luka refusait d’y penser sans même en avoir conscience. Il lui répondit alors avec un ton bienveillant qu’il utilisait rarement, il parlait à voix basse sur un murmure calme, apaisant et rassurant :

- Bien sûr que tu peux…

Il reprit ensuite en reprenant les caresses dans ses cheveux, glissant ses grands doigts fins et doux entre chaque mèche blonde, il parlait toujours tout bas comme on le fait dans un cabinet médical pour respecter l’intimité des autres patients et éviter le brouhaha :

- Je ne suis pas médecin donc je ne saurais te dire exactement, et puis tu sais, tout dépend de la dépense que je suis prêt à faire, ceci dit je suis assuré donc cela ne devrait poser aucun souci.

Quelques instants plus tard un médecin vint à leur rencontre pour les emmener dans un box d’examen. Il fit asseoir les deux hommes sur deux chaises pour commencer. Une table d’examen se trouvait juste derrière eux, prête à l’emploi, attendant son premier patient.  Il prit alors la parole d’un ton très professoral comme certains médecins ont le dont de le faire certains professionnels de santé :

- Bonjour messieurs, il jetait un œil sur le dossier au travers de ses lunettes, je vois que vous venez pour un agression ? Surtout ce jeune homme, c’est votre esclave ? Il fixait alors Dimitry en replaçant ses lunettes, le regard perçant, eh bien installe toi ici je te prie et retire ton haut.

L’homme aux cheveux grisonnants et au crâne dégarnis désignait la table d’examen d’un signe de tête. Il employait le vouvoiement avec Luka mais certainement pas avec son chaton, il devait très certainement être également un pro esclavage malgré sa profession altruiste. Le dresseur n’y prêtait aucune attention non seulement parce que Dimitry faisait très jeune mais qu’il avait l’habitude de ce genre de comportement, agissant lui-même de la sorte. Luka se levait, accompagnant le jeune homme, l’aidant à s’installer sur la table bien trop haute pour lui sous le regard hautain du médecin dont le dresseur n’accordait pas la moindre attention.  Il regardait son chaton retirer son t-shirt et le lui gardait soigneusement observant le médecin l’ausculter.

Luka fit de gros yeux lorsqu’il remarqua un hématome déjà bien assez gros situé au niveau de ses côtes. Il ressortait davantage à cause de la peau laiteuse du jeune homme. Son visage restait neutre pour le moment, il était à l’écoute. Le médecin constatait les blessures les unes après les autres puis il ajouta à l’adresse de Luka qui était tout à fait à son écoute :

- Il va falloir faire une radio des côtes monsieur, cela ne présente rien de très beau.

Le médecin observa ensuite rapidement les mains de Luka présentant quelques traces dont une légère morsure, il dit alors :

- Pour vous ce sera quelques prises de sang, pour le jeune homme également. Sur ce, je vous laisse ici, les infirmières viendront vous chercher, je vous reverrais tout à l’heure pour les résultats pour les résultats.

Luka remercia rapidement le médecin, le laissant prendre congé. Une fois la porte refermée, il passa sa main sur la joue du jeune homme avec douceur, il restait silencieux, sa main descendait sur son torse puis sur la côte qui était devenue bordeaux.  Il soupira alors puis il regarda son jeune Russe dans les yeux, chacun de ses gestes étaient pour une fois d’une innocence pure, son ton était calme mais il y avait comme une pointe de déception :

- Eh bien…. Il ne t’a pas raté. Je me demande si tu n’as pas de fracture.

Il soupira puis il saisit le menton du jeune homme entre ses doigts pour reprendre :

- S’il te plait Dimitry, ne me cache pas tes souffrances, si tu as besoin de soin il faut les appliquer comme il faut. Je peux te faire confiance ?
Invité
Anonymous
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mer 29 Aoû - 18:37
Déjà que Dimitry n'était pas rassuré en sachant que son maître allait peut-être avoir une maladie pas très belle à cause de la morsure de son agresseur... Et d'ailleurs, il ne lui répondit pas ou n'essayait pas de rassurer le blond, ce qui avait eu pour effet d'avoir un petit stress en plus. Et dire qu'il y avait quelques jours il s'en aurait foutu de l'état de monsieur Milosevic....

Le russe essayait tant bien que mal de cacher sa douleur au niveau de sa côte. Il espérait qu'elle n'était pas cassée, mais vue comment la douleur était violente, il avait de fort doute... Mais il prenait sur lui pour éviter de faire peur ou d'inquiéter son dresseur.

Quoi qu'il en soit, il était heureux d'être avec son maître, recevoir toute cette affection... Et lui donner de l'affection. Il sentait son regard affectueux, totalement sincère sur lui et ça lui faisait chaud au coeur. Dans un sens, Luka avait réussi à apprivoisé Dimitry, mais celui-ci avait réussi à le rendre moins brut et de pouvoir être plus intime pour le comprendre un peu plus. Même si cela lui coûtait de devoir s'ouvrir beaucoup plus face à son dresseur.

La question du tutoient était un pas de plus pour le blondinet. Et il fut assez surprit de l'autorisation du blond. Il avait le droit de le tutoyer ? C'était une première... Mais il ne fut que plus heureux et répondit avec un grand sourire. Oserait-il l'appeler Luka ? Peut-être pas, du moins pas encore.

-D'accord...

Il avait répondu à voix base à sa réponse sur ce qu'allait faire le médecin. Il se sentait nerveux, mais les caresses de son ancien bourreau le rassurait, l'apaisait. Il écoutait calmement, et il fit une petite moue déçu. Quand le médecin arriva, il aurait voulu garder cette proximité avec son blond à lui seul, malheureusement il ne put pas.

Chaque mouvement trop brusque ou trop rapide lui faisait un mal de chien... Malgré tout, il prenait sur lui, limitant les petites grimaces de douleur le plus possible. Il écoutait sagement tout en adressant un bonjour timide au professionnel en face de lui. Il tiqua au mot ''esclave'' qui lui parvenait aux oreilles, ce n'était pas un esclave... Plus maintenant, il était un peu comme quelqu'un de lambda dans la maison de Luka. Son amant ? N'allons pas jusque-là, même s'il le passait très fort en cet instant et qu'il aurait voulu le balancer en pleine face de ce médecin. Mais il garda son calme et fit ce qu'on lui demandait.

Il avait l'impression d'être minuscule sur cette table d'opération. Il n'allait pas pouvoir réussir à monter seul avec cette douleur... Heureusement qu'on était venu l'aider, mais que, malheureusement, il avait eu le malheur de tourner la tête vers le médecin et de voir son regard... C'était sûr, il détestait ce médecin. Il donnait son t-shirt à son maître, ayant un peu de mal à le retirer au début.

Il ne put s'empêcher d'être un peu paniqué en voyant les gros yeux de Luka sur son corps. Quoi ? Quoi ? Il y avait un problème ? Il descendit son regard et remarqua l'hématome énorme qui s'était dessiné. La panique, c'était le seul mot qui pouvait définir l'état de Dimitry en cet instant. Il chercha un regard rassurant de la part de Luka, mais se heurta à son éternel regard neutre. Son coeur s'était accéléré et il s'imaginait déjà six pieds sous terre.

Il attendit que le médecin sorte avant de reposer son regard sur son dresseur, le laissait caresser sa joue avant de sourire à cette douceur. Il le laissa parcourir son torse avant de sentir une légère douleur qu'il ne cacha pas cette fois. Il avait été doux, mais ça lui avait fait mal tout de même quand la main de son maître vint toucher. Il remarqua sa déception et enchaîna très rapidement quand il parla de fracture.

-Je suis désolé... J'aurais dû faire plus attention...

Il ne fut pas surprit de sentir les doigts du blond venir son menton, cela était devenu une habitude. Il hocha doucement la tête en le regardant droit dans les yeux avant de lui répondre avec un léger sourire.

-Tu peux me faire confiance... Je les appliquerais comme il faut.

Il continua de sourire légèrement avant de bouger, même si sa côte lui faisait mal, pour venir déposer un petit baiser sur le bout du nez de Luka, suivi d'un petit sourire des plus innocent. Un sourire que Dimitry avait eu peu de fois depuis qu'il était avec son dresseur. Son sourire disparu quand il reprit la parole.

-Tu vas rester avec moi quand les infirmières vont venir, hein ? Tu ne vas pas me laisser seul avec elles ?...

Il avait peur de tomber sur le même genre de personne que le médecin. Et si jamais elles étaient violentes avec lui ? La seule personne qui avait le droit d'être violent avec lui s'était monsieur Milosevic ! Il soupira un peu, très nerveux... Il entendait des pas venir vers eux et il demanda gentiment à Luka de le faire descendre avant de voir apparaître les infirmières cinq minutes après. Il était trop nerveux, beaucoup trop nerveux et cela se voyait totalement.
Invité
Anonymous
Revenir en haut Aller en bas
(#) Jeu 20 Sep - 22:46
Luka ne comprenait pas pourquoi le jeune homme s’excusait de ne pas avoir fait plus attention, il n’y pouvait rien après tout, ce n’était pas de sa faute s’il était blessé. Lorsqu’il senti les lèvres de son esclave se poser furtivement sur le bout de son nez, son cœur fut pris d’un élan d’affection, il éprouvait une grande tendresse pour le jeune russe à présent blessé, il s’occuperait soigneusement de lui, il ne le laisserai pas faire seul, cela pourrait être un peu compliqué, un peu d’aide ne lui ferait pas de mal, un peu d’attention également. Le Bosniaque remarquait l’inquiétude du jeune homme rien que dans ses paroles, il était pourtant en sécurité ici, avec lui, l’homme répondait alors à son chaton tout bas, le prenant dans ses bras avec douceur :

- Ne t’inquiètes pas, je suis là, je veille sur toi…

Les infirmières arrivaient alors qu’il aidait le jeune homme à redescendre de la table tout en douceur, précautionneusement. Il passait sa grande main chaude sans les cheveux doux et soyeux du Russe et le prenait par la main dans une étreinte rassurante les infirmières leur demandaient de les suivre, Luka accompagnait Dim tout naturellement jusqu’à la salle d’examen. Ils arrivaient en face d’une cabine dans laquelle Dimitry devait se déshabiller dans l’optique de passer une radio, manque de chance, l’infirmière avait expliqué qu’il ne fallait pas porter de bijoux, et surtout, elle avait demandé à Luka de rester là, il répondait immédiatement :

- J’ai besoin d’être avec lui, de le rassurer, laissez-moi au moins aller en cabine avec lui je vous prie.

La jeune femme acceptait, il fallait enlever les piercings pour le moment, Luka s’était muni d’un verre d’eau pendant qu’il avait écouté les instructions des infirmières, la fontaine étant juste à l’entrée. De la cabine. Ils entraient tous les deux, Dimitry était resté muet jusqu’ici, et, comme si c’était un défi, et même si cela n’allait pas faire bien mal, piquer un peu seulement, Luka caressa la joue du jeune homme, passant son doigt sous son menton avec délicatesse, il lui dit alors avec douceur, essayant de se faire le plus rassurant possible :

- Laisse moi faire s’il te plait Dim ? Ca ne vas pas faire trop mal, on va juste gratter un peu la petite lymphe que tu as l’habitude d’enlever avec le savon, simplement, nous n’avons que de l’eau et je ne veux pas te faire de mal avec un savon inadapté d’accord ? Tiens moi ça s’il te plait ?

Il le laissait récupérer le gobelet en plastique pour y tremper les doigts maladroitement, faisant une moue concentrée qui pourrait faire rire n’importe qui, il ne s’en rendait pas compte, c’était  une situation étrange, ses doigts passant un maximum d’eau sur le premier bijoux, il tatait à la recherche d’éventuels petits dépots de lymphe qu’il grattait, nettoyant au mieux, il défaisait ensuite la petite boule de l’anneau pour le retirer en douceur, demandant avec inquiétude :

- Ca va ?

Evidemment, ce n’était rien d’insurmontable, juste des petits picotements certainement, mais c’était comme si Dimmitry était devenu la chose la plus précieuse et fragile qui soit. Il passait au deuxième puis il aida le Russe à enfiler sa blouse, pliant ses vêtements avec soin malgré les souillures, marques du combat, qui s’étaient déposées dessus. Il le regardait alors avec bienveillance, plongeant un regard d’une infini douceur dans les yeux verts de son esclave, son amant :

- Je ne peux pas venir avec toi dans la salle de radiologie, cela ne va durer que quelques minutes, ne t’en fais pas. Je t’attends ici d’accord ? Si tu as besoin de moi, tu m’appelles, d’ici, je t’entendrais…

Il déposait un léger et délicat baiser sur le front du bel esclave qui avait pris une bonne place dans son cœur, sans même s’en rendre compte, puis il repris en se reculant :

- Ca va aller ?
Invité
Anonymous
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mar 9 Oct - 22:07
Dimitry avait besoin d'exprimer son affection à présent… Il se sentait de plus en plus proche de Luka et il avait besoin de lui montrer. Que ce soit par des sourires sincères ou un simple baiser sur le bout de son nez. Il aurait aimé plus, peut-être l'embrasser aurait été encore mieux ! Mais il n'osait pas et n'oserait pas avant un moment, encore trop pudique pour le moment. Mais il sentait son cœur battre toujours un peu plus fort quand il était proche de son maître. De l'amour ? Peut-être.

Ces paroles et l'enlacement le rassuraient, il ne put s'empêcher d'y répondre par un petit sourire. Mais, malgré tout, il restait énormément stressé à l'idée de se retrouver seul avec les infirmières. Il prenait sur lui lorsqu'il vit arriver les principales concernées et les suivait tranquillement, sans montrer sa peur. La douleur était assez vive à chaque pas, mais il prenait sur lui, ne voulant pas plus inquiéter le dresseur.

Il fut rassuré de le voir venir avec lui dans la cabine. Aucun bijou ? Il n'aimait pas les retirer d'habitude, pas parce que cela lui faisait mal, mais parce qu'il avait l'impression de se sentir nu sans. Il rentra dans la cabine suivi du grand blond avant de se mettre face à lui sans broncher. Il ne comprenait pas pourquoi Luka essayait de le rassurer dans ce genre de situation. Retirer les piercings n'était pas quelque chose d'insurmontable. Il ne put s'empêcher de faire un doux sourire en attrapant le gobelet.

-Ne t'inquiète pas, ça va aller.

L'ancien étudiant était à deux doigts d'éclater de rire. Un grand sourire sur le visage s'était dessiné en voyant cette moue concentrée de son cher et tendre maître. Même son inquiétude était drôle et disproportionnée par apport à la situation. Dimitry n'avait ressentit que de petits picotements, rien de plus.

-Oui, arrête de t'inquiéter pour si peu… Ça ne me fait pas du tout mal.

Le russe lui souriait pour le rassurer et se laissa faire pour le reste des opérations. Il hocha simplement la tête à ses paroles avant d'apprécier le baiser de son amant. Oui, parce qu'il ne pouvait plus le nier à présent. Lorsqu'il recula, il lui tendit le gobelet pour qu'il le tienne à son tour, trempa ses doigts dedans avant de retirer le dernier piercing qui se trouvait au niveau de sa langue. Il le déposa avec les autres avant de sourire tel un ange.

-On a failli en oublier un, ça va aller… Je sais que tu es là, alors ça va aller…

Il était un peu nerveux, mais comme il le disait « ça va aller ». Il se dirigea vers la machine qui lui faisait terriblement peur. Il prit sur lui et suivait les instructions des infirmières à la règle pour finir cette radio au plus vite. Les femmes auprès de lui avaient l'air de ne pas prêter attention à son statu d'asservi, se comportant comme avec un patient normal. Cela le fit se détendre un peu plus.

Une fois fini, il revint vers son maître adoré pour revenir s'habiller. Du moins, demander de l'aide. Mais, aucun son ne sortait de sa bouche. Il était là, devant monsieur Milosevic, sans pouvoir dire un mot et à le regarder droit dans les yeux. Il était heureux de le voir à attendre son retour, de s'inquiéter pour lui… Il brava sa douleur pour venir se blottir contre lui, ne pouvant s'empêcher de serrer toutes ses forces, c'est-à-dire très peu puisqu'il n'avait plus d'énergie, mais assez pour lui faire comprendre qu'il avait besoin de cette marque d'affection. Avec tout le courage qu'il avait, il ferma les yeux avant de dire doucement.

-Merci… De t'inquiéter pour moi et de prendre soin de moi comme ça…

Il redressa la tête pour lui sourire, un sourire doux et sincère, gardant cette étreinte un instant avant de se rhabiller avec son aide pour aller recevoir les résultats.
Invité
Anonymous
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mer 10 Oct - 12:11
Tout à coup, le dresseur avait comme l’impression que le plus inquiet dans l’affaire n’était autre que son amant, le jeune russe à la chevelure d’or et au regard émeraude, il sourit alors, presque amusé de la situation, il lui adressa alors un regard particulièrement doux et bienveillant, heureux que son protégé ne souffre pas de la situation qu’il imaginai bien plus difficile à supporter pour lui. Dans l’histoire, le grand blond en avait même oublié le piercing qui trônait sur la langue du jeune homme, il le regardait le retirer et laissa une fois de plus glisser ses doigts dans les cheveux du jeune homme avec affection et douceur. Il le laissait partir quelques instants dans la salle d’à côté pour passer sa radiographie puis, plus rapidement qu’il ne l’eu cru, la petite porte s’ouvrit, il était déjà de retour.

Avant même qu’il n’y prète attention, Luka s’aperçu que l’esclave qu’il affectionnait tant s’était déjà plongé dans ses bras, une fois de plus, un sourire se dessina sur ses lèvres, celles qui avaient été capable de sourire de sadisme, de prendre plaisir à la torture, ne voudrait certainement plus jamais se réjouir du malheur de cet esclave. Sans qu’il ne puisse s’y attendre, les mots du chaton l’avait bien surpris, il était reconnaissant de bien peu de choses trouvait-il, mais au moins, il était capable d’apprécier ces mêmes petites choses simples qui pouvaient parfois être de loin les meilleures. Il le serait un peu plus contre lui tout en gardant cette éternelle douceur, caressant ses cheveux doux et soyeux. Ils échangèrent un regard puis un sourire et enfin, l’homme le libéra pour lui permettre de sa rhabiller avant de finir par attraper froid.

Luka pris le russe par la main puis il ouvrit la porte de la cabine pour en sortir. Là, une infirmière les attendait pour les raccompagner dans leur chambre, leur assurant qu’ils auraient les résultats d’ici une petite heure, le temps de les sortir et de les analyser. Pendant ce temps, Luka avait fait monté Dimitry sur le lit tout en douceur et l’y avait rejoint, s’allongeant près de lui, sans un bruit, tout cela l’avait fatigué. Il le maintenant contre lui avec tendresse comme s’il était la chose la plus précieuse et à laquelle personne n’avait droit de toucher. Son souffle se fit plus lent, plus régulier puis ses yeux finirent par se fermer et une longue sièste d’un peu plus d’une heure débuta.

Quelqu’un frappa à la porte, le grand blond se releva en sursaut puis il se redressa pour ne pas perdre la face et avoir un minimum de tenue, se racla la gorge puis écouta le médecin qui était venu les voir pour enfin leur annoncer le diagnostic et leur donner les recommandations nécessaires pour un bon rétablissement, il prenait alors la parole, toujours ne s’adressant qu’à Luka ave ce même ton très professoral :

- Une côte flottante est fracturée, pour le reste tout vas bien, je vous conseille de rester calme un moment, vous pouvez rentrer chez vous.

Luka attrapait le dossier que le médecin lui avait tendu après s’être éclipsé de le pièce, le dresseur se tournait vers son petit esclave pour l’aider à se relever tout en reprenant la parole sur un ton très simple, comme si tout était derrière eux :

- Eh bien, on n’a plus qu’à aller payer les soins et puis on rentre, une bonne douche pour se délasser, ça nous fera lu plus grand bien qu’en penses-tu ?

Il sortait de la pièce et se dirigeait devant le guichet pour aller payer les soins du jeune homme puis il reprit rapidement :

- Que voudrais-tu manger ce soir ? Tu veux qu'on passe faire quelques courses ?
Invité
Anonymous
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sam 13 Oct - 9:24
Il adorait ce regard bienveillant et doux qu'il n'arrêtait pas de lui donner, c'était tellement agréable d'être quelque chose de précieux à ses yeux. Il retira tous ces piercings et apprécia encore plus la main dans ses cheveux. Devenait-il trop doux ? Trop sentimental ? Sûrement. Mais c'était la première fois qu'il ressentait tout cela et il ne pouvait qu'apprécier.

Il allait faire sa radio avant de venir se blottir contre le grand blond, appréciant grandement cette proximité. Le remercier de tout ce qu'il avait fait pour lui avait l'air de le surprendre. Pourtant, Dimitry trouvait ça tout à fait normal de lui dire ça, après tout, il ne l'avait pas laissé mourir dans la ruelle avec sa côte meurtrie. Moment de douceur, un regard, un sourire et il alla se rhabiller, laissant Luka prendre ses piercings. Il avait l'impression d'être nu sans, mais il ne pouvait pas les remettre sans qu'ils soient désinfectés avant.

Le russe accepta la main de son maître pour le suivre et sortir. Une heure ? C'était bien long… Même si au fond de lui, il était terriblement fatigué. Il était tard et il n'avait qu'une envie : rentré à la maison. Il se laissa faire tout de même, arrivant dans la chambre et montant sur le lit. Il se coucha sur le côté qui lui faisait le moins mal avant d'être surpris de voir monsieur Milosevic le rejoindre. Il ne put retenir un petit sourire amusé.

-Une petite sieste ?

Il n'attendait pas de réponse. Il regarda le grand et beau blond s'endormir avant de le rejoindre dans le pays des songes.

Le russe ne se réveilla pas par les coups sur la porte, mais le sursaut de son amant. Il était un peu perdu, ne comprenant pas ce qu'il se passait. Il se redressa doucement tout en écoutant parlé le médecin. Une côte fracturée ? Et merde. Il fit un grand soupire de fatigue rien qu'à l'idée de ne pouvoir rien faire pendant des jours, totalement assisté par Meiko ou Luka.

Il accepta l'aide de son maître pour descendre du lit avant de le suivre tout en souriant un peu.

-Oui… Une bonne douche parce que je ressemble à un sauvageon avec cette poussière et ce sang.

Il fit un petit sourire amusé avant de s'appuyer sur le guichet pour se reposer un peu. Il regarda le blond tout en réfléchissant, avant de lui répondre.

-Je n'ai pas très faim… Non, ou alors demain. Mais j'ai juste envie de rentrer.

Il devait manger pour reprendre des forces et, à mon avis, si un plat était présenté devant lui, il le dévorait sans hésiter. Mais, en réfléchissant un peu plus en attendant que monsieur Milosevic paye, il se disait que des pielmeni, du goloubtsy ou bien des pirojki lui feraient terriblement plaisir. Des spécialités Russes qui lui manquait depuis son arrivée ici. Mais, on pouvait trouver ce genre de choses à Togi ? Non, ils faillaient sûrement les préparer. Dimitry pourrait en faire avec la recette, mais il n'avait pas tellement envie de se mettre aux fourneaux ce soir.

Une fois payé, il se dirigea vers la sortie en direction de la voiture. Il s'en voulait un peu que ce soit Luka qui ait payé les soins… Alors, en montant du côté passager, il le regarda, très sérieux.

-Dès que je trouve un travail, je te rembourse pour les soins.

Puis il s'adoucit, il donnant un fabuleux sourire avant de s'enfoncer dans son siège pour apprécier le voyage du mieux possible avec sa côte qui le lançait en permanence à présent.
Invité
Anonymous
Revenir en haut Aller en bas
(#)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maître ou Neko ? :: Hors-rp :: Rp terminés-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com