Bienvenue à Togi! Cette merveilleuse île qui propose toutes sortes d'hybrides et maintenant des humains, à la vente. Serez-vous le maître ou l'esclave? NC-18
 

Hope Knight, l'espoir du chevalier ou le chevalier de l'espoir [Finish]

 :: Présentations :: Présentations des humains :: Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
(#) Dim 21 Jan - 18:29

Qui êtes vous?



Généralités

♠️ Prénom : Hope
♠️ Nom : Knight
♠️ Sexe : Féminin

♠️ Âge : 26 ans
♠️ Origine : Australienne et française de nationnalité

♠️ Groupe : Humaine
♠️ Rang : "Neutre"

♠️ Métier : Sans emploi pour le moment
♠️ État civil : Célibataire
♠️ Statut financier : Moyen

♠️ Orientation :  Lesbienne


Personnalité

"Ne pas se fier aux apparences", voila une expression qui me va bien je pense, du moins, c'est ce que j'entends souvent. On me croit si souvent fragile au première abord, vous allez découvrir qu'il n'en est rien. Il n'est pas toujours évident de décrire son propre caractère car nous n'avons jamais la même vision de notre nous intérieur que les gens qui nous entourent et nous côtoient chaque jour.

Pour commencer, outre le fait que je ne souris que très rarement (vous serez chanceux si vous me surprenez à sourire), je parle aussi très peu. Je ne m'exprime que lorsque ça en vaut la peine, je ne parle donc pas pour ne rien dire et souvent, mes paroles sont sarcastiques, cassantes et directes. On aime, ou on aime pas On peut donc dire que je suis franche. Je manque malheureusement un peu de tact parfois et je peux blesser les gens autour de moi sans vraiment en prendre conscience sur le moment.

Sous ce côté taciturne et quelque peu bourru, se cache pourtant une grande bonté d'âme, je me sais très altruiste et je n'hésites pas à aider les personnes dans le besoin sans rien demander en retour. Et c'est grâce à ma force de caractère que je le fais. Mais je ne vous montrerai jamais que je suis heureuse d'avoir pu vous porter secours.

Je suis d'une nature solitaire et j'aime ma tranquillité. Naturellement réservée, comme vous pourrez le constater, je n'irai pas trop vers vous juste pour discuter, faisant souvent de moi, une personne peu sociable de prime abord. Je n'aime pas parler de moi et surtout pas de mon passé, alors si vous essayez de percer le mystère, bon courage, car tout ce que vous gagnerez c'est que je puisse me fermer comme une huître si vous insistez trop.

Enfin, je suis du genre bagarreuse et ce depuis très longtemps, la vie dans la rue sans doute. Je fonce parfois tête baissée, je ne suis donc pas toujours très réfléchie. Cela s'explique par le fait que je sois impulsive, d'une nature emportée alors mieux vaut ne pas trop me chercher, ma patience a des limites et je ne connais qu'une façon de me débarrasser des gens qui me taquineraient un peu trop ...

Je ne me connais pas vraiment de peur et ceux qui me connaissent bien vous le diront, je suis courageuse et j'ai une grande force morale. Le courage bien sûr a plusieurs facettes, là, je parle du courage dans ce que j’entreprends, le travail, les épreuves dans ma vie, etc. Je ne me laisse jamais aller à mon sort, je me relève coûte que coûte. Pourquoi ? Parce que j'estime qu'il y a toujours plus malheureux que soit, c'est ce que je me dis dans les moments difficiles, même si ma colère ou ma haine sont palpables lors de ces instants. Mais ma plus grande peur, et oui, j'en ai quand même une, je ne suis pas toute puissante non plus, et que peu de personnes connaissent est sans nul doute celle de perdre un être cher à mon cœur, voila pourquoi j'évite de trop m'attacher à mes nouvelles rencontres.

J'ai une imagination débordante, voilà pourquoi j'aime écrire. La lecture est pour moi, une façon de m'évader quelques temps de ce monde qui ne nous épargne pas toujours. Le sport me permet quand à lui de me défouler un maximum, histoire surtout d'apaiser la colère et de canaliser ma nature impulsive.


Apparence

Puisqu'il faut en passer par là ... je vais tacher de me décrire un minimum, tout en restant objective.

Je vais paraître grande aux yeux de certaines personnes du haut de mes 1m76. Je suis très mince, peut-être un peu trop d'ailleurs, je ne dois pas peser plus de 62 kg. Beaucoup de gens que je croise d'ailleurs s'imagine que je suis fragile, il arrive qu'on me le dise. Mais il ne faut pas trop s'y fier. Les autres sont souvent surpris lorsque je porte des charges lourdes. Je fais de la musculation régulièrement, des sports de combat à l'occasion et je pratique le football en semi-pro. Je suis donc suffisamment musclée, sans ressembler à une culturiste non plus. En outre, mes jambes sont particulièrement longues et fines. Si je le voulais, je pourrai porter des robes longues, qui d'après certains m'iraient bien, mais sachez que ce n'est pas mon truc, les robes, les jupes et tout ça. J'aime être à l'aise dans mes vêtements, qu'ils soient décontractés et simples. Je passe donc souvent pour un garçon manqué, pas seulement au niveau vestimentaire mais aussi par mes gestes, mon comportement, ma stature.

Quoi dire d'autre ... Ah oui ! Au cas où vous ne l'auriez pas remarqué, j'ai les cheveux roses, oui roses pâles pour être précise. Vous ne rêvez pas. Enfin, ce n'est pas ma véritable couleur de cheveux. Je suis blonde d'origine, mais une teinture ratée est si vite arrivée. J'ai fini par me faire à cette couleur assez originale et il paraîtrait qu'elle me va bien, du coup je l'ai adopté définitivement. Ils sont également coiffés singulièrement. Un côté un peu plus long et plus épais que l'autre. Une mèche vient voiler quelques peu mon regard, me donnant parfois un air rebelle d'après les dires. Mais mes cheveux sont très fins, presque comme de la soie lorsqu'on y passe les doigts au travers. C'est un peu agaçant cette nature de cheveux, car je ne peux pas les coiffer comme je l'entend ... J'ai des yeux de chat à ce qu'on dit, enfin, c'est une expression. Simplement ils sont allongés et mes iris sont de couleur bleus-gris, difficile à décrire réellement. Mes yeux changent de couleur parfois, la luminosité sûrement. Une rumeur dit que c'est aussi dû à mon humeur, mais j'y crois moins, ce sera donc à vous d'en juger. Par contre, on lit en moi comme dans un livre ouvert avec mon regard. Le plus souvent, je le rend froid et distant, un peu sévère, car je n'accorde pas ma confiance rapidement et que j'annonce dès le départ la couleur. Je souris très rarement aussi. Il faut dire que les épreuves ne m'ont pas épargné, comme d'autres, mais moi, je ne peux pas faire semblant et c'est aussi une façon de me protéger. Beaucoup vous dirons sans doute que je suis une belle jeune femme, on me le dit régulièrement, personnellement, je ne peux en juger par moi-même alors je vous en laisse le loisir.

Je pense avoir fini ... ah aussi, je ne maquille qu'occasionnellement, autant dire jamais. Je n'aime pas ça, passer des heures dans ma salle de bain, même chez les autres femmes, ça enlève la beauté naturelle et ça abîme affreusement la peau du visage. Combien de femmes d'à peine 35 ans ont-elles des rides à cause des effets désastreux de ces produits. Ah et j'ai omis de préciser que j'ai un teins plutôt blanc mais mes joues sont souvent rosis par l'effort, rarement par les situations gênantes et oui, je ne rougis pas facilement et je cache bien ma gène. J'ai également un tatouage sur l'épaule droite, un symbole tribal et mon corps présente quelques cicatrices de bagarres de rue.


Histoire

"Une nuit de septembre, une petite fille australienne naquit dans une petite ville. Ses parents étaient deux personnes issues de familles modestes. Ces deux jeunes gens vivaient sobrement, ils étaient très généreux. La famille Knight s'était établie dans un vieux ranch que le père rénovait lentement. Une bâtisse très ancienne qui nécessitait beaucoup d'entretiens et de travaux divers. Ce dernier, William, était donc "cowboy" ou du moins, élevait-il des chevaux et des moutons. Sa femme, Kate, était une artiste peintre.
L'enfant au cheveux si blonds grandit simplement et ne manquait de rien. Aînée d'une petite sœur, elle s'occupait d'elle parfois et passait beaucoup de son temps à lire tout ce qui passait dans ses mains. Intelligente et vive, elle aimait jouer à des jeux de stratégies, monter à cheval mais elle aimait aussi beaucoup le sport et particulièrement le football."

STOP !! Cette histoire là est la mienne, enfin, le début. C'est assez commun, une enfance heureuse et normale pour moi. Mais à l'âge de 11 ans, un drame survînt dans ma vie. Des événements dont je n'aime pas trop parler d'habitude. Mes deux parents moururent dans un violent accident de voiture. Je fus la seule survivante de ce drame. Ma sœur étais chez une voisine alors que nous allions faire des courses pour le ranch.

Après quelques jours dans le coma, je réalisais l'ampleur de la perte. Je me retrouvais seule, sans parents pour continuer de veiller sur moi ou ma petite sœur, sans plus d'amour, sans repère. N'ayant pas d'autres parents proches en Australie, nous avons du quitter notre terre natale pour rejoindre ma grand-mère en France. Un pays dont je ne connaissais rien, à part quelques brides de mots prononcés au hasard sans vraiment en comprendre le sens. Notre grand-mère maternelle était âgée et ne parlait pas un mot d'anglais, ce fût une année compliquée pour moi. Je devais apprendre cette langue difficile rapidement pour pouvoir comprendre les cours à l'école. Nous habitions la région parisienne, je n'avais pas l'habitude de toute l'effervescence qui y régnait. J'aimais tellement la tranquillité de la campagne et surtout l'odeur, l'air frais. Les premiers temps j'étais prises de maux de tête et de sinusites à cause de la pollution. Mais avec le temps, on s'y fait. Notre grand-mère était gentille, mais elle ne pouvait pas s'occuper convenablement d'une enfant en bas-âge sur le long terme, elle fatiguait rapidement et ma petite sœur était vive maintenant qu'elle approchait les quatre ans.

Le destin, autant il peut être favorable à certaines personnes, autant il peut devenir un enfer pour d'autres. C'était notre cas à moi et ma sœur. Nous avions huit ans de différences, je venais d'avoir douze ans lorsque le deuxième drame nous frappa. Notre grand-mère succomba à une crise cardiaque. Nous n'avions plus personne pour s'occuper de nous. Et la malchance continuait de nous poursuivre. Dès notre arrivée dans le tout premier foyer, ma petite sœur trouva une famille d’accueil prête à accueillir une enfant si jeune. Un jeune couple qui n'arrivait pas à avoir d'enfant à eux. Pour moi, ce fût un autre parcourt ...

Je passais de maison en maison, ne trouvant pas de famille d’accueil qui puisse m'apprécier. L'une se servant de moi pour avoir des sous supplémentaires, l'autre me trouvant trop solitaire et renfermée, une autre me trouvant trop âgée ... Au final, je passais plus de temps en foyer que véritablement dans une famille. Le foyer, c'est pas aussi plaisant que beaucoup le pense. Certes, on suit des cours, on a des salles de jeux et la télé. Mais c'est la loi du plus fort et les bandes qui priment. Je ne m'y faisais pas.

Du coup, à l'âge de 15 ans, lassée, je finis par m'enfuir du foyer où je me trouvais, en plein cœur de Paris et commençais alors une vie dans les rues, arrêtant du même coup mes maigres études. J'avais bien essayé les premiers temps de trouver un travail pour gagner ma vie honnêtement, mais sans expérience, sans diplôme et surtout si jeune, tout ce que je risquais, c'était d'être ramenée en foyer. Je finis par me mettre à voler pour survivre. Puis quelques mois plus tard, j'intégrais rapidement un petit groupe de jeunes femmes, j'étais la plus jeune d'entre-elles, une petite bande de motarde. Il est vrai que je suis très solitaire, mais pour survivre dans la rue, mieux vaut ne pas être seule. J'étais connue pour être la bagarreuse. Je n'avais pas peur de vivre dans la rue, de déambuler tard dans la nuit, seule, je savais me battre et le prouvais. Je n'avais alors plus rien de la petite princesse du passé. Il semblait lointain ce passé ...

Je voyais régulièrement ma petite sœur, en cachette bien sûr. ce jeune couple avait fini par l'adopter. Elle, elle avait au moins eu cette chance et je ne me faisais pas trop de soucis pour elle. De plus, ça semblait être une famille assez aisée. Oui c'est vrai, je dois l'admettre que j'étais un peu jalouse de la chance qu'elle avait eu. Mais ce n'était pas sa faute, elle était la seule famille qui me restait. A 18 ans, notre petite bande commençait à grossir, je restais la plus jeune, mais on ne me traitait pas comme tel. Notre chef venait de se trouver une petite nouvelle qui venait d'intégrer le groupe. Rapidement, ces deux-là se rapprochèrent. Nous trouvions souvent refuge dans des bâtiments abandonnés ou des immeubles en construction. Cela nous offrait un abris temporaire. Notre existence était bercée par les vols, les petites rixes entre gangs. Je pensais que le destin avait fini par se détourner de moi mais il finit par frapper de nouveau lorsqu'un jour, une bagarre entre notre groupe et celui de garçons éclata. Notre chef succomba. Certes nous avons fini par nous en remettre, certaines plus facilement que d'autres, mais notre gang n'avait plus de chef. Juna, l'ancienne petite amie de notre chef, ne pouvait contenir toutes les nanas. Surtout que certaines n'en faisaient qu'à leur tête à présent. J'en connaissais une notamment qui voulait le rôle de chef. Cette dernière provoqua un incident regrettable lors d'une nouvelle rixe, alors que notre groupe de motardes avait enflé. elle avait utilisé une arma à feu dont nous ne connaissions pas l'existence. Elle rallia certaine d'entre-nous à sa cause, qu'il nous fallait des armes, mais là ça dégénérait. Des armes ? En plein Paris ? Elle voulait toutes nous mener à la taule. Le groupe se divisa, moi-même je n'adhérais pas à cela et je préférais donc à contre-cœur, continuer ma vie dans la rue en solo. Bien sûr, ma moto resterait ma compagne de toujours.

C'est enfin pour mes vingt deux ans que ma vie bascula de nouveau. Après avoir vécu tant d'années dans les rues, plus rien ne faisait de moi quelqu'un de recommandable, ni de présentable d'ailleurs. Je m'étais mise à dealer lorsque j'avais commencé à toucher à la drogue. Je ne suis pas très fière de cette partie de ma vie, mais les épreuves sont là pour nous apprendre je suppose. Un soir, alors que j'étais avec un de mes clients, je me fis encercler par des flics. Le client était donc un leur et j'aurai dû plus m'en méfier vu qu'il était nouveau dans le quartier où je déambulais. Direction, la prison, sans passer par la case "Départ". J'y restais pendant deux ans. J'avais été habitués aux foyers et aux gangs, en prison, c'est la même chose, c'est la loi du plus fort et si vous êtes sous la protection d'une d'entre-elle tout va bien. Mais moi, j'étais devenue solitaire, cependant après une première bagarre où j'avais fait ravaler sa fierté à une sois-disant brute épaisse, qui au final passa plusieurs jours à l’infirmerie suite à notre rixe, j'ai été tranquille ensuite. On osait plus trop me chercher des noises, surtout lorsque je m'emportais.

A ma sortie de taule, je décidais de prendre un grand tournant dans ma vie, soutenue notamment par un psychologue même si je détestais ça. Passionnée par le foot, j'intégrais d'abord un club, une équipe féminine. Dans le même temps, et après de longues semaines de recherches, je trouvais une formation. Cette dernière était assez inhabituelle pour une femme mais j'en avais les capacités. Elle me permettrait de devenir gardienne de nuit, vigile ou même videuse. Un métier qui me conviendrait parfaitement et je devrais apprendre ainsi peu à peu à canaliser ma colère. Très vite, je devenais joueuse semi-pro. Je passais plus de temps avec ma petite sœur le weekend, ses parents adoptifs acceptant aussi bien que possible la chose. Ils ne me portaient pas dans mon cœur et c'était sans doute compréhensible vu mon passé tumultueux. Ils pensaient sûrement que je n'étais pas un bon exemple à suivre, mais elle était ma famille et personne ne me l'enlèverait.

Une nouvelle épreuve m'attendais, bénéfique ou mauvaise, je ne le sais pas encore en réalité. Mais depuis quelques mois, j'étais rentrée de nouveau en contact avec une vieille amie, Juna, par mail. Cette dernière semblait également s'en être sortie. Elle me parla très vite du nouvel endroit où elle vivait, de ce qui s'y passait, de ses fameux hybrides, un mélange animal et humain. Je ne savais pas trop quoi penser de tout cela, mais mon amie semblait à la fois ravie et épuisée. J'avais bien compris qu’elle était depuis peu à la tête d'un gros projet difficile à porter pour elle seule. beaucoup de choses à entreprendre. j'avais toujours apprécié cette femme, elle n'avais jamais été vraiment méchante, juste une petite frappe comme moi dans la rue, mais pas au point de faire du mal gratuitement à quelqu'un. Plus elle me parlait de sa nouvelle vie, plus mon désir de la rejoindre dans sa cause grandissait, je voulais en savoir d'avantage et surtout le voir de mes propres yeux.

Il y a donc deux jours seulement que j'ai quitté la France. Ma petite sœur n'était pas franchement enjouée, mais elle m'assurait qu'elle me rejoindrai une fois sa majorité acquise, ce qui arriverait bien assez tôt. Je sais qu'une séparation de ce genre est difficile mais je préférerais qu'elle finisse au moins ses études avant. Elle a la chance d'aller loin. Pourquoi suivrait-elle une sœur qui avait fait de sa vie un champ de bataille constant. En tout cas, maintenant que je viens de débarquer sur cette île, mon objectif premier est de retrouver ma vieille amie que je n'ai pas averti de ma venue ...


Derrière l'écran

Prénom/Pseudo : Juju/Satan/Kindly
Âge : Toujours le même lol
Fille, garçon ou autre ?
Passions :
Comment as-tu découvert le forum ?
Que penses-tu du forum ?
Autres : Voir la fiche de Athenais pour toutes les informations
Question : Ok
Réponse à la question :


©️ FICHE CRÉÉE PAR AMYLITH |  NESIS |  MEIYA ▬▬ Modifiée par Lou Ainsel
Messages : 21
Date d'inscription : 21/01/2018
Age : 36
Localisation : Quelque part ?
Multi-Compte : Athenais, Kathleen Duke, Logan Octavus, Frédérique Watson, Kaori & Kaoru
Fiche de Présentation : L'Espoir du Chevalier ou ...
Fiche de Relation : ... le Chevalier de l'Espoir

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Aucune
Maître/Maîtresse: Aucun
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humaine - Membre FALH
Revenir en haut Aller en bas
(#) Lun 22 Jan - 18:27
C'est tout bon ma petite Hope Smile


Bienvenue ! Tu es validé(e) !


Bonjour/bonsoir,

Bienvenue sur Maître ou Neko, nous espérons que tu t'amuseras bien et nous te félicitons pour ta validation et ta fiche =3

Avant toute chose, nous te demandons de recenser ton avatar =>ici<=

Tu dois aussi recenser ton DC =>ici<=

Ainsi tu peux faire une demande d'esclaves =>ici<=

Tu peux aussi faire une demande d'habitation pour que ton personnage ait sa maison =>ici<=

Tu peux aussi faire une demande de rp =>ici<=

Nous te conseillons également d'ouvrir une boite mail et d'acheter un téléphone => ici <=

Et pour finir, il ne te reste plus qu'à ouvrir ta boite aux lettres ==> ici <==

Petit plus, même si je sais que ça fait déjà beaucoup, penses à remplir ton profil !
Amuse toi bien parmi nous =)

Messages : 3321
Date d'inscription : 11/03/2015
Age : 25
Multi-Compte : Sarika, Leah Aoife, Kioko, Maeko, Juna Kavanez, Erina et Hisae
Fiche de Présentation : Eileen, la chasseuse de primes
Fiche de Relation : Les liens d'une folle

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Aucune
Maître/Maîtresse: Officiellement Mustang, en réalité Esteban...
Esclaves: Aïcha (PNJ)
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humaine - DW Reine


"J'aime l'amour, les sentiments, surtout ceux qui me plaquent contre le mur"

Défis Rp:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maître ou Neko ? :: Présentations :: Présentations des humains :: Validées-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit