Bienvenue à Togi! Cette merveilleuse île qui propose toutes sortes d'hybrides à la vente. Serez-vous le maître ou l'esclave? NC-18
 

Erreure tactique (pv Kioko)

 :: Hors-rp :: Rp terminés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
(#) Dim 30 Avr - 22:10
Cela fait quelque semaines depuis mon..... entrevue avec Kioko, depuis cette gifle donnée en guise d'adieux, au moins, j'ai pus voir que mes critiquent l'ont réellement touché, elle est peut être franche après tout, mais selon les analyses objectives de la situation, son comportement pouvait paraître...... trop tactile étant donné nos opérations et la situation dans laquelle nous vivons.

Les choses sont ainsi, et je n'ai pas eu le temps de plus y penser, car j'ai été assigner à une autre mission, la surveillance d'un groupe humain, quelque peu perturbateurs, un petit gang de la ville qui commence à faire parlé de lui, vols, trafics, et autres larcins, et nous cherchons à savoir si leurs activités pourraient être liées à celles du maire ou bien de Monsieur Gribov.
Cela fait donc quelque jours que je suis différents membres du groupes, leurs déplacements, leurs lieux de rencontres et de trafiques, leurs zones de stockages etc....

Mais aujourd'hui, étrangement les déplacements de ceux que je surveille sont.... différents, et finalement, je ne me rend compte que trop tard de mon erreur.

Arrivé dans une ruelle, je perd la trace de mes cibles, et me voilà alors entouré par des Humains, des membres du gang, comment ont ils sut que je les suivaient ? C'est la première fois que je me fais avoir de la sorte.

Je n'ai pas le choix, il faut que je parte d'ici, et alors que l'un d'eux ce jette sur moi, je le met à terre, le maîtrisant comme je pouvais car déjà un deuxième viens sur moi. Je n'aime pas les affrontement de rue, préférant le combat à distance, et je sais que si je ne pars pas vite d'ici je.....

Un coup de barre de fer dans le ventre me stoppe dans mes pensées et me fait cracher une gerbe de sang alors que je me retrouve à terre, commence alors un déluge de coups que je ne suis plus capable d'arrêter et incapable de savoir combien de temps cela dure, une minute ? dix ? Toujours est il qu'à la fin, je ne suis plus capable de bouger, les vêtements en lambeau et des hématomes de partout, crachant du sang.
Le leader du groupe s'approche alors de moi, se penchant sur moi.

Tu nous prend pour qui espèce de connard ? Voilà ce que tu gagne à nous suivre !

Je sens alors une lame se glisser dans mon flanc, puis du sang couler le long de ce dernier, je vais mourir aussi bêtement ? Avant même que le jeux commence ? Un léger sourire se dessine une seconde sur mon visage, je savais que ce jours allait arriver, mais je ne le pensais pas si proche.

Puis une voix, que j'ai du mal à reconnaître sur le coup........ kIoko ?
Messages : 197
Date d'inscription : 02/06/2015
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
(#) Dim 30 Avr - 22:29
Depuis son dernier tête à tête avec Alexender, Kioko n'avait revu personne du cirque. Et cela lui allait très bien ainsi. Elle avait besoin de réfléchir à tout cela. Aux mots d'Alexender, à ce qui s'était passé aussi bien avec Esteban ou Shaka. Et étrangement, ce dernier n'avait pas non plus chercher à la joindre. Peut-être qu'il attendait qu'elle fasse le premier pas avec une idée de jeu ? En tout cas, c'était parfait, elle pouvait donc se concentrer sur son travail.

Et ce jour-là d'ailleurs, elle était de service, dans son habituelle tenue de soubrette. Elle avait revêtue son "masque" d'hybride docile, souriant et blaguant avec les clients. Mais chaque tentative de drague de l'un d'eux lui rappelait les mots d'Alexender. Et pourtant, elle n'avait jamais couché avec l'un d'eux et cela ne risquait pas d'arriver ! Néanmoins, chaque journée depuis, elle tentait de s'entrainer à mieux gérer ses oreilles.
La journée passa vite et elle se retrouva à nettoyer salle, les autres employées étant tous parties. En sortant les poubelles, elle entendit des bruits. Une bagarre ?
Discrètement, elle se dirigea vers la source du bruit et ce qu'elle vit la choqua : Alexender se faisait tabasser par un groupe ! Elle voulut se précipiter mais Ryosei l'en empêcha, lui rappelant que ses cours d'auto-défense ne lui aurait pas permis de faire quoique ce soit face à un tel groupe...et elle aurait inutilement pris des coups.

Quand le groupe partit, il la libéra et elle se précipita aux côtés d'Alexender.

- Alexender ? Alexender ! Allez, ne me crève pas entre les bras, bats-toi !

Même si elle lui en voulait pour ses mots, elle ne pouvait surtout pas qu'il meurt. Il ne méritait pas cela ! Ryosei approcha à son tour et observa le carnage.

- Il faudrait appeler les secours...
- Certainement pas ! Aide-moi juste à le ramener chez nous !

C'était la première fois qu'elle lui parlait ainsi mais Ryosei obtempéra sans rien rajouter. Il souleva, assez facilement, le corps d'Alexender et se dirigea vers la maison. Kioko le dépassa, entrant en première dans la maison et dégagea la place sur son lit avant d'amener de quoi le soigner. Une bassine d'eau chaude, quelques serviettes et surtout, le nécessaire de soins. Elle revint dans la chambre, les bras chargés alors que Ryosei déposait l'hybride sur le lit. Elle posa le tout à côté du lit et entreprit de retirer ce qui restait des vêtements. Elle ne lui laissa que son caleçon, le reste n'aurait que gêné pour les soins. Elle récupéra une petite serviette éponge, douce et moelleuse et l'humidifia pour nettoyer un maximum de sang. Ryosei lui prit la suite, désinfectant les plaies et y mettant un pansement si nécessaire. Le tout se faisait en silence.

Quand il ne resta que la blessure au flanc, Kioko prit une inspiration et s'arma d'une aiguille et de fils. Ils n'avaient pas de matériels chirurgical, ils faisaient avec les moyens du bord mais elle savait qu'appeler les secours, c'était risqué de le condamner et de trop attirer l'attention sur le cirque. Elle commença alors à recoudre la plaie, comme si elle recousait ses propres vêtements, concentrée.
Pendant ce temps, son maître commença à ranger, emportant la bassine et les serviettes pour les nettoyer. Et là-dessus, il allait avoir du boulot même si le sang était frais.

Finalement, elle réussit à faire plusieurs points, c'était un peu maladroit car la peau était différente à coudre que du tissu mais elle avait fait de son mieux. Elle y appliqua un pansement pour les protéger puis vérifia que tout avait été soigné. Il lui restait encore un peu de sang qui séchait par endroit mais la majorité avait été nettoyé. Elle se redressa et s'étira, vérifiant l'heure. C'était le milieu de la nuit, ils avaient passé des heures sur son cas et malgré sa fatigue, elle refusait de le laisser ainsi. Elle remonta la couverture sur lui, elle le veillerait cette nuit.

En attendant, il lui fallait changer de vêtements. Elle ne pouvait rester dans sa tenue de soubrette...tâchée de sang. Elle se dirigea vers son armoire et retire son vêtement, de toute façon, il était dans les vapes, ce serait un miracle qu'il émerge pile à ce moment là. Elle enfila ensuite des vêtements plus confortable avant de venir s'assoir sur un fauteuil, pour attendre son réveil.
Messages : 96
Date d'inscription : 04/03/2017
Age : 24
Multi-Compte : Eileen L. Allannah, Sarika, Leah Aoife, Maeko et Juna Kavanez
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Mes liens

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Chat (Nebelung)
Maître/Maîtresse: Ryosei Nobokazu (predef)
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideF - Adoptable Révoltée
Revenir en haut Aller en bas
(#) Dim 30 Avr - 22:54
Plongé dans un semi-coma, je ne sais pas trop ce qui se passe, mais c'est à ce moment que mon esprit décide de me jouer des tours, de me montrer des images que j'aurais préférer ne plus voir, ne plus vivre, ne plus.... revivre.

Je vois un enfant, un petit garçon, les cheveux blanc et les yeux verrons, jouet dans les couloirs d'un bâtiment, avec d'autres enfants, il est souriant, joueur, il s'amuse comme tout enfant de son âge, quand au finale une voie l’appelle, une voie de femme, et j'entend alors l'enfant regarder en direction de la femme et prononcer un seul mot "Maman", avant de courir la rejoindre, le sourire au lèvre, heureux de pouvoir se jeter dans les bras de celle qu'il considère comme sa mère alors qu'elle n'a que quelque années de plus à tous cassé, ils ne sont que deux enfants, mais leur lien est celui d'une mère avec son enfant.

Puis je ne vois rien de nouveau, et le flous laisse place à une nouvelle scène, la scène du garçon ayant grandit, il as quelque chose comme presque 10 ans, et il a bien changé, sa joie de vivre est partie, mais il semble encore proche des siens, accompagné d'une femme, ils s’entraînent alors sous les ordres des humains, ils sont maigres et semblent fatigué, à bout de force, et pourtant, ils obéissent aux ordres. Mais un humain vient alors, désignant la jeune femme, et l'arrachant des bras du garçon.

De nouveau un flous, et une dernière scène, il pleut, nous sommes hors des bâtiments, dans ce qui semble être un terrain vague, un mur indique que la zone est privée, et le garçon se retrouve alors dans une fosse, remplie de corps, plus ou moins enterrés, une sorte de fosse commune, et sur ses genoux, le corps sans vie de le femme, et le garçons hurle sa douleur depuis des heures, pleure, hurle sa colère et son désespoir, perdant toute envie de vivre, toute envie de se battre, son âme ayant presque quittée son corps.

Et finalement je me réveil, je transpire beaucoup...... la fièvre ? Depuis combien de temps je suis ici ? Et où suis-je ? Les yeux perdues durant un moment, je regarde la pièce dans laquelle je me trouve avant de tomber sur une personne qui me regarde, Kioko. Encore perdus dans mes pensées, instinctivement, je tend une mains vers elle sans un mot.

Je reprend alors petit à petit mes esprit, soulevant alors les draps afin de vérifier mes blessures et de constater que les soins avaient été faient.

Regardant alors Kioko, je sais que c'est elle qui m'a aidé, qui m'a..... sauver la vie.

Détournant le regard je lance un petit.

Désolé.......
Messages : 197
Date d'inscription : 02/06/2015
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
(#) Dim 30 Avr - 23:11
Observant silencieusement Alexender, Kioko était fatiguée mais elle ne souhaitait pas le laisser seul. Il pourrait avoir besoin d'elle à tout moment.
Ryosei repassa plusieurs fois, lui jetant un coup d’œil, et s'assurant que tout allait bien. Il récupéra la tenue de soubrette avant de les laisser seul, devant aussi la nettoyer. Il était de corvée mais il ne s'en plaignait pas.

Soudainement, alors qu'elle le couvait du regard, elle remarqua que son sommeil se fit bien plus agité. Elle s'approcha rapidement de lui et se mit à lui parler d'une voix douce.

- Doucement, là, tout va bien !


Et puis voila que des larmes apparaissaient sur ses joues ? Elle tenta alors de le rassurer même s'il était dans un genre de coma, emporté dans des images douloureuses. Des souvenirs peut-être ? En tout cas, elle découvrait qu'au fond de ce glaçon, il y avait bien un être vivant. Elle se mit à lui caresser doucement les cheveux, tentant d'apaiser ce jeune homme qui semblait si plein de souffrance.
Finalement, elle vit qu'il ouvrait les yeux. C'était plutôt bon signe. Elle le vit tendre la main vers elle. Devait-elle la prendre ? Mais elle n'eut pas le temps de faire quoique ce soit qu'il se mettait à soulever les draps.

- Doucement, tu vas te faire mal. Tes blessures sont encore trop récentes et...je ne sais pas si mes points vont tenir. Alors ne bouge pas trop.

Elle se pencha pour remettre les draps en place, le bordant...avec tendresse. Et de s'en rendre compte la surprenait. Elle constata qu'il avait visiblement très chaud.

- Il va falloir que je te lave un peu...tu es plein de transpiration et je ne voudrais pas que tu tombes malade, tu n'as pas besoin de ça.


Oui, elle prenait soin de lui. Elle se leva d'un bond et remarqua que la pluie se mettait à couler à grosses gouttes dehors. Tant mieux. Cela effacerait le sang dans la ruelle et toutes traces de luttes. Elle se dirigea vers la porte de la chambre quand elle entendit une petite voix qui s'excusait. Elle se tourna vers lui, assez surprise de l'entendre, lui, s'excuser. Et d'ailleurs, de quoi s'excusait-il ? Elle lui offrit un large sourire.

- Ce n'est rien. Oublie, et contente toi de te reposer.

Elle quitta la chambre, laissant la porte entrouverte puis revint quelques minutes plus tard, armée d'une nouvelle bassine d'eau chaude, d'un gant de toilette et d'une serviette. Elle s'installa au bord du lit avec le tout.

- Je te laisserai bien faire, mais je ne veux pas que tu te fasses mal, alors...laisse-toi faire d'accord ?

Elle repoussa doucement le drap jusqu'au niveau du caleçon, n'allant pas plus loin pour l'instant pour lui laisser un minimum d'intimité. Elle entreprit alors de passer doucement le gant sur lui, tout en douceur, faisant vraiment attention aux différentes plaies et bleus qui le recouvraient.

- Ils ne t'ont vraiment pas loupé...Tu as eu de la chance malgré tout, aucune plaie trop grave.

Elle profitait de cette toilette pour vérifier les pansements, qu'aucun ne soit devenu rouge pendant qu'il comatait. Bon, certains avaient légèrement rougis mais ils pourraient attendre avant d'être changé. Et puis, il ne fallait pas trop le surmener, il devait se reposer. Néanmoins, malgré ses gestes doux, son sourire, elle avait tendance à esquiver son regard. Elle ne pouvait plus dire non plus qu'elle lui en voulait toujours, mais elle n'arrivait pas à oublier ses mots.
Messages : 96
Date d'inscription : 04/03/2017
Age : 24
Multi-Compte : Eileen L. Allannah, Sarika, Leah Aoife, Maeko et Juna Kavanez
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Mes liens

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Chat (Nebelung)
Maître/Maîtresse: Ryosei Nobokazu (predef)
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideF - Adoptable Révoltée
Revenir en haut Aller en bas
(#) Dim 30 Avr - 23:34
J'ai du mal à reprendre mes esprits même si je reviens petit à petit, et Kioko semble maintenant vouloir me laver, je n'ai même pas la force de lui dire non.
Alors qu'elle sort de la chambre un moment, je tente de me lever, sans succès, mon corps me fait mal au moindre mouvement et ne veux plus réagir.

Je reste alors allonger, attendant son retours, regardant la pluie par la fenêtre.
Une fois revenus dans le chambre, elle se met donc à me laver, mais malgré tout, je sens qu'elle m'en veut toujours, elle est fuyante, et ne cherche pas à soutenir mon regard, et pourtant, je la regarde faire en silence.

J'en profite aussi pour regarder l'état de mon corps, les bleus et les pansements, une colère sourde montant contre moi même, suis-je devenus si faible ?

La séance de lavage se fait ensuite en silence, et finalement la voilà qui repart , probablement pour ranger les affaires.
Une fois seul dans la chambre, je force une nouvelle fois sur mon corps, sortant du lit pour me mettre debout, le pansement sur mon flac rougissant sous l’effort.

Une fois debout, je m'appuis contre le mur afin de ne pas tomber, me traînant jusqu'à une chaise et m'asseyant, devant la fenêtre.

J'entend la porte qui s'ouvre, Kioko est probablement de retour.

Je dois rentrer.......

Je me lève alors, mais mon corps n'est pas prêt à en supporter plus et je m'écroule alors comme une masse au sol.
Tentant de me relever, mon poing se serre alors, ma vue se trouble.

Je me revois, alors au cotés de cette femme, après une journée à obéir aux humains, nous sommes dans une pièce, quelque matelas par ci par là, d'autres hybrides, tout aussi dans un sale état que nous.; Le garçon n'en peux plus, lui qui est plus petit et plus faible que les autres, il a peur et pense que les humains vont bientôt le tuer. La femme le rassure, en lui incitant à devenir plus fort, toujours plus fort en se rappelant ces mots.

Ta faiblesse entraînera ta mort.... ta faiblesse... entraînera.... ta mort......

Est-ce que je viens de dire cela à haute voix ? Je ne sais pas, toujours est-il que je la revois, être emporté par les humains, alors que je suis retenus également, tendant une main vers elle.

MAMANNNNNNNNN !!!!!!! HAAAAAAAAAAAAAhhhaaaaaaaaa............

Je m'écroule au sol, rampant vers je ne sais quelle sortie. Forçant afin de me remettre debout, tirant sur les points.
Je suis en train de délirer complètement, mêlant souvenir et réalité, je ne sais plus ce qui est vraie de ce qui est du passé, je m'écroule au sol, je force pour me relever et tenter d'aller la retrouver, ne pas la perdre, pas elle.
Messages : 197
Date d'inscription : 02/06/2015
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
(#) Dim 30 Avr - 23:49
Finalement, Kioko put laver entièrement Alexender sans qu'il ne bronche. Elle se demandait à quoi il pensait mais peut-être valait-il mieux ne pas le savoir.
Une fois toute la transpiration et le reste de sang séché retiré, il est propre, enfin aussi propre que peut l'être quelqu'un qui vient d'être tabassé et laissé pour mort.

- Si tu veux, je peux t'amener à boire...ou à manger si tu as faim. Mais tu ne dois surtout pas bouger.


Elle alla ranger et nettoyer ce dont elle venait de se servir. Néanmoins quand elle revint dans la chambre, elle le trouva sur une chaise, devant la fenêtre. Comment avait-il pu se trainer jusque là ? Et voila qu'il lui annonçait vouloir rentrer.

- Non, je refuse. Tu n'es pas en état !

Et voila, que comme s'il voulait lui donner une preuve, il s'écroula soudainement au sol. Elle se précipita vers lui.

- Alexender ! Alex ?

Elle était inquiète pour lui et voir le pansement sur le flan particulièrement rouge, cela n'arrangeait pas son inquiétude. Mais voila qu'il commence à raconter des choses...étranges. Et voila qu'il se met à hurler...sa mère ? Ce cri déchirant attrista profondément Kioko, se rendant compte qu'il avait beaucoup de souffrances en lui. Alors qu'il se mettait à ramper, elle le prit dans ses bras.

- Chut, chut, tout va bien. Je suis là.

Elle ne savait pas elle-même si elle tentait de se faire passer pour sa mère pour l'apaiser. Elle le prit contre elle, tentant de l'apaiser, caresser ses cheveux et lui murmurant toujours la même chose.
Soudainement, la porte s'ouvrit à la volée sur Ryosei, inquiet suite à ce cri soudain. Il jeta un regard sur a scène puis repartit aussitôt, avant de revenir, armé d'un thermomètre et d'une boite de médicaments.

- Il délire. Il a surement de la fièvre.

Alors qu'elle tenait fermement Alexender contre elle, le berçant doucement, Ryosei approcha la petite machine d'une tempe du jeune homme et rapidement celle-ci bipa. L'avantage, c'était que ces machines étaient rapide à prendre une température vraiment exacte. Et le verdict tomba, il avait vraiment de la fièvre, plafonnant à 40°C. Kioko leva les yeux vers son maître, inquiète, mais celui-ci prit les choses en main. Il lui ouvrit la bouche et le força à avaler un médicament efficace contre la fièvre puis le fit boire un peu. Il le récupéra ensuite et l'allongea de nouveau dans le lit.

Néanmoins, Alexender tentait de se débattre. Ryosei sortit de quoi l'attacher et lui attacha une main à la tête de lit. Ainsi, il n'aurait pas d'autres choix que de se reposer.
Kioko n'aimait pas cette situation mais elle devait d'abord s'occuper du flanc du jeune homme. Elle retira le pansement et fila chercher de quoi s'en occuper. Un point avait sauté, elle allait devoir le refaire alors qu'il se tortillait. Elle s'appliqua comme elle put, même si elle dut recommencer deux ou trois car le fil cédait. Elle remit un pansement puis remonta le drap avant de s'assoir au bord du lit.

- Alexender ! Écoutes-moi, tout va bien, tu es en sécurité !

Ryosei quitta la pièce, les laissant seul. Pendant ce temps, Kioko tentait toujours de le rassurer, l'installant du mieux possible même si cela revenait à l'installer en grande partie contre elle. Et elle se mit à lui caresser les cheveux, continuant de lui parler d'une voix douce. Comment pourrait-elle continuer à lui en vouloir alors qu'il était dans cet état ? Et qu'il semblait tant souffrir ? Oui, toute rancœur était envolée, elle voulait seulement qu'il aille mieux.
Messages : 96
Date d'inscription : 04/03/2017
Age : 24
Multi-Compte : Eileen L. Allannah, Sarika, Leah Aoife, Maeko et Juna Kavanez
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Mes liens

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Chat (Nebelung)
Maître/Maîtresse: Ryosei Nobokazu (predef)
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideF - Adoptable Révoltée
Revenir en haut Aller en bas
(#) Lun 1 Mai - 0:07
Pourquoi elle ? pourquoi ? Elle a obéit comme une bonne hybride alors pourquoi !
Tentant d'aller la secourir je tente de me débattre de ceux qui me retiennent, de ces mains qui me gardent loin d'elle, alors que ces mains ne sont que celles de Kioko, tentant désespérément de me calmer.

Lâchez moi, Lâchez MOIIIIIII !!!!!!!!

Mais rien à faire, je me retrouve alors attacher. Mais quelque chose cloche, ma vue se trouble une nouvelle fois, bien que je tente encore de me débattre alors que je ne peux plus bouger.
Je me retrouve dans une pièce seul, le regard dans le vide, n'ayant plus la force de me battre, n'ayant plus la force de vivre.

Mais une voie ce fait entendre, une voie lointaine, et alors que j'ouvre les yeux, je les repose sur elle, ailleurs, loin de tout cela, et elle me dit que je suis en sécurité..... mais alors des larmes coulent en silence sur mon visage,, alors que je la regarde une nouvelle fois.

Tu n'es pas réelle...... tu es morte, les humains.... ils t'ont prise alors que nous avions jurés de rester ensemble......tu...... tu es morte, j'ai vus........ j'ai soulever ton corps qui était dans le charnier..... tu ne bougeait plus, tu ne respirait plus........ ils t'ont tué....... je n'ai même pas put te dire adieux........

Le visage qui me regarde est souriant, apaisant, mais cela me déchire en même temps. Je tend alors une mains, afin de toucher ce visage, lui caressant tendrement la joue, mon regard plongé dans le siens.

Attend moi, je serais bientôt là, je te le promet, que nous seront tous les deux à nouveaux, je n'attend que le jours où je pourrais de nouveau te prendre dans mes bras, mais je dois leur faire payer avant, nous devons leur faire payer.... alors je ne peux pas.... pas maintenant...... mais je rêve..... de nos retrouvailles.

Puis l'image s'estompe sur ce sourire, qui me paraissait si réel, et le noir se fait à nouveau, les médicament faisant effets, je me suis endormis.
Messages : 197
Date d'inscription : 02/06/2015
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
(#) Lun 1 Mai - 11:44
Alors que Kioko tentait de calmer Alexender qui était vraiment agité, visiblement pris dans un très mauvais souvenir, celui-ci leva une main et la posa sur sa joue. Elle fut plutôt surprise de ce contact inattendu, mais elle comprit bien vite que ce n'était pas elle qu'il voyait. Et voila qu'il pleure à nouveau et prononce des mots tout à fait déchirant. Soulever le corps de sa mère dans le charnier ? Ne pas pouvoir dire adieu ? Mais ces humains étaient des monstres !

Sa queue frémissait d'indignation, de ce qu'elle comprenait, il n'était qu'un gamin quand les humains lui avaient pris sa mère ! Son visage lui, essayait de rester aussi serein que possible mais elle ne put empêcher une larme ou deux de couler le long de sa joue. Oui, elle était vraiment attristée par les mots qu'elle entendait, par cette histoire déchirante. Elle ne s'attendit pas à ce qu'il lui caresse la joue, mais si cela lui faisait du bien, elle le laissait faire.

- D'accord, je t'attendrai.


Était-ce une bonne idée de rentrer dans son jeu ? Mais elle voulait tellement l'apaiser qu'elle ne voyait pas d'autres solutions ! Finalement, il ferma à nouveau les yeux et il s'endormit. Aussi paisiblement que possible dans la situation actuelle. Elle le regarda dormir, un petit moment. Il était vraiment adorable ainsi et semblait si...innocent, presque fragile. Ou était-ce son imagination après ce qu'elle avait entendu ?
Sa main finit par lui quitter les cheveux et elle réussit à s'extirper de ce lit puis l'allongea confortablement. Elle lui jeta un coup d’œil, ne pouvant empêcher ses propres larmes de couler. Entendre ce genre d'histoires lui permettaient de comprendre pourquoi cette fratrie voulait tout changer, voulait faire autant de mal...et cela la confortait dans son choix de les aider eux.

Elle se laissa tomber dans un fauteuil, devant la fenêtre et mit un peu de temps avant de calmer ses larmes. Elle réalisa ensuite qu'il était vraiment tard et qu'au cirque, ils devaient probablement s'inquiéter. Alexender n'avait pas l'air d'être le genre à ne pas dormir là-bas sans prévenir. Néanmoins, elle n'avait aucun moyen pour les prévenir. Elle irait les voir dans la journée le lendemain, si l'état d'Alex était stable.
En attendant, le sommeil refusait de lui offrir un moment de douceur, alors elle prit soin d'Alexender, vérifiant que la température baissait, qu'il n'avait pas trop chaud non plus. Elle le borda régulièrement dans la nuit, vérifia ses pansements. Oui, elle prenait soin de lui.

Finalement, ce ne fut que bien plus tard que ses yeux se fermèrent tout seul. Au petit matin, elle alla chercher l'annuaire. Peut-être qu'il y avait un numéro là-dedans ? Elle en trouva un et fut tout de suite soulagée, même si ses petites deux heures de sommeil se sentait dans sa voix. Elle reconnut la voix de Thorne à l'autre bout.

- Thorne ! C'est Kioko ! Je voulais vous prévenir : j'ai Alexender ici. Je l'ai trouvé, blessé, cette nuit mais il va mieux. Il se repose.

S'il avait des questions, elle y répondit, évidemment puis raccrocha. Elle décida d'aller prendre une douche, cela lui ferait du bien. D'une part, de retirer toute la transpiration du à la journée et au stress de la soirée mais aussi, elle pourrait se détendre. Elle prit une longue douche, bien chaude, puis enroulée de la serviette retourna dans sa chambre. Elle vérifia d'abord qu'Alexender dormait toujours. Comme ce fut le cas, elle se dépêcha d'entrer et d'enfiler ses vêtements habituels. Elle se rapprocha ensuite de lui et se pencha au-dessus de lui, vérifiant s'il allait bien, notamment en posant sa main sur son front. De son côté, elle allait bien, malgré une fatigue évident, les cernes étant peu visibles sur sa peau bleue mais les petits yeux étaient bien visibles. Heureusement, la couleur violette permettait de bien camoufler qu'ils étaient rougis par la fatigue et les larmes.
Messages : 96
Date d'inscription : 04/03/2017
Age : 24
Multi-Compte : Eileen L. Allannah, Sarika, Leah Aoife, Maeko et Juna Kavanez
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Mes liens

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Chat (Nebelung)
Maître/Maîtresse: Ryosei Nobokazu (predef)
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideF - Adoptable Révoltée
Revenir en haut Aller en bas
(#) Lun 1 Mai - 12:07
Très bien, nous ne pouvons pas venir le chercher, cela serait trop peu discret, prend soin de lui pour nous, nous te rembourseront les soins et le temps donné pour lui.

La conversation entre Thorne et Kioko avait été relativement courte, le cirque maintenant au courant de l'état de leur frère, ils n'avaient plus qu'à attendre que ce dernier se remette, aux bons soins de Kioko.

Mon sommeil avait été plus calme alors que la fièvre tombait petit à petit, je n'était certe, pas encore totalement remis, mais je n'allait plus halluciner comme je l'avais fais.
Mon sommeil fut sans rêves, mais je ne saurais dire combien de temps j'ai bien pus dormir alors que j'ouvre enfin les yeux.

Il fait jours, et.....; je ne me souviens pas de tout après la ruelle, ma tête me fait un mal de chien. Je regarde autours de moi, je suis dans une chambre...... Kioko..... je crois.

Tournant la tête, je la vois, endormis sur une chaise, et je la regarde en silence, voulant attraper un verre d'eau sur la table de chevet, mon corps me tire encore, les hématomes pas tous partit, et ma tête tourne, ce qui fait que je rate le verre qui tombe au sol, réveillant Kioko.

Je ne voulais pas te réveiller......

Je la regarde alors s'approcher de moi, vérifiant mon état de santé, si tout vas bien, je la regarde faire en silence, avant de lui poser certaines questions.

Depuis combien de temps je suis.... ici ? Qu'est ce qui c'est passé ?

Effectivement, je ne me souviens de presque rien à partir du moment où j'ai été mis à mal, peut être quelque flash d'un moment où je me suis déjà réveillé dans cette chambre mais mes souvenirs sont confus.

Regardant Kioko, je suis surpris par l'attention qu'elle m'apporte alors.

Pourquoi tu fait tous ça pour moi ? Après ce que je t'ai dis..... tu aurais pus me laisser mourir........ merci.......
Messages : 197
Date d'inscription : 02/06/2015
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
(#) Lun 1 Mai - 12:24
Kioko se doutait bien qu'aucun frère du cirque ne serait venu le chercher. En plein jour, et aussi proche du QG des rabatteurs, c'était comme se mettre une cible sur le dos. Et puis, Alexender n'était pas si mal non plus ici, il avait un lit confortable, elle était aux petits soins pour lui...Et de toute façon, elle aurait refusé de le laisser s'en aller dans cet état.

- Pas de soucis, je vous le renverrai en pleine forme !

Finalement, elle ne savait pas tout à fait combien de temps il avait dormi, un long moment en fait. Très long et elle, elle avait passé tout ce temps, entre prendre soin de lui et somnoler sur ce fauteuil, ne voulant pas rater son réveil. Et puis s'il avait soudainement besoin d'elle, autant qu'elle soit aussi proche que possible.
Soudainement, un bruit sourd résonna la réveillant en sursaut. Elle regarda autour d'elle, un peu perdue et avisa le verre au sol, l'eau qui se répandait...et Alexender réveillé.
Elle se frotta les yeux et récupéra rapidement le verre avant qu'il ne se vide entièrement.

- Ne t'en fais pas, je suis un peu comme...ton infirmière en ce moment.

Pour blaguer, Ryosei lui avait conseillé de carrément enfiler la tenue d'infirmière. Mais elle l'avait envoyé boulé même si cela l'avait amusé au final. Elle s'approcha de lui, posant sa main sur son front. Il semblait aller un peu mieux. Elle souleva légèrement le drap pour vérifier les pansements, rien de rouge, parfait !

- Un bon moment. Tu t'es fais tabasser dans une ruelle pas loin d'ici et on t'a ramené jusque là. Tu n'as pas de blessures graves mais ne tire pas trop sur tes points tout de même. Ta fièvre a l'air d'avoir bien baissé, tant mieux, je ne tiens pas à ce que tu délires à nouveau.


Comme il semblait un mieux, il apprécierait surement d'être assis. Déjà, elle le détacha, retirant les menottes qu'elle jeta sur le fauteuil derrière elle puis elle glissa ses bras sous les aisselles d'Alexender.

- Je vais t'aider à t'assoir, ce sera mieux pour boire et...peut-être manger ? Si tu as mal quelque part, dis-le moi surtout !

Heureusement, il était assez léger du à sa petite taille et grâce à son aide, elle réussit à l'assoir et l'installa contre de confortables coussins. Elle attrapa le verre d'eau qu'elle remplit à nouveau et lui tendit, entendant à ce moment ce qu'il disait. Elle leva les yeux vers lui, le regardant droit dans les yeux cette fois et sourit.

- Même si tes mots m'ont vraiment blessé, je ne vais pas le cacher, ça n'a pas d'importance. Je t'apprécie quand même et je n'allais pas te laisser mourir, sous prétexte que tu as une mauvaise image de moi. Et personnellement, je t'ai pardonné, alors oublions ça, d'accord ?


Elle lui jeta un coup d’œil et s'étira, baillant très largement. Elle avait passé plus de temps à veiller sur lui qu'à dormir après tout.

- Au fait, j'ai prévenu tes frères. Ils ne peuvent pas venir te chercher, c'est trop risqué. Tu vas devoir me supporter jusqu'à guérison.

Elle souriait, elle se sentait un peu plus détendue maintenant qu'il était réveillé et qu'il ne délirait pas.
Messages : 96
Date d'inscription : 04/03/2017
Age : 24
Multi-Compte : Eileen L. Allannah, Sarika, Leah Aoife, Maeko et Juna Kavanez
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Mes liens

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Chat (Nebelung)
Maître/Maîtresse: Ryosei Nobokazu (predef)
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideF - Adoptable Révoltée
Revenir en haut Aller en bas
(#) Lun 1 Mai - 12:43
Son attitude me fait du bien au final, après la dureté que j'ai eu envers elle, elle me prouve à nouveau qu'elle est une personne de confiance, prenant soins de moi, n'ayant pas alerter les hôpitaux ou bien les rabatteurs, et me sauvant la vie alors que je n'ai pas été tendre avec elle.

Je vois..... je n'ai pas été très discret.... je ne sais pas comment......

Me voyant dans un meilleur état, elle décide de m'aider à m’asseoir, et commence par m'enlever..... des menottes à fourrure ? Je la regarde alors qu'elle me les retire.

Je peux savoir pourquoi je suis attaché avec ça ?

Je soupire légèrement, je ne suis pas ici pour savoir si elles sont à elle ou non, après tout, ma vision de Kioko a bien changé d'n seul coup, et finalement, sa loyauté semble suffisamment forte pour que ses "jeux" ne soit pas un danger.

Alors qu'elle m'aide à m’asseoir, je grimace légèrement, la plaie sur mon flanc me tirant encore.

Je ne savais pas si cela était pour nous berner ou bien juste de l'amusement.... je.... tu es entré dans la vie du cirque très rapidement, je ne suis pas aussi confiant que les autres sur tes intentions, mais je peux voir que je n'avais pas à m'inquiéter......

Je laisse un moment de silence avant de reprendre.

La confiance est une illusion, que les mots peuvent facilement faire croire ce qui n'est pas..... mais toit, tes réactions et tes émotions sont facilement détectable, je sais que je peux te faire confiance maintenant...... Mais tu semble me pardonner bien rapidement, je n'ai rien fais pour toi.

Prenant le verre d'eau, je bus quelque gorgées, cela fait du biens, et reprend alors qu'elle m'annonce avoir prévenus le cirque.

Merci..... je pense que...... je veux bien rester ici..... mais je ne veux pas gêner.

Je présume que je suis dans sa chambre au vus de la décoration, une chambre d'ami ne serait pas aussi... chaleureux ? Et donc cela veux dire que je suis dans son lit ? Un léger rouge s'affiche sur mes joues alors que je réfléchit à cette idée, je n'ai jamais été dans le lit d'une femme avant aujourd'hui.
Messages : 197
Date d'inscription : 02/06/2015
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
(#) Lun 1 Mai - 13:04
- Ça arrive à tout le monde de faire des erreurs, bien que toi ne pas être discret, j'avoue que c'est surprenant.

Kioko le taquinait gentiment. Lui qui critiquait sa discrétion jusque là venait de prouver que tout le monde n'était pas parfait. Néanmoins, voila qu'il réagit sur les menottes qu'elle venait de lui enlever. Rien d'étonnant, c'était des menottes prévues pour les jeux érotiques à la base. Elle rougit légèrement, ses oreilles se baissant dans le même temps.

- Ce ne sont pas les miennes ! Et euh...tu délirais cette nuit et tu commençais à être un peu...violent. T'attacher était la meilleure option pour que tu arrêtes d'arracher tes points.

Malgré tout, elle constatait qu'il agissait avec un peu plus d'émotions que d'habitude. Avec sa froideur habituel n'était-elle qu'un masque ? Ou c'était juste parce qu'ils étaient en tête-à-tête et qu'elle prenait soin de lui ? En tout cas, elle ne s'en plaignait pas.

- Tu as mal ? On a de quoi faire contre la douleur. Et des médicaments assez forts. Ryosei avait gardé ce qui m'avait été prescris.

Mais alors qu'elle s'inquiétait pour sa santé, lui, il s'expliquait enfin sur ses raisons pour son comportement. Elle l'écoutait, silencieusement, mais tout son visage montrait bien qu'elle ne lui en voulait pas et qu'elle comprenait même.

- Ne t'inquiète pas, je comprends mieux maintenant. Mais tu sais, je ne suis pas vraiment...entrée dans la vie du cirque non plus. Je ris avec vous, je "joue" avec Shaka, mais malgré tout, je sais qu'il y a comme une...barrière que je ne pourrais jamais franchir parce que je ne suis pas comme vous. Et je sais très bien que si j'avais présenté le moindre danger pour vous, je ne serais déjà plus de ce monde pour en parler mais finalement, tout ça, me conviens parfaitement. Alors rassures-toi, je ne compte pas vous trahir. Encore moins maintenant. Et si je t'ai pardonné rapidement...c'est que...j'en ai entendu bien assez cette nuit. Tu sais que tu t'es excusé aussi ?

Elle le regarda boire l'eau du verre puis attrapa sur la table de nuit une plaquette de médicaments qu'elle lui tendit. C'était pour la douleur, si jamais il souhaitait en prendre. Et voila qu'il annonçait qu'il voulait bien rester. Joueuse, sa queue s'agita soudainement, comme un chat ayant vu une proie.

- Oh mais de toute façon, je ne t'aurais pas laissé repartir dans cet état ! Et tu ne gênes pas, il faudra juste éviter de faire trop de bruits quand le service aura lieu. Les rabatteurs sont parfois assez...curieux de ce qui se passe à l'étage.

Mais voila qu'Alexender rougissait dis donc ? Est-ce qu'il avait chaud ? Elle posa sa main sur son front et réalisa que non. Alors quoi ? Elle n'était pas habituée à le voir rougir mais il était vraiment mignon quand cela arrivait. Sa main sur le front bougea, lui dégageant une mèche de son visage avec douceur...mais elle se reprit bien vite et se leva.

- Est-ce que tu veux essayer de bouger un peu ? Aller à la salle de bain peut-être ? Ou descendre dans la salle pour manger un bout ?

Elle remarqua que les vêtements d'Alexender n'était plus en état d'être mis. Elle se dirigea donc vers son armoire, oui elle fouillait son regard après son geste. Elle ouvrit son armoire, oubliant totalement le nombre de tenues incroyablement sexy qui s'entassaient dans toute une moitié et fouilla à la recherche de quelque chose qu'il pourrait mettre.

- Mmh...est-ce que ça, ça irait ?


Elle se parlait plus à elle-même alors qu'elle tirait un pantalon bien trop petit pour elle désormais.
Messages : 96
Date d'inscription : 04/03/2017
Age : 24
Multi-Compte : Eileen L. Allannah, Sarika, Leah Aoife, Maeko et Juna Kavanez
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Mes liens

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Chat (Nebelung)
Maître/Maîtresse: Ryosei Nobokazu (predef)
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideF - Adoptable Révoltée
Revenir en haut Aller en bas
(#) Lun 1 Mai - 15:00
Personne n'est imbattable, nous les premiers, la seule différence est que nous côtoyons la morts depuis tellement d'années que nous avons appris à l'éviter au maximum.

La réaction de Kioko face à ma question sur les menottes me fait avoir un léger sourire.

Je vois, je devais avoir beaucoup de fièvre alors pour que tu ai réussis à m'attacher avec....... ça.

Le petit instant d'humour fut vite calmer par mon flanc qui me rappela à l'ordre, et en réaction directe, Kioko me proposa des médicaments contre la douleurs, que je pris, et avala un cachet en écoutant alors ce qu'elle me dit, et je m'étrangle alors en avalant de travers.
Reprenant mon souffle, je gardais la tête basse, un seul petit mot, et beaucoup de question, mais elle ne semble pas avoir remarqué mon changement brutal de comportement.

Je ne répondis pas à ses question suivantes, la regardant fouiller dans l'armoire afin de me trouver des vêtements, mais je devais savoir, pour moi, pour savoir à quel point j'avais délirer cette nuit et surtout, ce qu'ai j'ais bien put raconter, mais j'allais obéir d'abord.

Je prendrais bien..... une douche.......

Aidé par Kioko, elle arrive alors à me traîner jusqu'à la salle de bain, et je me faufile alors sous la douche, dont j'avais vraiment besoin.
Faisant couler l'eau, je me laisse aller, oubliant le monde et ce qui m'entoure un moment, me rappelant une scène, cette fois je ne délire, pas, je me souviens juste, en silence, l'ultime scène de mon épilogue où, debout sur le bord du toit du bâtiment, j'étais déterminer à mettre fin à mes jours, regardant le ciel au dessus de moi, toute vie éteinte dans mes yeux, jusqu'à ce qu'une voix dans mon dos se fasse entendre.

Ne désire tu pas mourir après avoir fait chuter les dieux de cette île ?

Oui..... mon frère, nous allons détruire leurs certitudes et mettre la peur et le désespoir dans le cœur des dieux de cette île, chacun d'eux sera alors un animal luttant pour sa propre survie, et lorsque plus aucun d'eux ne pensera être au dessus des autres, alors le jeux pourra prendre fin, et nous avec.

Une fois la douche terminée, mon flanc me fait de nouveau mal, et j'ai besoin d'aide afin de me laver. Appelant Kioko, je me laisse alors voir, lui précisant que j'ai du mal à bouger pour me laver.
Lui laissant m'aider sans me débattre, je lui pose alors la question qui me trotte depuis un moment dans la tête.

Quand je délirais, qu'est ce que j'ai dis ?
Messages : 197
Date d'inscription : 02/06/2015
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
(#) Lun 1 Mai - 15:28
- Mais toi, tu étais trop près du danger, hier c'est ça ?

Au final, même si Kioko se montrait un peu curieuse, elle ne cherchait nullement à savoir ce qu'il faisait et pourquoi il avait fini par être tabasser par un gang. Ceci ne la regardait nullement.
Néanmoins, Alexender semblait bien prendre le coup des menottes à fourrures, ce qui lui permit de se détendre. Maintenant qu'il semblait avoir une meilleure image d'elle, ce n'était pas le moment de changer cela.

- Ah...et bien oui. 40 de fièvre, ce n'est pas mal quand même. Mais de toute façon, on avait rien de plus solide.

Elle le laissa prendre son cachet, au moins, la douleur devrait bientôt diminuer avec cela. Mais alors qu'elle fouillait dans l'armoire, le jeune homme lui annonça vouloir prendre une douche. Elle hocha la tête.

- D'accord, je t'y amène !

Elle s'approcha de lui et glissa un bras sous ses épaules pour l'aider à se lever. Elle l'aidait ainsi, le laissant s'appuyer en grande partie sur elle, puis l'amena jusqu'à la salle de bain.

- Je vais continuer à te chercher une tenue, appelle moi si besoin. Aujourd'hui, le bar est fermé, alors aucun soucis pour le bruit.

Elle le laissa profiter de l'eau chaud puis retourna dans sa chambre, laissant la porte de cette pièce grande ouverte, au cas ou. Elle récupéra deux pantalons, les plus petits de son armoire et un t-shirt. Bon, avec cela, il devrait peut-être pouvoir s'habiller un minimum. Mais soudainement, la voix d'Alexender s'éleva. Elle se précipita jusqu'à la salle de bain...et se retrouva face à lui. Totalement nu. Elle détourna rapidement les yeux, ne voulant pas l’embarrasser. Visiblement, il voulait de l'aide pour se laver.

- D'accord, je vais t'aider.

Elle récupéra le nécessaire et alla s'agenouiller dans son dos. Elle commença alors à lui laver les cheveux avec douceur, qui en avaient bien besoin, vu comment il avait transpiré dans la nuit. Elle s'appliquait, transformant son lavage en un massage crânien. Au bout d'un petit moment, elle récupéra un gant de toilette, mit du gel douche dessus et commença à lui frotter le dos. Toujours avec douceur, mais voila qu'il voulait savoir ce qu'il avait pu dire dans ses délires. Elle hésita avant de reprendre, était-ce une bonne idée qu'il se replonge dans tout cela ?
Elle passait doucement sur les bras.

- On changera tes pansements après, l'humidité n'est pas bonne pour les plaies.


Elle soupira et lui répondit enfin.

- Tu...tu parlais de ta mère. Tu disais que les humains t'avaient pris ta mère, qu'elle était morte...Tu as parlé du charnier. Tu disais, comme si tu lui parlais, que tu allais la rejoindre, que les humains devaient juste payer avant.


Sa voix s'était faite moins enjouée, et elle ne remarquait même pas que ses oreilles étaient baissées, que sa queue trainait au sol, dans l'eau. Mais elle avait été parfaitement honnête sur ce qu'il avait dit. Elle ne lui révéla par contre pas, que pour l'apaiser, elle avait du se faire passer pour sa mère et lui promettre qu'elle l'attendrait.
Continuant de le laver, elle se pencha pour pouvoir atteindre son torse et son ventre, évitant soigneusement les pansements tout de même, surtout celui du flan.
Messages : 96
Date d'inscription : 04/03/2017
Age : 24
Multi-Compte : Eileen L. Allannah, Sarika, Leah Aoife, Maeko et Juna Kavanez
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Mes liens

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Chat (Nebelung)
Maître/Maîtresse: Ryosei Nobokazu (predef)
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideF - Adoptable Révoltée
Revenir en haut Aller en bas
(#) Lun 1 Mai - 16:06
C'est toi qui a fait les points ?

Ma question est toute bête, mais je dois avouer que dans la situation dans laquelle nous étions et puis avec le matériel qui ne doit pas être celui d'un pro, elle s'en est plutôt bien sortie, je les sent quelque peut, mais c'est beaucoup moins douloureux que certaine fois où nous avions dut nous recoudre nous même.

Mais ma question suivant nous amena alors sur un sujet que je pensais ne plus jamais à avoir à revivre, une époque sombre, je ferme alors les yeux, soupirant légèrement, mais calmer par le message crânien. Je pense qu'après ce qu'elle a fait pour moi, je lui doit bien des explications.

Je......; nous, lorsque nous avions été créés, j'étais l'un des plus petit, et des plus faibles, alors pour m'éviter d'avoir des problèmes, une hybride faucon, Luciana, m'a pris sous son aile, elle n'avais que quatre ans de plus que moi, mais notre lien fut celui d'une mère envers son fils, elle m'a protégé, elle m'a toujours gardé près d'elle, et comme nous n'avions pas de parents réels,
je la considérait comme ma mère, elle était mon unique repère dans ce lieux de folie, et cela à été encore plus fort lorsque notre futur c'est transformé, et que nous étions peu à peu transformé en armes, ou en expériences. Elle m'a protégé, du haut de son jeune âge,
mais pour moi, elle était la meilleur, elle faisait toujours plus d’efforts que les autres, dans le but de me protéger, que je ne sois pas celui que l'on tuerais le premier.......


Mon ton est sombre, depuis que je suis ici, je laisse transparaître mes émotions, ce qui ne sera plus le cas quand je sortirais, alors si elle veut satisfaire sa curiosité, je ne l'en empêcherais pas.

Mais les humains ont eu une autre idée pour elle, elle a été sélectionner pour je ne sais quelle expérience, et ils sont venus un jours comme un autre, l'emportant sans rien dire, m’empêchant de la retenir...... j'étais trop faible pour la reprendre,
pour aller la chercher, et alors placé en isolement, j'ai entendus ses cris de douleurs, durant des heures, sans interruption, et pour ma part, j'ai tout tenté pour sortir de la pièce, à en gratter les murs..... et lorsque les cris se sont tus, un peu plus tard, ils sont venus me chercher, et j'ai réussis à leur échapper un moment, la cherchant partout, mais je ne sais pas pourquoi, une sorte d'instinct m'a mené dans une zone qui nous était interdite, dans laquelle ils jetaient les corps de leurs expériences, une fois que ces dernières lâchaient. Et je l'ai retrouvé, au milieux des cadavres pourrissants, le visage tiré par la douleur, laissé là, au milieux du reste des nôtres qui ont aussi servit d’expérience. C'est la dernière fois que j'ai vus ma mère.


Je fait une pause.... ne sachant comment dire la suite.

Chacun de nous a sa propre histoire, mais pour ma part, je ne compte pas vivre après le jeux, je ne vis que pour la rejoindre le moment venus, et si ce ne sont pas nos adversaires qui m'enlèvent la vie, alors je le ferais moi même à la fin.

Cette dernière phrase... il est possible d'en ressentir une détermination hors du commun, non pas de quelqu'un de déprimé, mais comme si cela était une évidence, logique, dans l'ordre des choses.
Messages : 197
Date d'inscription : 02/06/2015
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
(#) Lun 1 Mai - 16:25
- Oui. Ce n'est pas parfait et je les ai fait avec mon matériel de couture...mais ça devrait tenir tant que tu ne tires pas trop dessus.

Alors que Kioko s'évertuait à le laver avec douceur, ils arrivèrent sur un terrain dont elle n'était pas vraiment sure que ce soit une bonne idée d'en parler. Néanmoins, elle le laissa faire puisqu'il avait l'air d'avoir envie d'en parler.
Sa main armé du gant de toilette continuait de passer doucement sur la peau, évitant évidemment une zone sensible de son anatomie pour glisser sur les cuisses.
Ayant eu une nourrice, elle imaginait très bien le lien fort qui avait du unir Alexender à cette femme et comprenait le déchirement que c'était de la perdre. Encore pire dans ce genre de situation. Elle arrêta de le laver, le prenant soudainement dans ses bras. Et tant pis si elle trempait son haut et recevait un peu de mousse.

- Et pourtant, toi tu es toujours là...Ne crois-tu pas qu'elle pourrait être fière que tu aies pu survivre ?

Elle remarquait bien qu'il était moins glacial depuis qu'il était ici. Était-ce du au fait qu'elle lui avait sauvé la vie ? Ou qu'il était nu devant elle ? En tout cas, elle sentait qu'il y avait eu un rapprochement entre eux deux. Et elle l'écoutait toujours alors qu'il parlait du fameux charnier, là où il avait trouvé le corps de cette femme. Il y eut un silence mais voila qu'il reprenait, annonçant une nouvelle tout à fait...désarmante étrange. Elle leva les yeux vers lui, s'arrêtant dans son geste.

- Dis-moi, tu ne crois pas qu'elle voudrait que tu vives ta vie ? Que tu sois heureux ? Je comprends tout à fait ton point de vue, mais toi aussi tu mérites d'êtres heureux.

Elle bougea alors, passant devant lui, nullement gênée d'avoir un haut trempé, mais heureusement de couleur sombre et de la mousse dessus mais sur les bras également. Elle prit un autre gant de toilette qu'elle lui mit entre les mains.

- Je pense que tu peux laver seul une certaine...zone de ton corps pendant que je finis le reste.

Elle tenait pas à le tripoter et puis s'ils trainaient trop, il risquait d'avoir froid. Elle recommença à le laver, finissant les jambes et enfin les pieds, lui offrant comme un massage des pieds également. Oui, elle faisait tout pour qu'il se détende.

- Dis-moi, vous avez tous une histoire aussi affreuse ? En tout cas, ça explique pourquoi vous tenez tant faire à ce jeu...et du coup, j'ai encore plus envie de vous aider. Pas par pitié, mais parce que j'aimerais que ce genre de choses ne se fassent plus. Trop de personnes souffrent de la main de ces hommes.

Elle leva les yeux vers lui, elle aussi exprimait sa propre détermination, même si elle était beaucoup moins glauque que celle d'Alexender, qu'elle ne jugeait surtout pas.
Messages : 96
Date d'inscription : 04/03/2017
Age : 24
Multi-Compte : Eileen L. Allannah, Sarika, Leah Aoife, Maeko et Juna Kavanez
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Mes liens

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Chat (Nebelung)
Maître/Maîtresse: Ryosei Nobokazu (predef)
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideF - Adoptable Révoltée
Revenir en haut Aller en bas
(#) Lun 1 Mai - 22:18
Tu fait du bon travail au contraire.......

Oui, je suis beaucoup plus..... aimable envers elle que je l'ai été, remords ou regrets ? Je ne pense pas, je pense simplement que je me sens bien ici, elle m'a prouvé qu'elle est une femme de confiance, de la meilleur des manières qui soit je dois l'avouer.

Mais alors que je lui raconte mon histoire, elle a une réaction tout à fait typique d'une personne qui tente de réconforter quelqu'un qui déprime, cela ne me choque pas, je suis content qu'elle tente de me faire changer d'avis, mais cela montre à quel point notre monde est différent du siens.

Me lavant alors, puis me rinçant, je me retourne vers elle, me tenant devant elle sans rien sur moi, mais cela ne pose pas réellement de problèmes. Je plonge alors mon regard, devenus plus sérieux dans le siens.

Notre vie est bien différente de tout ce que tu peux croire, si beaucoup d'hybrides ont une existence difficile, pour nous, c'est l'idée même de survivre que nous avons perdu, et ma mère, malgré ses paroles et ce qu'elle a fait pour moi, vouait comme nous tous une haine sans bornes envers ceux qui se prennent pour des dieux et ceux qui les servent, voilà presque la seule raison de notre présence sur cette île, nous sommes de la haine pure envers ce que cette île représente..... Je ne dis pas que nous ne pouvons pas avoir des similitudes avec une vie normal, mais notre vision des chose ne ressemble en rien à ce que n'importe qui peu avoir. Pour cela, il faudrait que ton esprit sois brisé et reconstruit, mais tu n'est pas une pièce du jeux, cela n'arrivera pas.

Mon lavage finit alors par une sorte de massage des pieds, je me laisse faire tranquillement car je dois avouer que l'effet n'est pas désagréable, c'est amusant d'avoir quelqu'un qui s'occupe de moi ainsi.... après tout.

Chacun de nous a une histoire tout aussi horrible les unes des autres, sur différents niveau, qui nous affecte chacun à notre manière, chacun connait l'histoire de tous les autres, mais je ne te raconterais que la mienne, si tu veux en savoir plus demande leur, mais je ne pense pas que cela t'aidera à dormir la nuit. Seulement, nous avons tous combattus la folie humaine en devenant pire que ce qu'ils étaient capable de faire.

Sa détermination renouvelé, me fit avoir un semblant de sourie.

Mais tu es consciente que des humains et des hybrides vont souffrir sous notre main quand le jeu sera lancé,nous n'allons pas agir dans l’intérêt commun, cette île deviendra un enfer sur Terre, tu es prête à cautionner ce genre de choses ?
Messages : 197
Date d'inscription : 02/06/2015
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
(#) Lun 1 Mai - 22:43
- Merci. J'ai vraiment voulu faire de mon mieux, pour t'aider à vite te remettre.

Néanmoins, Kioko était ravie de l'entendre le dire. Depuis qu'il était ici, Alexender n'était plus un glaçon et cela lui allait très bien. Et puis, maintenant, elle savait qu'au fond, il y avait un petit garçon traumatisé. Ce qui lui donnait l'envie de l'aider, de le rendre heureux.
Mais voila qu'il avait tendance à nouveau à s'afficher tel qu'il était : entièrement nu. Est-ce qu'il ne pourrait pas se couvrir un minimum ? Certes, elle avait l'habitude de voir des hommes nus, mais quand même.

- Pourtant, vous avez autant le droit que les humains ou autres hybrides d'avoir une vie normale. Mais je comprends ce que tu veux dire. Juste...


Elle leva les yeux vers lui, hésita, se mordit la lèvre puis se lança :

- Est-ce que tu veux bien me laisser te rendre heureux jusqu'à ce que le jeu finisse pour de bon ? Je sais que ma demande peut paraitre étrange mais je...je t'aime bien et je trouve dommage que tu ne connaisse pas le bonheur. En dehors de celui que tu avais quand tu n'étais qu'un enfant. Je voudrais...que tu vives un tas de choses, autre que le fait d'être une arme avant de partir pour de bon...


Bon, elle savait parfaitement que ses mots pouvaient être étranges et elle comprendrait qu'elle se prenne un refus catégorique. Mais elle avait voulu tester. Réellement. Après tout, elle appréciait réellement Alexender, elle éprouvait une certaine tendresse pour lui. Peut-être du au fait qu'elle l'avait trouvé à l'agoni ? Son passé peut-être ? Surement un mélange de tout.
Baissant les yeux, et les oreilles, elle fixait les pieds du jeune homme qu'elle continuait de masser...attendant son verdict, comme un jugement.

- Je me doute et de toute façon, ce n'est pas à toi de me raconter leur passé. Et je ne leur poserai pas de questions là-dessus. S'ils veulent m'en parler, j'écouterais, sinon, ça ne me regarde pas.


Le passé des autres faisaient partie de la limite qu'elle ne comptait pas franchir elle-même. Ce serait aux autres de la franchir s'ils le souhaitaient. Elle n'agissait pas égoïstement, seulement, elle considérait qu'elle n'avait pas à tout savoir d'eux, surtout des choses aussi intimes.

- Si tu as des questions sur mon passé fais toi plaisir. Il est bien moins glauque que le tien, mais ça ne me dérange pas de t'en parler s'il t'intéresse.


Elle voyait cela comme un échange équitable. Elle écouta la suite de ses mots et sourit.

- Je sais bien, nous allons tous souffrir. Et moi-même, j'ai peut-être peu de chance de m'en sortir. Mais au final, je ne vois pas d'autres options pour changer les choses. Alors oui, je suis prête à cautionner tout ça. Vous pouvez compter sur moi...à hauteur de mes moyens évidemment.

Elle le fixa droit dans les yeux, lui montrant ainsi sa détermination, elle ne faillirait pas. Finalement, elle lâcha les pieds d'Alexender et s'étira longuement. Elle rinça ses mains puis lui jeta un coup d’œil.

- Rinces-toi, je t'aiderai pour te sécher si tu veux. Et je t'ai trouvé des vêtements. Ce sera peut-être un peu grand mais je n'ai rien de mieux.

Elle attrapa une serviette et sécha le bout de sa queue qui avait trainé dans l'eau en attendant qu'il ait fini de se rincer...ou la chasse de la salle de bain.
Messages : 96
Date d'inscription : 04/03/2017
Age : 24
Multi-Compte : Eileen L. Allannah, Sarika, Leah Aoife, Maeko et Juna Kavanez
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Mes liens

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Chat (Nebelung)
Maître/Maîtresse: Ryosei Nobokazu (predef)
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideF - Adoptable Révoltée
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mer 3 Mai - 13:08
Peut-être, mais ce n'est pas la voie que nous avons choisit, et nous seront les destructeurs ce qu'ils appellent "normal"

Ses mots, toujours aussi déterminés, furent quelque peut stoppé par une question dont je ne m'attendais pas du tout, qui me fit bloqué quelque secondes avant que je puisse dire quoi que ce soit.

Me rendre heureux ? Et je peux savoir à quoi tu pense ? Je suis désolé, mais comme tu as bien pu le voir je ne suis pas aussi facile que mes frère très.... tactiles, je me fiche de la chaleur humaine ou hybride, mais si cela t'amuse je n'ai pas de raison de t’empêcher d'essayer.

Je ne vois pas trop où elle veut en venir, mais après tout, je n'ai plus spécialement de raison de me méfier d'elle et de ses agissements, si elle a envie de s'amuser, tant mieux pour elle, mais l'idée de "bonheur" est un concept bien abstrait et si futile, mais je ne veux pas la fâcher comme le dernière fois alors autant la laisser faire.

Je prend alors en compte sa proposition de me raconter son passé et alors que je fais de nouveau couler de l'eau pour me rincer, la regardant se sécher la queue, je lui pose la question.

Pourquoi, pas, après tout ce que je t'ai raconter cela me parait équitable, et puis, si cela confirme une bonne fois pour toute que tu ne nous poseras aucun soucis alors je veux bien l'entendre ton histoire.

Je lève un moment la tête sous l'eau, profitant de la chaleur qui coule sur moi, puis je redirige mon regard sur elle, attendant gentiment qu'elle me raconte son histoire, elle a probablement dut avoir des soucis de son coté, je le sens, mais bon, la plupart des hybrides ont une vie difficile il faut dire.

Une fois rincer, tout en écoutant ce qu'elle a dire, je lui montre la serviette, en silence, ne voulant pas l'interrompre, signe que je voulais de l'aide pour me sécher, il va bien me falloir quelque jours pour que je puisse faire cela seul, la cicatrice placée à un bien mauvais endroit.

Messages : 197
Date d'inscription : 02/06/2015
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mer 3 Mai - 13:29
Suite à sa question, Kioko baissa les oreilles, persuadée qu'elle n'aurait pas du poser cette question. Et qu'il allait la rembarrer. Au final, il répondit mais semblait plus perplexe, bien qu'il ne comptait visiblement pas l'en empêcher. Assez rouge, elle baissa les yeux, fixant le sol.

- Ce...ce n'est pas ce que je voulais dire ! Je ne parlais pas de ce genre de bonheur ! Je sais parfaitement que tu ne portes aucun intérêt à ça. Non, je pensais à...eh bien, du Hayashi régulièrement ? Ce genre de petites attentions en fait. Rien de bien méchant en fait.


Au final, ce genre de petites attentions signifiaient également qu'elle penserait souvent à lui. C'était tout simplement ce qu'elle voulait dire en tentant de le rendre heureux, penser à lui, lui faire des petites attentions qui devraient logiquement lui plaire. Bref, rien d'exceptionnel.
S'occupant de sa queue qui était difficile à sécher, à cause du fait qu'elle était particulièrement épaisse et bien poilue, elle sourit en entendant qu'Alexender s'intéressait à son histoire.

- Esteban t'a-t-il dit ce qu'il a trouvé sur moi ? Je suis née en laboratoire aussi. Les scientifiques voulaient créer un ou une hybride en jouant sur les couleurs de son espèce. Comme tu peux le voir, c'est une réussite, je suis un chat Nebelung, un chat connu pour sa couleur dite bleue. Et ces scientifiques m'ont vendu comme une œuvre d'art.


Kioko savait très bien qu'à sa vente, elle n'était qu'un objet, mais un objet qui valait cher, très cher. Elle remarqua alors le geste du jeune homme. Elle prit une serviette propre, ne voulant pas qu'il se retrouve avec ses poils sur la peau non plus. Le printemps approchait et elle en perdait plus qu'en hiver. Elle s'approcha alors de lui et commença lui frotter le crâne pour lui sécher les cheveux, elle passa ensuite au dos avant de reprendre son histoire.

- Celui qui m'a acheté ne m'a jamais vu d'autre utilité. Il m'exposait devant ses amis, comme une simple œuvre d'art dont il était fier. Mais j'ai fini par vouloir plus, à lui montrer que je n'était pas qu'un simple objet mais bien un être vivant. Jusque là, il n'avait jamais été violent. J'ai pu gouter sa maitrise du fouet. Et sa folie. Il a décrété que je serais plus jolie s'il ajoutait sa...touche personnelle sur mon visage. Je pense que tu avais du remarquer que ce n'était pas vraiment naturel.

Elle soupira, revivant cette époque en même temps de la raconter. Mais elle avait tourné la page. La serviette passa sur les bras d'Alexender, l'essuyant avec douceur.

- Un jour, je me suis échappée. Je me souviens juste qu'il neigeait et qu'il faisait vraiment froid. J'étais à moitié morte quand Ryosei m'a trouvé. Il s'est vraiment démené pour me permettre de survivre. Il a soigné toutes mes blessures malgré les infections. Aujourd'hui, je lui appartiens sur le papier mais on a un contrat. Je peux faire absolument tout ce que je veux, il ne m'empêche pas de faire ma vie, tant que je travaille correctement au bar. Et je sais que malgré sa nature de charmeur, il ne cherchera jamais à me toucher désormais.

Son histoire était bien moins glauque que celle d'Alex, ou de celle de n'importe quel frère du cirque, mais elle savait ce qu'était un sale type qui se prenait pour un dieu. Elle ne voulait plus que ce genre de choses arrivent. Elle finit enfin de le sécher et changea tout ses pansements, nettoyant chaque plaie par la même occasion.

- On va retourner à la chambre, tu pourras t'habiller comme ça.


Elle lui sourit et lui laissa la serviette pour qu'il s'enroule dedans pour le trajet jusqu'à la chambre. En attendant, elle s'approcha du bac pour le linge sale et retira son t-shirt, trempé et recouvert de mousse qui fondait par endroit. Elle n'avait aucune gêne à se montrer en soutien-gorge devant Alexender, et puis, lui il était bien nu après tout. Néanmoins, il avait la preuve sous les yeux qu'elle n'avait pas menti pour les coups de fouets, puisque son dos en était recouvert, dévoilant des cicatrices vraiment hideuses.
Elle revint ensuite vers lui.

- Prêt ?

Elle l'aida à se relever et l'emmena lentement jusqu'à la chambre où elle le laissa se rassoir sur le lit. Elle récupéra les vêtements, ne lui demandant pas s'il aurait besoin d'aide, après la douche, il y avait de grande chose que ce soit le cas.
Messages : 96
Date d'inscription : 04/03/2017
Age : 24
Multi-Compte : Eileen L. Allannah, Sarika, Leah Aoife, Maeko et Juna Kavanez
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Mes liens

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Chat (Nebelung)
Maître/Maîtresse: Ryosei Nobokazu (predef)
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideF - Adoptable Révoltée
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mer 3 Mai - 13:48
La petite Kioko avait bien remarqué ce qui pouvait me faire plaisir, et durant une seconde, un léger sourire passa sur mon visage, et je tourne la tête afin de ne pas être remarqué.

Si.......si tu veux, après tout, je dois bien avouer que ta cuisine n'est pas mauvaise......

Ensuit,e j'écoute avec attention son histoire, elle aussi a eu une vie quelque peu mouvementé, mais étrangement, différemment de ce à quoi je m'attendais, elle n'a pas été violée, et la violence qu'elle a subit, est due au fait qu'elle n'était vue que comme une oeuvre d'art, et ses cicatrices sur son visage, pour moi, cela lui donne plus l'aire d'une guerrière que quelque chose de moche.

En quelque sorte, tu as été également considéré comme un objet, mais j'avoue que ta situation est... particulière au final, une oeuvre d'art, et rien d'autre, cela est frustrant car même les hybrides sexuels sont considérés comme des animaux, mais toi tu n’était qu'un objet d'exposition..... les humais ont des réactions étranges bien souvent.

Alors que je m'enroule dans la serviette afin de la suivre dans la chambre, je me dis que son nouveau maître doit être une personne fiable, faire un contrat avec une hybride, c'est quelque chose de rare surtout de la part d'un maître.

Ce Ryosei, il n'a jamais eu d'autre envies envers toi ?

C'est alors qu'elle enlève son tee-shirt, et je vois avec quoi mes frères ont eu tant de plaisir à jouer, mais alors qu'elle fouille dans l’armoire, c'est surtout son dos qui m'intéresse, ses cicatrices.

Je me lève alors et me dirige vers elle, posant, sans demander, mes doigts sur son dos, suivant les lignes de ses cicatrices du bout des doigts, chacune d'elle.

Malgré cela, tu n'a jamais voulus te venger ? Leur faire subir de tes mains ce qu'eux t'ont fait subir ? C'est pourtant le cas de beaucoup de ceux qui se révoltent, mais toi, tu accepte de nous donner ton aide alors que tu respecte un humain, cette position ne sera pas facile à tenir, ton maître sera probablement touché par cette guerre.
Messages : 197
Date d'inscription : 02/06/2015
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mer 3 Mai - 14:06
Kioko ne remarqua nullement le sourire d'Alexender, mais elle savait très bien qu'il aimait, ou plutôt, adorait les Hayashi et que cette proposition lui plaisait. Et sa réponse lui tira un large sourire.

- Je t'en ferais un tout à l'heure, si tu es assez en forme pour descendre. Ou peut-être que tu préfère te reposer un peu avant ?

Son ton était quelque peu taquin, car elle savait parfaitement qu'il choisirait le Hayashi plutôt que de se reposer.
Alors qu'ils se dirigeaient vers la chambre, elle écouta l'avis qu'il avait sur son histoire. Elle hocha la tête.

- Oui c'est exactement ça. Mais je n'avais que 13 ans quand il m'a acheté, et en vieillissant, je voulais voir autre chose de la vie. Montrer que je n'étais pas qu'un objet. Finalement, j'ai réussi même si j'ai du trouver un autre maître à la place. L'avantage d'avoir changé de maître avant l'obligation de la puce, c'est que mon ancien maître ne peut en aucune façon tenter de me récupérer désormais.

Oui, elle voyait un avantage à cette histoire de puce, même si Ryosei aurait préféré s'en passer. Et puis bon, en travaillant aussi près du QG des rabatteurs, il valait mieux éviter d'être hors la loi pour une broutille pareil.

- Si. Avant l'élaboration de notre contrat, il m'a clairement fait comprendre que je lui plaisais. Mais je lui ai tout aussi bien fait comprendre que je refusais. Imagine une furie qui casse tout dans le bar et qui hurle à tout va et tu aura l'image de ce qui s'est passé. Le contrat nous permet d'avoir ce qui est le plus important pour nous deux.


Kioko présentait un sourire amusé en se rappelant ce moment ou elle n'avait eu aucune honte à presque foutre en l'air le bar de Ryosei...même en présence de clients.
Alors qu'elle récupérait les vêtements trouvés pour Alexender, elle sentit une étrange sensation sur son dos. Elle fit un bon surprise, ses oreilles se baissant automatiquement.

- Doucement, elles sont parfois encore sensibles. Et non, j'ai préféré simplement le rayer de ma vie, même si je ne pourrais jamais réellement oublier. Et puis, je sais parfaitement que je n'aurai pas vraiment la force de me venger, j'ai beau avoir appris à me défendre, je suis loin d'avoir la force nécessaire pour maitriser ce genre de types. En quelque sorte, vous aider est ma vengeance. Même si je sais parfaitement que Ryosei risque d'être touché, comme tout ceux que je peux apprécier, mais tant pis. Il y a toujours des pertes dans une guerre, n'est-ce pas ?

Évidemment qu'elle serait profondément triste si Ryosei mourait, parce qu'il était devenu un ami au fil des années. Mais elle avait fait son choix et l'assumait pleinement. Elle se tourna alors vers lui, amusée, comptant bien faire une blague pour détendre l'atmosphère.

- Mais toi, alors que j'ai des oreilles, une queue, que je n'ai pas de t-shirt, tout ce qui t’intéresse, c'est de toucher mes cicatrices ?


Elle le taquinait, amusée qu'il ne s'intéresse qu'à cela, contrairement à ses frères qui avaient bien d'autres intérêts en tête. Esteban avait à peine réagit sur son dos et Shaka...elle se demandait même si Shaka avait remarqué quelque chose.
Messages : 96
Date d'inscription : 04/03/2017
Age : 24
Multi-Compte : Eileen L. Allannah, Sarika, Leah Aoife, Maeko et Juna Kavanez
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Mes liens

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Chat (Nebelung)
Maître/Maîtresse: Ryosei Nobokazu (predef)
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideF - Adoptable Révoltée
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mer 3 Mai - 15:45
Ça va aller ! Je veux dire.... je vais pouvoir déscendre.

Réaction peut être une peux rapide de ma part, mais il faut dire que j'avais réellement apprécier la cuisine de Kioko et l'idée qu'elle en refasse aujourd'hui me tente réellement.

Nous discutons ensuite sur son passé à elle, elle ne semble pas désireuse de cacher quoi que ce soit, et cela me permet alors d'en savoir un peux plus sur cette hybride particulière.

Tu as donc passé ton enfance à être un oeuvre d'art, j'aurais pensé que les scientifiques t’auraient garder un peu plus que cela, [car tu es une réussite génétique effectivement, mais qu'est ce qui t'a permis de vouloir être autre chose, car tu n'as pas dus apprendre grand choses de ce que tu pouvais faire, beaucoup d'hybrides ne rebellent pas car se pensent créés pour servir et qu'ils n'ont pas l'idée d'aller voir ailleurs.

Je répond normalement à ses question, petit écart disons.... naturel, avant le retour sur le champ de bataille, je m'ouvre plus facilement à elle et lui répond avec des phrases plus construite que c'elle que je donne habituellement, mais je me sens en sécurité ici.

Et il ne t'a même pas punis pour cela ? Cet humain est quelque peu étrange.... il ne cherche pas à t'utiliser et ne se montre pas violent, pourtant tu es sa propriété.....

Alors que je lui caresses les cicatrices, sa réaction est vive, elle doit avoir la peau bien sensible à ces endroits, mais chaque cicatrice laisse sont lot d'effets secondaires, et bien que cela n'ai pas été une punition du centre, les coups de fouets semblent laisser un souvenir assez indélébile.

Mais la voilà qui se retourne, me présentant ses deux....... poches de graisse au nez, alors que j'étais concentré sur ses cicatrices. Je fronce quelque peux les sourcils et soupire, puis lui empoigne un seins d'une main, tenant ma serviette de l'autre, malaxant quelque secondes.

C'est plutôt de ça que tu veux que je m'intéresse ?

Je continus quelque secondes avant de lui relâcher.

Contente ?

Je prend les devant et lui prend alors le pantalon, l'essayant, ce dernier beaucoup trop large pour moi, me tombe sur les pieds, je le remonte alors, le tenant pour ne pas qu'il tombe.

Tu aurais une ceinture aussi ?[/color]
Messages : 197
Date d'inscription : 02/06/2015
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mer 3 Mai - 16:03
- Je vois que tu as l'air pressé de pouvoir en remanger. Mon Hayashi t'aurait-il manqué ?

Kioko lui répondait d'un ton légèrement taquin, mais elle appréciait de le sentir aussi...enthousiasmé pour son plat.
Continuant la discussion sur son passé, elle ne cherchait pas à lui dissimuler quoique ce soit. Au final, il verrait qu'ainsi, il n'avait vraiment aucun doute à avoir sur elle, et puis, ce n'était pas non plus un secret.

- Les scientifiques ont estimé qu'ils n'avaient plus grand chose à m'apprendre. Leur but était de récolter un maximum d'argent pour recommencer. Et je crois que là-dessus, ils ont réussi leur coup. Et en fait, je crois que...c'est à force d'écouter ces humains discuter. J'étais sensée rester silencieuse, au milieu de la pièce à me laisser admirer, mais j'avais tendance à les écouter. A tenter d'apprendre ce qu'était réellement la vie. Jusqu'à vouloir la vivre réellement.

Au final, Kioko avait toujours été curieuse, ce qui avait fini par la guider jusqu'à la situation où elle était désormais avec le cirque.

- Non, Ryosei n'est pas ainsi. Et puis, il a bien compris que je pouvais être absolument...infernale. Il y gagnait plus à me laisser aussi libre que possible mais travaillant au bar. Notre contrat stipule qu'au bar, je suis sensée lui obéir totalement, mais tu as bien du remarquer qu'il ne donne pas d'ordre trop abusé non plus. Et le bar est plus important à ses yeux que tout le reste. Mais tu sais, tout les humains ne sont pas non plus mauvais.

En se retournant, elle remarqua vite qu'Alexender se retrouvait le visage au niveau de sa poitrine. Ce n'était pas prévu. Elle avait tendance à oublier qu'il était vraiment petit par rapport à elle. Et il eut une réaction...plutôt surprenante, surtout venant de lui. Le voila, désormais, en train de lui malaxer un sein ! Elle devint rapidement assez rouge.

- Attends ! Je...ce n'est pas...

Mais c'est qu'il ne voulait pas arrêter en plus ? La main sur le bras d'Alexender, elle cherchait à le repousser, et finalement, cet étrange moment prit fin, alors que son visage était aussi rouge que bleu. Elle lui relâcha alors le bras.

- Je blaguais ! Et si tu veux vraiment me tripoter quelque chose, contente toi de ma queue, je te proposerais bien mes oreilles, mais tu es trop petit...et...et...ne refais pas ça ! C'est gênant !


Gênant, parce que son corps réagissait vite à ce genre de stimulation, et en ayant le visage au niveau de sa poitrine, il devait bien le remarquer. Et surtout, elle avait débité sa phrase à toute vitesse avant de se retourner, dos à lui, la tête dans son armoire. Ainsi, elle put souffler, reprendre sa couleur naturelle, alors que sa queue s'agitait, affichant clairement son embarras face à la situation. Elle ne s'était pas attendue à ce qu'Alexender prenne sa remarque au pied de la lettre, ou est-ce qu'il se "vengeait" à sa manière ? Elle l'imaginait mal avoir vraiment envie. Elle l'entendit réclamer une ceinture et farfouilla dans un des bacs de l'armoire, repoussant toutes les tenues du travail, particulièrement sexy.

- J'en ai une.

Elle en sortit une, la tenant dans une main, et dans l'autre un t-shirt. Elle lui tendit les deux, avant de récupérer un haut pour elle, qu'elle enfila. Elle n'avait pas vraiment envie de retenter l'expérience, bien qu'elle soit très ouverte d'esprit, mais elle venait tout juste de remonter dans l'estime d'Alexender et ne voulait pas faire la moindre bourde qui l'y ferait redescendre.

- C'est bon ? Tu t'en sors ?
Messages : 96
Date d'inscription : 04/03/2017
Age : 24
Multi-Compte : Eileen L. Allannah, Sarika, Leah Aoife, Maeko et Juna Kavanez
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Mes liens

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Chat (Nebelung)
Maître/Maîtresse: Ryosei Nobokazu (predef)
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideF - Adoptable Révoltée
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mer 3 Mai - 17:43
J'ai pas dis ça ! J'ai juste rien mangé depuis...... un moment....

Et le pire c'est que c'est vraie, je n'avais rien manger durant ma journée de filature, ce qui fait que depuis que je suis ici, je n'ai rien mangé de plus, et j'avoue que mon ventre commence réellement à me tirer.
J'écoute ensuite la fin des explications de Kioko, me disant qu'elle avait eu de la chance par rapport à d'autre de ses congénères, elle certes eu un moment de douleur, mais celui-ci avait été au final, plutôt bref, et elle avait trouvé un endroit qui représente une certaine stabilité.

C'est bien, et oui, je sais que certain humains sont de bonnes personnes, tout comme des hybrides, mais nous n'avons malheureusement pas le luxe de faire un tri, toutes les personnes de cette îles deviendront des joueurs, pour leur propre survie, et ils n'auront pas d'autre choix que d'agir.

Chacun devra choisir son camp, ou bien se battre seul pour tenter de passer à travers la tempête qui approche, s'alliant avec les personnes de son choix, chacun sa méthode, mais ceux qui en sortiront auront appris le gout de vouloir vivre à tout prix.

Ma réaction suivante semble surprendre Kioko, je ne comprend pas bien l'intérêt que peuvent avoir tous mes frères pour cet atout féminin, c'est mou, c'est encombrant, le seul point positif c'est que c'est doux et que cela semble la faire réagir, pratique pour maîtriser une femme au besoin.

Tu ne réagissait pas comme ça avec Shaka pourtant..... étrange, et si tu tient tant à te faire tripoter tu as déjà bien assez de frères prêt à te le faire toute la nuit.

Une fois la ceinture donnée, j'attache le pantalon comme je peux, cela me donne un aire quelque peu ridicule, mais je ne vais pas faire la fine bouche alors qu'elle me les donne de bon cœur. Le tee-shirt également, on pourrait presque en mettre deux comme mois. Mais bon, c'est un..... style comme un autre.

Voilà.

Je la regarde, et c'est alors que mon ventre se met à gargouiller. Me tirant du rouge au joues.

On..... on peut manger maintenant ?
Messages : 197
Date d'inscription : 02/06/2015
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
(#)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maître ou Neko ? :: Hors-rp :: Rp terminés-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit