Bienvenue à Togi! Cette merveilleuse île qui propose toutes sortes d'hybrides à la vente. Serez-vous le maître ou l'esclave? NC-18
 

Première sortie ... (PV Yona)

 :: Hors-rp :: Rp terminés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
(#) Mar 13 Déc - 11:54
détails
Première Sortie ...
La douceur du soufre
ft.Yona
Ʃkaemp はは ™

Yona
Veux tu de moi ?


Calmé, Yona, lui offrir un temps rien qu'elle et moi, voilà ce que je veux, voilà aussi une excuse pour l'emmener avec moi. Je laisse Elise à la maison avec des instructions ainsi que de l'argent pour manger.
Nous avons pris la route tôt ce matin en direction des extérieurs de la ville, la veille les sacs ont été chargé et nous avons dormi toute la nuit pour être en forme. Le soleil encore couché et une lamia collé à moi tel un koala, je l'ai sortie du lit, habillé et fait manger avant de la descendre à la voiture, tout ça en mode, je reste accroché à mon homme. J'adore.. Non, je l'aime.

Nous roulions depuis plus d'une heure quand je me stoppai un peu sur la route, j'aime conduire, mais faut savoir prendre son temps aussi. La voiture pris place sur une place et pas loin du bord de mer, un passage obliger avant de prendre la route qui nous mènerait vers notre destination final, les sources chaudes. Je pense que ça lui fera plaisir vue qu'elle a le sang-froid elle pourra avoir une autre bouillotte que moi, enfin ce n'est pas pareil.

Le paysage est tout de même joli je trouve, un soleil naissant sur une mer turquoise, voilà une chose qu'on vois peu à Togi. Je m'approche de Yona lui mettant une main sur l'épaule en regardant l'horizon, profitant du spectacle. Je ne lâche pas Yona et lui propose doucement de manger un bout si elle veut j'ai mon sac sur moi et dedans, il y à des gâteaux ceux qu'elle préfère.

Je ne m'attend pas pas à une grande joie de sa part, je commence à la connaître depuis le temps ma petite lamia, elle est jalouse, possessive mais je l'aime aussi pour ça car je suis pareil, ont se complète en sommes. Nous restons encore un peu avant que je ne décide de retourner à la voiture en démarrant le moteur, direction les sources chaudes. La voiture reprend donc la route puis bifurque plusieurs fois avant que l'on ne vois le bâtiment en bois des sources, une légère vapeur environnante et l'odeur de soufre nous indiquent que nous sommes arrivés.

La voiture se gare sous un arbre et se tait, je descends en m'étirant avant de me diriger vers le coffre, je l'ouvre prenant les sacs refermant la voiture dans un petit claquement sec. Je marche vers l'entrée et poussant la porte, je suis salué par un employé, enfin une vue que c'est une femme, une hybride d'après les plumes de son cou. Le kimono qu'elle porte est de saison, à la fois chaude et hivernale, j'aime bien la couleur bleue azur.

Elle nous guide vers le comptoir ou un gérant nous attend, il me demande mon nom puis regarde le registre en souriant, il me dit que la chambre est prête depuis ce matin, l'oiseau prend la clé puis nous demande de la suivre vers notre lieu de repos pour la semaine.
Amicalement, Nom
Codage par Libella sur Graphiorum

Hors-sujet.

Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
(#) Dim 18 Déc - 17:17






Par delà l'horizon.


La surprise m'avait laissée muette et pensive, pas le séjour mai ce qu'il m'avait offert juste avant. J'ignorais qu'il était possible pour un hybride et un homme de se marier. Je pensais même que nous allions avoir des problèmes par le fait que nous nous aimons. Et pourtant, il m'avait offert une bague et soudainement tout semblait différent. Ma crise de jalousie n'avait plus aucune raison d'être, l'air semblait plus lourd aussi, comme si je doutais, je paniquais. Je devais me faire des idées, mais j'avais un peu peur, après tout je n'étais qu'un serpent. Certes nous nous aimons, mais de là à me retrouver à l'épouser, cela faisait deux mois et en même temps, ça me semblait être l’éternité. Alors pourquoi avais-je peur ? Si mon amour pour lui est sans limite, en était-il de même pour lui ? La logique voudrai que oui, vu qu'il m'a offert cette bague ! Celle-là même que je porte et que je ne cesse de caresser du doigt.

Pourtant, après avoir perdu connaissance a cause de l'alcool, j'avais pris le temps de préparer mes affaires et ranger mes achats, mais je ne lui avais rien dis. Je n'avais pas vraiment parlé, nous nous étions collé amoureusement tout la nuit et le matin était de plus normal. J'avais trop peur pour poser la question, qu'il me dise que je me fais juste une idée, que ce n'était rien qu'un cadeau et non une demande en mariage. Si bien que je n'aborda pas le sujet.

En voiture, je regardais dehors, découvrant la plage et l'océan pour la première fois, c'était beau et très bleu. On s'arrêta et je sortie de la voiture pour admirer la vue, profitant de l'air frais et étrangement salé. C'était amusant et calme, reposant. Il vient me prit sous son ras, je me collais contre lui sans rien dire, profitant juste. Il n'y avait pas besoin de mot, je voulais juste être près de lui, sentir son parfum et voir son sourire. Si simple et sans question, si claire et sans réponse.

Après avoir manger un petit bout nous reprîmes la route et bien vite nous arrivâmes. Les lieux ressemblaient à une auberge avec une odeur de souffre et de chaud. C'était très beau, nous prîmes nos bagages, je m'attardais à admirer l'arbre sous lequel la voiture était garée, étrangement il me disait quelque chose. Ça devait être mon imagination.

Une fois entrée, je me cachais timidement près de Vlad, une personne approcha, elle sentait les plumes et le chaud. Un étrange mélange qui colla à ma langue telle une guimauve d'un goût inconnu, mais une nouvelle fois, très familier. Cela ne se pouvait pas, je ne pouvais pas être déjà venu dans cet endroit, je ne m'en serai souvenue.

On nous guida vers notre chambre, tout avait cette impression pesante de déjà vu. Je secouais la tête avant de poser mes affaires à l'entrée de la chambre avant de regarder le lit. Immense avec des baldaquins à l'orientale. Des tissus rouges pourpres descendaient le long des colonnes, ajoutant un coté plus intime alors que le restait était typiquement asiatique. Je découvrais les lieux avant d'ouvrir une porte fenêtre pour trouver un grand bassin d'eau claire et chaude. Si chaude que de la vapeur s'en échappait, je m'agenouillais avant de plonger ma main. La sensation était agréable, un léger parfum de sapin me détendit. C'était sublime, juste sublime.

Codage by Lamire
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
(#) Dim 18 Déc - 18:14
Première sortie ...
L'air chaud des bains se fait sentir, nous ne sommes pas loin non plus hein, je marche en suivant la jeune hybride qui nous ouvre une porte sur la chambre, je la remercis puis prenant la clé je referme la porte sans dire un mot. Je sifflai devant l'élégance de la chambre, je ne pensais pas voir ça dans une auberge, mais bon, je pris les bagages puis les posai sur le lit en ouvrant une valise, je souris en voyant Yona découvrir la source juste à notre porte.

- On va être tranquille ici ma puce, je pense que la semaine va être sympa. Tu viens m'aider à ranger les affaires dans le placard qu'on soit peinard ?

Je ne lui impose pas mais m'aider serais pas mal, je prend le premier lot de vêtements et je remarque que c'est ses culottes, bah, elle vas pas m'en fait un flan, je pense. Je les range dans un tiroir qui sera le sien puis revient à la valise me mettant à ranger doucement sans rien forcé.

J'apprécie ce moment, car pour une fois, on n'est pas à la maison et de plus, on est juste elle et moi, ça me fait du bien d'avoir juste Yona, j'apprécie Elise mais bon, c'est une amie que j'ai aidé pour moi, je lui demande rien de plus que de tenir l'appartement propre, je me fiche un peu de savoir si oui ou non, elle m'aime bien, Yona est bien plus importante pour moi.

Une fois enfin fini de ranger nos affaires, je prends les valises vides et les dépose dans un coin qui ne servira pas pour le séjour. Je me tourne vers ma petite compagne et pose la main sur sa tête avant de lui sourire tendrement, je la caresse en posant mon regard dans le sien.

- Je vais prendre une douche puis ensuite si t'es ok, ont iras profiter de la source, je ne sais pas toi, mais moi j'ai hâte de me faire cuir les fesses dedans.

Sur ses mots, je me redresse l'embrassant au passage ma main quittant sa tête pour venir prendre mon nécessaire de bain, je me dirige vers la salle de bains en prenant aussi un kimono, je ne prend pas le soin de fermer la porte, une invitation pour la lamia qui sais ...
Je me mets à tout posé sur une commode en prenant le temps de me mettre à nue puis entre dans la douche, petite, mais faut dire que je suis habitué à ma salle de bains donc je dois faire avec et je ne pense pas pouvoir me laver avec Yona là. Je me décrasse en sentant mes muscles enfin se détendre, pas que je soit las ou quoi que ce soit, mais conduire pendant une longue péridoe ça tend les muscles, je siflotte un peu puis une fois propre, je sors enfin de la douche en me séchant et attrape le kimono que je met en regardant comment il me vas, je suis content mais il est un poil court car ne tombe pas ax cheville mais au mollets, faudras revoir ça, je sors de la salle de bains puis passant devant le lit je m'asseoit en regardant dehors, une magnifique journée prend place, je trouve.
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
(#) Lun 2 Jan - 14:24






Paradis à l'enfer.

La douce saveur du soir, il alla ranger les affaires. Bien sur j'allais l'aider, mais je profitais encore un instant de plus de l'eau chaude sur ma main, du parfum de la foret et du calme. Cela était si agréable de pouvoir mettre de coter toutes ces histoires de réalités. Les douleurs qui ne cessaient de grandir en ce monde comme si c'était une maladie contagieuse et incurable. Je ne comprenais pas, je ne voulais pas comprendre ni voir. J'étais heureuse, rien d'autre ne comptait à ce moment là.

Doucement, je me levais pour aller aider mon aimé, mon maître. Il termina et alla prendre une douche, je le rejoignais en souriant. C'était si bon d'être bien, de ne pas chercher à plaire, de ne pas se poser de questions. Pourtant ce bonheur était de courte durée, je ne savais pas tout, je craignais le pire. Espérant le meilleur, je ne vis pas venir ce qui m'attendait.

La semaine passa avec délice, nous primes tout notre temps pour se dire milles fois qu'on s'aime. C'était beau, si doux et sucré, tel un bonbon sur la langue. Devais-je m'étonner qu'il m'explique que la bague qu'il m'avait offert était bel et bien ce que je pensais. J'ignorais que les hybrides pouvaient se marier à des humains, mais cela ne semblait même pas lui avoir traversé l'esprit. Comme si c'était juste logique et normale. Après tout, c’est la personne qu'on aime qu'on épouse et pas parce qu'elle est un animal de cirque. Du moins c'est ainsi que je voyais les choses, après tout il avait dit plus d'une fois qu'il m'aimait et c'était réciproque. Comment en pas craquer pour un homme aussi beau, aussi mystérieux et semblable à nous même ?  Pour moi il était tout et quand bien même cela était interdit, nous comptions nous aimer à jamais.

La semaine toucha à son terme et nous refîmes nos bagages, j'en profitais pour prendre une douche avant de monter en voiture. Il n'était pas tard, et le ciel était bien dégagé, alors comment ça avait peu arriver ?

La route, longue et agréable, nous discutions quand soudainement, tout bascula. La voiture fus percutée par une autre, le choc fut tel que le véhicule bascula sur le coté. Je criais en sentant le monde rouler. Des morceaux de verres me coulèrent le visage, l'odeur du sang explosa puis tout se figea. Le son strident du choc qui résonnait dans mes oreilles, je tournais péniblement la tête. Les muscles raides et endoloris, comment allait Vlad ? Du sang coulait, la tête en bas, je voyais la portière lui écraser le bras et le volant tenait ses jambes en ciseaux. Mon coeur se serra, on devait sortir d'ici.

Je hurlais à l'aide, des personnes arrivaient déjà. Quelqu'un essaya d'ouvrir ma porte avant de me dire de me détacher. Je défis la ceinture et tombait lourdement sur le crâne parmi les morceaux de verre. Étant biologiquement plus solide j'avais survécus au choc, mais je ne savais pas encore que Vlad ne s'en sortirait pas.

Des ambulances arrivèrent, des pompiers aussi. La police fut sur les lieux après un temps qui me semblait interminable, alors que ce n'était que quelque minutes. Plusieurs personnes essayaient de forcer la porte à s'ouvrir, dé que les hommes en rouge furent là ils écartèrent les civiles pour sortir d'étrange machine. Je regardais en silence, pétrifiée alors que je ne voyait que le sang couler. Le métal se tordit, des outils de médecines arrivèrent, quelqu'un parla. Une couette fut posée sur mes épaules alors qu'une personne se mettait devant moi pour regarder mes blessures, je me décalais. Je devais le voir sortir de cet enfer. Je devais le voir respirer et sourire encore.

Le monde bascula à nouveau, la nausée aux bords des lèvres je perdis connaissance. Quelqu'un cria, une voix grave, était-ce Vlad ? Quand j'ouvris les yeux j'étais dans un hôpital, si beaucoup voyait les hybrides comme de vulgaire animaux, d'autre jugeaient qu'on méritait au moins de vivre. J’aperçus une silhouette familière qui sortait de la chambre, mon créateur. Il était venu me voir, c'était surprenant, mais comme j'étais sa première création, pas tant que ça. Il ne resta pas plus longtemps, marquant mon esprit comme un songe. Je voulais savoir comment allais mon aimé.

Quand je peux tenir éveillée plus d'une minute un médecin vient me voir. Il parla doucement, utilisant beaucoup de terme médicale que je n'aurai pas due comprendre. Coma. Mort cérébrale.
Aucune chance. Débrancher.

Je n'assimilais pas ce qu'il disait, comme si les mots glissaient sur ma peau sans parvenir à mon cerveau. Pourtant c'était là, bien réel, Vlad venait de mourir, me laissant seul. Laissant aussi Elise seule.

Codage by Lamire
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
(#)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maître ou Neko ? :: Hors-rp :: Rp terminés-