AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Uma - Fiche terminée



(#) Sam 19 Mai - 18:10

Uma



Généralités

Prénom : Uma

Sexe : Femelle
Âge : 18 ans [23 ans d’apparence]

Race : Cheval de race Ardennais
Groupe : Hybrides Femelles
Rang : Adoptable

Orientation : Bisexuelle


Personnalité

Il est un visage qu’aucun enfant ne redoute au sein de l’effrayant service pédiatrique : Uma, avec son sourire indéboulonnable et ses gestes tendres, avec sa douceur infinie et sa patience proverbiale, qui ne manque jamais de venir saluer les petits patients, prenant bien garde à ne pas ébouriffer leurs cheveux comme beaucoup d’adultes. Elle sait que beaucoup d’entre eux tiennent cette habitude en horreur et comme avec tout autres êtres humains, fait une priorité absolue de respecter leurs limites.
Tous les matins elle prend le temps d’apporter à chacun leur petit déjeuner recommandé par le nutritionniste du service, les encourageant à manger d’une voix calme et félicitant les plus angoissés lorsqu’ils parviennent à finir leur plateau. Lorsque la grande valse des soins et des examens commence, Uma se tient prête : au moindre signe de mal être, de peur, de colère ou de panique, elle se doit d’intervenir. Les enfants sont toujours plus calmes à son approche et sont très sensibles à la récompense promise de monter sur son dos pour une petite balade.
Même si ils sont un peu nombreux, Uma ne leur refuse jamais, dévouée jusqu’au bout à faire revenir les sourires sur ces visages défaits. C’est la mission qu’elle s’est donnée, qu’on lui a donné. Toute la journée elle console, chante, lit, peint, câline, promène, rassure et veille sur tous les enfants qui en ont besoin, retournant toujours éreintée à son box la nuit venue.
Son Maître veille toutefois à ce qu’elle ne se tue pas à la tâche. En tant que médecin, directeur d’un service de l’hôpital qui plus est, il ne pourrait se permettre de la laisser se flinguer la santé. Cela pourrait entacher sa réputation, et un hybride aussi docile et bien éduqué est compliqué à trouver. Uma en a conscience et plie diligemment l’échine depuis cinq ans : elle sait que sa présence ici ne tient qu’à son obéissance. Même son si Maître ne la scrute pas de trop près et ne l’a pas achetée dans une optique de service personnel, il a déjà quelquefois menacé de la rétrograder au service de nettoyage si elle s’acharnait à s’épuiser ainsi, courant au chevet des patients jour et nuit.
Elle opine, ne répond rien et sourit, comme toujours. Mais si les enfants ont toujours son affection et son pardon, elle nourrit contre les Maîtres une rage muette, bouillonnant au creux de son estomac dès qu’elle les voit poser des yeux condescendants sur elle et son travail. Elle qui est d’un naturel si doux, elle se surprend parfois à leur souhaiter autant de souffrances qu’elle en a vécu.
Depuis peu, une idée germe au creux de son esprit. Une idée qu’elle rejette pour l’instant, par peur, par appréhension, par affection pour ses patients. Mais une idée attisée par l’envie de fuir et d’apporter sa douceur et sa patience là où aucun humain ne pourra la mépriser, et où d’autres enfants pourraient avoir besoin de son aide.


Apparence

Elle est sur presque tous les murs du service pédiatrique, cette centaure. Toutes les photos de groupes prises par les infirmières doivent être prises de loin : la jeune hybride fait une taille conséquente du haut de ses longues pattes : 1m85 des sabots à la tête, difficile à faire rentrer dans le même cadre qu’un groupe d’enfant. Son sourire est attendri, comme toujours lorsqu’elle parvient à convaincre les petits malades à tous venir sur la photo, et ses yeux bruns pétillent de joie. Sa longue chevelure très fournie est de la même couleur chocolat que les crins de sa queue et sa robe couleur noisette est très soigneusement briquée. Deux longues oreilles dépassent de chaque côté de sa tête, souvent penchées d’un côté ou de l’autre, ponctuant ses émotions. Elle porte souvent une blouse blanche sur les images immortalisée par le papier glacé, laissant son arrière train nu, mais sur certaines on peut la voir porter des vêtements plus classiques, toujours très colorés et agrémentés de sacoches : une à l’épaule et deux de chaque côté de son dos, pour y ranger tout un tas de petites choses, mais surtout la trousse de secours qu’elle a toujours avec elle. Ses sabots ne sont pas ferrés, bien entendu, puisqu’elle n’est pas un cheval de trait et que des fers pourraient être dangereux, voire considérés comme des armes. En effet, même si elle est connue pour sa gentillesse, aucun employé du service n’oublie que sa nature lui a offert une force équine et des sabots dur comme le métal, et personne n’a envie de découvrir ce qu’elle pourrait en faire en cas de crise de colère. Heureusement, ce n’est jamais arrivé.


Histoire

« Peu de gens peuvent s’offrir un hybride pareil. »
« Ouais. Je me demande ce qu’ils vont en faire. Elle est trop petite pour faire quoi que ce soit. »
« Peut-être qu’ils veulent la dresser eux-mêmes ? »
« Bah, ces riches, jamais satisfaits des produits de base. »

Ce furent d’étranges à entendre pour la petite centaure tout juste sortie du centre de dressage qui était tout ce qu'elle connaissait du monde. Ses paupières clignèrent face à la puissante lampe que l'on braquait sur ses yeux et de sa gorge sorti un hennissement faible.

« Elle a l'air en bonne santé. On va pouvoir leur envoyer. Comment t’as dit qu’ils s’appelaient déjà ? »
« Les Kobayashi je crois. »

La sensation lancinante d’une piqûre de tranquillisant fusa le long des pattes arrières de la petite hybride. Elle referma les yeux.
____________________________________________________________________
Mr et Mme Kobayashi étaient deux avocats très respectés, très propres sur eux, parfaitement mondains et irréprochables autant dans leur apparence que dans leur réputation. Ils faisaient payer leurs services un prix exorbitants mais la longue liste de procès remportés qu’ils se faisaient un plaisir d’afficher sur leur site internet leur servait de garantie. Ils étaient droits, infaillibles et s’aimaient d’une passion discrète depuis plusieurs années lorsque de leur union naquit un petit garçon : Dai Kobayashi, destiné dans aucun doute à s’élever jusque dans les plus hautes sphères juridiques et à succéder ses parents à la tête de leur firme.

Du moins, c’était ce qu’ils avaient planifié. Mais après de nombreux changements de nourrices, une destruction quasi-systématique des objets fragiles placés dans sa chambre et la lugubre constatation qu’après quatre ans, Dai n’avait toujours pas prononcé un mot et ne semblait pas répondre à l’appel de son prénom, ses parents durent se rendre à l’évidence : leur enfant n’était pas aussi parfait qu’ils auraient pu l’espérer. Heureusement, ils purent s’offrir les services d’un pédopsychiatre réputé dans les meilleurs délais, qui fit tomber le verdict fatidique : autisme.

Fidèles à leur habitude, les Kobayashi ne se laissèrent pas abattre et surtout ne laissèrent rien paraître. Il était hors de question que cette rumeur se répande, ils choisirent donc de faire éduquer leur enfant à domicile par un précepteur et de refuser toute hospitalisation, préférant les services d’un médecin à demeure. Cependant, les progrès du petit laissaient à désirer et il n’avait toujours pas prononcé le moindre mot. Au bord de la crise de nerf, voyant les rêves qu’ils avaient projeté sur leur enfant perdre peu à peu leur substance, les Kobayashi se mirent en quête de façon plus inventives d’ouvrir leur petit Dai au monde.
____________________________________________________________________

« La zoothérapie tu dis ? Et… C’est pour ça que tu as commandé cette hybride hors de prix ? »
« Elle va l’aider à contrôler ses émotions et à communiquer. Le médecin m’a assuré qu’en lui permettant d’élever un hybride, il progresserait plus vite. »
« … Donc tu as commandé une centaure. Je croyais que le but était de soigner notre enfant, pas de le lancer dans la maçonnerie ?! »
« Écoute, c’était ça ou un labrador, et je refuse d’avoir une chose baveuse laisser des poils partout sur mon sofa. »

Encore une fois, on discutait au dessus de la tête de la petit hybride sans vraiment lui prêter une quelconque attention. Elle ne comprenait pas vraiment ce qui se passait, mais elle avait moins peur que dans la cage froide dans laquelle on l’avait transportée. Elle était sur du parquet et non plus sur une table d’opération et personne n’essayait de lui planter d’aiguilles dans la croupe, alors elle se sentait plutôt bien, même si l’envie de se dégourdir les pattes la titillait.

« Bon, on a qu’à essayer, voir si il en a peur déjà. »

Le bruit d’une porte s’ouvrant derrière elle fit se retourner l’hybride, qui croisa le regard effaré d’un enfant aux cheveux ébouriffés. Ses yeux d’un noir de jais transpercèrent ceux de la petite, qui resta figée, comme fascinée. Le petit garçon avança timidement vers elle, scrutant les moindres détails de sa robe, de sa crinière, de son visage, comme si il voyait une autre personne pour la première fois. Les grandes personnes au dessus d’eux gardaient un silence plein d’appréhension. Au bout de quelques secondes d’immobilité suspendue, la main du petit garçon s’approcha des cheveux de l’hybride pour les caresser, gauchement, tirant un peu trop. Un sourire naquit sur son visage et de ses lèvres s’échappèrent un mot.

« Uma ! »
____________________________________________________________________
A partir du jour où la désormais nommée Uma s’installa dans la grande maison des Kobayashi, toutes les craintes des parents semblèrent fondre comme neige au soleil. Les deux petits étaient inséparables, et Dai commençait enfin à communiquer, même si ses tentatives étaient souvent accompagnées de crises de frustration à force de ne pas arriver à se faire comprendre. Dans ces moments là, Uma semblait instinctivement savoir quoi faire, trottant jusqu’à son petit Maître pour glisser sa crinière sous ses doigts : celui ci se calmait alors et passait de longues minutes à caresser les cheveux de son hybride, séchant ses larmes aussi vites qu’elles étaient venues. Inséparables, ils suivaient ensemble les cours du précepteur réputé et Uma n’hésitait pas à aider son compagnon lorsqu’il rencontrait des difficultés.

Les Kobayashi suivaient depuis leur vie surmenée les progrès de leur fils et le dressage d’Uma, qu’elle subissait quelques heures par jour afin de lui apprendre sa place, son rôle et son devoir : protéger et servir ses Maîtres jusqu’à son dernier souffle. Celle ci le suivait attentivement même si ces moments loin de son petit Maître lui déplaisaient, car elle savait que bien les suivre lui permettait de retourner auprès de lui, dans sa grande chambre où une paillasse avait été installée non loin de son lit.

Quelques années plus tard, Dai avait rattrapé son retard et démontra un talent impressionnant pour le dessin, se révélant capable de reproduire avec une exactitude stupéfiante des images tirées de sa mémoire. Uma était loin d’obtenir le même genre de résultats, mais ne manquait jamais de féliciter son Maître après chaque réalisation, tapant joyeusement des mains et hennissant avec enthousiasme. Bientôt, la nourrice fut remerciée car il semblait évident qu’Uma surveillait Dai avec un professionnalisme frôlant la psychorigidité. Elle suivit quelques cours de premiers secours afin de pouvoir assurer sa sécurité et fut laissée avec son Maître, plus qu’heureuse de s’occuper de lui et qu’on lui fasse autant confiance… Même si, secrètement, elle voyait Dai bien plus comme un ami que comme un propriétaire. En somme, tout se déroula à merveille pendant cette période bénie d’innocence.
____________________________________________________________________

« Et qu’est ce que tu vas faire maintenant que tu as dix-huit ans ? »
« Je ne sais pas… Mes parents m’ont encore proposé de m’envoyer dans une grande école de droit. Je n’ai pas vraiment envie. »
« Alors tu n’as qu’à faire autre chose ! Tu es majeur à présent, tu peux bien faire ce que tu veux. »
« Oui mais… Enfin, je ne veux pas les contredire et partir comme ça… Ils risqueraient de m’interdire de te voir. Tu sais bien que c’est leur nom gravé sur ta puce. »
« Oui, je sais bien… Mais tu ne devrais pas sacrifier ton avenir pour moi ! Et puis même si ce sont eux qui m’ont achetée, tu resteras toujours mon Maître, avant tout ! »

Dai souriait. Le soleil étirait paresseusement les ombres en disparaissant petit à petit sous l’horizon et le bruit régulier des sabots d’Uma rythmait leur conversation. La jeune garçon était perché sur son dos et se tenait à la taille de son hybride, qui elle trottait tranquillement le long du chemin qui parcourait le parc.

« Et toi tu seras toujours ma Uma. »

Celle ci gloussa.

« J’espère que tu es content de m’avoir donné un nom aussi bête ! Je m’appelle ‘cheval’ ! Même pas ‘jument’. ‘Cheval’ ! »

Dai fit mine de s’énerver et prit une grosse voix.

« Oh mais enfin, esclave ! Tu oses contredire ton Maître ! Tu seras fouettée ! »

Uma, riant à gorge déployée, répondit en filant à toute vitesse sur le gazon.

« Oh non ! S’il vous plaîîîît ! Je ferai tout ce que vous voulez ! »

Le duo s’écroula souplement dans l’herbe, hilare, renchérissant de plus belle sur les menaces et les supplications. Puis, lorsque leur rire se fut calmé, ils s’assirent simplement, Dai en tailleur et Uma avec les pattes repliées sous elle. Le silence était paisible, mais il fut brisé par la voix du jeune homme.

« Si je travaille quelques temps avec mes parents, je pourrais te racheter. Et là, on irait vivre seuls et on fera ce qu’on veut. »

Son regard croisa celui d’Uma, et comme à chaque fois depuis la première, celle ci senti un frisson parcourir son corps… Mais quelque chose de plus flottait dans l’air cette fois. Une chaleur incompréhensible qui semblait nimber son Maître d’une aura semblable à celle du soleil couchant. Alors, comme la première fois, il glissa une main dans les cheveux de son hybride, la caressant du bout des doigts.
____________________________________________________________________

Scandale. Fureur. Hurlements. Douleur. Déchirement.

Tels furent les trois derniers mois d’une grossesse interdite qu’ils ne pouvaient plus cacher. Des torrents de larmes furent versées. D’un côté, les parents, trahis, meurtris, indignés. De l’autre, Uma et Dai, séparés par d’infranchissables murs depuis l’indécente découverte. Partout, le poids étouffant du secret à garder. De l’adoption à organiser. Des justifications à trouver.

Enfermée dans une pièce froide, nourrie et traitée comme on l’aurait fait d’un patient dans le coma, Uma n’avait pas réussi à arracher un seul mot aux soignants lui étant attitrés. Ceux ci n’avaient pas le droit de lui parler.

Enfermé dans sa grande chambre désormais désespérément vide, Dai tentait en vain chaque jour de s’enquérir de son état, ne se heurtant qu’à un mur froid de mépris et de colère. Lorsqu’il essaya d’arrêter de manger afin de protester, ses parents le placèrent sous tutelle, prétextant que son handicap l’avait sévèrement entamé.

Au terme des trois mois fut une journée de douleur et de cris, des cris si perçants que Dai les entendit depuis sa cellule dorée.
Puis des pleurs. Suraigus. Déchirants. De celui qu’on vient de mettre au monde et à qui déjà on arrache sa seule ancre.
Uma, elle, resta silencieuse, laissant l’eau salée coulée le long de ses joues en hoquetant misérablement. Trop éreintée pour lutter. Trop accablée de tristesse pour fuir.

Quelques jours plus tard, elle était envoyée à l’acheteur que les Kobayashi avaient trouvé. Un médecin réputé, qui avait besoin d’un hybride thérapeutique pour ses résidents permanents. De nouveau on l’enferma dans une cage de métal, elle qui, murée dans un mutisme apathique, n’avait plus prononcé un mot depuis la naissance de son enfant. Son nouveau Maître essaya pendant des jours de lui arracher la raison de son choc, en vain. Déçu par son acquisition, il lui assigna une mission simple de nettoyage dans son service, espérant qu’elle ne ferait pas d’esclandre.
____________________________________________________________________

« Salut Uma. »
« Salut. »
« Tiens va jeter un œil en pédiatrie, apparemment un gosse s’est pissé dessus. »

Ce matin là, l’aile pédiatrique était bondée. Un incendie dans une école avait secoué une bonne partie des enfants et, même si ils n’étaient pas blessés, ils ne cessaient de pleurer. Ce son déchirant, Uma n’en pouvait plus de l’entendre alors qu’elle passait la serpillière entre les lits. Alors elle le posa et s’avança vers le bambin à la face rougie à force de crier. Elle se pencha vers lui et le prit contre elle, le berçant doucement en laissant sa chevelure chatouiller son visage.

Bientôt, l’enfant riait et attrapait de ses petites mains les mèches qui pendaient autour de lui.

Sur le visage d’Uma, un sourire s’épanouit.



Derrière l'écran

Prénom/Pseudo : Ginger
Âge : 20
Fille, garçon ou autre ? On va dire Fille
Passions : Plein !
Comment as-tu découvert le forum ? Par un topsite
Que penses-tu du forum ? ♥️
Autres :
Avatar utilisé : La centauro artista - Jose Tijerin
Question  : Est-ce qu'un hybride a une carte d'identité ?
Réponse à la question :


FICHE CRÉÉE PAR AMYLITH |  NESIS |  MEIYA ▬▬ Modifiée par Lou Ainsel
Messages : 15
Date d'inscription : 19/05/2018
Age : 20
Localisation : A l'hôpital (mais tout va bien)

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Cheval
Maître/Maîtresse: PNJ
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideF - Adoptable
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sam 19 Mai - 18:15
Willkommen ^^
Messages : 884
Date d'inscription : 20/03/2016
Age : 26
Localisation : Au cimetière
Multi-Compte : ///
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Ma Fiche

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): ///
Maître/Maîtresse: ///
Esclaves: Sofia Ashley
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humain - Neutre
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sam 19 Mai - 18:35
Bienvenue ^^

Jolie fiche, elle est bien écrite en plus, c'est agréable à lire ^^
Alors par contre, je n'ai qu'un petit soucis. Elle a beau avoir 20 ans physiquement, au final, elle est née à 5 ans et n'a donc que 15 ans. Ce qui est beaucoup trop jeune. J'aimerais que tu lui ajoutes 3 ans, histoire qu'elle ait au moins 18 ans, même si physiquement elle en aura 23 ans.

A toi de voir, 3 ans de plus en cuve, 3 ans de plus à la fin de l'histoire. Tout est possible Wink

Néanmoins, j'ai une question. Pourquoi une naissance en cuve ? Ce n'est pas tellement ce qu'il y a de plus simples car c'était le procédé utilisé pour les 1ère générations et ils n'ont jamais résolu le soucis qui allait avec : vieillissement accéléré. Donc, il faudra le prendre en compte si tu souhaites garder cette option. Sinon, la mettre avec une nourrice jusqu'à ses 5 ans, ce n'était pas possible ?
Messages : 3445
Date d'inscription : 11/03/2015
Age : 25
Multi-Compte : Sarika, Leah Aoife, Kioko, Maeko, Juna Kavanez, Erina et Hisae
Fiche de Présentation : Eileen, la chasseuse de primes
Fiche de Relation : Les liens d'une folle

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Aucune
Maître/Maîtresse: Officiellement Mustang, en réalité Esteban...
Esclaves: Aïcha (PNJ)
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humaine - DW Reine


"J'aime l'amour, les sentiments, surtout ceux qui me plaquent contre le mur"

Défis Rp:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sam 19 Mai - 18:46
Merciii !
Je vais régler le souci pour l'âge désolée (je pensais que c'était plus de 18 ans physiquement zbluh)

Et j'ai opté pour une naissance en cuve pour des questions d'écriture et d'impact, mais je peux le changer aussi ^^
(c'était pas très clair dans le contexte que c'était le procédé de cuves qui causait le vieillissement accéléré du coup je pensais que ça se faisait toujours ^^' )

C'est modifié !
Messages : 15
Date d'inscription : 19/05/2018
Age : 20
Localisation : A l'hôpital (mais tout va bien)

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Cheval
Maître/Maîtresse: PNJ
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideF - Adoptable
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sam 19 Mai - 18:50
En plus un cheval c'est une race classique désormais (et pourtant on en manquait cruellement XD), donc en centre de dressage et dans la partie, centre d'élevage c'est tout à fait logique Wink


Bienvenue ! Tu es validé(e) !


Bonjour/bonsoir,

Bienvenue sur Maître ou Neko, nous espérons que tu t'amuseras bien et nous te félicitons pour ta validation et ta fiche =3

Avant toute chose, nous te demandons de recenser ton avatar =>ici<=

Ainsi tu peux aller faire une demande de maître =>ici<=

Tu peux aussi faire une demande de rp =>ici<=

Et pour finir, il ne te reste plus qu'à ouvrir ta boite aux lettres ==> ici <==

Petit plus, même si je sais que ça fait déjà beaucoup, penses à remplir ton profil !
Amuse toi bien parmi nous =)

Messages : 3445
Date d'inscription : 11/03/2015
Age : 25
Multi-Compte : Sarika, Leah Aoife, Kioko, Maeko, Juna Kavanez, Erina et Hisae
Fiche de Présentation : Eileen, la chasseuse de primes
Fiche de Relation : Les liens d'une folle

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Aucune
Maître/Maîtresse: Officiellement Mustang, en réalité Esteban...
Esclaves: Aïcha (PNJ)
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humaine - DW Reine


"J'aime l'amour, les sentiments, surtout ceux qui me plaquent contre le mur"

Défis Rp:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
(#)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maître ou Neko ? :: Présentations :: Présentations des hybrides :: Validées-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit