Bienvenue à Togi! Cette merveilleuse île qui propose toutes sortes d'hybrides à la vente. Serez-vous le maître ou l'esclave? NC-18
 

Un prêt original [PV Evans] [Hentai/Violence]

 :: Hors-rp :: Rp terminés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
(#) Jeu 23 Mar - 11:04
La nuit de Sarika avait été courte. Depuis peu, tout son quotidien était chamboulé et elle avait bien compris qu'elle ne passerait pas des jours tranquilles à se reposer...contrairement à ce que ce Dorian lui avait fait croire. Elle sentait bien que ce serait de pire en pire, une déchéance totale.
Mais elle ne voyait pas comment s'en sortir. Prise entre sa peur de retomber sur Raziel, les cauchemars qu'il lui donnait et bien sur, ce que Dorian lui montrait de plus cruel chez lui...Non, rien n'était agréable.

Néanmoins, il ne l'avait pas encore touché. Il s'était contenté de lui montrer, sur d'autres, de quoi il était capable et elle n'avait aucune envie de subir la même chose. Mais devait-elle pour autant mettre à mal sa dignité à ce point ? Se déshonorer pour survivre ? Oui, elle avait peur.

Et ce matin-là ne faisait pas exception. Réveillée de bonne heure, on lui annonça qu'elle devait se préparer pour un homme. Dorian l'avait prêté à un ami...Comme si elle n'était qu'un vulgaire objet. Mais que pouvait-elle faire ?
Alors qu'elle était lavée, impeccablement, dans les moindres détails puis habillée d'une tenue de soubrette horriblement sexy à son avis, Dorian lui parlait, lui expliquait la suite du programme. Elle avait intérêt à obéir au doigt à l’œil de son ami, qu'importe ce qu'il lui demandait...sinon, tout ce qu'elle avait vu sur les autres hybrides lui arriverait également. La menace était bien comprise, c'était une certitude.

Mais elle n'avait pas envie de voir un homme jouer encore avec son corps. Et alors qu'on tentait de la maquiller, elle se mit à pleurer. Ce qui lui valut de se faire bien engueuler mais finalement, d'obtenir aussi un mélange sensé la détendre...Elle l'ignorait, mais c'était de la drogue. Assez pour qu'elle ne panique pas, mais en trop petite dose pour ne rien remarquer de ce qui se passait autour d'elle.
Une fois maquillée et habillée, Dorian vérifia le résultat. La jupette était suffisamment courte à son gout, arrivant tout juste en bas des fesses, des portes-jarretelles retenaient des bras qui arrivaient à mi-cuisse. Le décolleté était vraiment énorme, mettant très bien en valeur sa poitrine. En-dessous, elle portait des sous-vêtements en dentelle, le summum du sexy d'après Dorian. Et franchement, elle n'aimait pas du tout. Elle se sentait mal d'être ainsi habillée pour un inconnu et déshabillée du regard par Dorian...Elle croisa les bras sur sa poitrine, tremblant légèrement.

Pourtant, elle n'eut pas le temps de plus se plaindre sur son sort, qu'un collier fut placé autour de son cou et une laisse attachée dessus avant qu'on ne la tire jusqu'à une fourgonnette. Livraison à domicile. Le trajet ne fut pas très long, mais chaque minute qui s'écoulait faisait grimper l'angoisse chez Sarika. Alors quand il s'arrêta, c'est avec une boule au ventre qu'elle descendit de la fourgonnette.
Heureusement, personne n'était là pour voir sa tenue, son corps trop peu couvert à son goût. Elle fut à nouveau entrainée et suivit le mouvement jusqu'à un appartement particulièrement impeccable de ce qu'elle pouvait voir. Elle regardait autour d'elle, jusqu'à ce qu'un homme s'approcha. La personne qui l'avait amené jusqu'ici lui passa la laisse, alors qu'elle le fixait.

Au fond, elle espérait qu'il ne soit pas aussi cruel que Dorian...mais que pouvait-elle vraiment espérer d'un de ses amis ? Alors elle attendait de savoir ce que serait la suite, ne bougeant pas, se contentant de le fixer pour le moment.
Messages : 311
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 24
Multi-Compte : Eileen L. Allannah, Leah Aoife, Kazuko Yodo, Aureliane M. Zdzislawa
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Ma Fiche

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Mouflon
Maître/Maîtresse: Officiellement Esteban mais est libre en réalité
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideF - Adoptable
Revenir en haut Aller en bas
(#) Jeu 23 Mar - 19:06
La porte s'ouvrit pour laisser passage à Evans, encore ruisselant de pluie, puis claqua bruyamment derrière lui, se verrouillant automatiquement. Home, sweet home.

La journée avait été médiocre, la patience lui manquait pour faire les choses calmement ce soir. Quelle idée avait-il eu d'accepter l'affaire Johnson ? Trafic d'influence et détournement de fonds saupoudrés de corruption de fonctionnaires : le genre d'affaire qui éclabousse et tache de merde ceux qui n'avaient pas eu la prévoyance d'ouvrir leur parapluie. Il aurait mieux fait de refuser. Ses subalternes le lui répétaient - mais pas trop fort. Ses autres clients - pour certains, comptant sur lui pour leur trouver de quoi s'abriter de la tempête boueuse qui s'approchait - revenaient dessus sans cesse. Et plus ils tentaient de le faire revenir sur sa décision, plus Evans s'obstinait. Plus la tâche s'annonçait ardue, plus la réussite serait jouissive...

Mais le succès était futur, contrairement à la fatigue et l'énervement bien présents. Fort heureusement, ce soir, il avait de quoi se détendre. L'amitié avec Vladimir présentait certains avantages - avantage du genre plantureux. Un autre genre de travail l'attendait chez lui, un travail du genre plus manuel. Plus charnel. Et à la récompense délicieusement rapide...

Récompense qu'il examina rapidement, presque froidement, tout en posant sa besace pleine de documents à coté de lui. Une hybride, brebis ou mouflonne à en juger par ses cornes. Quoi qu'on puisse dire au sujet de Vladimir, il avait bon goût en matière de femme. Que ce soit au niveau visage - mignonne mais sans forcément plus - ou corps - ce qu'il fallait pour remplir la poigne d'un homme, elle était appétissante. La tenue aurait sans doute été aguichante sur quelqu'un d'autre mais elle se retrouvait repoussée au second plan par cette posture raidie et angoissée et ces yeux directs bien qu'apeurés. Pas une proie facile.

Tant mieux.

"Viens m'aider à ôter ça" dit-il avec confiance, lui ordonnant presque de le faire sans pour autant se montrer autoritaire. La pluie avait imbibé son manteau, rendant difficile à retirer les boutons de leurs boutonnières. De petites mains ne seraient pas de refus. Elle était plus petite que lui : il leva la tête et la laissa faire, la masse de ses cheveux chatouillant son menton selon ses mouvements. Doucement mais fermement, il posa ses mains encore trempées sur ses hanches et les laissa là sans forcer son avantage, lui rappelant juste qu'il était le maitre des lieux. Elle finit. Il lui ordonna de lui retirer son manteau et savoura le plaisir mesquin de se voir si facilement obéi.

'Le salon est par ici', l'informa t il en lui indiquant la porte. D'un semblant de courbette, il l'invita à passer devant lui. Courtoisie ? Qu'elle y croit. La chute ne serait que plus dure.

Il l'y suivit, amusé de voir les traces humides de ses mains sur cet uniforme d'un blanc si pur quelques minutes encore auparavant.
Messages : 42
Date d'inscription : 10/03/2017
Age : 66
Multi-Compte : Bastet, Dezba S Dineh
Fiche de Présentation : ici !

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Aucune
Maître/Maîtresse: Aucun
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humain - Neutre
Revenir en haut Aller en bas
(#) Jeu 23 Mar - 19:30
Quand la porte s'ouvrit à nouveau, Sarika observa le nouveau venu, hésitant un moment à tenter sa chance pour s'enfuir. Mais non, elle ne pouvait pas. L'homme prenait toute la place et semblait avoir l'habitude ce genre de situation. Il referma la porte, ne lui laissant aucune possibilité, aucun passage. Et puis, elle savait que si elle ratait, la punition serait terrible...
La personne qui l'avait amené sortit à ce moment-là, l'abandonnant donc entre les mains de cet inconnu. Bon, il n'était peut-être pas moche, mais elle ne serait pas pour autant réellement consentante...mais son avis, tout le monde s'en fichait royalement.

La voix de l'homme s'éleva soudainement. Un premier ordre. Celui-ci serait surement le plus facile à effectuer contrairement à ce qui allait suivre. Elle s'approcha alors, constatant ainsi qu'il était plus grand qu'elle. Elle leva lentement ses mains, les posant sur le premier bouton, prenant son temps pour les détacher. D'une part, le manteau imbibé d'eau compliquait la tâche et surtout, elle n'avait pas envie de passer à la suite.
Sauf qu'il choisit ce moment pour poser ses mains sur ses hanches. Elle fit un bond, d'abord surprise, et eut un léger mouvement de recul...avant de réussir à se forcer à ne pas bouger. Elle n'aimait pas sentir un homme la tenir ainsi, la dernière fois, dans les égouts, rien n'avait été agréable...Et elle se doutait que rien ne le serait non plus ici, malgré un meilleur confort.

Ensuite, ce fut le froid, venant des mains de l'homme qui s'insinua à travers sa tenue jusqu'à sa peau, lui tirant un frisson. S'il commençait à lui donner froid, ce ne serait pas pratique. Elle finit enfin par défaire tout les boutons et l'ordre suivant tomba. Elle lui retira avant le manteau qu'elle alla poser sur le porte-manteau.

Quand il lui indiqua une porte, elle s'y dirigea alors, tentant de ne pas se préoccuper de sa jupette qui bougeait à chacun de ses pas, suffisamment pour légèrement dévoiler sa culotte. Une fois dans le salon, elle s'arrêta en plein milieu, ne sachant pas ce qu'il voulait faire. En tout cas, il ne semblait peut-être pas aussi terrible que Dorian...peut-être que ce ne serait pas aussi désagréable qu'elle l'imaginait ?
Se tournant, elle lui fit alors face, décollant la partie humide de sa tenue de sa peau.

- Comment dois-je vous appeler le temps que je suis ici ?

Elle le fixait, malgré la peur qui l'étreignait. Elle avait surtout peur de la suite, de ce qu'il allait lui faire. Mais elle tentait de paraitre plus sure d'elle qu'elle ne l'était en réalité. Elle prit d'ailleurs son courage à deux mains pour lui poser une autre question :

- Que voulez-vous qu'on fasse maintenant ?

Elle tentait de jouer son rôle d'hybride soumise, même si pour l'instant, elle rêvait plutôt de s'enfuir loin...très loin. Dans cette forêt qui lui manquait tant ces derniers jours. L'herbe de la cour du centre commençait à ne plus lui suffire, du moins quand elle obtenait l'autorisation d'y aller. Le fixant droit dans les yeux, elle attendait de connaitre la suite du programme.
Messages : 311
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 24
Multi-Compte : Eileen L. Allannah, Leah Aoife, Kazuko Yodo, Aureliane M. Zdzislawa
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Ma Fiche

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Mouflon
Maître/Maîtresse: Officiellement Esteban mais est libre en réalité
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideF - Adoptable
Revenir en haut Aller en bas
(#) Jeu 23 Mar - 19:59
Debout au milieu de son salon son regard voletait de ci de là, comme cherchant une issue à sa situation impossible. Evans la laissa faire, son visage calme ne montrant en rien l'amusement qu'il ressentait à la regarder ainsi, frêle brebis priant de toutes ses forces pour échapper au grand méchant loup. Qu'elle cherche. Elle n'était pas la première à être passée en ces lieux et ne serait certainement pas la dernière.

Elle se retourna. Ses hanches se voyaient par transparence à travers le tissu mouillé. Très beau morceau. Ce costume si outrancier qu'il en devenait presque puéril commençait à lui plaire ; le charme de voir sa peau apparaitre au gré de ses contacts n'en serait que plus fort. La voir pincer du bout des doigts le tissu trempé pour l'écarter de son corps lui arracha un léger soupir de rire. Bientôt, c'est autre chose qu'elle aurait de mouillé.

"Monsieur suffira amplement" répondit-il. Ses désirs étaient plus délicats que ceux de Vladimir ; là où le directeur du centre se gargarisait d'être appelé "maitre", Evans préféra le vocable plus simple de "monsieur" et savourait avec gourmandise l'émotion qui nappait ce mot selon les circonstances. Plaisir, douleur, soumission, supplication, abandon... Tellement de nuances à explorer au creux des draps. Entendre ensuite ce terme dans la vie de tous les jours - sortant même parfois de la bouche de ses conquêtes de la nuit dans des cadres bien plus officiels - lui apportait une jouissance incroyable.

Quant à son nom, il ne lui demanda pas. Nul besoin pour lui de le retenir. Les hybrides avaient ça de bon par rapport aux humaines qu'elles connaissaient leur place, elles.

"Apporte-moi à boire" lui dit-il en s'installant sur son fauteuil de cuir. Ses vêtements étaient encore en partie humide de pluie mais son siège y survivrait sans le moindre doute. Dans le pire des cas, il le ferait réparer. Rien n'était irremplaçable en ce bas monde, bien, hybride ou humain... Rien sauf lui. "Double scotch. Ne gâche rien." Bien enfoncé au fond, calé contre le dossier, il la regarda lui servir sa boisson. Un simple mot suffisait à la faire réagir ; pourquoi se forcer à faire des phrases complètes ou à la traiter comme une personne à part entière ? Ce n'aurait été qu'une perte de temps et d'énergie ; Evans préférait la garder pour  des moments plus intéressants.

Sa boisson prête, il lui fit signe de s'approcher. "Viens t'asseoir." L'espoir se lut un instant dans ses prunelles ; il y coupa court avec amusement. "Pas sur le canapé, non. Sur mes genoux." Elle y finirait de toute façon, tôt ou tard. Qu'elle n'espère pas y échapper - surtout qu'il avait pour le moment envie de démarrer en douceur et de faire courir ses mains gelées sous cet uniforme pour se réchauffer au contact de sa peau. Il n'avait aucun doute que voir son uniforme lui révéler petit à petit ses formes allait également le réchauffer d'une autre façon...
Messages : 42
Date d'inscription : 10/03/2017
Age : 66
Multi-Compte : Bastet, Dezba S Dineh
Fiche de Présentation : ici !

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Aucune
Maître/Maîtresse: Aucun
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humain - Neutre
Revenir en haut Aller en bas
(#) Jeu 23 Mar - 20:57
Plus les minutes s'écoulaient, plus Sarika était tendue. C'était la première fois qu'elle subissait ce genre de choses, d'être ainsi prêtée à un inconnu et elle ne savait pas combien de temps il allait jouer avec ses nerfs ainsi. Mais pourtant, elle préférait qu'il lui donne ce type d'ordres, plutôt que de passer à une étape qui ne l'enchantait pas...Elle n'était pas pressée de devoir avoir des relations intimes avec cet homme.

Quand elle entendit comment elle devait l'appeler, elle fut surprise. Elle s'attendait à devoir l'appeler maître...mais au final, peut-être était-il différent des hommes dans le genre de Dorian ? Ou de son ancien maître.

- D'accord monsieur.

Néanmoins, comme il ne lui demandait pas son nom, elle ne lui donna pas. Elle se doutait qu'il n'y portait aucun intérêt et puis peut-être que Dorian le lui avait déjà donné ? En tout cas, elle tentait pour l'instant de se faire discrète...peut-être dans l'espoir de disparaitre et qu'il l'oublie...Futile espoir évidemment.
En entendant qu'il voulait à boire, elle chercha où elle pouvait trouver des boissons. Et quand il précisa la boisson en question, elle s'approcha du mini-bar. Elle récupéra un verre adapté pour ce genre de boissons, chercha un petit moment la boisson...Cela faisait si longtemps qu'elle n'avait pas servi de boissons à quelqu'un ! Quand elle la trouva, elle versa donc dans le verre, suivant les dernières indications.

Elle s'approcha ensuite de lui, le verre à la main. La demande qui suivit la surprit...s'assoir ? Sur le canapé ? Décidément elle ne le comprenait pas, mais si elle pouvait éviter d'être trop collée à lui, cela l'arrangeait... Jusqu'à ce qu'il lui annonce que c'était sur ses genoux qu'il voulait qu'elle s'assoit...
Elle l'observa un moment puis céda.

- D-d'accord monsieur...

Elle s'approcha alors, lui donnant alors sa boisson avant de s'installer sur ses genoux. Dos à lui. Cette position si intime...et surtout les vêtements trempés de l'homme. Ce n'était pas tellement agréable, surtout sur la peau nue de ses cuisses ou sur ses fesses, séparées de l'homme uniquement par sa culotte. Sa jupette étant trop courte pour qu'elle puisse s'assoir dessus. Raide, elle n'était pas du tout à l'aise. Elle posa ses mains sur les genoux de l'homme, tentant de ne pas peser de tout son poids sur lui...même si elle n'était pas bien lourde.

- Comme ça, monsieur ?

Se souvenant des menaces de Dorian, elle tentait de satisfaire au mieux cet homme qui semblait vouloir prendre son temps. Elle espérait qu'il allait seulement boire son verre sans la toucher...mais elle savait qu'elle avait trop d'espoirs au vu de la situation actuelle. Et ce contact avec cet inconnu ne lui plaisait pas vraiment mais elle ne bougeait pas, docile pour le moment.
Messages : 311
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 24
Multi-Compte : Eileen L. Allannah, Leah Aoife, Kazuko Yodo, Aureliane M. Zdzislawa
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Ma Fiche

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Mouflon
Maître/Maîtresse: Officiellement Esteban mais est libre en réalité
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideF - Adoptable
Revenir en haut Aller en bas
(#) Jeu 23 Mar - 22:09
"Monsieur" perplexe.

Croyais tu savoir comment la soirée allait se dérouler ma belle ? Evans espérait pour elle que non. Il serait forcé de se montrer inventif autrement pour voir la gamme de sentiments qu'il espérait distinguer dans ces yeux cette nuit. Si le plaisir était une perle, les larmes en étaient l'écrin. Evans se serait sentit bien mauvais homme de se contenter du bijou pur : la moitié du jeu venait du déballage.

"Monsieur" résigné.

Tu commences à comprendre que tu n'as pas le choix. C'est bien. Et pourtant, alors qu'elle s'avançait vers lui à petits pas, son verre de scotch jetant des lueurs ambrées sur l'intérieur de son avant-bras, Evans regardait avec attention ses yeux béryl. Ce qu'il crut y voir le ravit. L'obéissance n'était qu'un mince vernis entourant la panique qui enserrait son âme de femme. Quand céderait-elle ? Tout le jeu serait de la pousser jusqu'à cette limite - et une fois ladite limite franchie, de la punir pour ne pas avoir pu tenir.

"Monsieur" effrayé.

Elle s'assit. Dos contre son torse, son visage dissimulé derrière l'épais rideau de ses cheveux. Dos à lui. L'agacement l'envahit et lui fit serrer les machoires. Crois-tu t'en tirer à si bon compte ? C'est moi le maitre du jeu. Et pourtant Evans se força à souffler profondément. Il serait encore meilleur de la laisser croire quelques instant avoir une chance. Laisser la souris se rassurer et s'approcher du chat, espérer lui tirer les moustaches et d'un coup déposer une patte griffue sur son dos.

"Ca ira. Donne moi à boire" se borna-t-il à dire d'une voix lasse, tel un père épuisé par sa journée de travail accordant un caprice à son enfant.

Elle se retourna à demi vers lui ; il en profita pour la ramener dans son giron en plaquant doucement son avant-bras droit contre son ventre, juste sous le plexus et de la main gauche la stabiliser délicatement au niveau de la hanche. Mains prises ainsi, elle était obligée de lui donner à boire. Il dégusta une gorgée de son scotch, yeux étrécis comme ceux d'un chat. La scotch était bon, la tenir ainsi encore meilleur. Du coin de l'oeil, il voyait l'eau imbiber ses vetements et lui révéler la courbe de son ventre.  Une chaleur lui descendit bien plus bas que l'estomac.

Le verre vint heurter ses dents. Faux mouvement ou tremblement ? Qu'importait. La regardant en coin, il  arrêta de boire et recula la tête. Son regard voulait tout dire : il ne lui pardonnerait pas une seconde erreur. "Garde le verre. Ne le renverse pas sinon..." Etait-ce une promesse ou une menace ? Pour beaucoup des femmes qui étaient passées dans son lit, les deux étaient indiscernables. L'hybride n'y ferait sans doute pas défaut.

Il passa à l'attaque. Elle ne pouvait lui échapper. Sa main gauche quitta sa hanche, tira sur le vêtement mouillé comme une parodie du geste innocent qu'elle avait eu plus tôt. Il la fit glisser dans l'entrebaillement du tissu ainsi créée et vint caresser sa peau. Chaude et lisse contre froid et humide. Cela ne durerait pas, elle lui donnerait cette chaleur de gré ou de force. Sa figure vint se perdre dans son épaisse chevelure, la humant tandis que ses doigts se faisaient plus croches et transformaient la caresse en semblant de griffures qui descendait bas, plus bas, jusqu'au bas de ses hanches. Propre et parfumée, il humait son odeur. Pourtant, en dessous, il percevait autre chose de plus âcre, plus naturel. L'odeur de la femme.

Il crut la sentir bouger ; son avant-bras droit se rabattit vers lui, l'attirant plus dans son giron et lui coupant le souffle. Elle ne s'échapperait pas. Sa main gauche s'arrêta au niveau de la ceinture de sa jupe, le pouce passant en dessous et carressant sa peau. Etait-ce de la chair de poule qu'il sentait ? Plaisir ou... autre chose ? Sa bouche prit un pli carnassier tandis qu'il se rapprochait de son oreille jusqu'à presque la toucher du bout des lèvres. "Tu sais ce que je vais te faire ?" dit-il, sa voix rendue rauque par le désir.

Sa main gauche passa sous la ceinture et entreprit d'aller explorer des zones bien plus intimes.
Messages : 42
Date d'inscription : 10/03/2017
Age : 66
Multi-Compte : Bastet, Dezba S Dineh
Fiche de Présentation : ici !

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Aucune
Maître/Maîtresse: Aucun
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humain - Neutre
Revenir en haut Aller en bas
(#) Jeu 23 Mar - 23:07
Assise sur les genoux de cet homme, Sarika sentait qu'ils approchaient petit à petit du moment fatidique. Et plus ils s'en approchaient, plus la peur lui nouait les entrailles. Néanmoins, pouvait-il être aussi cruel que Raziel dans ses égouts ? Ou que Dorian avec ses jouets ? Elle ne savait pas et le doute était horrible. Elle n'avait pas envie de tout cela.

Il sembla se satisfaire de sa position. Avant de lui donner un nouvel ordre. Elle se tourna alors, à demi, vers lui, levant le verre vers la bouche de cet homme. Il en profita alors pour passer son bras droit contre son ventre et la main gauche sur sa hanche...Face à ce contact soudain, elle se raidit, mais tenta de rester calme. Il lui était difficile de se forcer à accepter ce contact de plus en plus intrusif.
Le verre toucha alors les lèvres de cet homme, alors qu'elle tentait de verser de l'alcool dans sa bouche, sans le noyer. Pourtant, ce serait tellement tentant. Mais si elle ratait, elle avait peur des conséquences.

L'humidité des bras et des vêtements de "Monsieur" commençait à envahir sa propre tenue et sa chaleur. Elle commençait à avoir froid et elle se mit à frissonner. Ce qui n'arrangeait pas sa crainte face à la situation...et la main qui tenait le verre se mit à trembler. La réaction fut immédiate. Elle eut droit à sa première menace, à peine voilée.

- Je...je vais faire de mon mieux, monsieur !

A peine avait elle répondu qu'elle sentit une main se glisser sous ses vêtements. Elle se raidit, autant qu'il était possible de l'être. Sentir cette main glacée sur sa hanche, sa peau si chaude en comparaison. La sensation était particulièrement désagréable. La vision de Chu s'imposa à elle à ce moment-là, oui de lui, elle aurait accepté et même apprécié cette caresse. Mais pas de cet inconnu ! Elle tenta de repousser au loin l'image de celui qu'elle aimait alors que la caresse se fit griffures. Les ongles lui griffant la peau. Ce n'était rien à côté des griffes d'un hybride mâle, et il ne fit que lui tirer un frisson. Mais tout ceci, il s'en rendrait vite compte s'il la déshabillait...elle avait des cicatrices typique d'une agression par un autre hybride.

Mais penser à Chu, puis à son agresseur, alors qu'un inconnu la touchait, elle ne pouvait le supporter. Elle tenta de se dégager, de se libérer de cette emprise...Mais tel un serpent, son bras se resserra sur elle, lui coupant le souffle au passage. Le dos collé contre le torse de cet homme, elle sentait les doigts descendre toujours plus bas.

- Je...je m'en doute oui, Monsieur...mais je...

Quand la main s'aventure trop bas à son gout, son corps réagit par réflexe. Ses jambes se collèrent aussitôt l'une à l'autre, bloquant tout accès à son intimité. Dans le même temps, elle se tortilla, tentant de se libérer de l'emprise de cet homme. Elle ne voulait pas qu'il la touche. Elle en oubliait toute menace, aussi bien de Dorian que de lui...Surtout que dans son mouvement, elle lâcha le verre qui alla s'écraser au sol, le liquide se répandant. Mais elle ne s'en préoccupait pas, elle voulait juste qu'il la lâche, et de ses deux mains, elle tentait à la fois de repousser le bras qui la tenait, et l'autre tentait de retirer la main restante de ses vêtements. Elle avait peur et ne supportait pas l'idée qu'on la touche à nouveau.
Messages : 311
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 24
Multi-Compte : Eileen L. Allannah, Leah Aoife, Kazuko Yodo, Aureliane M. Zdzislawa
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Ma Fiche

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Mouflon
Maître/Maîtresse: Officiellement Esteban mais est libre en réalité
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideF - Adoptable
Revenir en haut Aller en bas
(#) Jeu 23 Mar - 23:52
Qu'elle se débatte aussi vite était un plaisir mêlé de déception. Il aurait aimé continuer ce petit jeu plus loin, la mettre encore plus mal à l'aise. Qu'elle se laisse aller à quelques gestes anodins, ne refuse pas des contacts à peine plus appuyés, ne sache comment lutter lorsque ses doigts se seraient fait plus inquisiteurs et enfin qu'elle se déteste et hurle, perdue sur la vague limite entre résignation et lutte, douleur et plaisir. Que petit à petit le malaise la dévore de l'intérieur.

Mais cette conne venait de rompre le charme trop tôt, bien trop tôt. Pas en se refusant à lui, non. En répandant sa boisson. En lui désobéissant.

Evans ne tolérait pas la désobéissance.

Il se releva, elle crut pouvoir s'échapper lorsqu'il la lâcha. Pas assez rapide. La gifle vola toute seule, l'expédiant au tapis. Elle tenta de se redresser, plus probablement par réflexe que par réelle envie de fuir. Une de ses mains tatonna, se posa là où le verre s'était brisé.

Son pied, bien à l'abri de sa chaussure de cuir, l'écrasa. Vu ses cris, c'était douloureux. En cet instant de rage, il trouvait que ces cris étaient la plus douce des musiques.

Gardant son pied comme point d'appui, il attrapa une des cornes qui dépassait de sa chevelure et tira dessus avec force pour l'obliger à se redresser autant que possible, à se cambrer même. Quelqu'un lui avait dit un jour que les cornes ds hybrides ovins étaient comme de l'os. Il l'espérait bien. On ne tire pas sur ses os - et quand bien même elle oserait tirer ou se défendre, il lui suffirait de transférer son poids sur le pied qui écrasait sa main pour réduire en bouillie ses petits osselets mignons et lui arracher de nouveaux cris de douleur. Qu'elle essaie ! Ce lui ferait presque plaisir.

"Même pas capable d'obéir à un simple ordre. Tu parles d'une conne."
Sa voix, auparavant sévére mais retenue, cingla comme un coup de fouet.

Il tira en arrière la corne, lui renversant la tête en arrière. Son autre main plongea dans sa chevelure et tira les mèches vagabondes sur le coté sans aucune douceur, libérant la vision de son visage. La douleur s'y lisait. La terreur habitait ses yeux. Bien. La vision l'aida à se calmer un peu ; il relâcha légérement la pression sur son pied, se tenant tout de même prêt à écraser sa main au moindre signe de rébellion.

"Tu sais ce que je vais te faire, hein ?"

De nouveau, sa voix était presque calmée. Apaisée. Evans savait en jouer comme d'un instrument de musique après des années dans les prétoires. Il se pencha un peu plus pour qu'elle le voie mieux. Bien que tenant toujours sa corne, il desserra son autre main ; au lieu de tirer à en arracher les méches, il les rabattit sur le coté et y passa les doigts comme un enfant savourant la longueur des poils d'un angora.

"Alors je vais te dire quelle est la seule chose sur laquelle tu puisses agir ce soir. Tu peux te laisser faire et j'irai relativement doucement" sa main libre remonta et lui effleura le front - il fit mine d'ignorer sa réaction à son contact "ou tu peux te défendre, et dans ce cas...." Son sourire réapparut, asymétrique, carnassier " dans ce cas... je comprendrais que tu l'aimes à la brutale."

Ses yeux se plongèrent dans les siens, appréciant le trouble qui s'y lisait. Ce choix était particulièrement odieux, il le savait. Cela revenait à obliger l'hybride à choisir entre un viol "doux" qui la souillerait profondément à cause de sa résignation, ou un viol "douloureux" synonyme d'impuissance totale. Quel que soit sa décision, elle se le reprocherait très longtemps.

"Alors ? Tu me laisses faire ou tu te défends ?"
Messages : 42
Date d'inscription : 10/03/2017
Age : 66
Multi-Compte : Bastet, Dezba S Dineh
Fiche de Présentation : ici !

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Aucune
Maître/Maîtresse: Aucun
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humain - Neutre
Revenir en haut Aller en bas
(#) Ven 24 Mar - 12:08
Dès que l'homme se leva, Sarika comprit aussitôt qu'elle avait fait le mauvais choix. Elle n'avait pas pu contrôler les réactions instinctives de son corps...et elle allait le payer. Elle tenta de s'éloigner de lui, mais la claque la surprit, suffisamment violente pour l'envoyer au sol, sur le tapis. Elle avait mal, sa joue cuisait, offrant une belle marque rouge à la vue. Elle tenta alors de se relever, les larmes aux yeux...Mauvaise idée à nouveau. Elle sentit un pied s'abattre sur sa main qui s'écrasa sur les débris de verres...Elle hurla. Et pleura. Les deux à la fois.
Le verre s'enfonçait dans la paume de sa main, mordant sa chair sans aucun douceur alors que la chaussure lui broyait la main.

Mais elle n'eut pas le temps de faire quoi que ce soit de plus, qu'une main attrapa sa corne, la forçant à se redresser, à prendre une posture douloureuse mais elle ne se débattit pas. D'une part parce que sa main était toujours coincée et aussi parce qu'elle avait peur de ce qu'il pourrait faire en plus. Oui, cet homme lui faisait peur. Et une première remarque tomba, agressive.

- Je suis désolée ! Ça n'arrivera plus !

Elle tentait, comme elle pouvait, d'apaiser la colère soudaine de cet homme. Qu'importe qu'il l'insulte, elle avait trop mal pour réagir autrement. Mais rien ne semblait le calmer car il lui tira la tête en arrière puis tira ses cheveux. Elle leva les yeux vers lui, trop effrayée pour tenter quoique ce soit. Peut-être avait-il eu ce qu'il voulait ? Ou vu quelque chose d'agréable pour lui ? Car la pression sur sa main fut moins violente, lui permettant d'être moins appuyée sur les bouts de verre. Mais la douleur lancinante était toujours bien présente.

Quand il posa une nouvelle fois sa question, elle se contenta de le regarder, effrayée, le cœur battant la chamade. Elle savait depuis le début qu'elle devrait avoir des rapports intimes avec lui...mais peut-être qu'il prévoyait de lui faire pire ? Les larmes coulant toujours sur ses joues, elle l'écouta en silence. Le choix était affreux, mettre sa dignité de côté ou souffrir atrocement ? Se laisser souiller au plus profond de son âme ou souffrir atrocement ? Au final, dans les deux cas, elle serait souillée, mais dans le premier ce serait pire car elle aurait "accepté" qu'il le fasse. Elle baissa les yeux, se mordant la lèvre, alors qu'elle tentait de réfléchir vite au "meilleur" choix. Ou plutôt, au moins mauvais...

- Je...D'accord, je vous laisse faire...mais...s'il vous plait, est-ce que je peux soigner ma main avant ? Je...je ne voudrais pas tacher votre mobilier...


En réalité, elle se fichait pas mal de tacher les affaires de cet homme, seulement, elle perdait du sang et elle avait atrocement mal. Néanmoins, elle ne bougeait pas pour autant, ne cherchant pas non plus à récupérer sa main blessée, car elle savait que le pied s'écraserait à nouveau dessus si elle le faisait. Elle attendait l'autorisation pour faire quelques soins rapides...dans un futile espoir de retarder le moment fatidique. Alors que ses larmes coulaient toujours sur ses joues. Elle détestait ce moment.
Messages : 311
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 24
Multi-Compte : Eileen L. Allannah, Leah Aoife, Kazuko Yodo, Aureliane M. Zdzislawa
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Ma Fiche

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Mouflon
Maître/Maîtresse: Officiellement Esteban mais est libre en réalité
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideF - Adoptable
Revenir en haut Aller en bas
(#) Ven 24 Mar - 13:03
La panique avait explosé un court instant mais elle avait réussi à la contenir, se laissant mollement faire sans chercher à s'enfuir. Seules ses larmes coulaient, témoignant de sa douleur et du dilemme intérieur qui la remuait. Bien. Très bien. Assez de faiblesse pour qu'elle soit amusante à manipuler, assez de force pour qu'elle lui résiste un moment. Evans sentit son visage se détendre. La rage était repartie aussi rapidement qu'elle était venue, ne lui laissant que le plaisir malsain d'avoir réussi à la dompter.

Mais son plaisir se teinta de dégout lorsqu'il reporta son regardsur son pied et vit du sang tacher son plancher. Autant l'avocat appréciait de griffer ou mordre ses partenaires dans le feu de l'action, autant une blessure pure et dure ne lui infligeait que répulsion. Il ota son pied de là et recula, lâcha sa corne. Son corps s'affaissa mollement ; il ne le lui reprocha pas, comprenant qu'il s'agissait d'une faiblesse musculaire plus que d'une tentative pour s'éloigner de lui.

"Va t'asseoir, main sur la table. Ne bouge pas, je reviens de suite." Les ordres furent balancés sans haine ni affection particulière. Ce n'était que des instructions. Il n'éprouvait aucun remords de ce qu'il avait fait, juste un vague ennui et dégout. Une erreur, une réparation : Evans était quelqu'un de prosaique de ce coté là.

Il sortit de la pièce sans même jeter un coup d'oeil derrière lui. Elle pourrait lui désobéir. Elle pourrait même se ruer vers la porte d'entrée et tenter de s'échapper. Mais il n'y croyait pas. La panique qui l'habitait était la pire des entraves, une chaine que même lui n'aurait pu créer aussi rapidement avec toute la volonté du monde. Elle lui obéirait parce qu'elle était sous le choc, parce qu'elle avait peur de lui, parce qu'elle ne savait pas ce qui se passerait sinon.

Aussi ne se pressa t il pas dans la salle de bain. Le lieu était à l'image de son esprit : ordonné et prêt à tout. Pince à épiler, compresses, désinfectant, bandages ; il posa le tout sur une serviette et le ramena au salon. Comme il l'avait prévu, elle était attablée et l'attendait. La vision de sa paume déchirée lui arracha une petite moue - ou était ce la vue du sang coulant sur le vernis de sa table en bois sombre ?

"Lève la main" fit-il comme on ordonnerait à un chien de s'asseoir.  Il déposa la serviette qui rougit aussitôt là où elle absorba le sang déjà répandu puis lui fit reposer la main dessus. Avec une délicatesse étonnamment surprenante vu son éclat de rage préalable, il la força à ouvrit sa main et dévoiler sa paume à la lumière Un gros éclat de verre encore enfoncé lui dessinait une nouvelle ligne, quelques plus petits des accents de morts. Du bout de l'index il suivit la blessure la plus profonde, l'effleurant à peine. Sa réaction lui donna tout de suite l'indication de la douleur qu'elle ressentait. Il leva la tête vers elle en fronçant un sourcil mais ne dit rien. Peut-être était elle juste dure au mal, peut-être était elle droguée ; quoi qu'il en soit, elle avait mal mais pas aussi mal qu'elle l'aurait dû. Tant mieux pour lui.

["C'est délicat une main..." fit-il, presque pensif. Ses doigts vinrent caresser en douceur la base de son pouce intact puis se retirèrent sans chercher à pousser leur avantage. De son autre main, il lui releva légérement le menton et la regarda yeux dans les yeux. "Je vais te soigner ça. Je ne tiens pas à te faire mal ni à te blesser plus alors je compte sur toi pour ne pas bouger pendant ce temps là. As tu compris ?" Evans était un menteur hors pair quand il s'en donnait la peine mais il était tout ce qu'il y avait de plus franc en cet instant. L'heure était au soin, non au jeu.

Avec la même douceur, il attrapa sa main valide et vint la poser sur l'intérieur de son avant-bras, la forçant à caresser sa peau tendre du bout des doigts. "La douceur diminue la douleur. Ca t'aidera à ne pas trembler. Ne t'arrête pas." Un petit truc méconnu qu'il avait appris lors de sa brève expérience au sein de la mafia. Dans la circonstance, il trouvait plutôt ironique de la voir se caresser - aussi innocente soit cette caresse - pendant qu'il réparait ses dommages.

Sans plus rien ajouter, il attrapa sa pince à épiler et commença à en extraire le verre. Fidèle à sa parole, il ne fit rien pour la faire souffrir plus, se contentant d'un mot sec de rappel à l'ordre si elle commençait à trop remuer. Les bouts de verre retirés furent posés à coté de sa main sur la serviette desormais rosie, leurs reflets à la la lumière du salon comme un rappel vivace de ce qui se passerait si elle lui désobéissait encore.

Enfin, le dernier morceau fut extrait, la  dernière blessure désinfectée, le dernier bandage déroulé.

- C'est terminé. Fais y attention.

Avec la même douceur, il lui fit replier les doigts vers la paume de sa main pour lui montrer que la douleur était en partie amenuisée.

- Qu'est ce qu'on dit ?
Messages : 42
Date d'inscription : 10/03/2017
Age : 66
Multi-Compte : Bastet, Dezba S Dineh
Fiche de Présentation : ici !

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Aucune
Maître/Maîtresse: Aucun
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humain - Neutre
Revenir en haut Aller en bas
(#) Ven 24 Mar - 13:36
Sarika espérait que cet homme la laisserait se soigner. Elle n'avait aucune envie de continuer à perdre du sang pendant qu'il prendrait du plaisir avec son corps...
En tout cas, il finit par la lâcher et elle tomba à genoux, ramenant sa main blessée contre elle. Au moins, elle pouvait reprendre une posture plus...agréable, moins douloureuse. Jusqu'à ce que un nouvel ordre tombe.

- D'accord, monsieur.

Elle le regarda sortir de la pièce et se releva alors. Elle se dirigea vers la table. L'idée de s'enfuir traversa bien son esprit, de profiter qu'il soit loin dans l'appartement pour partir aussi loin que possible...mais le pouvait-elle vraiment ? Elle avait bien trop peur des conséquences d'un tel choix, de la réaction de cet homme, et de celle de Dorian...car il y avait peu de chance, que si elle se retrouve dehors, de tomber sur quelqu'un de gentil qui l'aiderait...Non, elle serait ramené au centre et subirait une punition des plus atroces.
Alors, assise à la table, la main dessus, elle ne bougeait pas. Elle fixait sa main, sans un mot. La peur la clouait sur place.

L'homme finit par revenir, lançant un nouvel ordre. Sans hésiter, elle leva la main puis la reposa sur la serviette qui devint très vite rouge. Elle le laissa faire quand il lui ouvrit les doigts pour observer la paume de sa main. En le sentant frôler la plus grosse entaille, elle se raidit et se retint difficilement de ne pas refermer les doigts. Elle avait mal et lui, il semblait se jouer de sa douleur ! En tout cas, elle ignorait que la drogue injecté par Dorian pour la détendre lui permettait de ne pas hurler de douleur...mais au final, ce n'était pas plus mal.
Quand il lui releva le menton, elle le regarda dans les yeux, l'écoutant.

- Oui, monsieur, j'ai compris !


Néanmoins, elle était perplexe. Venait-il réellement de dire qu'il ne voulait pas lui faire mal ? Était-ce la vérité ou un mensonge ? Elle était perdue. Elle ne savait plus quoi penser de cet homme qui agissait assez bizarrement depuis le début. Ou alors, elle n'avait juste pas l'habitude ? Après tout, c'était la première fois qu'on la prêtait ainsi...mais Dorian était toujours plus direct, plus cruel aussi.
D'ailleurs, l'entendre lui dire de se caresser le bras, n'arrangea rien. Elle était encore un peu plus perdue face à son comportement mais elle obéissait, caressant l'intérieur de son bras.

Les soins commencèrent alors. Il retira les bouts de verre un par un, et elle, elle faisait de son mieux pour ne pas bouger. Se mordant la lèvre ou enfonçant parfois ses ongles dans sa peau au lieu de la caresse de départ. A un moment, elle bougea sa main blessée, tentant de l'extraire...mais le rappel à l'ordre, lui fit l'effet d'une claque. Elle se figea alors, le laissant terminer, les yeux fixés sur les bouts de verre posés à côté de sa main. Au moins, quand il eut terminé, elle avait un peu moins mal qu'au départ. Elle ferma plusieurs fois les doigts, les rouvrant et les refermant quand elle entendit la question. Elle leva les yeux vers lui, répondant rapidement.

- Merci, monsieur.

Une petite voix ironique au fond d'elle lui rappelait que c'était de sa faute à lui si elle était blessée...Mais, elle ne le dit pas à haute voix. Ne tenant surtout pas à subir un nouvel accès de colère. Elle baissa les yeux, espérant que ses yeux n'avait pas reflété sa pensée et replia la serviette.

- Je...je vais jeter le verre...

Elle récupéra la serviette, se leva et s'éloigna rapidement de cet homme. Elle préférait ne pas être trop collée à lui...même si elle savait que cela allait arriver. Que c'était inévitable. Elle trouva rapidement la poubelle et y jeta les bouts de verre, avant de poser la serviette dans un coin, ne sachant quoi en faire. Elle revint ensuite vers lui, mais resta à distance de deux ou trois mètres, comme si elle réussirait ainsi à mettre un mur entre eux deux.
Messages : 311
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 24
Multi-Compte : Eileen L. Allannah, Leah Aoife, Kazuko Yodo, Aureliane M. Zdzislawa
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Ma Fiche

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Mouflon
Maître/Maîtresse: Officiellement Esteban mais est libre en réalité
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideF - Adoptable
Revenir en haut Aller en bas
(#) Ven 24 Mar - 14:25
Elle détourna les yeux mais pas assez vite pour qu'il ne comprenne qu'elle savait très bien à qui était dû sa blessure. Ca l'amusa. Qu'elle pense ce qu'elle voulait, cela lui convenait très bien. Evans aimait la difficulté - à condition de la surmonter à la fin.

Elle débarrassa la table des débris et fila du coté du coté cuisine pour les jeter à la poubelle. Il en profita pour se resservir un verre de scotch, simple cette fois ci. Quant à ranger la table... malgré sa tendance à l'ordre, il préféra laisser les affaires ici. La vue du nécessaire à bandage l'aiderait sans aucun doute à mater ses envies de rébellion.  Et puis si jamais il y en avait de nouveau besoin - l'éventualité le blasait mais ne l'effrayait pas - tout serait à portée de main comme ça.

Elle s'arrêta à deux mètres de lui, bras ballants, visiblement trop effrayée pour s'avancer ou reculer. Il la déshabilla du regard, la jugeant plutôt que l'appréciant. Un de ses bas était en train de s'affaisser, le porte jaretelle ayant cédé. La jupette remontait un peu trop haut selon les normes de la décence - mais la vue ne lui déplaisait pas. Quelques tâches rouges souillaient son uniformes, transformant le blanc pur d'origine en rose, rouge et chair là où ses mains avaient fait leur chemin. Décoiffée, du sel sur les joues, il la trouvait plus à croquer qu'à son arrivée. Il but une gorgée de scotch, la savoura avant de l'avaler. Il se sentit sourire lorsqu'elle vit qu'il avait un nouveau verre à la main.

- Nettoie tes conneries.

De la main, il désigna la tache de sang et les morceaux de verre encore épars au sol. C'était le moment de justifier son déguisement de soubrette.

La voir se mettre à quatre pattes pour ramasser les lambeaux de ses erreurs l'excita encore un peu plus. De là où il était, il avait une magnifique vue sur son entrejambe. sous la jupe remontée, la culotte était en partie transparente - l'eau de ses mains ou excitation ? Ah, les femmes, toujours promptes à dire non alors que leur corps hurlait oui...

Il finit son verre dans une ultime gorgée qui lui réchauffa la tête et la poitrine tout en s'approchant d'elle. Il ne fit pas d'efforts particuliers pour être discret ; son ombre la submergea avant qu'il soit à ses cotés. Quelques secondes pour la laisser angoisser puis un genou à terre. Il ne prononça pas un mot mais fit courir sa main désormais séché le long de son colonne vertébrale de haut en bas, tira sur le tissu là où il collait à sa peau. Elle avait dit qu'elle le laisserait faire ? Fort bien. Il allait tester son obéissance. Sa main repassa  sous le tissu et cette fois-ci remonta le long de son ventre jusqu'à attaquer le soutien-gorge. Dentelle, lui dirent ses doigts. Petite coquine.

Il sentit son corps se raidir. Elle ne voulait pas. Elle voulait se défendre. Elle voulait...

- Continue de nettoyer. Ne te blesse pas.


Elle ne voulait rien du tout. Ici, sa volonté n'avait pas lieu d'être. Il n'y avait qu'Evans qui comptait, Evans et son envie d'elle. Sa poigne se fit plus dure sans être violente, lui serrant un sein et commençant à la peloter. Elle réagissait ; il aimait ça. Elle obéissait ; il aimait ça tout autant.

Une fois qu'elle ait réussi à légérement se relâcher à son contact, il passa à l'étape supérieure - mais avant...  Il  l'obligea d'une pression de la main à creuser légérement le dos et posa son verre désormais vide sur le creux créé, au dessus de ses fesses. Avait-il besoin de lui redonner la consigne ? Il le fit, pour le simple plaisir de la voir frissonner sous ses mots.

- Ne le renverse pas. Sinon...

Sinon... Elle ne voulait pas le savoir. Pas une nouvelle fois. La blessure à sa main lui servait de pense-bête.

Il resta à coté d'elle, observant son visage lorsqu'il renouvela son manège et fit glisser sa main sous sa jupe. Impossible pour elle de le fuir sans faire tomber le verre et se soumettre à une nouvelle punition. Arriverait-elle à tenir ? Il l'espérait autant qu'il souhaitait le contraire. Ses doigts d'abord avides et pressés se firent plus doux lorsqu'il fut évident qu'elle tentait de tenir. De l'intérieur de ses cuisses, il remonta jusqu'à son intimité et, à tâtons, trouvèrent les points qui la faisaient réagir. Ses lèvres. Son clitoris. Et même, à l'arrière... se pourrait-il que madame ait des envies inavouables ? Où était ce le dégout qui la faisait ainsi trembler ? Il n'insista pas et revint avec une douceur insidieuse la caresser, lui faire du bien - mais sans jamais passer sous le sous-vêtement, sans jamais l'amener jusqu'au bout. Lire toutes ces émotions sur son visage, sentir son corps trembler au rythme de sa main était jouissif. Le plaisir est-il plus odieux lorsqu'il vous est refusé encore et encore, ou lorsqu'il vous est imposé au cours d'un viol ? Elle pourrait probablement répondre à la question d'ici peu. Son sourire se fit plus doux, moins acéré, alors que les émotions se succédaient de plus en plus vite sur son visage. Il savourait.

Et ce qu'il sentait imbiber la culotte de l'hybride n'était certainement pas de l'eau de pluie.
Messages : 42
Date d'inscription : 10/03/2017
Age : 66
Multi-Compte : Bastet, Dezba S Dineh
Fiche de Présentation : ici !

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Aucune
Maître/Maîtresse: Aucun
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humain - Neutre
Revenir en haut Aller en bas
(#) Ven 24 Mar - 14:50
Face à cet homme, Sarika avait une telle envie de fuir...mais la peur la clouait au sol, alors qu'il la déshabillait du regard. ELle ne ressemblait plus à grand chose, entre le porte-jarretelle qui avait lâché d'un côté, laissant un bas glisser sur sa jambe au fur et à mesure. Et ses larmes avaient fait coulé un peu de maquillage sur ses joues. Mais elle ne se soustrayait pas à son regard, remarquant seulement qu'il avait un nouveau verre en main...Elle sentait que la situation qui suivrait contiendrait certainement ce verre, comme nouveau test.

Un nouvel ordre tomba. Elle suivit des yeux ce que la main de l'homme indiquait. Elle récupéra alors un petit ramequin pour y mettre les bouts de verres éparpillés et un tissu humide pour la tache de sang. Elle se doutait, néanmoins, que le but n'était pas seulement qu'elle nettoie, alors elle ne cherchait pas de produits spécifiques. Elle s'approcha de la tache, et s'agenouilla. Rapidement, elle du se mettre à quatre pattes pour que ce soit plus pratique...lui offrant une vue directe sur sa culotte. Elle n'aimait pas du tout la situation...mais elle prenait sur elle.

Petit à petit, elle ramassait les bouts de verres, même les tout petits et les mettait dans le ramequin. Soudainement, elle vit une ombre apparaitre...il était là. Derrière elle. Elle continua de ramasser les débris, même si son cœur cognait contre sa poitrine. Elle avait peur. Elle l'entendit bouger derrière elle, puis une main glisser le long de sa colonne vertébrale...Elle frémit à ce contact. Et rapidement, elle sentit une main se glisser sous sa tenue, remonter jusqu'à son soutien-gorge. Raide, elle luttait contre ses envies de se défendre. Elle n'aimait pas de sentir encore une main la toucher...les cicatrices récentes de griffures et de morsures qui parsemaient son corps n'en étaient pas déjà une preuve ?

En entendant l'ordre, elle prit sur elle et recommença à ramasser les quelques débris qui trainaient encore. Et quand il se mit à la peloter, elle le laissa faire, n'ayant pas plus de réactions qu'un corps raide malgré tout son esprit qui bouillonnait. Mais visiblement, il voulait passer à un autre jeu. Elle se cambra quand il appuya sur son dos et tourna la tête pour voir ce qu'il posait sur son dos...le verre. Évidemment.

Et la consigne tomba. A nouveau la même. Elle le regarda un court instant. Il n'avait pas besoin de finir sa phrase, elle ne risquait pas d'oublier sa précédente punition lorsque le premier verre s'était brisé. Mais voila qu'il glissait la main sous sa jupette. Elle avait une telle envie de fuir ces mains qui la touchaient...mais elle avait trop peur de la punition pour faire quoi que ce soit. Et pourtant, l'homme était doux dans ses gestes. Elle sentait la caresse de sa main remonter jusqu'à son intimité, cherchant et touchant toutes ses zones les plus intimes. Elle détestait la situation, elle détestait le sentir la caresser ainsi...et elle détestait encore plus sentir son corps réagir face à ses caresses.

Sa culotte s'humidifiait, et pourtant, elle ne voulait pas de tout cela. Mais son corps réagissait contre son gré, à l'appel des caresses offertes par cet homme. Il était doux. Est-ce qu'il serait aussi doux jusqu'au bout ? Est-ce que tout ceci pouvait se faire vraiment sans violence ? Elle se surprit à avoir à nouveau de l'espoir...alors qu'elle se sentait en même, tellement sale d'éprouver du plaisir et du désir sous les mains de cet homme. Son corps désirait qu'il aille plus loin, qu'il mette la main dans la culotte...sa tête, elle, désespérait et aimerait ne pas être là, ne pas avoir à subir cela.
Résultat, elle ne bougeait pas, les larmes aux yeux, elle ne nettoyait plus non plus la tâche de sang, prenant appui sur ses deux mains pour ne pas faire bouger le verre, malgré un léger tremblement...car sa seule certitude dans cette histoire, c'était qu'elle ne voulait pas d'une nouvelle punition.
Messages : 311
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 24
Multi-Compte : Eileen L. Allannah, Leah Aoife, Kazuko Yodo, Aureliane M. Zdzislawa
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Ma Fiche

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Mouflon
Maître/Maîtresse: Officiellement Esteban mais est libre en réalité
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideF - Adoptable
Revenir en haut Aller en bas
(#) Ven 24 Mar - 18:08
Son corps était prêt, sa tête le refusait. Il le sentait sous ses mains, ce doux frisson qui parcourait son corps sans pourtant parvenir à l'assouplir. Et pourtant, au mouvement de ses yeux,  au frémissement de ses lèvres il savait qu'elle voulait y croire. A la douceur, à la bonté. Au plaisir sans contrepartie. Elle voulait tellement y croire ! Qu'elle y croie encore un peu. Plus haut serait l'espoir, plus dure serait la chute.

Il s'arrêta et, après un ultime regard, ota son verre de son dos pour le poser sur la table basse toute proche. Désormais elle pouvait bouger sous ses doigts... si elle le voulait. Mais elle ne le voudrait pas parce qu'ici seul Evans désirait. Il la poussa doucement pour la faire asseoir sur les fesses, sur ce sol désormais sûr. Dos calé contre le bas du fauteuil, jambes semi-fléchies, elle ne pouvait reculer. Elle était toute à lui.

Il s'avança, envahit son espace intime. Ses lèvres s'arrétèrent juste devant les siennes, à portée de baiser mais toujours refusant de faire le premier pas. Evans avait le visage sérieux, concentré, seules ses fossettes témoignaient de son amusement pervers. Dans les yeux rubis, des émotions en pagaille : Envie. Peur. Désir. Honte. Douleur. Culpabilité. Horreur. Besoin. Plaisir. Lutte encore et encore... Le sel de ses larmes séchées se dissolvait sous l'effet de la chaleur qui rougissait son visage et la faisait transpirer.

- Ouvre tes cuisses.

Sa main fila entre elles. L'hybride en avait envie ; il n'eut pas à forcer le passage. Il recommença son manège, se faisant par brefs accès plus fort, enfonçant du bout des doigts le tissu détrempé. Sa respiration chaude, troublée, lui chatouillait les joues. Elle avait de plus en plus de mal à lui résister - non, à résister à sa propre envie. C'était là toute la perversion de la manoeuvre ; il ne la forçait pas, il... proposait. Et au contraire, refusait de lui en donner plus tant qu'elle ne le lui demanderait pas. Dire non à un attaquant était facile, mais nier les propres pulsions qui animent son corps, ah... Ses lèvres s'entrouvrirent pour réclamer plus d'air - ou un baiser. Il resta de marbre, changea de point d'attaque pour l'empêcher de s'habituer. Son autre main vint se placer derrière sa nuque, délicate, doigts enfouis dans sa chevelure. Maintenue ainsi, elle ne pouvait plus s'éloigner. Plus lui échapper.

Il ne la laisserait pas aller plus vite que ce qu'il voulait - ou s'accorder ce qu'il lui refusait. Toute main malvenue serait repoussée, toute tentative d'en avoir plus ignorée. D'un mouvement des doigts, il pouvait faire d'elle la plus heureuse des hybrides - ou la plus frustrée. Il voulait l'entendre gémir. Réclamer. Vouloir la suite, demander qu'il y aille plus fort. Peut-être même essayer de l'embrasser - ah, comme s'il avait envie de témoigner de l'affection à son jouet pour la soirée ! Oui, c'était ce qu'il voulait : qu'elle se conduise comme son propre bourreau pour que plus tard, lorsqu'elle repenserait à cet instant, l'amertume de la honte teinte chaque parcelle de son plaisir comme de sa douleur.

Le tissu était spongieux sous ses doigts, l'intérieur de ses cuisses détrempé. Elle mouillait comme la chienne qu'elle était au final. Cette fois-ci, lorsqu'il enfonça ses doigts, il ne les retira pas. Le tissu était assez lâche pour la pénétrer jusqu'à la première phalange. Elle en voulait plus, se refermait sur lui mais elle devrait se contenter de ça. Pour le moment.

- Dis-le.

Toujours aussi directif : ce qui aurait pu être une confidence offerte sur l'oreiller était clairement un ordre, sec. Il referma sa prise sur sa nuque et la rapprocha de lui jusqu'à être tout contre elle. Elle se laissa faire. Visage contre visage, torse contre torse... la seule chose qu'ils ne partageaient pas encore était ce qu'il lui accorderait si elle le lui demandait. Dans ses yeux, le monde avait disparu, Monsieur les remplissant tout entiers.

- Dis-le !

Sa voix était un brin plus enfiévrée, plus humaine. C'est qu'il n'était qu'un homme, un homme au bas-ventre palpitant à sa vue et à l'idée de tout ce qu'elle éprouvait. Il lâcha sa nuque, certain qu'elle ne tenterait pas de fuir et vint attraper à tâton sa main indemne pour lui faire tater ce à quoi elle aurait le droit sous peu.

Yeux rivés à ses lèvres, victorieux par avance, il attendit avec hâte qu'elle donne l'ordre au bourreau de remplir son office.
Messages : 42
Date d'inscription : 10/03/2017
Age : 66
Multi-Compte : Bastet, Dezba S Dineh
Fiche de Présentation : ici !

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Aucune
Maître/Maîtresse: Aucun
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humain - Neutre
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sam 25 Mar - 11:45
Tendue, Sarika n'osait plus faire un seul mouvement. Elle avait beaucoup trop peur que le verre tombe de son dos, se brise, et donc de recevoir une nouvelle punition. Car elle savait qu'elle souffrirait bien plus que la première fois.
Pourtant sous les caresses de cet homme, elle était perdue. Elle ne savait pas comment réagir, devait-elle s'abandonner à lui et accepter tout ce qu'il lui faisait ? Ou se rebeller pour garder sa dignité ?

Finalement, le verre fut retiré de son dos. Un soulagement. Elle n'aurait plus à se soucier de cet objet si fragile dont dépendait trop de choses. Elle sentit qu'il la poussait en arrière et elle ne résista pas, se retrouvant assise, dos contre le fauteuil. Elle ne pouvait plus reculer si elle en avait envie. Mais en avait-elle vraiment envie ?
Il s'approcha ensuite d'elle, très près. Trop près. Mais elle ne pouvait reculer. Il était si près qu'elle avait l'impression qu'il allait l'embrasser...mais non, il se contentait d'être tout près. Et il lui donna un nouvel ordre. Sa tête hésita, un très court instant, mais son corps réagit presque aussitôt...écartant les cuisses, lui laissant l'accès à son intimité, à sa culotte détrempée. Et elle avait honte de sentir son corps réagir aussi vite à sa demande.

Elle n'avait pas voulu tout ceci, et pourtant, il savait s'y prendre pour donner envie de plus. Et malgré sa honte, son dégoût d'elle-même, son corps réclamait plus.
La main de l'homme se glissa dans sa nuque, l'empêchant de reculer la tête si elle le voulait, l'obligeant à avoir leurs lèvres si proches...à sentir leur respiration les chatouiller mutuellement. Mais elle n'arrivait pas à s'échapper de son emprise. Et puis, elle sentit les doigts s'enfoncer en elle à travers sa culotte, oh pas de beaucoup, une phalange. Mais c'était assez pour qu'elle se raidisse, qu'elle se cambre légèrement comme pour sentir les doigts aller plus loin...Elle avait honte, mais elle avait tellement envie !

Un nouvel ordre tomba. Non, elle ne pouvait pas dire cela ! Elle ne pouvait pas ! C'était trop gênant, elle avait trop honte pour dire à haute voix à quel point elle le désirait...alors qu'elle n'était pas consentante de base. Et puis, voila qu'ils se retrouvaient collés, visage contre visage, torse contre torse. Sa poitrine se soulevait à un rythme plutôt rapide, butant contre le torse de cet homme, alors que l'ordre claquait à nouveau. Il lâcha sa nuque pour récupérer sa main et la poser sur...sur ce qu'elle ne voulait surtout pas toucher ! Pourtant, ses doigts se refermèrent dessus, à travers le tissu.

Elle avait honte, mais son corps lâchait prise. Elle ferma les yeux un instant, alors que des larmes se remirent à couler sur ses joues.

- Je...j'ai envie de vous, monsieur...j'ai envie de sentir vos mains m'explorer plus loin...j'ai envie de...de ce que je sens sous ma main...

Elle avait tellement honte mais elle avait pourtant tout déballé, tout ce dont elle avait envie. Son envie, son désir avait pris le dessus, tout en sachant qu'elle le regretterait par la suite. Mais maintenant c'était dit, et elle espérait seulement qu'il n'allait pas s'amuser avec...qu'il allait lui offrir ce qu'elle venait de demander tout en restant aussi doux qu'actuellement. Mais elle se faisait sans doute trop d'espoir. Néanmoins, elle rouvrit les yeux et tenta de détourner, la tête, honteuse, alors que ses doigts bougeaient tout doucement sur ce que le pantalon de cet homme cachait...
Messages : 311
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 24
Multi-Compte : Eileen L. Allannah, Leah Aoife, Kazuko Yodo, Aureliane M. Zdzislawa
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Ma Fiche

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Mouflon
Maître/Maîtresse: Officiellement Esteban mais est libre en réalité
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideF - Adoptable
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sam 25 Mar - 12:23
Dans l'acte, Evans ne visait pas l'orgasme - du moins, pas l'orgasme seul. Ce qui aimait par dessus tout, c'était cette idée de manipuler sa partenaire, de la faire passer du septième ciel à l'enfer pur par un simple geste de la main ou un mot sussuré au creux de l'oreille. C'était quelque chose d'intellectuel mais aussi de physique, quelque chose de long et subtil là où l'orgasme masculin était bref et éclatant. Et par ces simples mots, par ce ton de voix suppliant et honteux, cette hybride promise au viol venait de lui permettre d'accéder à cet état.

Laissant toujours ses doigts là où ils étaient, sur son seuil d'entrée, il avança franchement le visage et vint déposer ses lèvres sur son visage. Ce n'était pas un baiser, non. S'emparer de ses lèvres viendrait sans doute plus tard et ca n'aurait rien de tendre à ce moment là. Sur ses joues se posa sa bouche, effaçant de sa présence les larmes salées qu'elle versait. L'amertume de la honte envahit son palais, délicate saveur. Il fit glisser son visage joue contre joue ensuite jusqu'à s'approcher assez près du pavillon de son oreille pour le froler.

- C'est bien. Tu es une bonne fille.

Il lui susurra ces mots au creux de l'oreille puis en aspira le lobe entre ses lèvres une seconde, jouant de sa langue pour lui donner un aperçu de ce qu'il pourrait lui faire si elle continua à être aussi docile. La malheureuse. Croyait-elle vraiment qu'il serait toujours aussi doux ? Ou que ses ordres seraient toujours aussi faciles à suivre ?

Gardant cette position, il ouvrit à taton sa braguette, baissa son caleçon et l'obligea à le saisir. Le simple contact de sa peau chaude était un délice mais des années d'expérience de dominant l'aidèrent à ne pas céder au besoin de se décharger - ainsi que l'idée d'en avoir plus, bien plus, après son échec.

-Maintenant, caresse moi. Jusqu'à l'orgasme.

Son autre main libre maintenant qu'elle savait ce qu'il attendait d'elle, il vint avec son aide abaisser sa culotte jusqu'à mi-cuisse. Plus rien ne séparait ses doigts de son sexe avide de leurs attentions. Il soupira doucement et ferma presque les yeux sous les assauts de la demoiselle ; elle n'était pas experte en jeux de main mais son innocence et sa honte poisseuse contribuaient grandement à le faire grimper au plafond.  Avides, il reposa ses lèvres sur son oreille et sentit un frisson la parcourir. Une de ses mains passa à l'arrière, venant caresser le bourgeon de queue de l'ybride puis le pincer avec délicatesse ; l'autre remonta au creux de ses cuisses grandes ouvertes... et s'arrêta. Son impatience - non, son besoin de lui - était comme la plus magnifique des mélodies

- Ne jouis pas avant moi. Sinon...

Il ne lui laissa pas le temps de s'attarder sur cette phrase chuchotée, si froide dans le feu de l'action et enfonça fermement mais sans violence deux doigts dans son sexe. Préparée comme elle l'était, ils glissèrent tout seuls. Sa main derrière l'empêchait de s'éloigner mais elle fut inutile : elle le voulait, en voulait même bien plus à juger d'après ses gémissements et la tension de son corps. Ses doigts se mirent à faire des aller retours à rythme rapide et puissant, son pouce venant caresser par accès irréguliers son clitoris. Impossible de résister dans son état.

Combien de temps tiendrait-elle ? La partie froide et méthodique d'Evans estima que ce serait l'affaire d'une minute, de quelques secondes peut-être. Il n'aurait aucune difficulté à tenir plus qu'elle et ensuite...

Ensuite, elle verrait ce qu'il faisait aux hybrides désobéissantes.
Messages : 42
Date d'inscription : 10/03/2017
Age : 66
Multi-Compte : Bastet, Dezba S Dineh
Fiche de Présentation : ici !

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Aucune
Maître/Maîtresse: Aucun
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humain - Neutre
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sam 25 Mar - 17:01
Sarika l'avait fait, elle avait exprimé à haute voix son envie de cet homme. Le désir qui lui rongeait le bas-ventre depuis que les doigts la titillaient sans cesse. Elle avait honte, mais elle avait tellement envie.
Alors qu'elle avait l'impression que ses mots planaient entre eux deux, elle le vit s'approcher. Mais elle ne bougea pas. Elle fut assez surprise de le sentir récupérer ses larmes, avant de venir murmurer à son oreille. En entendant les mots qu'il lui murmurait, elle rougit, particulièrement embarrassée...Et voila qu'il se mettait à jouer le lobe de son oreille. Elle se raidit, surprise, mais rapidement, un frisson la traversa. C'était étonnant mais vraiment agréable.

Néanmoins, il finit par s'écarter de son oreille et le sentit déboutonner son propre pantalon. Elle savait ce qu'il voulait faire mais elle se contenta d'écarter légèrement sa main pour ne pas le gêner...elle s'imaginait mal déshabiller un homme, encore plus quand il s'agissait d'un rapport non consenti. Mais il ne lui laissa pas le temps de récupérer sa main qu'il la força à prendre ce membre, chaud, et déjà plutôt dur entre ses doigts. Et l'ordre tomba.

- D-d'accord monsieur.

Elle n'avait souvenir de l'avoir fait qu'une seule fois...Et l'image de Chu s'imposa à nouveau à elle, en réponse à ce souvenir. Elle se retint de justesse de ne pas pleurer à nouveau, repoussant l'image de celui qu'elle aimait. Se concentrant sur ce moment, aussi détestable soit-il, elle tenta de faire de son mieux. Ses doigts bougèrent doucement, appliquant un mouvement de va et viens. Malgré sa volonté de bien faire, ses gestes étaient maladroits.
Surtout quand il l'empêchait de totalement se concentrer dessus. Elle sentit qu'il voulait lui retirer sa culotte, alors par réflexe, sans vraiment s'en rendre compte, elle souleva son bassin pour qu'il puisse la faire glisser sur ses jambes. Elle ne s'attendait pas à ce qu'il la laisse à la moitié de ses cuisses mais elle ne fit aucun commentaire. Elle était déjà assez embarrassée comme cela, surtout qu'il avait une vue directe sur son intimité...et quelques unes de ses cicatrices de griffures et morsures de ses cuisses mais aussi de ses hanches, là où la culotte couvrait la peau jusque là.

Sa main continuait les mouvements sur le sexe de cet homme, alors que son corps avait hâte qu'il en fasse de même. Mais il voulait visiblement commencer par autre chose...Et quand elle sentit la main sur sa petite queue, elle fit un bond, surprise. Elle tenta de s'y soustraire un court instant avant de se repositionner comme elle était juste avant, lui offrant donc sa queue à la caresse. Et en se mordant la lèvre, elle tentait d'étouffer les sons que cette étrange caresse lui faisait pousser. Et voila qu'il lui donnait un nouvel ordre.

- Je...

Elle savait que cet ordre serait compliqué à accomplir. Et il lui ne laissait même pas le temps de répondre, qu'elle sentit deux doigts s'enfoncer en elle, lui tirant un gémissement soudain. Elle n'avait que très peu d'expériences de ce genre, d'expériences positives surtout. Elle n'avait eu qu'un seul partenaire qui avait pensé à son plaisir...et elle n'avait pas vraiment eu le temps de gagner de l'expérience sur ce genre de situations. Alors forcément, peu habituée, elle était sensible aux mouvements des doigts de l'homme, gémissant, malgré ses efforts pour tenter d'être silencieuse. D'ailleurs, sa main adopta le même rythme sur le sexe de l'homme, que ses doigts dans le sien. Néanmoins, le corps tendu, se contractant, elle tentait de se retenir, de se concentrer sur la caresse qu'elle lui procurait...mais elle sentit qu'elle atteignait sa limite. Son intimité palpita autour des doigts de l'homme, alors qu'elle gémissait de nouveau. Elle venait de jouir, malgré tout ses efforts pour se retenir.

Les jambes un peu flageolantes, celles-ci se refermèrent toutes seules, alors qu'elle s'affaissait contre le fauteuil derrière elle. Elle reprit son souffle avant de réaliser qu'elle venait de désobéir...et la peur l'envahit aussitôt.

- Je...je suis désolée, monsieur ! J'ai fais de mon mieux mais je...je...je n'ai pas autant d'expériences que vous...et je...

Ayant lâchée le sexe de l'homme, elle tenta de reculer, de s'éloigner de lui, car elle savait qu'elle n'apprécierait pas la suite puisqu'elle avait désobéi. Mais elle était coincée, entre lui, le fauteuil, mais aussi ses mains, l'une dans son dos, au niveau de sa queue et l'autre toujours entre ses cuisses. Elle ne pouvait pas s'échapper. Ce qui n'arrangea pas sa peur, résultat, elle se mit à trembler.
Messages : 311
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 24
Multi-Compte : Eileen L. Allannah, Leah Aoife, Kazuko Yodo, Aureliane M. Zdzislawa
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Ma Fiche

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Mouflon
Maître/Maîtresse: Officiellement Esteban mais est libre en réalité
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideF - Adoptable
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sam 25 Mar - 18:56
Elle se referma sur ses doigts en moins de temps qu'il ne l'avait estimé encore. Cambrée, elle gémit encore plus fort puis donna l'impression de se recroqueviller sur elle même, dos courbé, jambes se refermant sur sa main. Elle venait de jouir en toute beauté. La colère ne l'envahit pas ; il avait tout fait pour que ça arrive. Au contraire, il se sentait froid. Satisfait. Si de ses doigts il venait de lui faire connaitre le plaisir, c'est désormais la peur qui allait l'envahir par sa simple présence. Il ne bougea pas, ne dit rien, la laissant réaliser seule ce qui venait de se passer.  Seule sa respiration profonde trahissait son état.

Et elle réalisa, oh oui. Elle réalisa. Sans voir son visage, il saisit la seconde précise à laquelle elle avait réalisé. Son corps tendrement avachi se redressa d'un bond, son visage presque sur son épaule recula jusqu'à ce que l'arrière de sa tête heurte le fauteuil. Ses yeux terrifiés lui mangeaient le visage, des yeux prêts à déverser leurs larmes sur ses joues  encore une fois. Ses mains le quittèrent aussi, l'exposant au froid de la pièce - et paradoxalement, le faisant durcir encore plus.

- Tu m'as désobéi...


Sa voix était neutre, maitrisée, son regard froid. Elle était libre d'y voir tout ce qu'elle voulait. C'était bien plus amusant que de faire mine d'être en colère. Ses yeux balayèrent son corps de haut en bas, comme pour juger ce qu'il voyait. Et ce qu'il aperçut ralluma une étincelle de rage.

Elle était marquée. Sa main sortit de l'étau de ses cuisses et vint explorer les marques de dents et de griffes qui assombrissaient sa peau.Récentes, pas encore totalement cicatrisées. Certaines étaient même en creux, preuve de leur violence à l'époque. Son pouce en suivit une qui allait de l'aine à sa hanche, appuyant assez fort pour laisser en blanc sur sa peau rosée la trace de son passage. Ce n'était pas une oie blanche qu'il avait sous la main ; elle avait encore moins de raisons de lui désobéir - et aucune de lui mentir comme elle venait de le faire en disant n'avoir que peu d'expérience.

-Menteuse en plus.


Il ressentait en cet instant le besoin de vraiment la punir. Non juste à cause de cette désobéissance, mais par cette rupture dans son plaisir. Il était bien, quelques secondes plus tôt, occupé à dompter tout en délicatesse une hybride fragile et voilà qu'il s'apercevait qu'il avait été trompé sur la marchandise. Elle en savait bien plus sur le sujet qu'elle ne le lui disait. Se moquait-elle de lui en son for intérieur ? Ses yeux fouillèrent les siens, scrutateurs. Evans détestait qu'on le trompe. Qu'on lui montre qu'il n'était pas le chef. Ce qu'il voulait, en cette seconde, c'était qu'elle lui montre que non, il avait raison. Il ne s'était pas trompé. Et qu'en même temps, elle regrette cette seconde de doute.

Il ne lui laissa pas le temps de trouver une solution pour s'échapper. Sa main libre réattrapa l'une de ses cornes et tira vers lui d'un coup sec ; l'autre de ses mains, toujours en bas de son dos, pinça méchamment sa queue lorsqu'elle fit mine de résister. Elle n'évita la chute qu'en s'appuyant sur ses deux mains mais se retrouva presque nez au plancher - il espéra confusément qu'appuyer sur sa main blessée lui ferait mal. De ses deux mains désormais, il l'obligea à venir affronter en face ce qu'elle aurait dû satisfaire avant de jouir, l'obligea à venir si prêt qu'elle ne voyait plus que ça.

- Dans ta bouche. Ne laisse rien sortir.


Ses cornes saisies à pleines mains, il comptait bien l'humilier en venant dans sa gorge, quitte si besoin à la forcer à l'avaler plus loin qu'elle ne l'aurait cru possible.
Messages : 42
Date d'inscription : 10/03/2017
Age : 66
Multi-Compte : Bastet, Dezba S Dineh
Fiche de Présentation : ici !

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Aucune
Maître/Maîtresse: Aucun
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humain - Neutre
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sam 25 Mar - 19:52
Alors que Sarika venait de jouir, elle réalisait la situation. Effrayée, elle savait que cet homme allait lui faire payer ce qui venait de se passer. Et pourtant, elle avait vraiment essayé de se retenir. Et les mots qu'il prononça...Ses tremblements s'accentuèrent. Qu'est-ce qu'il allait lui faire ? Qu'avait-il en tête ?

Jusqu'à ce qu'elle sente les doigts de l'homme remonter le long d'une de ses cicatrices. Elle se raidit, n'appréciant pas du tout ce contact. C'était désagréable et ces zones étaient encore assez sensibles. Elle ne voulait pas se souvenir de cet hybride, elle ne voulait pas se souvenir de tout cela. Elle avait déjà assez avec cet homme !

- Non, je...je...non !

Elle tremblait encore plus. Il semblait tellement énervé de cette découverte ! Résultat, ses yeux montraient encore plus de terreur qu'avant. Et soudainement, il saisit une de ses cornes et tira soudainement pour la faire tomber, face contre le sol. Elle tenta de résister, de se débattre mais il pinça violemment sa pauvre queue si sensible...Elle laissa échapper une plainte et posa ses deux mains au sol pour se rattraper. Sa main lui faisait mal, toute sensation de bien-être après son orgasme s'était envolé. Et de nouvelles larmes coulaient sur ses joues. Elle ne résista pas quand il la tira pour lui mettre sous le nez son sexe.

- Je n'ai pas menti ! Je parlais d'expériences...consentantes. Et même avec ce...ce mâle, même si c'était un...un viol, il se contentait juste de se lâcher en moi, dans l'idée de se reproduire...il...il ne m'a jamais demandé ce genre de choses !

Celui qui lui avait laissé toutes ces traces, de morsures, de griffures, si récentes. Elle n'avait jamais eu à le caresser, ou à lui faire quoique ce soit. Il s'était contenté d'entrer en elle quand il en avait besoin, sans se préoccuper de quoique ce soit d'autres...même du fait qu'il souffrait à chacun de ses assauts. Mais alors qu'elle tentait de donner plus d'explications à cet homme, sans savoir pourquoi elle voulait se justifier...si ce n'est, tenter d'apaiser sa colère soudaine, qu'il comprenne que non, elle n'avait pas vraiment d'expériences. Enfin, à ce moment là où elle ouvrait à nouveau la bouche, elle sentit que son sexe s'engouffrait dans sa bouche.
Et ceci elle l'avait tant de fois vécus ! Son ancien maître ne supportait pas de la toucher, et ne l'avait jamais fait, sauf pour ce genre de choses...sauf qu'elle ne gérait rien, elle s'était toujours retrouvée à subir les vas et viens, sans rien contrôler. Ses larmes redoublèrent alors à ses douloureux souvenirs.

Figée, elle ne savait pas quoi faire. Elle paniquait, elle pleurait...avec le sexe de cet homme en bouche. Elle tenta de s'écarter mais il la maintenait trop fermement. A quatre pattes, la culotte à mi-cuisse, et le sexe de l'homme entre ses lèvres, la position n'était pas glorieuse. Elle avait honte, mais ne savait même pas quoi faire pour tenter de calmer la situation qui venait tout juste de s'envenimer...surtout qu'elle ne pouvait plus parler. Et elle n'osait pas bouger, de peur que ses dents n'entrent en contact avec l'intrus dans sa bouche, car là, elle savait que si cela arrivait, sa situation serait encore bien pire.
Messages : 311
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 24
Multi-Compte : Eileen L. Allannah, Leah Aoife, Kazuko Yodo, Aureliane M. Zdzislawa
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Ma Fiche

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Mouflon
Maître/Maîtresse: Officiellement Esteban mais est libre en réalité
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideF - Adoptable
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sam 25 Mar - 21:08
Un viol ? Il n'y prêta pas attention - à part pour noter dans un coin qu'il devrait penser à enfiler un préservatif avant de la prendre plus tard, par mesure de sécurité. C'était une hybride, un être à peine supérieur à un animal ; elle n'avait aucun droit, même pas celui de dire non. Peut-être n'avait-elle pas consenti, mais cela n'en faisait pas un viol, juste un mâle qui savait comment satisfaire une femelle. D'ailleurs, si c'était un autre hybride qui l'avait prise, comment aurait-ce pu être un viol ? Est-ce qu'un taureau viole une vache quand il lui fait un petit veau ?

Ses lèvres autour de son pénis étaient écarlate, le rouge à lèvre bavant un peu sur sa peau. Cette sensation, couplée à la vision des larmes courant sur sa peau, le fit lâcher un grand soupir pour rester stoique. L'écrin était là, il n'avait plus qu'à fournir la perle.. Hélas, elle se montrait totalement godiche en la circonstance, comme figée autour de sa queue, n'osant ni avancer ni reculer. Que croyait-elle ? Qu'il allait faire le travail tout seul ? Certes, il aurait eu plus de sensations physiques avec sa main mais telle était sa punition et elle n'y échapperait pas.

- Suce. Bouge ta langue. Enroule la. Fais quelque chose !

Le ton dur la fit réagir, à moins que ce ne soit le "sinon" sous-jacent. Il la sentit bouger, maladroitement certes mais au moins essayer. Un léger râle lui échappa lorsque le bout de sa langue caressa l'extrémité sensible de son gland par hasard. Sa main sur sa corne se fit moins brutale, l'autre se plaqua derrière sa tête pour l'empêcher d'arrêter, ses doigts emmêlés dans ses cheveux. Ses hanches commencèrent à rouler, en désirant plus : il usa de ses mains pour faire aller et venir l'hybride dans sa fellation, lui montrant comment faire. Peut-être allait-il trop loin, peut-être pas ; il ne prêtait pas attention à elle, se centrant sur son propre plaisir.

- Bien, et le mot fut plus expiré que prononcé. Accepte ta punition. Laisse toi faire. Ensuite ce sera.. mieux pour toi.

La promesse resta en suspens et eut l'air de lui faire de l'effet - à moins qu'Evans ne l'imagine. En tout cas, il ne mit guère de temps à venir dans sa bouche, la forçant à le prendre en entier lorsqu'il se sentit céder. Le fond de sa bouche était serré, il sentit qu'elle luttait pour reculer, respirer à nouveau. Il l'en empêcha. On ne fuyait pas sa punition. On l'acceptait. Ce n'est qu'une fois l'éjaculation finie et certain qu'elle avait dégluti qu'il la laissa reculer et se redresser, un filet blanc coulant encore du coin de ses lèvres.

Il l'observa et laissa un sourire qui aurait pu paraitre presque doux apparaitre sur ses lèvres. Ses mains glissèrent le long de son visage et s'arrétèrent sur ses épaules, les tenant sans lui faire mal.

- C'est bien. Tu as accepté ta punition.

Du pouce, il vint essuyer la goutte de sperme résiduelle sur ses lèvres puis souffla sur son visage pour en écarter les méches trempées de sueur qui le barraient. L'orage était-il passé ? A elle de tester pour le voir.
Messages : 42
Date d'inscription : 10/03/2017
Age : 66
Multi-Compte : Bastet, Dezba S Dineh
Fiche de Présentation : ici !

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Aucune
Maître/Maîtresse: Aucun
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humain - Neutre
Revenir en haut Aller en bas
(#) Sam 25 Mar - 23:43
Le sexe de l'homme dans la bouche, Sarika se sentait idiote, mais aussi honteuse. Elle ne savait pas du tout quoi faire. Elle n'en avait jamais vraiment fait, du moins, en contrôlant la situation, en faisant quelque chose...D'habitude, elle avait subi les assauts, en pouvant seulement espérer que ce serait vite fini.
Mais voila, cet homme ne semblait pas vouloir que cela se passe ainsi. et l'ordre tomba. Cinglant. Avec une très belle menace sous-jacente.

C'était déjà assez horrible comme cela, inutile que la punition devienne encore pire. Alors, elle commença à bouger. Sa langue s'activa, caressant ainsi ce sexe bien dur, alors qu'elle fit glisser ses lèvres tout du long. Elle entamait un mouvement de vas et viens avec sa bouche, sa langue continuant de bouger pendant ce temps, frôlant la peau, frôlant le gland quand elle était au bout, avec presque plus rien en bouche. Elle n'était pas très douée, elle s'en rendait bien compte, mais elle faisait de son mieux.

Pourtant, elle n'avait aucune envie de faire cette fellation, mais elle savait qu'elle n'avait pas le choix. Sinon, la punition serait encore pire. Résultat, ses larmes continuaient de couler le long de ses joues alors qu'elle s'activait.
Au bout d'un moment, elle sentit qu'il en voulait plus, elle sentit les mains de l'homme sur sa tête comme pour lui imprégner un nouveau mouvement. Dans le même temps, elle le sentit bouger le bassin...Malgré son dégoût et sa forte envie de se retirer, elle continuait, suivant le mouvement qu'il lui montrait, alors que sa langue continuait également son travail.

Néanmoins, il semblait apprécier. Elle l'entendait prendre du plaisir. Ce qui signifiait que cette torture prendrait bientôt fin ? Effectivement, elle le sentit aller soudainement bien plus loin, au fond de sa gorge, l'empêchant de respirer. Paniquée, elle se mit à lutter, tentant de reculer mais il l'empêcha de bouger. Et à ce moment là, elle le sentit se lâcher, au plus profond de sa gorge. La texture, le gout...elle avait l'impression de retrouver de mauvais souvenirs, des "copains" de son enfance et adolescence. Et elle savait que si elle n'avalait pas, elle allait seulement s'étouffer.
L'avantage, c'est que concentrée sur ce qu'elle faisait, ses larmes s'étaient arrêtées de couler, uniquement présentes dans ses yeux. Même quand elle se força à avaler tout ce qu'il expulsait, malgré son dégoût.

Quand il la relâcha, elle se redressa, se retrouvant à genoux et toussa. Elle cherchait à récupérer son souffle, alors qu'en l'écoutant, elle comprit qu'il était ravi. Son regard se fit...assassin pendant un moment avant qu'elle ne détourne les yeux.
Elle le laissa passer son pouce sur ses lèvres avant d'elle même les essuyer du dos de la main, au cas ou qu'il en restait. Et en le sentant souffler sur son visage, elle ferma les yeux puis passa sa main dans ses cheveux pour les repousser en arrière, pour qu'ils ne la gênent pas. Déjà qu'elle avait bien chaud avec la situation actuelle, elle n'avait pas non plus envie d'être ainsi gênée.

En tout cas, il semblait...apaisé maintenant. La colère semblait loin. Néanmoins, elle commençait à un peu le comprendre...la colère pouvait revenir, à tout instant, sans prévenir. Elle lui jeta un coup d’œil, cherchant à savoir s'il prévoyait autre chose, s'il était vraiment redevenu calme...Et jugeant qu'il n'était pas énervé, ce qui était déjà pas mal, elle se redressa et remonta sa culotte le long de ses cuisses, la remontant en place. Et l'humidité qui l'avait imbibé lui tira une grimace au contact avec sa peau. Ce n'était pas du tout agréable comme contact !
Messages : 311
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 24
Multi-Compte : Eileen L. Allannah, Leah Aoife, Kazuko Yodo, Aureliane M. Zdzislawa
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Ma Fiche

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Mouflon
Maître/Maîtresse: Officiellement Esteban mais est libre en réalité
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideF - Adoptable
Revenir en haut Aller en bas
(#) Dim 26 Mar - 1:26
Elle lui décocha un un regard assassin qu'elle détourna vite. La mouflonne aurait-elle des crocs ? Voilà qui ne serait pas forcément pour lui déplaire à condition qu'il puisse les lui limer à la fin. Il pensait commencer à la cerner et à savoir comment la manipuler. Chaud et froid, rêve de douceur, crainte de douleur...  Même dans cette situation, son cerveau analysait ses réactions et gardait ses observations en réserve pour plus tard. Il la laissa se relever, l'autorisant même un court instant à le surplomber. Il n'y avait que les faibles pour craindre de rester assis face à une personne debout - et puis, la vue des coulées luisantes sur l'intérieur de ses cuisses valaient le détour. Quoi qu'elle en dise, elle avait plus qu'apprécié l'expérience.

Il finit néanmoins par se relever sans trop de difficulté, refermant sa braguette au passage. Des yeux, il repéra son verre et le ramassa, désireux de ne rien laisser trainer derrière lui. Sans être maniaque, il avait en horreur la pagaille. Il l'inclina et savoura une ultime goutte d'alcool rescapée puis le garda à la main en se retournant vers l'hybride.

- As-tu besoin de te rincer la bouche ?

Une phrase aimable et innocente, sortant d'un visage sévére mais affable. Une voix grave et séductrice. Une stature haute, un langage corporel accueillant. Et au creux d'une main, un verre à apéritif, assemblage de centaines de petits morceaux de verres prêts à s'envoler en tout sens à la moindre chute. Qu'elle comprenne ce qu'elle voulait.

Il la rejoignit, l'enlaça par derrière. Ses mains, la libre comme celle tenant le verre, vinrent se poser sur le bas de son ventre, sur le tissu le recouvrant... et resta là, sans chercher à passer en dessous. Tendresse ? Pas vraiment. Tension plutôt. Elle savait qu'il savait ce qui était en dessous, et lui savait qu'elle s'attendait à ce qu'il en profite de nouveau. Evans n'aimait pas être prévisible. Son temps ne serait pas perdu s'il lui donnait l'impression de s'intéresser à elle en tant que personne et non en tant qu'hybride pendant un instant. Et puis, il n'avait plus 16 ans ; il lui fallait quelques minutes avant d'être de nouveau d'aplomb.

- Le centre est au courant pour ça ? Ses doigts se crispèrent légérement sur le tissu, pas assez pour lui faire mal mais assez pour qu'elle sache très exactement de quoi il parlait. Ils ont pu faire quelque chose pour toi ?

Il se fichait bien de son état mental, mais apprendre si elle souffrait d'une quelconque phobie pourrait être utile - et surtout, savoir si Vladimir était au courant. Jamais il ne lui aurait envoyé délibérément une hybride malade pour ce genre de plaisir ; s'il le savait, il l'aurait fait tester. Bah, au pire, il mettrait un préservatif bien qu'il n'apprécie pas cette sensation. Ce n'était qu'une fine couche de plastique mais il avait l'impression que quelque chose le coupait du corps et de l'âme à nu dont il profitait lorsqu'il en portait un.

D'ailleurs... Elle avait l'air d'en être sortie marquée, de cette rencontre. Ses cicatrices bien sûr mais... Cette tension, ces larmes versés, cette tentative de fuite. Et s'il dérogeait à ses habitudes et jouait sur le traumatisme, transformant cette nuit en cauchemar total ? Cela vaudrait-il le coup ? Elle n'était qu'une hybride, elle n'avait aucun droit. Si jamais elle ne se montrait pas aussi amusante que prévu, il y aurait toujours possibilité d'extraire quelque chose d'elle. La tenant toujours contre elle, il soupira près de son visage comme s'il souffrait pour elle. Elle ne pouvait pas savoir que c'était signe que sa virilité se remettait d'aplomb.

-Viens dans ma chambre. Je vais te faire oublier ce cauchemar lui dit-il, ton à mi-chemin entre l'ordre et la prière mais sans faire mine de la lâcher. Elle n'avait pas véritablement le choix, quoi qu'elle décide de croire. Sa réaction ne ferait que le décider à lui faire "oublier" ce cauchemar d'une façon agréable... ou désagréable.
Messages : 42
Date d'inscription : 10/03/2017
Age : 66
Multi-Compte : Bastet, Dezba S Dineh
Fiche de Présentation : ici !

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Aucune
Maître/Maîtresse: Aucun
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humain - Neutre
Revenir en haut Aller en bas
(#) Dim 26 Mar - 12:49
Debout devant l'homme toujours assis, Sarika n'en éprouvait aucun sentiment de victoire ou de quoique ce soit de similaire. Même s'il était assis à ses pieds, c'était toujours lui qui dominait la situation. Elle le savait parfaitement. Et de toute façon, tout ce qu'elle voulait, c'était que la séance prenne vite fin et de pouvoir enfin retourner au centre. Peut-être pourrait-elle se reposer ? Elle espérait juste que Dorian ne soit pas cruel à son retour.

Elle le regarda se relever, récupérer son verre et y boire une ultime goutte d'alcool resté à l'intérieur. Et la question qu'il lui posa la surprit réellement. Elle lui jeta un coup d’œil, se demandant ce qu'il avait derrière la tête. Néanmoins, si elle pouvait se débarrasser un peu de la désagréable sensation du sperme dans sa bouche et sa gorge, elle ne disait pas non.

- Je veux bien. Je fais ça vite.

Elle s'éloigna vers la cuisine, rapidement. Elle ne voulait pas le faire attendre, pas réellement dans l'idée d'avoir hâte de le retrouver...mais plutôt parce qu'il serait bien capable de s'agacer si elle était trop longue. Elle se dirigea vers la cuisine, droit vers l'évier et ouvrit le robinet, se rinçant la bouche, avalant quelques gorgées pour faire passer l'horrible gout persistant. Elle essuya ensuite les quelques gouttes qui avaient volés autour, ne tenant pas à laisser la moindre trace. L'appartement était impeccable et cet homme semblait du genre maniaque, inutile de lui donner une raison de trouver une punition à lui faire subir.

Elle revint ensuite rapidement auprès de lui. Au moins, elle se sentait un peu mieux. Entre une bouche rincée et ne pas l'avoir vu pendant quelques secondes. Mais lui, il avait visiblement encore pas mal d'idées en tête. Elle le sentit se glisser dans son dos. Elle se laissa faire alors qu'il l'enlaçait, le trouvant étrangement doux depuis qu'il l'avait forcé à faire cette fellation...Elle ne savait vraiment pas comment le cerner celui-là. Du moins, tout ce qu'elle savait, c'était que l'énerver était vraiment une très mauvaise idée !
Quand il commença à lui poser des questions sur ses cicatrices et ce qui les avait causé, elle leva les yeux vers lui. Il la surprenait. S'intéressait-il vraiment à cela ? A elle et son passé ?

- Oui, le centre est au courant. Et...pas vraiment. Je sais juste qu'au moins, je ne suis pas enceinte et que je n'ai pas attrapé de maladies quelconque. On va dire que c'est déjà ça.

En réalité, elle ignorait que Dorian lui avait menti pour le test de grossesse. Et que son corps et son esprit refusait cette éventualité, résultat, elle était en total déni de grossesse, ce qui faisait qu'il n'y avait aucun signe de sa grossesse. Elle baissa les yeux, fixant le sol.

- Au moins, ils ont fait en sorte de soigner mes blessures. Et il y en avait bien besoin, après une semaine complète sans que cet hybride ne veuille me relâcher.

Ou plutôt, l'abandonne à la fin de ses chaleurs au milieu de nul part. Et vu son état à ce moment là, couverte de salissures, de spermes, de sang plus ou moins séchés, de blessures menaçants de s'infecter...elle ne ressemblait à rien. Au moins, le centre avait permis qu'elle ne meurt pas lamentablement dans cet état...mais est-ce que le résultat était mieux quand elle était ainsi prêtée à des inconnus ? Elle ne voulait pas mourir mais elle ne savait pas comment se sortir de cette situation.
L'homme lui fit une nouvelle proposition, enfin qui avait tout d'un ordre, mais cela restait surprenant. Voulait-il vraiment l'aider ? Elle avait tout de même un doute. Après tout, jusqu'ici, il ne s'était préoccupé que de lui et de son propre plaisir, même quand il lui avait offert un orgasme. Néanmoins, elle lui emboîta le pas, le suivant jusqu'à la chambre.

- D'accord, monsieur.

De toute façon, elle savait qu'elle n'avait pas le choix. Alors autant que ce soit sans punition, sans colère de sa part. Au moins, jusqu'ici, tant qu'il n'était pas en colère, il se montrait plus ou moins doux. Une fois dans la chambre, elle regarda autour d'elle avant que son regard ne se pose sur le lit. Elle s'écarta de l'homme pour pouvoir se tourner vers lui.

- Monsieur ? Peut-être vaudrait-il mieux que j'aille faire une...petite toilette ?

Elle sentait bien que cela avait coulé sur ses cuisses...et ce n'était pas réellement agréable. Tout comme son visage n'était sans doute plus très agréable à regarder, entre les larmes, le maquillage qui avait coulé. Alors, si elle lui demandait, c'était avant tout parce qu'elle aurait bien aimé nettoyer tout cela, plus pour elle que pour lui. Néanmoins, elle préférait le présenter ainsi, qu'il croit qu'elle le faisait pour lui...surtout qu'elle avait besoin de son autorisation pour pouvoir se dérober à nouveau.
Messages : 311
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 24
Multi-Compte : Eileen L. Allannah, Leah Aoife, Kazuko Yodo, Aureliane M. Zdzislawa
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Ma Fiche

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Mouflon
Maître/Maîtresse: Officiellement Esteban mais est libre en réalité
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideF - Adoptable
Revenir en haut Aller en bas
(#) Dim 26 Mar - 15:55
Yeux mi-clos, Evans l'écouta déblatérer, attentif aux faits et au ton de sa voix plus qu'à son ressenti. Le doute revenait, l'espoir également. La belle était bien bête à espérer voir le meilleur chez lui, il n'en était que plus drôle de la faire danser sur des chardons ardents.

Il se détendit légérement en entendant qu'elle avait été examiné et était vierge de toute potentielle maladie à défaut d'être vierge tout court.  Une semaine en compagnie d'un hybride et celui n'en avait pas profité pour faire plus que "se reproduire" ? S'il fallait une seule preuve de la supériorité de l'homme sur l'hybride, celle-ci était suffisante. En une semaine, que n'aurait-il pu faire d'elle, lui, Evans Tolotto... Il lâche un profond soupir et la serra un peu plus contre lui en imaginant une telle situation. Hélas il faudrait se contenter d'une seule nuit et d'un rapide aperçu de tout ce qu'elle aurait pu subir - et apprécier. D'ailleurs... Avait-elle uniquement parler de "se reproduire" ? Il restait donc un accès à lui faire découvrir. Excité par cette idée, il vint déposer comme un baiser à la base de son oreille, délicat et léger et la laissa se dégager de ses bras à sa guise avant de la mener à sa chambre, un bras en travers de son dos.

Sa chambre n'était pas plus personnalisée que le reste de son appartement. A peine moins bien rangé : une veste était jetée en travers d'un fauteuil en face de son grand lit et la porte de sa penderie était entrebaillée, reste de son départ en vitesse plutôt dans la journée. Le lit était fait au carré cependant, sa table de chevet nette, le ménage parfait. La seule touche apparente qu'Evans avait apporté à la pièce était l'éclairage, diffus et tamisé dans les tons rougeoyants - ce qui apportait une nuance de chaleur à la pièce dont les tons noir et brun chocolat témoignait de plus de classe qu'autre chose - et un miroir orientable à coté du lit, contribuant à éclairer la pièce en journée en renvoyant les rayons issus de la fenêtre toute proche.

Evans la sentit s'écarter de lui une fois dans la pièce et lui lança un regard curieux. Il ne l'avait pas senti se tendre particulièrement en entrant dans la pièce et aucun de ses accessoires n'était visible pour le moment. Qu'avait-elle donc trouvé pour tenter de le fuir, cette fois-ci ?

Sa toilette... Encore dans l'encadrement de la porte, il la regarda de nouveau. La jaugea. Le mascara coulé lui faisait des yeux de panda, en partie dissimulés derrière les méches folles de sa crinière qui revenaient lui chatouiller le visage, pour certaines encore pleines de transpiration. Son costume était débraillé, taché de sang, transpiration, larme - et cyprine probablement, révélant carrément sa peau par endroit. Les deux porte-jarretelles avaient rendu l'âme après cette séance de fellation, laissant les bas retomber peu à peu jusqu'à ses genoux et révélant la moiteur de ses cuisses encore humides.

"Non"

Il ferma la porte derrière lui sans la claquer. C'était irrévocable. Pas de changement. Il la rejoignit en deux enjambées lentes et, fermement sans être brusque, la fit pivoter sur elle-même jusqu'à ce qu'elle affronte le regard de son reflet. Il la regarda avec elle, la gardant captive au creux de ses bras, dos contre son torse.

"Tu es parfaite comme ça."

Du moins, presque parfaite. Ses yeux se posèrent sur la chair blanche de son cou et imagina ce que donnerait ce carré de peau s'il la mordait juste là tout en jouissant. Aimerait-elle ça ? Peut-être. Après tout, elle avait bien apprécié ce qu'il lui avait fait plus tôt. Quelques mots bien choisis pourraient peut-être la pousser à se sentir fière d'arborer sa marque. Baissant la tête, il vint poser ses lèvres là où il imaginait la marque de ses crocs et savoura le sel de sa peau.

Ses mains se mirent de la partie, l'une venant lui peloter un de ses seins sans y mettre trop de forme, ne lui accordant que le frêle rempart de son tissu comme protection - pour le moment. L'autre glissa sur son ventre et passa sous sa jupette, la relevant en partie et venant de nouveau la caresser délicatement au niveau des lèvre,s puis de son clitoris. Sa culotte était si humide qu'il avait l'impression de sentir une pellicule de mouille se déposer sur ses doigts au cours de son exploration.

- A moins que ce ne soit de ça dont tu aies honte ?

Sa voix était devenue presque moqueuse, la tirant de la résignation où elle aurait pu se réfugier. D'un coup de menton qu'elle dut percevoir du coin de l'oeil, il lui désigna le miroir où une hybride débraillée et sale était visiblement en train de jouir des jeux de doigts d'un puissant homme. Toute malmenée qu'elle soit, elle n'avait pas l'air de trouver ça désagréable, cette mouflonne de verre. Il vint cette fois-ci lui mordre le lobe de l'oreille et profita de sa réaction pour relever son haut, dévoilant les cicatrices dont elle avait si honte puis y glissant la main jusqu'à enpaumer son sein et sentir le téton durcir. Son autre main arrêta momentanément de la caresser pour redescendre à le long de ses cuisses, dessinant du bout des doigts d'improbables tatouages humides sur sa peau moite.

Changement de vitesse. Il la serra un peu plus fort contre lui, resserra sa poigne sur sa poitrine pour la dissuader de bouger mais continua à la masser. Son autre main remonta et tira sur sa culotte, la descendant de quelques centimètres puis remonta sa jupe pour qu'elle ait une pleine vue sur son anatomie. Qu'elle se voie telle qu'elle était : une femme en chaleur. Une femme qui malgré tous ses cris, toutes ces larmes, aimait ça.

- Regarde. C'est ça que tu as aimé tout à l'heure.

Cette fois ci, c'est de trois doigts dont il la pénétra, y allant à fond maintenant qu'elle était bien lubrifiée. Sortant, rentrant, ralentissant puis accélérant, changeant l'angle afin de venir stimuler le clitoris dans le mouvement. Pas un instant ses yeux ne quittèrent le visage du reflet de l'hybride, pas un instant son sourire presque gentil ne diminua. CEtte fois-ci, ils la regarderaient jouir tous les deux.
Messages : 42
Date d'inscription : 10/03/2017
Age : 66
Multi-Compte : Bastet, Dezba S Dineh
Fiche de Présentation : ici !

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Aucune
Maître/Maîtresse: Aucun
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humain - Neutre
Revenir en haut Aller en bas
(#) Lun 27 Mar - 12:28
La chambre de cet homme était tout aussi impeccable que le reste, en dehors d'une veste sur une chaise, la penderie entrouverte...Sans ces deux éléments, elle aurait fini par se demander s'il vivait vraiment là au final.
Néanmoins, elle ne se préoccupait pas de cela, puisque ce n'était ni son appartement et cet homme, elle ne le connaissait pas. Elle espérait juste que la séance ne durerait pas éternellement. Il avait l'air d'avoir une bonne endurance...pas elle. Mais pour l'instant, elle espérait surtout pouvoir se faire une petite toilette, se nettoyer un minimum...mais la réponse tomba. Cinglante. Un "non" et la porte se ferma. Inutile de marchander, Sarika comprenait qu'elle ne gagnerait pas.

- D'accord, monsieur.

Son ton était clairement résigné. Elle aurait droit à une toilette et des vêtements propres uniquement quand elle serait de retour au centre.
Quand il s'approcha, elle ne chercha pas à reculer ou à l'éviter. Elle se laissa faire quand il la retourna...et se retrouva face au miroir. Elle observa son reflet auquel elle offrit une grimace. Son reflet lui renvoyait une image affreuse. Certes, à vivre dans la nature, elle n'avait pas spécialement eut des critères très élevés en matière de beauté, mais là quand même...elle ne ressemblait plus à rien ! Mais l'homme semblait apprécier ce qu'il voyait. En même temps, c'était le résultat de ce qu'il lui avait fait.

Soudainement, il posa ses lèvres sur son cou lui tirant un frémissement. Mais visiblement, c'était reparti. Une main se glissant sur un sein pour le peloter, plutôt en douceur pour l'instant, et l'autre directement entre ses cuisses. Elle ne chercha pas à s'échapper de son emprise, après tout, elle préférait encore qu'il se montre aussi doux...car au final, elle savait bien qu'elle y passerait quoiqu'elle fasse. La voix de l'homme s'éleva à nouveau, elle leva les yeux vers lui avant de les détourner, rouge de honte.

- Je...je...la culotte est trop humide...c'est...c'est gênant...

Le ton de sa voix était presque innocent quand elle expliquait pourquoi elle avait voulu une toilette. L'humidité de sa culotte n'était pas très agréable. Néanmoins, elle était toujours rouge de honte, embarrassée qu'il se moque d'elle.
Soudainement, l'homme semblait vouloir aller plus vite, plus fort. La main sur sa poitrine la serra plus fort, mais étrangement, son téton réagit un peu plus, cherchant à entrer en contact avec cette main. Et quand il tira sur sa culotte pour la descendre...Elle se dit, qu'au moins ainsi, elle n'avait plus le contact désagréable. Sauf qu'elle n'avait pas imaginé qu'il relève la jupe en plus, lui mettant en face, presque tout son corps mis à nu...et elle n'était pas du tout à l'aise. Elle n'aimait pas voir toutes les cicatrices qui la parsemaient, mais n'aimait pas plus voir l'état dans lequel il la mettait.

Quand il lui dit de regarder, elle jeta un coup d’œil au miroir, se demandant ce qu'il voulait qu'elle voit...Et elle comprit bien vite. Elle sentit trois doigts s'enfoncer en elle, lui tirant un gémissement. Pendant un moment, elle ne put quitter des yeux les doigts qui allaient et venaient en elle, avant de détourner les yeux. Elle ne voulait pas voir cela. Elle ne voulait pas le voir jouer avec son corps, et encore moins voir son corps y prendre du plaisir. Elle avait si honte et pourtant elle sentait que tout son être appréciait. Surtout qu'il savait très bien s'y prendre. Plusieurs fois, des gémissements lui échappèrent, malgré ses efforts pour les retenir. Elle se mordit même la lèvre, mais la stimulation était efficace. Elle se raidit, mais son bassin se tendait bien malgré elle en direction des doigts. Et le plaisir grimpait, grimpait, grimpait inlassablement. Elle ne tiendrait pas longtemps, elle le savait. Et heureusement, il ne lui donna pas l'ordre de tenir plus longtemps...

Et soudainement, son plaisir explosa. Elle venait d'avoir un nouvel orgasme, plus fort encore que le précédent. Elle ferma les yeux alors qu'elle redescendait lentement, avachie contre cet homme. Mais ce nouvel orgasme n'arrangeait en rien la honte qu'elle ressentait, bien au contraire.
Messages : 311
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 24
Multi-Compte : Eileen L. Allannah, Leah Aoife, Kazuko Yodo, Aureliane M. Zdzislawa
Fiche de Présentation : Ma Fiche
Fiche de Relation : Ma Fiche

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): Mouflon
Maître/Maîtresse: Officiellement Esteban mais est libre en réalité
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideF - Adoptable
Revenir en haut Aller en bas
(#)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maître ou Neko ? :: Hors-rp :: Rp terminés-