Bienvenue à Togi! Cette merveilleuse île qui propose toutes sortes d'hybrides à la vente. Serez-vous le maître ou l'esclave? NC-18
 

Attention à ne pas dire un mot de travers... KHORNE (UC)

 :: Présentations :: Présentations des hybrides Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
(#) Mar 6 Juin - 11:46

Qui êtes vous?



Généralités

♠ Prénom : Khorne... Non cela ne s'écrit pas Corne... N'osez pas me la faire celle-la sinon vous allez vous prendre un tel coup de pied au cul que vous en aurez le gout de ma semelle dans la bouche.
♠ Nom :


♠ Sexe : Mâle... Quoi ? Vous vous attendiez à "monté comme un taureau"... Vous me cherchez la hein ? Avouez vous me cherchez...
♠ Âge : 28 ans. Ahah, vous ne voyez aucun commentaire à faire sur ce coup la.

♠: Race : Hybride Toro de lidia.. Bon qui a dit "holé" que je lui présente ma droite puis ma gauche...
♠ Groupe : Hybrides Mâles... C'est logique non si vous fusionnez Sexe et Race...
♠ Rang : Sauvage... Toi la, je t'ai entendu... Tu veux prendre le taureau par les cornes ? Allez je t'attends je vais t'encorner comme il le faut.

♠ Orientation : Hétérosexuel végétarien athée écolo naturel boxer rouge... Bah quoi, au moins je me montre précis sur mes orientations...


Personnalité

Hey, tu me sembles bien curieux toi… Tu veux savoir qui je suis ? Pourquoi ? Tsss la curiosité c’est un sale défaut mais je suis d’humeur généreuse alors autant partager un peu. J’ai hérité de quelques traits de mon coté animal, des traits que je considère comme noble et dont je suis réellement fier. N’y voyez pas de l’arrogance, loin de la… Mais je ne vois aucune honte à être un Hybride, je ne me sens pas comme un être inférieur ou comme un homme qui ressent le besoin de cacher sa part animale. Je suis ce que je suis et je m’aime comme je suis. Si vous n’êtes pas content, c’est du pareil au même et si quelqu’un temps de me rabaisser parce que je suis un taureau, il va sentir toute la force de mes convictions dans sa poire. Mais revenons donc à mes traits de grand cornu dont le premier qui est surement le plus facile à remarquer : La Bravoure. Je n’ai pas peur face à l’adversité, face aux ennemis ni face aux obstacles, je suis tel le buffle devant le lion, prêt à défendre sa peau jusqu’au dernier souffle et même si le combat est perdu d’avance, je ferai en sorte de lui rendre la tache le plus difficile possible ou de le blesser assez pour qu’il ne puisse pas continuer ensuite. Je ne suis en rien un révolutionnaire, mais croyez-moi que si je vois une injustice, que je vois quelqu’un s’en prendre à une personne proche de moi ou que j’apprécie, vous me verrez charger droit dans l’ennemi pour le faire déguerpir ou le mettre hors d’état de nuire. Et oui, je suis aussi quelqu’un de protecteur, celui qui jouera le grand frère, le défenseur, le tank ou l’ange gardien pour tous ceux qui comptent à mes yeux. Mais attention, ne vous méprenez pas ce n’est pas parce que j’ai ces traits de caractères et que je suis un taureau de combat que je suis violent. Loin de la… Je suis certes capable de crier fort, de me montrer intimidant, et surtout de taper du pied d’un air menaçant, mais je ne vais jamais attaquer ou frapper gratuitement, préférant m’imposer et dissuader que de stupide à frapper gratuitement sur quelqu’un. Le conflit physique doit être uniquement utilisé en cas de dernier recours ou si je suis face à un ennemi qui ne reculera pas. Mais revenons à mon courage qui ne se résume pas à braver les flammes ou faire face à une arme, mais qui se tourne aussi vers les défis. J’adore les défis et souvent quand un m’est lancé, c’est Challenge accepté. Ne refusant jamais une course, un bras de fer, une épreuve…

Ce que certains appellent la Noblesse chez un Taureau, je l’appelle être imposant. Une position fière et droite pour que les autres me remarquent et cèdent le passage, avançant droit devant moi sans faire un pas de coté pour autrui donnant l’impression d’être le genre d’homme qui a pour adage « après moi le déluge », mais c’est un système de défense pour impressionner et éviter que d’autres me cherchent inutilement, donner ce sentiment d’être inébranlable et de pouvoir à tout moment charger. Je ne suis d’ailleurs en rien quelqu’un qui agi nerveusement ou sur un coup de tête, je reste un être assez réfléchit, un être qui ne fonce pas sans raison dans le tas et qui ne panique pas au moindre bruit. Par contre le coté imposant de ma personne vient aussi de mon langage, souvent trop franc et tranchant. Quand j’ai quelque chose à dire, je le dis clairement et sans demi-mots, ne jouant pas de flatteries inutiles ou d’hypocrisies pour plaire… En clair, si je pense que tu as une sale gueule, je te le dirai clairement, tout comme je saurai te dire qu’il est vraiment temps que tu ailles prendre une douche, sans le murmurer… Au contraire je pense que toute l’assemblé se retournera en m’ayant entendu faire cette remarque. En me lisant, vous devez penser que je ne suis pas quelqu’un de très sociable… Et bien dans le cul, vous vous plantez. Je sais être vraiment amical, écouter les autres, leur parler, les soutenir et même être vraiment ouvert d’esprit. Mais pour cela il faut réussir à me dompter car oui je ne donne pas mon amitié au premier singe venu, je garde malgré tout un instinct de survie, mais si vous arrivez à m’approcher à à vous entendre avec moi… Allez hop, allons nous boire une bière, taper une fringale, et vous pouvez compter sur moi en cas de besoin. Bon, par contre préparez vous à avoir des bleus car la tape du poing sur l’épaule est une habitude, presque inconscient d’ailleurs et malheureusement j’oublie dès fois de contrôler ma force. Mais je vous arrête de suite, j’entends déjà votre remarque « Brute », non, non et non, je ne vais pas tolérer ce préjugé envers ma personne. Je ne suis pas une brute… enfin pas toujours. Je sais même être quelqu’un d’extrêmement doux avec les personnes les plus proches de moi, pouvant laisser ma main caresser une chevelure lentement, les doigts simplement se balader sur la peau sans être brusque.

Je suis un mâle des plus actif dans la vie, j’ai besoin de bouger, de faire quelque chose, débordant souvent d’énergie. Je sais que c’est surtout physique, à cause de mon coté taureau et non psychologique. J’ai réellement un besoin de me dépenser sinon je fais des insomnies. Par contre, chose peut-être contradictoire, il m’arrive aussi de juste m’allonger dans l’herbe à regarder le ciel avec une brindille en bouche, profiter du beau temps, de l’air, ou d’une compagnie avec qui échanger quelques mots. Ce qu’il faut savoir c’est que je suis aussi quelqu’un de simple, n’étant réellement pas attiré par les biens matériels hors quelques rares exceptions qui représentent plus des souvenirs ou des valeurs sentimentales. Je n’ai pas besoin de luxe ou de confort pour être heureux, juste de la compagnie de ceux que j’aime ou que j’apprécie. Il ne me faut pas grand chose pour être heureux dans la vie, surtout après celle que j’ai eu, j’arrive à profiter de chaque instant, de la moindre petite chose qui se produit, voyant de la beauté dans un couché de soleil, ou dans une fleur dansant sous le vent. C’est cela ce que j’appelle vivre, ne pas laisser les tracas du monde frapper et créer l’angoisse. Ne voyez pas cela non plus comme une forme de baba cool ou de hippie… Je ne suis peut-être pas d’une nature nerveuse ou anxieuse, mais je reste méfiant envers ceux que je ne connais pas, préférant prévenir que guérir et ne donner ma confiance qu’une fois assuré de la personne. Il faut savoir que je ne donne pas cette confiance à n’importe qui, ni au premier regard… Cela pourrait prendre du temps pour la gagner, du temps pour que je vous découvre et que vous appreniez à me connaître, surtout aussi à comment réagir envers ma personne.

Vous souhaitez me faire plaisir ? Bien alors parlons de ma marotte, une passion, une collection… Le tabac… Oui je collectionne les différents tabacs, adorant découvrir les arômes qu’ils offrent, que ce soit pour le fumer dans ma pipe, que ce soit une cigarette, un cigare ou encore du tabac à chiquer. Oh Stop… La je t’ai entendu mon vieux… Tu l’as dit… *remonte ses manches* un instinct de ruminant hein ? Tu vas voir ce que tu vas prendre espèce de [Censure] *Bondit hors de la fiche pour frapper le lecteur responsable de cette pensée* Tu le sens le [Censure] de ruminant, maudit [Censure]. *Retourne dans la fiche en se frappant les mains retirer la poussière* Excusez moi… Donc je disais, vous voulez me faire plaisir, offrez-moi du tabac. Il n’y a que deux choses que j’aime beaucoup… Non trois en faite… Ma pipe pour consommer mon tabac, elle ce n’est pas une question de souvenir mais juste d’utilité. La seconde chose est mon chapeau, j’adore ce chapeau et je vous jure celui qui l’abime, je lui ferai bouffer le reste suivi d’un bon pain… Non pas celui de la boulangerie. Ce chapeau est le cadeau de la personne qui m’a libéré et je le garde en souvenir. Pour finir, la troisième chose sont de vieilles lunettes de moto que je garde toujours sur le chapeau ou le front, même si je n’ai jamais monté de moto. Elles appartenaient à la femelle qui avait fuit avec moi…

Oui oui, je sais que vous voulez en savoir plus sur ma vie intime, sur comment je concevois une relation… Et bien sachez que c’est un sujet complexe pour moi. En effet je suis hétérosexuel, j’ai comme tous les mâles hybrides une tendance à réagir aux chaleurs des femelles et j’ai très difficile d’y résister, mais ce n’est pas réellement de ma faute c’est ma nature. Par contre si nous devons parler sentiments et sexualités, sachez une chose simple… Je ne suis pas attiré par un corps ou une apparence, mais par la personne, ce qu’elle est, son caractère et surtout ses défauts. J’ai eu quelqu’un que j’aimais beaucoup, une femme qui était dans ma vie mais que j’ai perdu. Elle était réellement précieuse à mon cœur mais malheureusement nous n’avons jamais fait l’amour… On se l’était promis, mais avant nous n’avions fait que coucher ensemble… de force. Vous vous demandez surement « Quoi ? Comment cela ? » Et bien, elle comme moi venions du Centre de Reproduction. Mais nous parlerons de cela plus amplement dans mon histoire. Ce qui est important c’est que cette part de ma vie m’a totalement détaché du principe « Coucher pour Coucher », je n’y vois pas réellement de plaisir. Alors hors des soucis de chaleur, où je tenterai surement de résister, si j’ai une relation charnelle avec quelqu’un, c’est que le cœur y est, que le désir n’est pas physique ou luxure, mais de l’harmonie de deux personnes. En clair, hors complication de chaleurs, Pas de sexe sans sentiments, j’ai assez donné...

Les chaleurs des femelles sont réellement un souci pour moi car j’ai hérité de l’Odorat du Taureau… Je ne sais pas si vous savez ce que cela signifie, mais malgré les apparences et qu’ils sont connus pour « charger sur le rouge », le sens principal est l’odorat. Je me suis renseigné là-dessus justement car cela m’agaçait assez de sentir mon comportement changer à cause d’un parfum ou d’une odeur… Et bien en faite, les taureaux communiquent par l’odorat, que ce soit pour reconnaître ou identifier ceux qu’ils vont considérer comme ami ou ennemi, l’enfant qu’ils vont adopter, ou encore simplement réagir aux appels chimiques ou des phéromones, ce qui fait des taureaux des reproducteurs faciles. Mais aussi c’est ce qui permet à un taureau de sentir si d’autres animaux sont apeurés ou agressifs, à cause de leurs phéromones. Du coup voilà, j’ai hérité de cela… J’ai un très bon odorat, un trop bon odorat et je sais ressentir les phéromones d’une femelle en chaleur de loin… Pas toujours évident à vivre surtout si je veux ignorer cette odeur, mais aussi du coup je suis vite influencé en bien ou en mal à cause des odeurs environnantes, pouvant trouver certains lieux très indisposant, surtout avec les produits chimiques. Cela me rend sensible aussi à certains produits pouvant endormir ou assommer… Joie profonde (Ironie)… Donc maintenant vous savez que j’ai un odorat surdéveloppé, mais parlons d’autres petits détails, des autres sens ou particularités. Par exemple je suis très très sensible sur la base de mes cornes… Et gratouiller ou caresser cette part de moi, ou derrière l’oreille… Bon sang cela me fait fondre. Ce sont vraiment des points qui réagissent facilement au touché. Et je vous rassure, je n’ai aucun souci avec le rouge, c’est un mythe… Par contre j’avoue que ma vue de loin n’est pas top top, j’ai une très bonne vue de près mais dès que les choses s’éloignent trop je perds en nuance de couleur et je vois floue.  

Continuons en parlant un peu de moi encore, mais plus précisément de mes gouts. Je déteste le sucré… Je ne sais pas pourquoi, mais je trouve cela affreux et cela me donne une soif affolante, donc je ne prends jamais de sucre ni de douceurs ou de chocolat d’ailleurs. Par contre j’aime bien les pommes, c’est le seul fruit, la seule chose sucrée que j’aime et que je mange volontiers. Je ne suis pas non plus fan du salé, mais cela passe encore. Ce que je préfère ce sont des salades, des légumes, crus ou vapeurs, sans vinaigrettes, plus du nature en faite. Au moins je ne suis pas réellement difficile pour la cuisine, hop une assiette de crudité nature et me voilà comblé. Non je ne broute pas de l’herbe, mais vous voulez vraiment que je me fâche hein ? Par contre bon dieu, que j’adore les carottes… C’est une forme de délice particulier… Je pourrais passer ma journée à en manger, un peu comme le pain, surtout si il est multicéréale. En dehors de la nourriture, je ne suis pas ami avec la technologie, je m’en sors jamais avec les téléphones mobiles, appuyant sur deux numéros au lieu d’un, ou faisant des fausses manipes, et finalement je m’énerve pour finir par l’écraser dans ma main. Même chose avec un ordinateur, la dernière fois que j’en ai touché un, j’ai pris le clavier que j’ai explosé contre l’écran. Donc voilà, peu fan de la télévision, de la radio, ni même d’ailleurs des véhicules, mon rêve c’est une cabane en bois dans la nature, un intérieur tout en bois, sans électricité. Oh yeah…

Je sais que plus jeune, j’avais un comportement de leader, me montrant facilement comme mâle dominant, mais c’était un trait instinctif de ma jeunesse et en groupe. Maintenant je vis plus dans un système de grand groupe et je ne cherche pas spécialement à imposer mon avis ou mes choix aux autres même si comme vous avez devinez avec le reste de mon caractère, j’ai des relents de dominants avec les autres. J’évite peut-être de jouer trop au leader car je sais que je vais râler, m’imposer et chercher la confrontation pour jouer au plus fort et avoir le dernier mot. C’est un souci car je suis quelqu’un de borné, il est réellement très difficile de me faire changer d’avis ou de me convaincre à faire une chose que je refuse. Ce qui m’a déjà couté quelques séances de punitions quand j’étais au centre de reproduction. C’est fou car finalement je ne respecte pas la hiérarchie sauf si j’en suis à la tête, je viens de m’en rendre compte en vous parlant… Mais bon, que voulez vous, chacun ses défauts non ? Je sais facilement me montrer patient dans certains cas, comme d’attendre quelqu’un, attendre un événement, ou alors rester sans rien faire à juste laisser le temps s’écouler. Mais d’un autre coté je suis impatient avec ceux qui m’énervent, me cherchent ou me provoquent, pouvant facilement faire le premier geste pour dire que si il continue, il va finir dans le mur. Je me rends compte que j’en oublie de vous parler de mes pires défauts… Non, mon pire défaut, celui qui est surement le plus honteux et que je n’aime ni montrer, ni dévoiler. Oui j’en ai trop dit… je me sens obligé de continuer et de vous dévoiler ce trait de caractère qui n’est pas des plus agréable. Je suis… hum une mauvaise combinaison de trois sentiments… Je suis très jaloux quand je tiens à quelqu’un, pouvant facilement avoir l’impression que cette personne m’abandonnera pour mieux, ou se détournera de moi quand elle fréquente quelqu’un longtemps. Mais ce n’est pas tout, car cette jalousie a un coté possessif, sans pour autant être méchant, mais disons que je suis le genre à souvent demander ce qu’elle a fait, comment a été sa journée ou poser des questions pour savoir si… enfin bref, vous avez compris. Mais pour finir la trinité infernale, je suis aussi territorialiste, donc mon rocher est mon rocher, mon coin est mon coin. Je n’aime pas qu’un autre non invité entre sur mon territoire, c’est ouvertement une agressif à mes yeux, une provocation que je ne peux ignorer. Cette trinité forme mon plus mauvais visage.

Pour en finir avec cette partie de mon caractère, passons aux petits détails de la vie de tous les jours, les choses peu intéressantes ou futiles mais qui font malgré tout partie de moi. En dehors de fumer, j’ai souvent une brindille en bouche, en faite c’est psychologique, j’aime avoir un gout d’herbe ou de tabac, ce qui fait que j’ai toujours quelque chose au coin de mes lèvres. Quand je réfléchis, je passe instinctivement mes doigts dans mon bouc, jouant avec les poils. Fâché, en colère ou anxieux, je tape du pied à terre ou le frotte par réflexe, soufflant par le nez. Quand je vois certaines bêtises, âneries ou faux pas, je me facepalme assez facilement. J’ai la mauvaise habitude de saluer en mettant une claque ou un poing sur l’épaule de l’autre, oubliant souvent de contenir ma force sur ce coup la… Navré… Verbalement, je me montre facilement impulsif, familier et voir vulgaire. Bougon, râleur, il m’arrive de facilement marmonner dans ma barbe ou prendre un air plus boudeur, surtout quand les choses ne me plaisent pas ou que quelqu’un me taquine de trop. Appréciant une compagnie rapprochée, je l’exprime en venant caresser la personne de mon nez sur sa joue, ou de joue contre joue. Quand je veux me battre, ou que je compte intervenir, je frappe les deux poings l’un contre l’autre. Vexé, je fais un claquement de ma langue contre le palais en venant retrousser les lèvres (babine). Je suis nul à shifumi, faisant toujours pierre par réflexe. Je m’habille le torse même quand il fait très chaud pour cacher les marques sur mon corps, me sentant mal à l’aise face aux questions sur ces dernières, tout comme je n’aime pas parler de mon passé au centre de reproduction, préférant voir l’avenir. Ce qui est paradoxal vu les souvenirs que je garde sur moi. Je ne supporte pas les jeux de mots ou sous entendu face à ma race… Si vous saviez le nombre de fois où d’autres m’ont taquiné en parlant de femmes et me demandant ce que j’attendais pour brouter le gazon. J’aime le naturel, pas le superficiel… Soyez juste vous avec moi car jouer un rôle me fera croire que vous avez des choses à cacher, tout comme le maquillage n’est autre qu’un masque. J’aime bien les personnes plus petites, cela m’amuse de les porter sur mon épaule ou mon dos. En faite je trouve que ce qui est petit est mignon. Je n’aime pas lire, simplement parce que j’ai des difficultés de ce coté la, ou une forme de retard peut-être, du coup je hache les mots à la lecture ce qui me complexe. J’adore le lait, un bon verre de lait et je suis aux anges. Quand je blesse quelqu’un, je m’en veux toujours ensuite… Même si la personne l’avait mérité. L’excitation se voit facilement sur moi car je suis remuant, je me mords la lèvre inférieure et je soupire, souffle, expire avec force. Je sais passer des heures allongées dans l’herbe à regarder le ciel. Cela ne me dérange pas d’être trempé, de rester dehors sous la pluie et je me baigne avec mon haut, toujours pour cacher les cicatrices.


Apparence

Dès commençons par ce que vous allez par remarquer directement, je suis un hybride taureau qui mesure 2m11 pour 153 kg… Oui je ne passe pas inaperçu vu ma masse assez imposante, voir impressionnante.  De plus ma tête possède deux cornes creuses composées d’une cheville osseuse et couverte d’un étui corné nacre tacheté de noir sur la pointe, ce qui se nomme des cornes astiblancas, elles sont aussi astigordas, donc plus épaisse à la base et restant assez large jusqu’à la pointe, non effilée. Pour continuer sur les terminologies et les cornes, elles mesurent 37 cm et sont cornialto, ce qui signifie implantée sur le haut du crâne, en étant veleto, donc pointé vers le haut et ouverte, avec une forme en couronne, dit corniapretado. Au moins vous avez tous les détails de cet appendice céphalique. J’ai juste sous mes cornes de oreilles bovines, sans marquages, elles sont plus longues à l’hélix plat et le lobe courbé et s’étirent en pointe. Ne surtout pas les mordiller, c’est extrêmement sensible et cela me fait fondre… Pour finir sur les traits physiques les plus bovins, j’ai aussi un appendice caudal d’une cinquantaine de centimètres avec une touffe de poils au bout. Je range souvent cette dernière autour de ma taille, comme une ceinture. Mon apparence massive vient du fait que je possède trois fibres musculaires différentes et cela avec une densité du cuir une fois et demi supérieure à celle d’un humain, ce qui ne rend pas ma peau aussi résistante que celle d’un sanglier ou d’un vrai taureau, mais plus qu’un simple humain ce qui m’évite de m’écorcher pour un rien et rend la perforation légèrement plus complexe que celle d’un homme. Comme vous l’auriez surement deviné, cette musculature m’offre aussi une force supérieure à celle d’un simple humain, c’est à dire que là où un homme a une force de pression de 48,50 kg dans sa main, j’ai une force de pression de 72kg, donc je peux développée 720 newton. La où l’homme peut fournir 200 watt en continue, j’en fournis 300 et la où un homme soulève 75kg sans donner trop d’effort, j’en soulève 112,5, donc avec une poussée maximale de 650 kg de poids soulevé en cas de grand effort. Ce qui pourrait paraître très impressionnant mais qui reste assez proche d’un record mondial humain. Je n’ai pas un estomac comme les humains, ni trois comme les taureaux, mais deux estomacs humains, ce qui fait que j’ai un sacré appétit aussi quand je dois manger et cela sait se montrer facilement handicapant. En parlant de manger, je vous arrête de suite les mecs, ma j'ai une dentition humaine et non bovine, tout comme ma langue.

Voilà que les traits les plus bovins sont exprimés, passons au reste de mon physique, c’est à dire celui d’un homme gardant une bonne condition physique, arborant une chevelure courte en bataille et un bouc d’une couleur brune, ce qui accompagne assez bien la couleur de mes yeux qui sont quant à deux chocolat au lait. Mon corps est musclé et je dois dire que ces derniers ne sont pas réellement subtils, marqués d’une façon assez nette avec des sillions parfaitement clairs mais aussi un cou large qui même amplement habillé ne sait point cacher ma musculature, tout comme mes bras. En dehors de cette musculature, mon corps est marqué par la présence de poils bruns au niveau du torse, sans pour autant être un ours, mais surtout par différentes cicatrices surtout dans le dos et quelques unes devant suite aux différents traitements que j’ai subis au Centre de Reproduction. Et oui se rebeller cela coute cher, cela engendre la punition, surtout quand je frappe l’éleveur pour montrer mon refus de coopérer. Certaines marques sur le flanc font clairement penser à des brulures remontant au début de mon éducation… C’est d’ailleurs en partie pour cela que je n’ai pas été vendu mais utilisé à la reproduction, trop rebelle surement. Même mes mains, assez imposante il faut dire, portent sur la droite une cicatrice pouvant faire penser à un cigare qui s’est fait écraser sur le revers… Enfin un… Plusieurs au même endroit. Hum… Oui j’ai compris, et non je ne répondrai pas sur le mythe du taureau, je dirai juste que tout est proportionnel.

En parlant de proportions, ma pointure est de 52… Je vous dis comme c’est du coup facile de trouver chaussure à mon pied. Pour ce qui est d’ailleurs de mes vêtements, et bien je m’habille avec ce que je peux, n’étant pas doué de couture et n’ayant point de doigts de fée, je fais avec ce que je peux avoir ou trouver. Les seules choses que je garde toujours sont mon chapeau et les lunettes de moto. J’ai aussi une sacoche à ma taille où se trouve toujours du tabac pour fumer, ou mâcher, ainsi qu’une pipe. J’ai aussi une montre à gousset dans ma poche que j’ai trouvé un jour, surement un « touriste » qui l’avait jeté ou perdu. Elle a demandé simplement un peu de patience et un coup de main pour la réparer.


Histoire


La Famille Biologique

Bien, avant de parler de moi, parlons de ma provenance. Sachez que je n’ai aucun souvenir de tout cela et que tout ce que je sais au sujet de mes « parents » biologique vient d’histoires que j’ai entendu et d’une rencontre que j’ai faite avec mon père il y a peu de temps, juste avant qu’il s’éteigne. Oui, j’ai cherché à rencontrer mon père, par curiosité et ce que j’ai vu m’a grandement déçu, mas vous comprendrez tout cela dans un instant. Je ne suis pas le fruit du laboratoire, mais d’un « accident » entre mon père, un Hybride Taureau de première génération et de sa maitresse. Mon père, nommé Aldébarant, était bien plus robuste et impressionnant que moi, un être fait de testostérone et de muscles, un hybride puissant mais qui était aussi assez bête… Non pas bête, il était simple d’esprit, ne pensant pas par lui même et obéissant au moindre ordre. Un digne taureau qui n’attendait qu’à passer à l’abattoir. Il était totalement soumis, sans aucune envie de liberté, sans même chercher à savoir ce que c’était, obéissant à sa maitresse qui le voyait à la fois comme un outil pour les travaux lourds chez elle, mais aussi comme un objet pour ses désirs sexuels en l’absence de son compagnon qui avait bien du travail. Oui, mon père était cela, un tracteur et un god vivant… Super non ? Ma mère était sa maitresse, Cécilia di Castillo, une femme au sang chaud qui avait comme compagnon un homme d’affaire souvent occupé par son travail. C’est pour cela qu’elle avait pris mon père comme esclave… Un caprice face à la nouveau, une envie de compagnie en l’absence du compagnon et quelqu’un d’assez robuste pour les travaux. Elle ne le respectait pas, non elle le voyait comme son jouet, son utilité et allait même jusqu’à lui demander de se mettre à quatre pattes devant le fauteuil pour l’utiliser comme une table basse ou un repose pieds. C’était une garce qui tombée enceinte pensait porter l’enfant de son compagnon et non celui de son taureau. En faite, cette idiote pensait que père était le genre stérile donc n’avait jamais pris de précautions. Imaginez sa surprise quand elle apprit que son bébé avait des cornes naissantes sur la base de son crâne, l’apprenant trop tard pour un avortement sans risques. Ainsi ma mère m’a porté jusqu’au bout, jusqu’à l’accouchement par césarienne vu que j’étais un bébé trop robuste pour prendre le tunnel naturel. Mais à peine j’étais arrivé à la vie que cette femme avait décidé de me donner au centre, refusant d’avoir comme premier enfant un semi animal, m’abandonnant sans que jamais mon père s’y oppose.

Centre de Dressage = Maison

Ainsi, enfant naturel mais sans parents, j’allais grandir et évoluer au centre d’élevage, un lieu avec d’autres hybrides où ils allaient tenter de m’éduquer pour faire de moi une brave bête. C’est beau l’espoir non ? Les débuts ne me laissaient que peu de souvenir, après tout je n’étais qu’un bébé cornu, un petit veau qui avait besoin qu’une personne lui donne son lait et veille sur sa croissance. Une croissance assez rapide physiquement mais humainement normale, enfin quand je dis assez rapide, je ne parle pas de croissance accélérée, juste que j’étais plus massif et imposant que les autres, héritage de mon cher père qui avait plus du bœuf que du taureau. Je me souviens que de mes premières éducations, des cours pour me rendre « intelligent », enfin pour me permettre de réfléchir et de pouvoir comprendre le monde qui m’entoure, faire de moi un meilleur objet et augmenter ma qualité pour les futurs maitres ou propriétaires. Ces débuts là je les aimais encore assez bien, apprendre, évoluer, comprendre mon corps, utiliser les objets… C’était amusant pour un esprit d’enfant qui ne comprenait pas encore que certaines leçons le dirigeaient vers une forme de servitude. Plus je grandissais, moins je me faisais d’amis, adoptant un comportement assez territorialiste, n’acceptant pas d’autres hybrides dans mon cercle de vie quand je m’installais quelque part, même à table je refusais ouvertement qu’un autre s’installe proche de moi, me montrant vite agressif, vite dominant. Pas au point de causer des bagarres au début, intimider suffisait à chasser les autres. Petit à petit, grandissant et commençant à comprendre un peu mieux ce monde, je me rendais compte que ma maison, le centre de dressage, était une prison, je ressentais une forme d’anxiété face à la captivité mais aussi face aux enseignements qui commençaient à me sembler déplacer, mais aussi qui me faisaient comprendre que cette maison voulait me donner une vie que je ne désirais pas. Je commençais à tourner en rond dans cette « cage », à chercher un moyen de passer outre la surveillance des tuteurs, à fuir, mais à ma première réelle tentative j’allais apprendre une nouvelle leçon. Châtiment. Alors que j’avais cherché à sortir du centre, à forcer le passage malgré mon très jeune âge, c’est à dire mes 12 ans, je m’étais rapidement fait rattraper avant de trouver la porte menant à l’air libre et j’avais eu droit alors à quelques flots d’insultes, me traitant d’ingrat, puis à des coups pour que la leçon s’installe en mon esprit, des coups pour me jeter à terre, puis des coups de pieds dans le dos, dans le ventre, au visage, finissant par un crachat au visage et un commentaire pour me dire que je n’étais qu’une bête stupide.

Aries, la brebis caline

Je m’étais un peu calmé après cette correction, me montrant que plus agressif envers les autres hybrides qui s’approchaient de moi, sauf une… Enfin si au début je m’étais montré tout aussi agressif qu’avec les autres mais au lieu de reculer, elle continuait à avancer, comme si elle savait que je n’allais pas la frapper pour la chasser et elle insistant pour venir finalement jusqu’à moi, n’essayant pas au début de me parler mais juste de se frotter contre moi d’un geste presque réconfortant. C’était une hybride brebis, Aries… Oui ils savent être original quand ils veulent donner un nom… Elle ne disait rien, juste des gestes pour vérifier que je n’avais plus de blessure, des gestes ensuite pour que j’accepte sa présence à table, ou encore que j’accepte sa compagnie hors des leçons. Aries était toute gentille, cherchant souvent à venir se coller à moi sans rien dire, à pousser mon bras pour que je pose une main sur son épaule, sans comprendre au début que c’était pour elle comme chercher un refuge. Cette présence calmait aussi mes envies de foncer dans le tas tête baissée pour trouver la fuite mais si j’avais su… si j’avais su comment les choses allaient se dérouler… Surement que j’aurais trouvé un moyen de sortir du centre de dressage, de ce lieu où je me pliais contre ma volonté pour éviter d’attirer plus d’ennuis, de ce lieux qui commençait à se montrer plus imposant, plus oppressant, comme si l’âge de la vente approchait poussait du coup aux maitres des lieux à se montrer de pire en pire. Je n’avais que 15 ans et pourtant j’étais déjà plus grand, plus fort que bien des tortionnaires, mais je n’avais pas leurs armes pour me défendre. Bref, un jour ils avaient décidé que certains d’entre nous étaient prêt pour le marché, et c’était à ce moment la que tout avait dérapé… Bien plus que je ne pouvais imaginer d’ailleurs.

Quand ils tentèrent de m’emmener, je faisais déjà preuve d’une certaine résistance, les obligeant à se montrer plus agressif, mais quand j’avais entendu Aries lâcher un couinement lors qu’un des hommes l’avait agrippé brusquement pour l’emmener aussi, mon coté protecteur avait fait surface. C’était comme une colère rouge qui m’envahissait, me rendant plus enragé, usant de toute ma force pour renvoyé l’homme qui me tenait et charger celui qui voulait embarquer Ariès. J’étais jeune mais j’étais déjà très fort, me jetant sur cet humain pour le frapper encore et encore, perdant contrôle, voyant littéralement rouge. Mais voilà, dans cette rage je n’avais pas fait attention aux autres gardes, continuant à frapper celui à terre pour protéger la brebis, jusqu’à sentir les chocs des matraques électriques, les mêmes que pour les bétails, prenant décharges sur décharges jusqu’à finir inconscient.

Je ne sais pas combien de temps j’étais resté inconscient, mais quand je m’étais réveillé c’était à cause de la douleur, un homme qui brula ma main avec son cigare, me poussant à me rebeller, à me réveiller dans un cri et chercher à me débattre, mais j’étais attaché, de lourdes chaines. Il y avait ces trois gardes présents, dont celui que j’avais passé à tabac. Ils voulaient me punir de mon comportement et je soufflais par le nez, les regardant avec mépris. Les premières heures, ils me frappèrent à tour de rôle, me lacérèrent le dos à coup de fouet pour faire couler le sang, m’affaiblir, un s’amusant à fumer et chaque fois écraser son tabac sur ma main. Je ne pouvais contenir ni insultes, ni cris de douleurs, je ne pouvais rien contenir mais je ne cédais rien, même quand ma vue devenait floue, je promettais de les briser, de les avoir une fois libre. Voyant que je ne cédais pas, que j’étais au bord de l’évanouissement sous la douleur et les blessures, un petit filet rouge coulant au bord de mes lèvres. L’un fit remarqué que j’avais perdu pieds pour protéger Ariès et ils la firent venir dans cette salle. Au début je ne comprenais pas, pensant qu’ils voulaient faire un chantage, mais non, ils voulaient me punir encore, la frappant pour la jeter sur une table devant moi. C’est quand j’avais vu un des gardes se déshabiller que j’avais compris, demandant d’arrêter, suppliant en disant que je ferai ce qu’ils veulent, ils répondirent que c’était trop tard et que ce qui se passait étaient les conséquences de ma rébellion. Malgré mes cris, malgré ses cries à elle… ils le firent, tous les trois, l’un après l’autre, ils la violèrent devant mes yeux pour me faire souffrir. Je tentais de tirer sur mes chaines, à bout de force, sans aucun espoir d’y arriver, rageant mais impuissant, devant faire face à ce spectacle dont je me sentais responsable. Ils partirent après, la laissant là, souillée, blessée et en larmes, m’obligeant encore à encaisser tout cela. Je n’arrivais plus à dire un mot, ayant demandé pardon encore et encore pendant leur crime, restant tête baissée alors que la caline petite Ariès s’était mise en boule dans un coin de la pièce.

Centre de Reproduction




Derrière l'écran

Prénom/Pseudo : Cela ne change pas
Âge : non plus… sujet sensible
Fille, garçon ou autre ? Homme
Passions : rhaaa curieux va
Comment as-tu découvert le forum ? bah j’y suis
Que penses-tu du forum ? Love
Autres : Meuh… pardon
Code:


© FICHE CRÉÉE PAR AMYLITH |  NESIS |  MEIYA ▬▬ Modifiée par Lou Ainsel
Messages : 3
Date d'inscription : 06/06/2017
Age : 38
Multi-Compte : Kisada, Kayden
Fiche de Présentation : La fiche du Taureau
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
(#) Mar 6 Juin - 12:04
+1 au cas où
Messages : 3
Date d'inscription : 06/06/2017
Age : 38
Multi-Compte : Kisada, Kayden
Fiche de Présentation : La fiche du Taureau
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
(#) Mar 6 Juin - 15:30
Ouaiiiiis enfin mon signe du Zodiaque en force... D'ailleurs tu me donnes envie de manger un steak ! Bon courage pour l'histoire Wink
Messages : 100
Date d'inscription : 29/04/2016
Age : 27
Multi-Compte : Lorelaï // Ena Anderson // Chiara // Chirly // Shin // Luann E. Allannah
Fiche de Présentation : ICI
Fiche de Relation : Viens là

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Homo manipulus Dhybridus
Maître/Maîtresse: de mes hybrides et des autres aussi
Esclaves: Aelys
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humain - Pro-Esclavage


Revenir en haut Aller en bas
(#) Mar 6 Juin - 18:06
MINE STEACK ♥♥



Merci de ton nobleuh sacrifice pour jouer la meilleure viande au monde ♥♥ Joie sur ta vie
Messages : 70
Date d'inscription : 11/08/2016
Age : 26
Localisation : Dans les rues
Multi-Compte : Aelys / Kali / Estelle W.
Fiche de Présentation : Ma fiche
Fiche de Relation : Mes liens

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Lionne
Maître/Maîtresse: X
Esclaves: X
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideF - Sauvage


~ Je rugis en #E29612 ~

Défis rp:
 
Revenir en haut Aller en bas
(#) Jeu 8 Juin - 18:44
Merci à tous /o/

Range tes griffes et crocs... Je Ne Suis Pas Un Steak
Messages : 3
Date d'inscription : 06/06/2017
Age : 38
Multi-Compte : Kisada, Kayden
Fiche de Présentation : La fiche du Taureau
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
(#)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maître ou Neko ? :: Présentations :: Présentations des hybrides-