AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Vika, sentinelle



(#) Mer 28 Fév - 17:51

Qui êtes vous?



Généralités

 Prénom :Vika
 Nom :

 Sexe :Feminin
 Âge : Vingt-trois ans

 Race :hybride corbeau
 Groupe : Hybrides Femelles
 Rang : Sentinelle pour les révoltés

 Orientation :A priori pan


Personnalité


Zélée, c’est ce que son maître prononce en premier quand il parle de sa petite Vika. Elle n’était pas que docile, elle était pleine d’initiatives pour satisfaire ses besoins. Plus que la récompense à obtenir, elle semble prendre un réel plaisir à servir son propriétaire.

Contrairement à beaucoup de ses congénères craintifs, elle ne fuit ni les combats, ni les envies de son maître, ni ses… missions. C’est un trait que Johan, son propriétaire, apprécie particulièrement. Sa loyauté ne fait aucun doute et il est bon de voir des hybrides bien élevés. D’autant que sa petite Vika n’avait pas froid aux yeux et ne reculait vraiment devant rien pour le satisfaire. Ses attitudes lubriques, qui lui était exclusivement réservé, étaient non feinte et flattait son ego de mâle.

Bien entendu, et ça, Johan ne le sait surement pas, mais tout ceci n’est qu’une façade. Une façade naturelle, habituelle, au point d’en éclipser parfois la vraie Vika qui se cache sous son masque. Oh, n’allez pas croire que c’est le jour et la nuit, les deux demoiselles se ressemblent beaucoup malgré tout. Mais tout est question de motivation. Satisfaire son maitre ? Non, c’était plus pour se satisfaire elle, et surtout, rester dans ses bonnes grâces pour obtenir une relative liberté qui lui permet de servir la cause. Plus que le confort d’être dans ses petits papiers, ce qui reste très agréable, c’est aussi son seul moyen d’obtenir de sa part la marge de manœuvre nécessaire à sa réelle activité, l’espionnage pour les révoltés.

Elle apprécie les combats clandestins auxquels elle doit participer, l’adrénaline que cela lui procure. L’excitation de l’affrontement lui est aussi agréable que celle du sexe. Vika est fière, ne supporte pas l’échec et la défaite, sauf chez ses adversaires bien entendu, et elle est connue pour s’acharner jusqu’au bout sur le ring.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, elle ne hait pas les humains. Enfin, pas tous. La condition d’esclave est une aberration et elle ne l’accepte que pour mieux la combattre. Elle appréciera donc tout humain traitant les hybrides comme ses égaux, et à l’inverse, cherchera à nuire à ceux qui leur mènent la vie dure. Elle est néanmoins mitigée vis à vis de son maître. Elle lui appartient certes, mais leur relation ambigüe, sa gestion particulière de ses hybrides et suffisamment unique pour qu’elle ne sache dans quelle catégorie le placer, et en venir même à apprécier sa position privilégiée par rapport à d’autres hybrides moins chanceux. Cela facilite d’autant plus le maintien de sa façade et son statut d’infiltré qu’elle ne joue pas complètement la comédie avec Johan. Il ne fait aucun doute qu’avec un autre que lui, elle aurait fui complètement sa vie d’esclave pour combattre aux côtés des autres révoltés.

De façon générale, elle est donc d’un naturel jovial qu’il est difficile de ternir en temps normal. Encline au rire, à la plaisanterie, elle a la rencontre facile et n’a aucun a priori sur ses interlocuteurs, qu’ils soient hybrides ou humains. Elle apprécie les plaisirs simples de la vie comme manger, une douce brise dans les plumes ou distribuer des pains dans un bon combat. Sa capacité à se satisfaire de peu en font quelqu’un de facile à vivre et facilement fréquentable, sauf quand on déteste l’enthousiasme à outrance, bien entendu.

Elle intériorise beaucoup, quand les choses ne vont pas comme elle l’aimerait, et ne semble a priori pas affectée par les affres de la vie. Ne pas parler de ce qui la dérange finit cependant par lui jouer des tours et elle a tendance à exploser dans certaine situation. Elle trouve, heureusement, un exutoire facile dans l’affrontement physique, affrontement qu’elle cherchera n’importe où, amical ou non, pour ne pas devenir irritable pour les autres, mais aussi dans le plaisir sexuel. Plaisir qu’elle réserve à son maître et à ceux qu’il juge digne d’elle.

Sa fierté naturelle la pousse à ne pas compter sur les autres. Vika sait qu’elle n’est pas la plus forte, la plus courageuse, et qu’elle n’est pas exempte de faiblesse, mais elle fait tout pour montrer le contraire. Elle peut parfois (souvent) paraître arrogante quand elle parle de combat, trop sûre d’elle de manière générale, et seule sa bonne humeur constante atténue ces tares, qui peuvent la rendre imbuvable. Seule exception, elle est à éviter après avoir perdu un combat, et même Johan l’évite, car elle perd alors les attitudes qu’il apprécie chez elle. Massacrante, elle devient agressive, jusqu’à ce qu’elle se soit passé les nerfs sur quelqu’un ou quelque chose.

Enfin, elle essaye d’aider les autres comme elle le peut, humain ou hybride, à la condition seule que cela n’entache pas la réputation de son maître ou mette en danger la résistance. Elle sait que sa position privilégiée en fait un atout important et que beaucoup plus de bien sera produit si elle la conserve. Elle ne s’exposera pas si les enjeux peuvent mettre à mal sa place actuelle sur les deux tableaux dans lesquels elle évolue.








Apparence

Johan Jones affichait une mine satisfaite alors qu’il regagnait sa chambre. Outre une journée financièrement fructueuse, le jeune maître britannique savait que sa nuit serait agréable. Il avait sa petite favorite ce soir. C’était connu de tous dans la maisonnée, même s’il ne l’avait jamais lui-même prononcé, mais la jeune hybride corbeau était sa préférée. Néanmoins, sa politique vis à vis de ses esclaves l’empêchait de la voir aussi souvent qu’il le voudrait. Alors oui, elle n’était pas la plus belle de ses possessions, mais elle était la plus douée, la plus volontaire, que ce soit dans sa chambre à coucher que dans ce qu’il lui demandait de faire. Et cela lui apportait un petit plus que les autres n’avaient pas.

Les autres, justement, étaient souvent intimidés, certaines ne cachaient pas leur dégoût pour sa personne. Il ne les punissait pas pour autant, ce n’était pas ainsi qu’il gérait sa maison. Pour quelques-unes de ses hybrides, le confort supplémentaire lié à sa satisfaction ne valait pas “ça”. Leur docilité génétique ne l’empêchait pas de prendre un certain plaisir mais lui qui donnait des ordres à longueur de journée n’avait pas envie d’en donner plus sur son lit. Mais Vika n’était pas comme ça.

Déjà, elle ne cachait pas ses désirs. Plus que sa beauté, c’était son charme charnel qui lui valait sa préférence. Quand elle ne sortait pas, qu’elle restait dans la propriété pour le servir, elle s’habillait à la limite de la décence, privilégiant les jupes courtes et les décolletés plongeants, tout en redoublant d’effort pour lui offrir les visions délicieuses que cela pouvait entraîner. Plus encore, elle ignorait les vibrations de désir des autres hybrides, sauf pendant ses chaleurs bien entendu, mais il l’isolait ce moment venu. Ses charmes lui étaient exclusivement réservés et cela n’en faisait qu’augmenter leurs valeurs. D’autant qu’elle prenait un malin plaisir à le faire languir, jouant avec son propre système de règle. Cette tension permanente renforçait plus encore le plaisir qu’il retirait de leurs nuits communes.

Bien sûr, quand elle allait en ville, Vika adoptait une tenue bien plus sage, et il appréciait beaucoup qu’elle préserve ainsi les délices visuels qu’elle lui offrait. Bien entendu, la prudence voulait qu’elle sorte casual. Johan ne faisait pas confiance aux autres quant à l’intégrité de son bien, et lui avait assuré qu’il la défendrait bec et ongle si elle devait se battre sa vie, sa dignité ou l’honneur de son maître.

Plus envoûtant encore, la voir se battre l’excitait. Les combats qu’il organisait était fait pour ça. Plus que la violence des affrontements qui était déjà satisfaisante, c’était la tension sexuelle implicite qui s’en dégageait qui leur valait tant de succès. Plus raffinés que les combats classiques, son championnat alternatif offrait des perspectives… différentes aux spectateurs, et l’une des conditions de participation était la beauté plébiscitée des participants. Les mâles se devaient d’être sculptés comme des dieux grecs et mettre leurs attributs en valeur. Il en allait de même pour les hybrides femelles dont la perversité des costumes montrait l’inventivité indécente de l’espèce humaine. Celui de Vika n’échappait pas à la règle et ils l’avaient créé ensemble. Des cuissardes de cuir noir à talon, qui laissait ressortir ses bas nylons de même couleur et la faisait dominer plus encore, étant déjà grande. Des longs gants recouvraient ses bras jusqu’au-dessus des coudes. Noirs eux aussi. De toute façon, tout était noir, pour s’accorder à ses ailes et ses cheveux. Tout sauf le body reluisant et échancré, d’un blanc éclatant, qui dévoilait ses hanches et ses fesses et sublimait sa peau d’albâtre. Sa poitrine était mise en valeur par un bustier serré, et un loup en dentelle donnait à son regard l’intensité mystérieuse qui en faisait une combattante appréciée.

Il poussa la lourde porte de sa chambre, allumant la lumière qui dévoila son sourire. Elle était déjà là, allongée sur son lit dans un pose lascive. Il ne pouvait voir que le bout de ses jambes, recouverte d’une douce épaisseur de nylon, et son visage, le reste étant caché par son épais plumage obsidienne. Ses cheveux noirs de jais descendaient jusqu’à ses épaules. Plus jeune, elle les avait eu long, mais il était plus facile de se battre avec moins de longueur. Elle le dévorait du regard et il plongea avec délice dans l’azur de ses yeux. La lueur lubrique qu’il y trouva le fit frissonner, et elle laissa entendre un petit ricanement pervers de satisfaction. Elle lui faisait toujours autant d’effet. Elle sourit, rehaussant ses pommettes roses alors que ses douces lèvres charnues dévoilaient ses dents brillantes. Son visage trahissait ses origines aviaires si on savait où regarder. Ses traits saillants n’étaient pas aussi tendres que ceux d’une Neko mais c’était la violence qu’il aimait chez elle. Il déboutonna sa chemise après avoir retiré sa veste, et à chaque bouton qui sautait, elle laissait descendre son aile. Son cou délicat, qu’il mourrait d’envie d’aller mordre, orné d’une simple lanière de cuir, avec un petit anneau d’argent. Sa poitrine, à peine voilée par sa lingerie émeraude, dont la dentelle sophistiquée laissait deviner les tétons sur lesquels il laisserait courir sa langue dans peu de temps. Ses hanches galbé, gainée par le satin de sa guêpière. Ses bras musclés mais néanmoins fin, se devinant sous le velours de ses longs gants.

Elle se redressa quand il défit sa ceinture, déployant ses larges ailes sombres au-dessus d’elle, et tendant vers lui ses fesses généreuses, les agitant comme une invitation silencieuse. Il haussa un sourcil amusé, elle ne portait rien pour cacher son intimité. Toujours droit au but. Sa ceinture claqua plusieurs fois, marquant de rouge l’immaculée blancheur de sa divine descente de rein, lui arrachant des gémissements mutins de plaisir qu’elle peinait à retenir en se mordant les lèvres. Il laissa courir ses mains sur son corps, alors qu’elle reculait plus à l’intérieur du gigantesque lit. C’était leur petit jeu, il pouvait faire ce qu’il voulait d’elle tant qu’il se tenait debout, mais dès lors que ses deux pieds avaient quittés le sol, le chaton docile devenait véritable tigresse.

Et c’est avec le sourire aux lèvres qu’il posa ses deux genoux sur les couettes, et que son étreinte puissante l’attirait contre elle, l’embaumant de la fragrance sauvage du désir. Oui, cette nuit serait délicieuse.


Histoire

Vika est née en laboratoire, sur commande de Jonathan Jones qui l’ajouta à son cheptel d’hybride unique dès que celle-ci fut en mesure de quitter son lieu de conception. Jonathan était un noble britannique qui était venu s’installer sur l'île dont il avait compris le potentiel économique. Il n’était pas particulièrement riche en arrivant, mais il avait su s'élever correctement dans cette société naissante pour asseoir une certaine réputation et amasser assez de richesse pour pratiquer la commande et l'élevage d’hybrides rares. Il était venu avec son fils, Johan, qui serait son héritier unique, la mère ayant perdu la vie dans un bête accident de voiture. Loin d’être uniquement honnête, il baigne très vite dans de sales affaires de trafic et de violence qu’il étouffe à l’aide de sa nouvellement acquise richesse.

Vika, nommée ainsi par son nouveau propriétaire, grandit donc dans le manoir qu’il avait fait construire quelques temps après le succès de son entreprise. Jonathan avait imposé des règles strictes et sa condition d’esclave ne faisait aucun doute. Elle fut élevée par une nourrice chatte, elle comme les autres hybrides rares qui sortaient des laboratoires. Celle-ci était douce et maternelle, et s’occupa bien d’eux. Ils n’étaient pas nombreux, un cygne, Reyson, un héron, William, une chouette, Leah, et une corbeau. Elle apprit à lire, compter et écrire, et reçut le minimum d’éducation logique et historique pour ne pas être une demeurée notoire, et n’eut pas non plus à travailler dur. Non, contrairement aux autres hybrides de la maisonnée, qui n’était pas nombreux car cela restait des bouches à nourrir et Jonathan n’aimait pas les dépenses inutiles, on ne leur demandait pas de tâches trop ingrates. Bien entendu, ils participaient aux tâches de la maison, aux différents services, et un jour par semaine, devait assister le maître toute la journée.

En revanche, ils devaient s'entraîner. Jonathan leur avait expliqué leurs fonctions quand ils eurent une dizaine d’année. Jusque-là, ils profitèrent de leur innocence et ne voyait dans les exercices qu’on leur imposait que des jeux, ou du sport. La réalité des choses était un peu différente. Jonathan n’était pas sans savoir qu’il y avait des combats d’hybride qui s’organisaient, de façon secrète bien entendu, et il avait encore une fois senti un certain potentiel. Non seulement ils serviraient d’individu reproducteur d’hybride oiseaux, qui serait relativement rare, mais ils se battront aussi. Oh, Jonathan n’était pas fou, il savait que des oisillons ne feraient pas le poids contre des créatures élevées pour se battre. Non, il comptait créer sa propre ligue, où seuls certains types d’hybride pourraient concourir et qui offrirait un spectacle différent. Le projet était acté depuis longtemps et quelques autres riches propriétaires un peu magouilleurs avaient passés leurs commandes d’animaux ayant les caractéristiques voulues.

Ainsi, leurs seules vocations seraient le combat et la reproduction. S’ils ne comprenaient pas encore tout à fait ce que cela signifiait pour eux, il leur dit de bien graver cela dans leur mémoire et de ne jamais l’oublier. Jonathan ne s’était jamais montré cruel avec eux, mais n’avait jamais caché ce qu’ils pensaient d’eux. Ils étaient des animaux avec un peu plus de compréhension que ceux d’origines naturelles, et voilà tout. Ils n’étaient qu’un moyen supplémentaire de gagner de l’argent. Il ne pratiquait pas les châtiments physiques, mais savait se montrer dur. Il ne voulait pas “abimer” leurs corps et les rendre moins attrayants. Leur valeur n’en serait qu’amoindrie quand il s’agirait de vendre leurs gênes. Il préférait les isoler ou réduire leur qualité de vie temporairement. A contrario, il savait récompenser les bons comportements et savait les encourager dans son cheptel. Plus on était servile, obéissant, et qu’on montrait ardeur à la tâche, plus il s’arrangeait pour que la vie soit plus facile. Et si certains hybrides ne se pliaient pas au jeu, nombreux étaient ceux qui le faisaient.

Vika n’en faisait pas partie. Elle ne savait pas pourquoi, mais elle n’aimait pas le cinquantenaire autoritaire et sévère qui lui faisait peur. Elle était tout de même bien vue parce qu’elle était déjà, à l’époque, l’hybride favorite de Johan, le fils du maître. Il était plus âgé qu’elle, de cinq ans, mais il voyait en elle quelque chose qui lui plaisait, et recherchait sa compagnie. Elle compensait son manque de zèle en servant l'héritier qui plaidait en sa faveur. Ne sortant que très peu du manoir, elle avait une vision assez tronquée de la condition hybride et n’imaginait pas ce que sa condition aurait pu lui valoir. A vrai dire, elle était pour le moment plutôt contente de sa condition.

C’est vers ses seize ans qu’elle comprit le sens réel des paroles de Jonathan. Elle était devenue une jolie hybride, bien qu’un peu sauvageonne dans ses manières, elle n’en restait pas moins délicate tant qu’elle n’ouvrait pas la bouche. Un peu tardive, c’est à ce moment qu’elle vécut ses premières chaleurs. Pas encore soumise aux compétitions et aux combats réels, elle n’eut pas les comportements violents qu'on lui connaît maintenant. On la cloitra dans une chambre avec seulement un lit, et elle patienta comme elle pu dans la solitude et son état qui lui donnait envie de hurler, alors qu’elle sentait le feu grandissant au creux de son bas ventre. C’était nouveau et elle avait un peu peur. Oh, elle savait très bien ce qu’il lui arrivait, sa nourrice le lui avait expliqué, et elle avait été témoin du phénomène à plusieurs reprises. Mais elle n’était pas tout à fait prête pour le vivre. Elle eut droit à l’isolement tous les mois, et Vika finit par s’habituer à ce genre de moment. Elle avait de la lecture, de quoi s'entraîner (c’était devenu naturel pour elle) et on lui apportait à manger. Si elle restait active, le besoin qu’elle ressentait en elle devenait plus supportable. Son ancienne nourrice profita de ces évènements pour lui apprendre à prendre soin d’elle et à se rendre présentable, car “cela pourrait lui servir plus tard”.

Ce fut différent quand elle eut atteint sa majorité. Les vrais combats allaient pouvoir commencer. Jonathan les avait donc convoqués tous les quatre pour leur expliquer ce qui les attendaient, comme on parlait de la pluie et du beau temps. En soi, c’était ce que Vika attendait, des affrontements à huis clos, par abandon ou par KO. En revanche, le contrat avec leur maître était plus particulier. Tant qu’un hybride lui rapportait de l’argent, ce qui impliquait de gagner le plus souvent possible, il conserverait ses privilèges dans la maison. Les mâles se verraient offerts des partenaires, dont il pourrait vendre les enfants. A contrario, si les femelles ne rapportaient plus avec les combats… Elles porteraient les enfants des mâles plus chanceux. Vika frissonna. Elle avait vu des hybrides enceintes et elle n’avait aucune envie de finir comme une baleine échouée. D’autant plus que ce qu’elle avait entendu de la mise bas était tout sauf agréable. Elle redoubla donc d’effort pour être la plus performante possible jusqu’à son premier soir.

Vika ne cachait pas son excitation, assise dans la voiture qui les menait dans le bar qui servait de couverture pour les affrontements. Elle avait toujours aimé se battre contre ses trois congénères et appréciait les arts martiaux qu’on lui avait enseigné à sa juste valeur. Néanmoins, on pouvait sentir une pointe d'appréhension dans ses yeux. Ce serait aussi son premier véritable combat. Contre un adversaire qu’elle ne connaissait pas. Mais sa peur se cachait sous son impatience. Le bar était chic, et on tourna à peine la tête vers eux quand ils entrèrent. Le tenancier lança un regard entendu à Jonathan qui menait la marche, et ils s’engouffrèrent dans un couloir qui descendait au sous-sol.

Ils débouchèrent dans une grande salle à la lumière tamisée. Vika eut à peine le temps de jeter un coup d’œil. Haute de plafond, soutenue par une structure en métal robuste, la salle en gradin l'étouffait presque. Au centre, un ring était braqué par d’innombrables projecteurs. Cela la rassura un peu, elle ne verrait pas son public. Celui-ci était réparti de part et d’autre de la scène, assis confortablement autour de table richement décorée. Des serveurs hybrides naviguaient entre elles et pièce annexe qui devait servir de cuisine et salle de préparation. Tous les convives dégageaient une impression de richesse certaine. L’hybride héron la poussa en avant pour qu’elle ne s’attarde pas plus et ne leur attire des ennuis.

Ils atterrirent dans un genre de loge commune et l’hybride chat qui assistait Jonathan leur tendit leur costume. Ce n’était alors pas aussi raffiné que cela peut l’être maintenant, mais c’était suffisamment évocateur. Elle eut droit à un body sombre qui tenait à peine sa poitrine en place. Il était un peu trop serré mais elle n’eut pas l’audace de s’en plaindre. On lui fit enfiler des bottes à talon et le félidé la couvrit d’une toux gênée quand elle lui fit remarquer qu’elle aurait du mal à combattre là-dedans. Elle leva les yeux au ciel mais n’en ajouta pas. Cela ne servirait à rien de toute façon. Enfin, il lui tendit un masque simple, noir, qui lui faisait le contour des yeux et recouvrait en partie son nez.

Jonathan leur ordonna de rester ici en attendant leur tour, avant de sortir de la pièce pour rejoindre la pièce principale. Vika ignorait s’il était l’organisateur ou non, mais il semblait sur les nerfs. Elle aussi. Elle piaffait dans son body trop serré et s’échauffait tant bien que mal. Des applaudissements se firent entendre dans la grande salle, et on vint chercher l’un d’eux. Elle, elle passait en dernière. On commençait par les mâles, et elle n’avait pas le droit d’assister physiquement aux combats. Par contre, il y avait un écran dans la loge qui leur permettait de suivre l’avancement de la soirée.

Elle aurait préféré passer en premier. Ils n’étaient vraisemblablement pas près. Elle ignorait si c’était de la volonté de Jonathan, qui avait certain penchant malsain. Les jeter ainsi dans la fosse aux lions lui procurait peut-être un certain plaisir. Il avait peut-être même parié contre eux. Mais le héron, comme le cygne, ne tinrent pas longtemps. Leurs adversaires étaient sans pitié et les affrontements amicaux qu’on leur imposait au manoir étaient sans commune mesure avec ce qu’il se passait ici.

C’est avec un nœud au ventre qu’elle s’avança quand on l’appela. Ses trois camarades avaient perdu et étaient dans un sale état. On l’annonça sobrement, et elle entendit quelques murmures sur ses ailes. Elle n’en tint pas compte, elle avait autre chose en tête. Elle n’était pas très assurée sur ses talons, même si on lui en avait déjà fait porter. Johan lui en avait déjà fait porter, plus exactement. Son adversaire semblait un peu plus à l’aise qu’elle, dans un costume relativement similaire mais d’un rouge écarlate. Elle avait aussi de longs gants brillants qui recouvrait ses bras, s’arrêtant avant les coudes. Son masque se recourbait sur son nez. Une hybride oiseau elle aussi, même si elle n’aurait su identifier quelle espèce à la couleur de son plumage. Mais le masque laissait entendre que c’était un oiseau de proie. Ses ailes étaient moins majestueuses que celle de Vika et lui donnait un aspect plus chasseur qu’ange déchu. De toute façon, toutes deux n’avaient ces longs appendices que pour l’ornement, voler étant impensable. Comme elle l’avait imaginé, elle ne voyait rien de l’assemblée et il n’y avait qu’elle, l’arbitre, et son adversaire.

Elle se mit en garde alors que l’arbitre levait les mains. Il les séparerait si le corps à corps se faisait trop brouillon. Ils voulaient du spectacle, pas assister à une bagarre de chiffonniers. Vika était d’accord avec eux, elle n’avait en général aucune chance une fois immobilisée. A peine la sonnerie retentissait que son adversaire s'élançait en avant. Vika tarda à réagir. Leurs regards s'étaient croisés et elle avait senti la peur. Pas d’elle. La peur de perdre. Vika, elle, avait peur d’avoir mal. Le poing serré qui rencontra sa mâchoire lui fit comprendre pourquoi. Elle perdit l’équilibre alors qu’elle portait la main à son visage. Elle esquiva ainsi le coup suivant de façon fortuite, et reprit ses esprits alors qu’elle sentait le contact des lourdes cordes dans son dos. Cette fois, elle bloqua l’assaut de celle qui l’attaquait comme une forcenée et la repoussa d’un coup de pied dans le bas ventre, espérant gagner le temps nécessaire à sa remise en garde. L’oiseau de proie grimaça alors que le talon s’enfonçait dans sa hanche, et elle ne reprit pas le combat.

Elles se toisèrent quelques secondes, laissant à Vika le temps de reprendre ses esprits. Elle s’était toujours battue pour gagner, cela lui semblait logique. Leurs affrontements les avaient déjà blessés, mais celui-ci promettait bien pire. Plus troublant encore pour elle, elle sentait que son adversaire ne se battait pas pour gagner, elle se battait pour ne pas perdre. Et ça lui faisait froid dans le dos. Elle risquait elle aussi des désagréments, mais elle ne les avait pas vécus. Son adversaire, si.

Les assauts reprirent et Vika ne devait sa survie qu’à ses réflexes et sa vitesse. Chaque coup qu’elles échangeaient lui faisait serrer les dents, alors que le constat s’imposait à elle comme une sentence. Elle allait perdre. Le genou qui vint lui percuter l’abdomen lui coupa le souffle et son adversaire la frappa de ses deux mains jointes à l’arrière du crâne. Vika s’effondra sur le sol, sonnée. Elle leva difficilement la tête, le regard sous les projecteurs. Elle vit Jonathan, une moue entre le plaisir et la colère déformait son visage. Mais à côté, c’est Johan qu’elle voyait. Et d’ici, de sa vision floue, elle s’imagina qu’il s'inquiétait pour elle. Il en avait l’air en tout cas.

A ses côté l’arbitre frappe le sol, prononçant le décompte qui lui vaudrait la défaite. Mais elle n’a pas tout donné. Elle ne voulait pas perdre non plus. Elle voulait gagner. Elle voulait qu’il soit fier.

Elle se relève, difficilement. D’un revers de la main, elle essuie le sang qui coulait de sa lèvre éclatée. La demoiselle corbeau était beaucoup moins charmante, maintenant. Mais quand elle toisa son adversaire, celle-ci eut un moment d'hésitation. La flamme dans le regard de l’oiseau sombre n’était plus la même. Et c’est Vika qui s’engagea cette fois. Elle balaya les mauvais appuis de son opposant, brisant son équilibre précaire et exposant son dos. Elle frappa une fois, deux fois, avant qu’elle ne bondisse enfin en arrière pour arrêter la pluie de coup. Les rôles s’étaient inversés et c’était elle qui menait la danse. Elle manqua de s’interrompre pourtant, car elle sentait la détresse de son adversaire, et elle fit alors deux choix. Le premier fut une promesse, celle de ne jamais perdre un combat sans avoir donné tout ce qu’elle avait. Le second, de chercher à comprendre ce qu’il pouvait se passer en dehors de la maison. L’effroi qui saisissait l’oiseau de proie à chaque coup qui la rapprochait de la défaite signifiait quelque chose. Et Vika voulait savoir quoi. Mais pour ça, elle devait se préserver, elle-même.

Vika ne lui laissa donc aucun répit, l’acculant dans un coin du ring. Elle se défendait avec la rage du désespoir, quand le corbeau arracha un gant dans son assaut, alors que son poing venait la frapper à la tempe. Elle s'écroula sur le sol, inconsciente. Vika resta interdite, les yeux fixés sur le bras qu’elle venait de révéler. Il était couvert de brûlure. Et pas celle qu’on risque en sortant un gâteau du four. L’arbitre vint saisir sa main pour la lever bien haut, sous les applaudissements sobres de l’assemblée. La demoiselle obsidienne retint sa colère, cherchant un quelconque réconfort vers ses maîtres. Jonathan n’était plus à la table, mais Johan ne la quitta pas des yeux alors qu’elle regagnait sa loge, un sourire énigmatique sur le visage.

Sa victoire lui offrit la satisfaction du maître de la maisonnée, qui était ravi de voir que sur ses quatre investissements, il y en avait une capable de se défendre. Vika, elle, était un peu plus partagée sur sa réussite. Elle avait aimé le combat, en avait embrassé la violence et l’avait faite sienne. Même si on ne la forçait plus, elle y serait retournée volontiers. Mais ce n’était pas le cas de son adversaire. Et surement beaucoup d’autres hybrides impliqués. La réalité de la condition hybride venait enfin de la frapper, et tout ce que ceux plus âgés qu’elle lui avait raconté prenait un réel sens maintenant. Dès la nuit qui suivit, elle fut logée dans une chambre à elle, signe qu’elle faisait maintenant partie des très privilégiées. Reyson et William restèrent dans le dortoir commun des mâles. Leah n’eut pas ce droit. Elle fut envoyée… ailleurs.

Vika s’en inquiéta beaucoup, et fut heureuse de la voir revenir dans la maisonnée. Elle semblait cependant éreintée et craintive. Vika profita d’une pause pour aller la voir dans les dortoirs où elle avait eu le droit de se réfugier. C’est une Leah en pleurs qui lui raconta tout ce qui lui était arrivé. Envoyée chez le gagnant, elle fut brutalisée par les humains de la maison jusqu’à ce que ses chaleurs se manifestent. A partir de ce moment, un des mâles de là-bas est venu la voir chaque soir jusqu’à ce que leur maître soit certain qu’elle soit fécondée. Ça aussi, leur nourrice leur avait expliqué ce qui allait se passer. La reproduction n’était pas un mystère pour elles. Mais entre le savoir et le vivre il y avait un monde. Si Vika avait perdu, il lui serait arrivé la même chose. Et les marques sur le corps de son amie ne lui disaient rien qui vaille.

Heureusement, les mauvais traitements que Leah avait connus furent sévèrement critiqués. Les “échanges” à visée reproductive devait s’accompagner de traitement normaux et toute violence était prohibée. Pour maintenir la valeur du produit. Leah était, par son état, hors combat pour plusieurs mois, et Vika et les deux autres oiseaux participèrent sans elle aux combats suivants. Il y avait une à deux rencontres par mois, mais la fréquence irait en grandissant à mesure que le nombre de participant augmenterait. Le ring était remplacé par d’autres moyens de donner en spectacle les hybrides les autres soirs. Vika connut quelques défaites, malgré sa combativité, mais ses victoires avaient fortement monté son prix et personne n’était prêt à investir autant. Pour le moment. Elle connut néanmoins les joies charnelles du sexe. De toute façon, elle savait que cela devait arriver tôt ou tard.

Elle sortait de sa douche après l'entraînement quand elle remarqua les vêtements sur son lit. Un ensemble noir de satin avec nuisette. Qui était bien plus confortable que son costume de combat, bien qu’il ait été ajusté depuis. Elle s’habilla sans hésiter. De toute façon, elle n’avait pas son mot à dire, et elle connaissait ses droits et devoirs. L’obéissance serait toujours le maître mot. Elle avait vu ce qu’il s’était passé à ceux qui avait voulu s’opposer à certaines volontés de Jonathan. Leurs conditions de vie s’étaient tellement détériorées qu’elles étaient à la limite de la décence. Ils avaient tous fini par plier. Au moins, il n’en venait pas aux violences physiques. Mais c’était tout aussi persuasif.

Vika n’en menait pourtant pas large, assise sur son lit, à attendre celui qui devait rentrer. Elle avait imaginé beaucoup de monde pour s’occuper de cette basse besogne, mais que Johan entre manqua de lui couper le souffle, ce qui ne manqua pas de le faire sourire. Le malaise était cependant palpable, mais elle était soulagée, d’une certaine manière. Il était bel homme et elle s’était déjà surprise à le fixer quand il passait dans son entourage direct. Les quelques histoires d’amours qu’elle avait pu voir en film ou dans les livres lui avait fait souvent fait fantasmer sur une idylle avec Johan. Lui, pas le moins gêné du monde, s’était assis à côté d’elle et déboutonnait sa chemise. Comme son père, il était connu pour obtenir ce qu’il voulait. Il ne parla pas. Peut-être avait-il senti que cela la bloquerait. Et que lui aurait-il dit ? Ils se connaissaient depuis longtemps et elle l’avait toujours servi. Ce n’était que la continuité de tout ça, non ? C’était ce qu’elle se répétait pour ne pas avoir de réaction excessive.

Il s’approcha plus encore, et elle pouvait sentir son souffle chaud contre sa nuque. Elle frissonna en baissant les yeux. Sa poigne se referma sur ses épaules, et il appuya doucement pour qu’elle soit en face de lui. De son autre main, il saisit son menton et releva sa tête, plongeant son regard dans le sien. Avec une lenteur extrême, il approcha plus encore son visage, faisant grandir la tension dans le corps de Vika, jusqu’à ce que celle-ci craque et vienne poser ses lèvres sur les siennes. Elle ignorait si c’était ce qu’il attendait d’elle, mais renforça son étreinte pour la garder contre lui. Elle se laissa guider, un peu craintive, alors que leurs langues se rencontraient, l’une plutôt hésitante, l’autre plutôt conquérante. C’était agréable, bien plus qu’elle ne l’aurait cru. Le même genre de brasier qui la prenait lors de ses chaleurs se fit sentir au creux de ses reins, en plus doux, moins pressant.

Elle n’avait plus peur.

Sa main quitta son épaule, venant courir sur ses hanches, presser sa poitrine et caresser ses cuisses. Elle qui était pourtant si combative s’abandonna complètement au frisson sucré qui la parcourait. C’était bien plus agréable que ce qu’elle avait pu expérimenter seule et le doigté de Johan n’était pas à prouver. Doucement, il l’allongea sur le lit, rompant le baiser qui la laissa haletante, se redressant pour passer aux choses sérieuses. Vika trouva cette nuit-là la consécration de beaucoup de ses envies refoulées, de façon bien plus agréable que son amie chouette.

Elle ne s’en vanta pas. De toute façon, elle ne devait pas être la seul ainsi visitée ou invitée. La vie prit une toute autre saveur, et elle attendait avec impatience ses nouvelles visites. Johan ne fut pas son seul partenaire. Des fois, c’était un des hybrides de la maisonnée, parfois, Reyson ou William. Il arrivait que ce soit un humain qu’elle ne connaissait pas, ou qu’elle avait aperçu dans la salle des combats. Jonathan ne vendait pas ses gênes, ne voulant l’immobiliser avec une grossesse, mais il vendait son corps sans hésitation. Il n’y avait pas la même tension qu’avec Johan, mais l’expérience restait agréable, même si elle devait parfois faire bonne figure et n’était pas toujours aussi coopérative. Néanmoins, elle savait que sa valeur et la satisfaction de son maître était proportionnelle à celle des humains qui venaient la visiter. Et la satisfaction de son maître était proportionnelle à la liberté qu’il lui octroyait.

Et sa qualité de vie avait beaucoup changé depuis qu’elle avait commencé les combats, et plus encore depuis les visites. Elle avait le droit de sortir plus facilement, sans chaperon et sans l’interroger sur ses motivations, tant qu’elle continuait d’accomplir ses devoirs. Le monde qu’elle avait surtout vu avec ses yeux d’enfants était un nouvel émerveillement, et beaucoup de désillusion pour elle. Sans avoir à suivre son maître pour le servir, il lui fut plus simple de découvrir l’intégralité de la ville au fil des mois, et de confirmer les craintes qu’elle avait depuis son premier combat.

Elle était chanceuse. Vika le réalisait plus que jamais, alors qu’elle passait devant les vitrines d’animalerie, ou qu’elle remarquait les marques sur des hybrides adoptés. Elle avait ensuite envié les quelques affranchis qu’elle avait croisé, avant d’imaginer les difficultés qu’elle rencontrerait si elle était livrée à elle-même, si elle se retrouvait à leur place. Néanmoins, Vika trouvait qu’il devait être plus agréable de devoir lutter pour s’élever que de devoir lutter pour s'éviter des souffrances. Elle avait un peu honte et se sentait privilégiée dans ce monde étrange, plus encore qu’au sein du manoir.

Depuis ses dix-huit ans, elle avait droit à un peu d’argent chaque semaine, qui évoluait aussi en fonction de la satisfaction du maître. En contrepartie, c’était à elle de gérer son budget et ses affaires personnelles, notamment les vêtements, qui lui étaient “offerts” jusqu’alors. Assez soigneuse, elle n’était pas très dépensière, et conservait un petit pécule. Elle s’inscrit dans un club de combat, pour apprendre d’un autre maître que celui qui venait à domicile pour eux. Enfin, elle découvrit un pan bien particulier de l’habillement qui allait lui permettre de faire bon usage de ses économies, maintenant qu’elle s’était ouverte à ce nouveau monde de luxure. La lingerie. Au grand plaisir de Johan.

Quelques années passèrent avant qu’un bouleversement majeur ne change sa vie : Jonathan fut retrouvé mort, dans des circonstances pas naturelles du tout. Outre les perturbations liées à l’enquête, Vika ignorait si les combats continueraient sans lui. On ne trouva aucune piste pour trouver le potentiel assassin, fautes d’indices concrets, mais c’était bien un meurtre, l’homme ayant été empoisonné. Johan hérita de l’intégralité des biens de son père, tout comme de ses affaires en cours. Il suivait tout ce que son père faisait depuis quelques années, il n’eut donc aucun mal à reprendre le train en marche et maintenir ses revenus. Il conserva aussi sa façon de gérer ses hybrides et au final, la vie de Vika aurait pu rester la même si leur étrange relation n’avait pas pris un nouveau tournant.

Jusqu’alors, quand elle passait du temps avec lui, ils parlaient peu. Soit elle le servait pendant qu’il travaillait ou se relaxait, conservant alors le silence pour ne pas le déranger, soit leurs activités communes ne permettaient pas réellement de tenir une conversation digne de ce nom, étant plus propices aux gémissements qu’aux paroles. Elle ignorait si Jonathan lui avait interdit d’entretenir une relation autre que charnelle avec les hybrides, ou même juste elle, mais il lui parlait régulièrement quand elle le servait. Il lui expliquait parfois ce qu’il faisait, lui demandait son avis, lui parlait de ses aspirations et ses ambitions. Il n’avait rien à envier à son père et serait sûrement meilleur que lui. Elle se demanda même s’il n’était pas à l’origine de l’assassinat, plutôt qu’un rival d’affaires. Il lui parlait des autres hybrides, lui indiquant quel comportement il appréciait ou non. Elle se garda bien de le répéter, car après quelques questions à ses congénères elle avait compris que Johan ne discutait qu’avec elle. Elle changeait cependant son propre comportement pour lui plaire plus encore. Vika se permettait même parfois de le conseiller. Rarement, elle n’était pas suffisamment experte du monde dans lequel Johan évoluait, mais elle participait aux combats qu’ils organisaient, et elle avait parfois de bonnes idées de thèmes ou d’améliorations. Elle ne se faisait pas d’illusion pour autant, elle restait une hybride et lui un humain. Il l'appréciait plus que les autres, certes, mais leur relation restait une subordination. Il voyait toujours d’autres hybrides, elle était privilégiée, mais elle obéissait sans mot dire dès qu’il ordonnait.

Elle n’avait pas spécialement l’espoir de voir sa situation évoluer, en imaginant des choses folles comme l’émancipation, ou une réelle relation amoureuse. Tout simplement car la situation, sa situation lui plaisait. A mesure que le temps passait, elle avait commencé à jouer avec lui, sur son désir et ses fantasmes. Elle avait maintenant assez d'expérience pour inverser les rôles, et s’il l’avait initié aux plaisirs charnels, c’était maintenant elle qui menait la danse dans la chambre à coucher. Elle avait aussi de nouvelles responsabilités, et elle menait certains des entraînements des quelques hybrides spéciaux que Johan avait ajouté à son cheptel. Enfin, elle devait l’accompagner dans les réceptions où il fallait venir accompagner d’un hybride. Elle était un peu sa fierté et il l’exhibait quand il le pouvait. Elle n’aimait pas faire ça, trouvant le temps long. Elle n’avait pas le droit de parler, ne serait-ce que pour ne pas entacher l’image de son maître.

Et il y a quelques semaines maintenant, Vika allait enfin trouver le moyen d’aider ses congénères, ce qu’elle ne pouvait faire dans sa situation. La résistance entra dans sa vie. Johan avait fait en sorte de diversifier les lieux des combats, et ils étaient, ce soir, dans une salle en bordure de ville. Officiellement, c’était une réception bourgeoise, mais la grande salle au milieu du domaine serait leur salle de combat. Et c’était suffisamment loin pour permettre une évacuation et une dissimulation efficace en cas de descente des autorités. Mais ce ne sont pas les autorités qui mirent fin à la soirée. C’est une bombe.

Vika venait de terminer son combat, et s’était changée, patientant dans la loge avec les autres en regardant les combats par l'écran. La musique qui faisait vibrer le bâtiment couvrirent les cris à l'extérieur, mais l’explosion qui ébranla toute la bâtisse, la fit se lever d’un bond. L’image se brouilla à l'écran mais une caméra survivante montrait ce qu’il se passait dans la salle principale. La façade nord n’était plus qu'un trou béant, depuis lequel des coups de feu étaient tirés contre la sécurité privée de la réception. Des révoltés, puisqu'elle pouvait voir des caractéristiques hybrides sur les quelques tireurs. Ceux-ci n'était pas trop nombreux, mais la sécurité ne s'attendait pas vraiment à un assaut. L'effet de surprise et le nombre réduit d'agent avait fait le gros du travail, et le nombre réduit de tireur n'était donc pas un réel problème. D'autant qu'ils récupereront surement ce qu'ils peuvent sur les cadavres de la sécurité s'il venait à remporter l'affrontement.

Inquiète et mue par une impulsion qu’elle n’aurait pas expliquée, elle se précipita hors de la loge, cherchant des yeux Johan, espérant qu’il ne lui était rien arrivé. Elle n’eut que le temps de voir sa chevelure passer par une porte de sortie, alors que la sécurité le couvrait et le poussait hors de la salle. Il était hors de danger. Mais il l’avait laissé là. Elle secoua la tête en chassant cette idée de son crâne. Sans parler de l’affectif, elle était une pièce importante de ses revenus et s’il était parti sans elle, c’est qu’il n’avait pas eu le choix.

La sécurité perdait du terrain et des hybrides armés avaient pu prendre position dans la salle, et certains des combattants s’étaient rangés derrière eux. C’était risqué mais c’était l’occasion pour certains de fuir leurs conditions. Planté au milieu des débris, ses ailes l’identifiant comme hybride et la protégeant par conséquent, Vika se sentit tiraillée par le dilemme qu’elle vivait quand elle était témoin de mauvais traitement. Cette fois, elle pouvait partir, et personne ne pourrait lui causer du tort si elle le faisait. Mais Johan… elle n’était pas certaine de ne plus vouloir le voir. Elle resta ainsi de longues minutes, jusqu’à ce qu’on l’attrape par le bras et qu’on la tire vers le mur en ruine.

Tout le monde n’avait pas pu partir, et certains hybrides étaient restés cachés. Il y avait eu des morts, de tous les côtés, mais l’opération des révoltés avait porté ses fruits. Ils avaient interrompu une pratique barbare pour certain, emmerdé des nobles humains et libéré des frères et sœurs. Il s’agissait maintenant de fuir avant que les autorités n’interviennent. Si elles intervenaient… Le caractère illégal des rencontres risquait de retomber sur leurs maîtres et peut-être ne voudraient-ils pas une enquête plus poussée que “les révoltés ont attaqué notre belle réception”.

Le domaine était en bordure de ville, et il ne leur fallut pas longtemps pour trouver le couvert des arbres de la forêt. Ils marchèrent une heure avant de s’autoriser une pause. Assis dans une petite zone moins dense en végétation, les révoltés les firent s'asseoir et naviguèrent entre les rangs pour leur offrir à boire et à manger. Vika se leva, acceptant une rasade d’eau fraîche. Mais elle cherchait celui ou celle qui dirigeait cette opération. La longue heure de marche lui avait permis d’y voir plus clair, de la mettre face à ses réels désirs et ses contradictions. Elle voulait continuer la marche avec eux, rejoindre leur base et leur combat. Mais elle ne voulait pas non plus quitter ce qui avait été son monde si longtemps. Alors, elle ferait entre les deux.

Un hybride à l’apparence massive semblait donner les ordres ici, et il discutait avec une blonde, qui semblait relativement importante aussi. Comme tous les révoltés, ils masquaient leurs visages, et le faisaient encore, par prudence. Vika, qui n’avait pas de temps à perdre, se permit d’interrompre leur conversation, s’inclinant devant eux. Elle se présenta rapidement, et leur fit sa proposition. Elle ne fut pas tout à fait honnête avec eux mais le résultat serait le même, qu’elle avoue être terrifiée ou pas. Elle voulait rebrousser chemin, retourner dans son manoir. Mais elle voulait aider. La demoiselle corbeau baignait dans ce milieu depuis longtemps, elle voyait du monde, soit sur le ring, soit dans son lit. Vika pouvait leur avoir des informations facilement, rester dans l’ombre de ce monde illégal et leur offrir l’occasion d’effectuer le même genre d’opération. Elle ne leur dit pas que c’était pour conserver son propre confort. Elle n’aurait pas voulu l’avouer.

La dame blonde lui expliqua qu’elle n’était pas la première à servir d’espion pour leur cause. Mais c’était quelque chose de particulièrement dangereux, car personne ne pourrait l’aider si quelqu’un venait à comprendre sa duplicité, et elle n’aurait aucunes informations compromettantes sur la révolution qu’elle pourrait offrir pour sa survie. Si elle voulait réellement faire cela, elle pouvait partir, ici et maintenant, et se rendre dans les bains, à la source chaude, et déposer son rapport dans un casier bien particulier. Si elle donnait des informations fiables et dignes de ce nom, quelqu’un prendrait peut-être contact avec elle dans ses mêmes bains. Si les humains ne l’attrapaient pas d’ici là.

Vika n’hésita pas. Elle les remercia tous deux, et repartit en direction de la ville. Retourner au manoir ne fut pas difficile, bien que fatiguant, et elle fut heureuse d’y retrouver son maître sain et sauf. Reyson était parvenu à fuir, c’était un coup dur pour lui, et il ne cacha pas sa joie de la voir ainsi revenir, loyale et obéissante. Bien qu’il ne lui dît pas en ces termes. Elle lui raconta son enlèvement par les révoltés, sa fuite pendant un moment d’inattention qui lui avait permis de revenir. Elle se plaça en victime, et cela fonctionna, car il devait voir cela comme la preuve ultime de sa soumission totale.

Néanmoins, et il lui expliqua calmement, elle allait surement être interrogée par la police. Elle devrait expliquer que la soirée était une simple réception, les preuves des combats ayant été effacée, et leur raconter la même chose à propos des révoltés. Il allait devoir la battre, aussi. Cela réduirait la suspicion des enquêteurs. Elle accepta en baissant la tête. Ce fut la seule fois où il leva la main sur elle, en dehors de leurs jeux sexuels, bien entendu, et il ne se retint pas. Il n’était pas question de faire semblant. Et quand elle se retrouva en face des policiers, elle avait de nombreuses marques sur le visage et sur les bras. Mais elle ne lui en voulut pas.

Elle put rapidement reprendre le cours de sa vie, comme si rien ne s’était passé. Sa relation avec Johan n’avait pas changé et la tension entre eux restait la même. Une fois par semaine, elle se rendait dans les bains de la ville, choisissait un casier avec un numéro bien défini et y laissait, avec ses affaires, un rapport sur les dernières réunions clandestines de combat, livrant des noms d’humains y participant ou maltraitant leurs combattants, quand elle avait l’occasion de discuter avec eux. Elle ignorait si c’était utile, mais elle le faisait, comme elle l’avait promis.



Derrière l'écran

Prénom/Pseudo : Myakko
Âge :25
Fille, garçon ou autre ? Garçon
Passions :Geeker. Glander au taff (c’est le meilleur endroit pour rp)
Comment as-tu découvert le forum ?My SO
Que penses-tu du forum ?
Autres :
Avatar utilisé :N’importe quelle demoiselle qui a des ailes et des cheveux noirs
Question  : Djena valide la question
Réponse à la question :


 FICHE CRÉÉE PAR AMYLITH |  NESIS |  MEIYA ▬▬ Modifiée par Lou Ainsel
Messages : 51
Date d'inscription : 28/02/2018
Age : 26
Fiche de Présentation : Ma fiche

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Corbeau
Maître/Maîtresse: Johan Jones (pnj)
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideF - Sentinelle
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mer 28 Fév - 18:44
Willkommen =)
Messages : 956
Date d'inscription : 20/03/2016
Age : 26
Localisation : Au cimetière
Multi-Compte : ///
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Ma Fiche

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): ///
Maître/Maîtresse: ///
Esclaves: Sofia Ashley
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humain - Neutre
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mer 28 Fév - 19:04
Bienvenue \o/ !
Messages : 68
Date d'inscription : 03/02/2018
Age : 24
Multi-Compte : Sansa
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Mes liens

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Aucune
Maître/Maîtresse: Aucun
Esclaves: Ezekiel
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humain - Neutre


Je donne mes ordres en Turquoise
Défis:
 
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mer 28 Fév - 19:38
Moi quand j'ai démarré la fiche de Vika:
 
Moi quand j'ai terminé la fiche de Vika:
 

Ahalala...
Re bonjour et encore bienvenue parmi nous !! Je suis contente de pouvoir à nouveau te lire, malgré la longueur... Tu m'avais déjà prévenu sur Discord, mais bon, je ne crois que ce que je -OMG... C'est juste un teaser ? Ou y'a tous les DLC là en fait ? Bref !! Tu pourras te vanter que tu es la plus looooongue fiche qui m'ai été donné de lire ~ Allez hop au boulot !

1) Code correct, démarrage tout doux ♫
2) Personnalité : RAS ♥️ Véritable dévouée... A LA CAUSE \o/ mdr
3) Physique : El chaude pioupiou, RAS ♥️ Une bg !
4) Histoire :
Damned <3 une histoire si détaillé, riche, fluide et bien écrite... Génial ! Je comprends bien que c'est Kali, dont il est question pour la Révolté et comme on en a discuté sur Discord, ça me va que ce soit elle qui la "chaperonne".

Bref, encore bienvenue et amuse toi bien parmi nous. Eileen passera dès que possible ;p

Tchou
Messages : 589
Date d'inscription : 11/08/2016
Age : 27
Localisation : Dans les rues
Multi-Compte : Aelys / Kali / Ezekiel/ Meiko/ Disturbia/ Chris
Fiche de Présentation : Ma fiche
Fiche de Relation : Mes liens

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Lionne
Maître/Maîtresse: X
Esclaves: X
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideF - Sauvage


~ Je rugis en gold ~
Juillet 2017/Février 2018
Défis rp:
 
Revenir en haut Aller en bas
(#) Jeu 1 Mar - 9:17
Ho Corbeau !!!
Coucou et bienvenue
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
(#) Jeu 1 Mar - 10:17
Bienve ... Wow !

Je pensais jamais arriver en bas de la page avec cette histoire Oo
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
(#) Jeu 1 Mar - 10:55
Bienvenue ^^

Jolie fiche et très longue XD
Au niveau de l'histoire, j'aurais besoin de précisions. Notamment, la date de l'intervention des révoltés lors de la soirée spéciale. Il s'agissait de l'époque où Enjin était chef ? Ou plus récent avec Wilson à la tête ?
Et également, les révoltés ne sont pas armés à ce point. Ils n'avaient aucune armes à feu au départ si ce n'est celle de Syolkïr. Pour le reste, Enjin le Gorille a commencé à récupérer des armes parce que c'était nécessaire mais il faut leur laisser le temps de les maîtriser et de voir qui s'en servira.

Enfin bon, juste ce passage là à revoir. Au pire, tu peux considérer qu'une partie en possédait et tirait avec pour permettre à ceux, sans arme à feux, d'intervenir et de réaliser leur part du travail ^^

Sinon, petite curiosité de ma part. Le dénommé Johan se sera un prédéfini ou un PNJ ? Smile

Voila, si tu as des questions, n'hésites pas et préviens-moi quand tu as fini !
Messages : 3595
Date d'inscription : 11/03/2015
Age : 25
Multi-Compte : Sarika, Leah Aoife, Kioko, Maeko, Juna Kavanez, Erina et Hisae
Fiche de Présentation : Eileen, la chasseuse de primes
Fiche de Relation : Les liens d'une folle

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Aucune
Maître/Maîtresse: Officiellement Mustang, en réalité Esteban...
Esclaves: Aïcha (PNJ)
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humaine - DW Reine


"J'aime l'amour, les sentiments, surtout ceux qui me plaquent contre le mur"

Défis Rp:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
(#) Jeu 1 Mar - 11:09
Hum, comme c'est à peine quelques semaines par rapport à la timeline actuelle (Djena m'avait dit que c'était plus logique dans ce sens), c'est une opération relativement recente donc avec des revoltés armés.

J'ai ajouté ça dans la fiche.

Pour Johan, en faire un predef m'a effectivement traversé l'esprit. J'imagine que je l'ajouterai au roster dans pas longtemps !
Messages : 51
Date d'inscription : 28/02/2018
Age : 26
Fiche de Présentation : Ma fiche

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Corbeau
Maître/Maîtresse: Johan Jones (pnj)
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideF - Sentinelle
Revenir en haut Aller en bas
(#) Jeu 1 Mar - 12:43
C'est tout bon maintenant ^^


Bienvenue ! Tu es validé(e) !


Bonjour/bonsoir,

Bienvenue sur Maître ou Neko, nous espérons que tu t'amuseras bien et nous te félicitons pour ta validation et ta fiche =3

Avant toute chose, nous te demandons de recenser ton avatar =>ici<=

Tu peux aussi faire une demande d'habitation pour que ton personnage ait sa maison =>ici<= (Je te laisse ça, même si ton personnage est une esclave, elle a déjà un maître donc une maison lui sera utile XD)

Tu peux aussi faire une demande de rp =>ici<=

Et pour finir, il ne te reste plus qu'à ouvrir ta boite aux lettres ==> ici <==

Petit plus, même si je sais que ça fait déjà beaucoup, penses à remplir ton profil !
Amuse toi bien parmi nous =)

Messages : 3595
Date d'inscription : 11/03/2015
Age : 25
Multi-Compte : Sarika, Leah Aoife, Kioko, Maeko, Juna Kavanez, Erina et Hisae
Fiche de Présentation : Eileen, la chasseuse de primes
Fiche de Relation : Les liens d'une folle

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Aucune
Maître/Maîtresse: Officiellement Mustang, en réalité Esteban...
Esclaves: Aïcha (PNJ)
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humaine - DW Reine


"J'aime l'amour, les sentiments, surtout ceux qui me plaquent contre le mur"

Défis Rp:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
(#)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maître ou Neko ? :: Présentations :: Présentations des hybrides :: Validées-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit