Bienvenue à Togi! Cette merveilleuse île qui propose toutes sortes d'hybrides à la vente. Serez-vous le maître ou l'esclave? NC-18
 

(Flashback) Une décision lourde de sens (Solo)

 :: Hors-rp :: Rp terminés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
(#) Lun 19 Déc - 10:07
L'ancien avait reçu, voila quelques heures à présent, une missive bien troublante... Après si longtemps, devait-il croire aveuglément à ces mots posés au vent? Devait-il espérer? Il avait quoi qu'il en fut soigneusement replié la missive puis l'avait soigneusement rangée dans un des plis de son kimono... Tant de temps s'était écoulé... Quand bien même Sarika aurait survécu à cet endroit... Qu'en auraient ils faits? L'aurait-elle oublié? Des pensées qu'il n'aurait jamais songé avoir, sinon pour celle a qui il allait, matin et soir, confier les tourments qui agitaient son âme.

Il s'était rendu dans la pièce qu'il avait transformée en sanctuaire dédié à la jeune hybride, ou il priait bien souvent, pour s'y recueillir. Tant de choses changeaient en peu de temps, mais son affection pour elle n'avait guère changé. Après s'être longuement recueillit, il s'était rendu dans le jardin, ce jardin dont il était si fier, et s'était agenouillé aux pieds d'une statue de Bouddha, puis avait eu un maigre sourire. Et voila que ses lèvres se mirent à bouger.


- Zhǔ Bouddha, vous qui tout voyez... Vous qui tout entendez... En ce jour votre pardon vient demander... Pour les actes que je vais perpétrer.

Pendant un temps, il s'inclina, front au sol, à marmonner diverses prières, puis il se redressa, le regard partagé entre espoir et peine, espoir de retrouver Sarika, peine de briser une promesse ancienne.

- Aliénor... Toi qui a sa droite devrait te reposer... Ton pardon je te demande... Serment j'avais fait de ne jamais plus employer mon passé, en ta présence je l'avais enterré... Cependant... J'ose à espérer que tu comprendra la raison qui me pousse ce jour à sortir des ténèbres cette part de moi que si longtemps j'ai oublié. Sarika mérite, tout comme toi jadis... De ne pas rester en ces lieux de mort si elle s'y trouve.

A nouveau, l'ancien s'inclina profondément, pour marmonner une fois de plus des prières pendant un temps bien plus long, autant pour le salut de l'âme d'Aliénor, que pour demander aux dieux qu'ils lui apportent félicité en l'entreprise qu'il allait essayer de mener à bien.

Combien de temps s'écoula? Il ne le savait pas... Non, il se mentait, il n'avait pas besoin d'une horloge pour savoir qu'il était resté là longtemps... Une demi heure? Une heure? Plus que cela?  Cela importait bien peu au final.

Lentement, il se leva, et se dirigea vers un petit arbre dont il frôla l'écorce du bout des doigts.


- Pardonnez-moi de ce que je vais devoir faire jeune homme... Je sais que vous fûtes planté là afin d'enterrer à jamais ce qui se trouve entre vos racines... Mais aujourd'hui, j'en ai besoin... Pour retrouver celle qui me manque tant.

A nouveau, il s'était agenouillé, et du bout des doigts il s'était mis à creuser la terre dure. Bien sur, il aurait pu employer des outils, mais alors, il aurait blessé l'arbre, un innocent, et cela, il ne le voulait pas.

Peu à peu, la terre s'amoncela dans son dos, le trou devant lui au contraire se faisait plus profond, plus sombre, pourquoi plus sombre? Par ce que déjà le soleil déclinait à l'horizon. Pourtant, cela ne ralentissait en rien le travail déjà lent et méticuleux du vieillard. Peu à peu, il avait mis à nu des racines, puis, il avait continué à creuser jusqu'à une vieille boite en fer blanc qui avait miraculeusement résisté au temps et au sol.

Lorsqu'il l'eut suffisamment libérée, Chu n'eut qu'à extraire cette dernière, puis, avec la même patience qu'il avait eue pour ôter la terre nourricière, il la remit en place, et, du mieux qu'il le put avec la faible luminosité, combla le trou. Puis, un regard un rien triste envers la boite, il la souleva, le poids lui était toujours aussi familier, puis il se releva, lentement, comme si, en un instant, le poids des années passées était revenu, tel une chape d'acier, draper ses épaules.

D'un pas lent, il s'était rendu chez lui, avait allumé une bougie puis, à l'abri des regard, avait entré la combinaison qui scellait la vieille boite.

Pour certains, le contenu eut été à la fois banal et trésor, pour lui, il était souvenirs à la vie... Une tenue noire, soigneuse pliée... Cagoule, combinaison, gants aux paumes libres, bottes dotées de pointes d'acier... Dessous, d'autres 'trésors', un court tanto, au fourreau aussi sombre que la tenue, des aiguilles en acier bleu.... Et divers papiers... Des recettes du temps passé... Toutes à base de plante. C'est avec un soupir que tout fut sorti, puis rangé soigneusement, que test fut fait des boules qui ornaient le fond de la boite, fort heureusement, elles étaient toujours aussi parfaites qu'au premier jour d'enfermement....

Alors, la gazinière fut mise à chauffer.... La plaque la plus large... Le vieillard regardait les flammes danser, il savait qu'il ne devrait pour ce qu'il voulait faire laisser aucune trace.... Une pièce de bois et de cuir entre les dents fut placées... Puis un cri étouffé... Une odeur de chaire brûlée... Il le savait... Il était tranquille pour quelques semaines.... Le temps que ses paumes guérissent juste assez que pour effectuer la mission qu'il avait choisie après avoir lu la missive... Mais pas assez que pour qu'on puisse retrouver ses empruntes...

La machine était lancée... Et il comptait bien la laisser tourner tant qu'il ne l'aurait pas retrouvée... Ou qu'il ne disparaissent en essayant... Oui... La séparation n'avait fait qu'affirmer ce qu'il avait réalisé lors des temps qui furent les leurs... Ce manque important, plus encore que celui qu'Aliénor avait laissé... Il refusait de le laisser tel qu'il était, même si les chances pour que la jeune femme qui avait réveillé son coeur soit encore de ce monde était minces, plus minces encore qu'il la retrouve telle qu'il l'avait connue... Il ne comptait pas la laisser tomber... Qu'importe le prix qu'il en coûterait, sa vie même serait placée dans la balance pour la retrouver.
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
(#) Lun 19 Déc - 11:34
Après le long travail qu'avait été de déterrer la boite à malice, Chu était allé se purifier à l'ancienne mode, autant dire à l'eau froide tout en méditant sous la cascade qu'il affectionnait, ce, durant toute une nuit. Pourtant, durant cette nuit, il fut assaillit par le passé, par les souvenirs, par ce dizaines d'âmes qu'il avait aidées à rejoindre l'autre coté au cours de ses années d'activité dans cet art qu'il avait, pensait-il jusque là, laissé derrière lui.

Il savait également qu'il avait lourdement manqué à ses tâches usuelles, que la fatigue et la faiblesse le guettaient comme le chat guette la souris qu'il escompte croquer... Et que ses paumes mettraient quelques jours à guérir, il devait donc mettre ce temps à profit.

Lorsque le soleil pointa le bout de son nez, Chu en fit de même chez lui, il devait savoir à quoi s'en tenir... Et c'est tout naturellement qu'il fit ces exercices qu'il avait fait durant des années. Force était de constater que le temps passé à chercher l'avait singulièrement ramolli et qu'il allait avoir besoin d'aide.... Aide extérieure... Aide employée jadis...

Il s'était alors rendu en foret, l'époque n'était pas propice pour la collecte de plantes, mais il espérait malgré tout trouver ce dont il avait besoin pour les recettes issues du passé... Bien sur... Certaines seraient utilisées sur lui directement... D'autres seraient pour ceux qu'il aurait à 'interroger', poisons et drogues de nouveau.

Malgré son âge avancé, il n'avait rien oublié de ce savoir... Du moins, il l'aurait du, mais il ne l'avait pas voulu... Peut être un instinct plus fort encore que celui de la survie... Ou la crainte d'un avenir qu'il voyait à présent s'éveiller...

Longtemps il erra en foret, sans pour autant trouver la moindre plante, le froid avait fait son oeuvre, détruit les vertes parures que le printemps avait vu naitre, l'été nourrit et l'automne vu vieillir et mourir sous le froid manteau hivernal... C'est la mort dans l'âme et les mains soigneusement bandées qu'il s'était rendu dans les diverses pépinières de la ville afin d'obtenir les plantes dont il avait besoin. En premier lieux, celles qu'il allait employer pour son usage personnel, il n'avait pas le temps de retrouver les forces perdues, aussi devrait-il 'tricher' avec les choses, même si ce ne serait au final qu'une aide bien maigre sur le long terme, au moins ne risquait-il pas de séquelles graves pour les actions à venir.

Puis, chaque jours, il allait chercher quelques plantes plus rares et de fort belle apparence, de quoi les faire passer pour des plantes d'apparat, dont l'usage était, cette fois, bien plus sombre. Sur l’entrefaite des jours employé à l'acquisition puis à la mise en terre des plans, il avait reprit un entrainement intensif, à la limite de ce que son corps acceptait de supporter, soutenu qu'il était par les préparations infâme qu'il prenait matin et soir, et c'est épuisé qu'il rejoignait sa couche.

Ses paumes étaient totalement guérie lorsque tout fut prêt, il avait préparé ses poisons, rien de létal, bien entendu, puisqu'il avait besoin d'informations, mais de quoi immobiliser pour un bon moment quiconque lui casserait les pieds, ou endormir un gêneur qui se trouverait au mauvais endroit au pire des moments, des pièges rapides... Efficaces... Et qui ne laissaient d'autres traces que la marque des aiguilles de lancer qu'il employait pour les inoculer.

Lorsque tout fut prêt, il regarda sa maison, et pria une dernière fois en ce sanctuaire dédié à Sarika, puis il se prépara, ses mains, son visage furent noircies au charbon, puis la tenue noire enfilée, soigneusement fixée aux chevilles, à la taille, aux poignets pour qu'elle ne puisse glisser, enfin, il glissa le tanto dans son dos, dans sa ceinture, deux étuits contenant chacun dix aiguilles noires, d'un coté, celles enduites du soporifique, de l'autre, celles enduite de paralysant, enfin, il plaça aux mains d'étranges gants, armés de longues griffes, avant de sortir par l'arrière de sa demeure.

Il avait attendu que la nuit tombe et s'y était glissé, ombre noire dans la nuit noire, bien décidé à ne revenir chez lui qu'avec celle qui faisait battre son coeur et avait ramené à lui ce qu'il avait enfuit si longtemps... Le bon comme le mauvais.
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maître ou Neko ? :: Hors-rp :: Rp terminés-