Bienvenue à Togi! Cette merveilleuse île qui propose toutes sortes d'hybrides à la vente. Serez-vous le maître ou l'esclave? NC-18
 

Nouvelles perspectives [PV Enjin]

 :: Hors-rp :: Rp terminés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
(#) Lun 6 Juin - 13:48
Maintenant que les choses ont changé, que les nouvelles règles sont placées, et les cartes distribuées, il est temps de mettre un peu... d'imprévus dans ce qui doit être aujourd'hui une remise ne forme de notre groupe.
Notre nouveau leader est fort et sûr de lui, seulement il n'est pas encore habitué à diriger entièrement, ce que je compte bien utilisé dans mes jeux à venir.

Je me déplace en silence dans les cavités de la grotte, je sais où je peux le trouver, ces derniers temps, il passe le plus clair de son temps à reprendre en main les affaires laissées par la rousse, donc reste dans son ancien bureau à travailler sur je ne sais quels travaux laissés en place.
Mon instinct ne me trompe pas, il est bien là, concentré sur ce qui semble être des papiers ou autres documents. Je m'approche discrètement, ne faisant pas beaucoup de bruit ajouté au fait qu'il semble absorbé par son travail, ce dernier ne remarque pas ma présence.
Arrivé derrière lui à quelque mètre à peine, je sors de l'obscurité du recoin par lequel je venais d'arriver.


Quels autre moyens la rousse avait elle pour tenter de perdre la vie ? Un petit plan suicide autre que celui d'attaquer les humains arme au poing sans réfléchir quelque secondes ?

J'observe ce leader rencontré il y a quelque temps déjà, je sais des choses que je désire partager avec lui, seulement... ce partage ne sera probablement pas gratuit, je compte bien utiliser ce que je sais, ce que j'ai appris et ce que je connais afin de gagner ce que je désire. Contrairement à beaucoup de mes camarades de cette grotte, je suis l'un des seuls à évoluer dans le monde humain sans réels soucis. J'ai donc accès à beaucoup de choses qui peuvent intéresser grand nombre d'entre eux, Enjin compris.
Messages : 487
Date d'inscription : 15/04/2016
Age : 24
Multi-Compte : Sora Fujita/Night
Fiche de Présentation : Ma Fiche

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): mante religieuse
Maître/Maîtresse: Moi même
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideM - DW Roi
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mar 7 Juin - 0:30
Sous la lueur des bougies, j’étais plongé dans l’univers même de mon pire ennemi : la paperasse. Né comme une expérience, j’ai beau savoir lire et écrire...cela m’est toujours moins aisé que de simplement parler. Et, en cet instant, je me devais d’affronter les restes de plans, de notes, d’idées éparses qui s’étaient disséminés sur la surface du bureau improvisé de La Rousse.
Sentant poindre une sacrée migraine, cela faisait déjà plusieurs heures de la nuit que je lisais, ou déchiffrais, une écriture aussi maladroite que la mienne. Sachant que je ne pouvais garder mon attention clairement focalisé sur mon environnement, je restais les muscles tendus. Et, posé sur le bureau à ma droite, un couteau de combat. Aussi, lorsqu’une voix se glissa dans mon dos, et qu’une silhouette émergea des ombres : mon corps vient-il à réagir avant ma pensée.

Ma main gauche, à la poigne forte, attrapa le col du nouvel arrivant. Ceci alors que ma main droite s’était emparé du couteau pour le glisser sous la gorge de la menace potentielle. Un fort grondement avait accompagné mon mouvement, un son animal, bestial même.
Mais si mon instinct m’avait poussé à agresser le danger potentiel, ma raison reconnue vite le timbre de la voix, et le “faciès” de mon “interlocuteur surprise”. Le relâchant, je grondais à son égard.


“Esteban : vous êtes fou ou quoi ?! Qu’auriez-vous fait si je ne vous avez pas reconnu et avez continué mon mouvement ?”

Puis, ses mots sur Syolkïr me revinrent. Posant la lame sur le bureau, j’ajoutais donc :

“Venir me parler, en surgissant par surprise, est aussi une bonne façon de se suicider. Et, aux dernières nouvelles, rien ne dit que La Rousse est morte. Même si je conviens qu’attaquer avec juste deux-trois hommes, l’un des humains les plus riches et les mieux protéger de cette île, n’est pas une idée très futée…”

Ma voix était redevenu plus calme, plus froide et distante. Moins agressive aussi. Les sourcils froncés, je lui demandais quand même. Restant assis sur mon fauteuil, qui n’était qu’un rondin de bois avec du tissu posé dessus, j’ajoutais alors.

“J’ose imaginer que vous n’êtes pas venu me voir juste pour spéculer sur la survie ou non de Syolkïr...Que voulez-vous Esteban ?”
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mar 7 Juin - 10:43
Une réaction violente, puissante, poussée par la surprise et les instincts de bête sauvage, intéressant, très intéressant, je ressens la puissance de cet hybride alors que mes pieds quittent presque le sol, j'ai de la chance d'être suffisamment grand pour que ce ne soit pas le cas. Je ressens la douce caresse de l'acier froid sous mon cou et je souris à l'idée que ce nouveau leader aurait le meurtre facile. Seulement lorsqu'il reconnaît mon masque, ce dernier relâche la pression, certain de pouvoir me faire confiance.

Et bien je serais mort la gorge tranché par les mains de celui en charge de nous protéger. Cela aurait créé une situation bien ironique n'est-ce pas ?

J'écoute ensuite ce dernier parler de la rousse, de l'idée qu'il garde de sa survie potentielle, pour ma part l'un ou l'autre m'importe peu, du moment que sa disparition puisse faire bouger les choses.
Puis une certaine méfiance se dégage enfin de lui, il semble être au courant de comment mes jeux fonctionnent et je tourne sur moi-même une fois ce dernier prêt à écouter ce que j'ai à dire.

Vous surprendre est tout d'abord le meilleur moyens de vérifier qui vous êtes, cela vous oblige à agir disons.... naturellement et je dois dire que je vous trouve beaucoup plus amusant que votre prédécesseur.

Puis je me stoppe et le fixe quelque secondes en silences, un large sourire sous le masque.

Vous semblez bien connaitre comment fonctionnent vos révolutionnaires, mais savez vous réellement tout d'eux ? Où commence votre savoir et où commence votre ignorance ?J'ai..... des choses à offrir et, des choses à demander.

Prenant un rondin libre, je m'assois de l'autre coté de la table et me penche vers lui.

Je suis un sorte de... marchand de secrets mélanger à un enfant désireux d'avoir un cadeau de la part de son père. Alors êtes vous prêt à jouer avec moi ?
Messages : 487
Date d'inscription : 15/04/2016
Age : 24
Multi-Compte : Sora Fujita/Night
Fiche de Présentation : Ma Fiche

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): mante religieuse
Maître/Maîtresse: Moi même
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideM - DW Roi
Revenir en haut Aller en bas
(#) Ven 10 Juin - 13:23
Ne pas voir son visage m’était dérangeant. J’apercevais à peine la lueur de ses iris avec la coupe en lune du masque...ne pouvant dire ce le scintillement que j’y voyais était de l’amusement : ou autre chose. Seule sa voix, et sa gestuelle, pouvait indiquer des choses sur mon interlocuteur. Et ce sont là les éléments qu’il est aisé au moindre petit acteur de campagne de manipuler à sa guise. Non, l’expression du visage, les tics de la mâchoire, les variations d’éclat dans les yeux, la transpiration ou les rougeurs...rien de ces éléments n’étaient à porter de regard ! Et cela me rendait d’autant plus méfiant, combien même est-il l’un des nôtres.

“Dois-je en conclure que vous avez l’humour macabre, cher Esteban ?” Répliquais-je, le ton sec.

Depuis notre rencontre lors de la réunion exceptionnelle, il n’avait rien perdu de cet humour déplacé. Noir. Funeste. Macabre. Cette passion pour les scénarios les plus fous et dramatiques...Dois-je craindre qu’il n’augure plus d’ennuis à notre groupe que l’inverse ? Je préfère grincer des dents, et me dire que non. Il reste un hybride, obligé de cacher sa nature pour se mêler au genre humain. Je ne pense pas qu’il désire spécialement la perte du groupe…

Je tiquais néanmoins sur le fait que j’étais plus “amusant” que Syo. Mon sourcil droit se soulevant, en un regard dubitatif, ne laissait aucun doute quant à mon scepticisme. En quoi suis-je plus amusant ? Elle était plus aimable que moi, qui suis pire qu’une porte de prison à leurs yeux. Elle était moins radical que moi, qui est tué plus qu’elle ne l’a fait et n’hésitera nullement à recommencer. Elle était plus sociable que moi, qui me méfie de quasiment tout et n’accorde presque jamais ma confiance totale ! Seul Satoshi, jusqu’ici, à disposer de ma confiance...et c’est plus moi qui ait trahit la sienne que l’inverse. Différence d’idéologie.

Néanmoins, je l’écoutais toujours. Restant calme, et mon visage ayant repris une expression neutre. Même si dans mon regard, de l’agacement était lisible pour le fait de ne pouvoir que l’observer : sans l’analyser. Fichue barrière que son masque de “Mr Loyal” !
Mais tout en l’écoutant, je trouvais sa définition de lui-même bien spéciale. Un enfant désireux d’un cadeau de son père ? Ce n’est pas quelque chose de commun à entendre. Et pour moi qui ne suis à l’aise ni avec les enfants, ni même avec les discussions sur ce sujet...cela me rend perplexe.


“Je ne suis pas celui à l'origine du recrutement de la majorité d’entre vous. Syolkïr n’a laissé quasiment aucunes notes ou informations sur les révolutionnaires. Ce que je connais de mes hommes, c’est ce que j’ai put lire de leur visage, de leur corps, de leurs questions et de leurs émotions. Et en cela : j’ai put dire que vous étiez une personne faussement sociale, qui aime jouer la comédie et n’a pas pour principe de se mettre à nu. En fait, vous êtes probablement encore moins sociable que je ne le suis...sans votre masque j’entends.”

Croisant les bras, le dos droit, je le regardais : ceci avant d’ajouter.

“Un marchand de secret tel que vous vous décrivez ne vendrez pas ses informations à son père : il les lui donnerait. Néanmoins, si votre jeu consiste à ce que je serve de substitut : je doute que vous ayez choisit la bonne personne.”

Ce fut à mon tour de m’approcher. De façon à darder mes yeux sur les demi-lunes de son masque : pour y lire quoique se soit dans la pénombre de l’objet. Ceci tout en m’étant levé de mon rondin, le dominant de ma taille. Ma voix, grave, partant en un son proche du murmure. Audible pour nous deux uniquement :

“Et à La Rousse, vous attendiez qu’elle soit quoi pour lui donner des informations ? Car nuls doutes qu’elle ne pouvait accomplir le rôle voulu...Qu’attendez-vous des révolutionnaires : Esteban ?”
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mer 15 Juin - 9:45
Nous étions proches l'un de l'autre, suffisamment pour que notre conversation se transforme en murmure, il me domine de sa taille et je peux admirer à ma guise toute sa puissance potentielle, ouiiiiii, c'est une bête magnifique avec laquelle je joue aujourd'hui, il pourrait me briser les os un part un avec la force qu'il possède, ou bien mourir en essayant. J'écoute son discours calmement, lui qui semble en savoir si peux me fait penser à un fauve en cage, qui est prête à tout détruire dès qu'il sera libéré. Je baisse la tête une seconde comme quelqu'un ne pouvant combattre son regard, sa puissance. Puis un petit rire se fait entendre, et en quelques secondes, me voici partis dans un éclat de rire total.

Reprenant peu à peu mon sérieux, je tourne de nouveaux mon regards vers lui, le soutenant sans aucune difficulté.

Comme je le disais, vous êtes marrant, bien plus marrant que la rousse. Seulement vous en savez peu, si peu. De ce monde, des hommes, de ce qui est vrais ou non, de ce que vous pouvez faire et de ce qui vous ferai tomber dans l'oublis.

Je regarde les traits de son visage, il ne semble pas tranquille quand à ma présence, je regarde son visage de droite à gauche, bougeant ma tête comme un prédateur inspecte sa proie.

Un substitut ? Allons bon, vous croyez vraiment que je recherche désespérément un lien paternel, une vie ou encore des origines à mon existence . Non non, je cherche à rendre notre temps d’existence plus exaltant, plus amusant. Vous êtes si loin de tout ici, vous combattez des êtres dont vous ne connaissez ni les capacités, ni les points faibles. Vous vous cachez de ceux dont vous ressemblez le plus.

J'écarte les mains, comme un artiste montrant une oeuvre.

Regardez-vous, une expérience grandiose, le premier né d'entre nous, un humain à la puissance animale. Mais une expérience ratée, impossible à reproduire..... physiquement du moins.

Je tape mon doigt sur le coté de mon masque, près de tempe.

Pour en revenir à ce que nous disions, je ne donne jamais rien et la rousse était beaucoup trop... enfantine pour... disons, utiliser correctement ce que je sais et ce que je peux apprendre. J'attends en revanche certaines choses en échange de ce que vous n'êtes pas capable d'apprendre. Il existe... des règles dans ce groupe... des règles inutiles et ennuyeuses, libérez m'en et je suis prêt à vous offrir ce que je sais. Et si vous n'êtes toujours pas convaincue de mes connaissances... combien dans cette grotte savent que leur chef est l'élément déclencheur de la création d'armes aussi dangereuses insaisissables. ?
Messages : 487
Date d'inscription : 15/04/2016
Age : 24
Multi-Compte : Sora Fujita/Night
Fiche de Présentation : Ma Fiche

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): mante religieuse
Maître/Maîtresse: Moi même
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideM - DW Roi
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mar 27 Sep - 13:33
Son éclat de rire me fit froncer des sourcils, et mon poing se serra. Non, j’avais bien compris quant il a baissé la tête que ce n’était pas de la soumission. L’animal en moi montrait déjà les crocs, et sa colère d’être face à un « envahisseur » grandissait. Mais je taisais mon instinct. J’avais bien compris qu’il n’était pas venu ici comme un simple « exécutant » ou « sous-fifre ». Son attitude est bien trop libérée et décomplexé pour cela. Et, petit à petit, le mot « folie » s’inscrivait sur sa personne dans mon esprit. Danger et folie. Ce n’est pas un hybride comme un autre…mais est-il plus sage pour protéger les miens de l’éliminer ? Ou devais-je essayer de m’en servir ?

Ma mâchoire se crispa alors qu’il parla enfin. J’en connais si peu des hommes ? Je connais ce qu’il y a à savoir : le pire de leur essence. Leur danger. Leur folie. Leur égocentrisme. Le fait qu’ils se pensent au-dessus de tout. Leur irrespect. Je connais toute la lie de cette « humanité » et ses rares bons côtés sonnent comme une vague d’hypocrisie qu’ils usent pour se complaire. L’Homme est une créature qui s’adapte, qui ment, qui est hypocrite.
Et s’il me « rassura » par le fait que je ne servais pas de « substitut », mon grognement se fit plus rauque, plus profond, plus sombre. Mes canines légèrement visibles : comme un gorille en colère. Ce que je suis au final. Constamment.


« Attention à ce que tu dis Esteban… » Glissais-je dans un murmure. Chaque muscle de mon corps tendu, prés à l’écharper avec violence pour ce qu’il osait dire.

Je ne me cache pas. Je protège juste mon clan, les plus faibles de ma tribu. Mes enfants en quelque sorte…même si je ne suis pas doué avec la notion de paternité, je sais que le dos argenté que je porte me pousse à les voir comme mes protégés. Mes fils, mes filles, mes protégés.
Je tique cependant à sa présentation grandiloque. Premier né ? Non…C’est un homme souris échec et une femme chat réussi les premiers…ah moins que ? Mon regard se fait plus surpris alors que je crains de ne comprendre ce qu’impliquent ses mots.

Je m’écartais légèrement de lui, observant l’être devant moi dans sa globalité et non plus seulement derrière ce masque que je cherchais à éclipser. Son corps est souple, vif assurément. Ses gestes assurés. Il me parait clair qu’il est « fou »…Mais « utile ». Je l’écoute, mais mon regard suit chaque mouvement, chaque geste. Je ne lui permettrais pas d’échapper de mon champ de vision…Pas en craignant d’avoir compris ce qu’il est. Je ne commentais pas pour la Rousse…Je lui avais souvent dit qu’elle était trop gentille et idéaliste pour ce qui s’apparentait à une guerre pour la liberté. Enfin, mes lèvres vinrent s’entrouvrir.


« J’ai détruit les recherches lors de ma fuite en l’an 2020…ils auraient fait des copies... » Murmurais-je, le regard lourd.

Marquant une pause, j’ajoutais donc :


« Je n’ai pas souvenir d’une seule règle si dérangeante…Tuer n’est plus interdit : sauf à l’égard des sauvages sous la protection de Satoshi. Ou sur ceux que l’on veut délivrer…Et encore, s’ils n’ont pas fraternisé avec l’ennemi. Le reste n’est qu’une logique même de sécurité du groupe, de preuve de loyauté aussi. Quelles règles te dérangent donc ? »

Me décalant, j’allais me rassoir sur le rondin de bois. Mon regard toujours ancré sur lui, j’ajoutais :

« Combien sont nés et ont survécu ? Combien en ont-ils créé après moi…Des soldats améliorés… »

Car je ne suis peut-être pas l’être le plus sociable…Mais même à Satoshi, je n’ai jamais réellement parlé de mes « origines ». De ce à quoi je servais en tant qu’hybride. Quel genre d’expérience j’étais. Alors, le fait qu’il en parle…Qu’il établisse comme quoi j’étais le premier du genre…Si humain de corps, parfait pour être envoyé à l’extérieur comme soldat obéissant et amélioré par ma génétique animale. N’être qu’une arme pour la guerre des puissants, leurs envies et jeux de massacre. Oui…Même à Satoshi, je n’en avais jamais parlé. Et La Rousse ignorait mon passé…
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mar 27 Sep - 14:28
Un large sourire se dessine alors que j'écoute ses paroles, que je le vois petit à petit comprendre par lui même, ce qui existe en ce monde, ce qui a été fait.
Je reste tranquille alors que je sais pertinemment qu'il est sur la défensive, qu'il a peur de ce que je représente, non pas comme danger pour lui, mais pour les autres révolutionnaires qu'il protège avant tout.

Puis finalement, le voici curieux après avoir été presque dangereux, il semble que j'ai appuyé là ou il fallait.

En voilà des bonnes questions et surtout, des bonnes déductions.

Je vais finalement m’asseoir dans un coin, croisant les jambes et prenant mes aises, je peux sembler parfaitement décontracter, mais je pense plutôt être comme lui, prêt à tout changement de situation entre nous deux. Après tout, il a beau être le premier d'entre nous, je sais qu'il serait prêt à tenter de m'éliminer afin de protéger le reste du groupe, mais..... je n'ai pas l'intention de leur nuire pour le moment du moins, je suis au contraire, dans l'objectif de les rendre plus..... dangereux.

Je fais toujours attention à ce que je dis, cela peut te sembler étrange ou bien fou, et cela veut aussi dire que je joue bien mon rôle n'est-ce pas ? Voilà ce que je veux dire par ne rien connaitre, tu connais le début de l'histoire, mais pas la fin, et tu as décidé de refermer le livre depuis que tu es ici alors que je continus à écrire des pages entières, avec les humains j'entend.

Je laisse un moment de silence après ces mots, pour lui laisser le temps d'assimiler que je suis en contact potentiel avec nos ennemis, sans lui dire si je le fais pour ou contre la cause révolutionnaire.

Pour le reste, pense tu réellement pouvoir tout détruire ? Les humains sont pire que des rats, si tu en élimine quelque uns, il en reste toujours autant voir plus, et ton "projet" de création n'était qu'un début, une sorte de test pour être plus précis. Le premier de leurs échecs. Après toi, une nouvelle génération vus le jour, plusieurs centaines de tests, tout animal confondus, toutes caractéristiques confondues, forces, endurance, férocité, discrétion, tout ce qui pouvait leur permettre de créer des humains "meilleurs"......enfin, passons rapidement, disons simplement que pour répondre à ta questions, nous sommes sept encore en vie, enfin huit, mais je n'ai plus de contacte avec la dernière d'entre nous. De ta centaine de fils et filles créés, nous sommes sept à avoir survécus, les sept meilleurs, les sept les plus..... dangereux ?

Je me relève afin de me rapprocher de lui qui est assis, m'appuyant sur son bureau.

Mais ne pense pas pouvoir les prendre sous ton aile, je suis et serais le seul avec qui tu vas traiter de tes fils, du moins des sept qui son devenus des armes. Commence tu à voir notre potentiel et surtout, ce que tu risque si tu t'oppose à nous ? Car après tout, vous aidez n'est qu'un choix parmi d'autre, mais tu vois, les règles, les lois..... je veux bien faire une part des choses, nous allons travailler pour la révolution, mais nous allons, contrairement aux révolutionnaires, agir et interagir avec des humains et deuxièmement, nous n'avons pas de concept Humains/Hybrides, en ce sens que nous n'hésiterons pas à éliminer tout obstacle susceptible de nous barrer la route. Voilà ce qui va ce passer. Tu peux trouver cela inacceptable, mais une seule chose, est tu prêt à nous rejeter en connaissant ce à quoi l'on peut te servir, et surtout, ce qui pourrait ce passer si personne nous surveille ?
Messages : 487
Date d'inscription : 15/04/2016
Age : 24
Multi-Compte : Sora Fujita/Night
Fiche de Présentation : Ma Fiche

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): mante religieuse
Maître/Maîtresse: Moi même
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideM - DW Roi


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mar 27 Sep - 15:05
Nous sommes comme deux prédateurs se faisant face. Chacun avec ses idées, chacun prés à bondir. Il est certain que quiconque arriverait ici serait étouffé par la lourdeur de l’air. L’ambiance est plus dure qu’ailleurs. C’est de la défiance, de la curiosité, de la violence contenu aussi. Il n’y a pas de place, dans notre échange, à la moindre candeur, la moindre tendresse, la moindre joie. Non…Son existence est une anomalie que j’avais décidé d’empêcher. Il n’aurait jamais dû vivre, jamais. Oui…Il n’a pas tord sur le fait que je pensais ce chapitre clos. Je pensais moi-même avoir signé la fin de cette partie de mon histoire. Jamais je n’aurais crut, après le carnage de ma fuite, qu’ils farfouilleraient et reprendraient.

Je comprends parfaitement qu’il puisse être en contact avec des humains. C’est un espion. La question est plus de savoir pour qui il travaille, ou dans l’intérêt de qui. Le sien ? Assurément…mais le sien concorde avec la volonté de qui. Notre règlement, c’est les relations privés qu’il interdit. Je me fiche de comment, combien, ou pourquoi des révo copinent avec des humains : tant que cela n’est pas sentimentalement mais par intérêt. Et tant qu’ils n’oublient pas que leur loyauté ne va qu’au clan…et que cet humain, ils doivent rester prés à le tuer au besoin du secret. Mais car j’ai conscience qu’ils peuvent être faible face au « cœur »…je préfère qu’ils évitent au mieux les contacts entre nos deux espèces.

Non…Je ne pense pas pouvoir éradiquer le genre humain. Mais le foutre dehors, et garder ce territoire rien qu’à nous : si. Cette île ne devrait pas être leur…Mais la nôtre. Nous y sommes né, et plus qu’aucun d’entre eux : elle est notre patrie. Notre territoire. Togi est à nous, et non l’inverse. Nous sommes le futur, l’évolution…En cela, je suis certain de ne pas me tromper. Nous sommes un avenir qu’ils ne doivent pas dominer ou contrôler. Car entre leur main, ce n’est pas que la crasse de leurs désirs malsains qui grandira…mais bien l’usage militaire.

Ma mâchoire était crispée en apprenant le nombre d’essai, d’échec. Le carnage. Le fait d’avoir piétiné autant de vie pour tenter de me « refaire ». Cela ne fait que croître ma rage à leur égard. Ces humains qui m’ont dupé durant tant d’année…Ils ont continué de jouer aux dieux. Mais désormais, ils sont donc sept, voir huit. Je comprends mieux son « allégorie » sur le père et ses enfants. Car ils sont nés du résultat imprévu de ma naissance. Moi qu’on avait créé pour être proche de l’homme, j’avais été une surprise génétique qu’ils devaient étudier, comprendre, pour pouvoir le refaire. Car j’étais né d’une « anomalie » et d’une « absence de prévision » sur un plan quelconque.

Je le laisse approcher. Il n’y a ni crainte, ni peur en moi. Mais mon corps reste aux aguets. Mes reflexes en éveil…Je n’ai rien dit, j’écoute. J’écoute et j’assimile. Voyant croître mes envies de meurtres envers le genre humain. Il est la face visible de sept armes en somme. Des armes qui ne veulent que le sang, la guerre, et la mort. Qui ne doivent souhaiter et connaître rien de plus ou de moins que la Mort. Comme moi, avant que Satoshi ne me donne un but. Une raison d’être. Un besoin de protectorat.

Le risque, hein ? Mon regard s’est durcit à ce qu’il disait. Et lorsqu’il eut terminé, je vins donc à répondre à mon tour.


« Je ne suis pas nihiliste. Chasser un peuple n’est pas le détruire…Je compte récupérer notre territoire, notre dû. Et pour cela, je suis prés à tous les carnages. A toutes les effusions de sang et de violence. »

Mon regard avait un éclat fou, meurtrier, alors que la haine et la rage qui m’animait pouvait se sentir comme une présence, une aura. Quelque chose que nos sens animaliers ressentaient mieux que le genre humain. Mais cela vint s’adoucir. Donnant l’impression, alors que je fermais un bref instant les yeux, que je me calmais et retrouvais un semblant de calme, de sérénité. Ceci, alors que je poursuivais.

« Je vais vous utiliser, chacun de vous. Faites comme il vous semble mais… »

Ma main partit soudainement pour s’agripper à sa gorge et le plaquer sur le bureau. L’envie de sang qui s’était tue n’était que plus violente désormais. Exactement comme lorsqu’un prédateur réduit son envie de meurtre pour surprendre et duper l’instinct de sa proie. Le surplombant, serrant assez fort pour gêner sa respiration mais pas assez pour lui briser la nuque…
Je me fichais de s’il sortait des lames, se défendait ou autre. Ma poigne était fermement ancrée. Elle ne bougerait pas. Mon visage prés de son masque, mes crocs étaient luisants. Mon visage plus animal qu’humain tant la rage l’animait. Mes yeux bleu luisant. Et c’est d’une voix rauque que je poursuivais ma phrase :


« Que l’un de vous s’en prenne à un seul habitant du village de Satoshi, et un seul de mes protégés qui ne le méritait pas : et je vous tuerais moi-même. En tant que père, je vous traquerais, et vous exterminerai. Et tu comprendras alors de qui vous tenez vos pulsions de sang et de massacre ! Rien ne m’arrêtera. Pas même vous sept…Et peu m’importe d’y rester, je vous emporterais avec moi. »

J’avais continué de serrer sa gorge en parlant, la relâchant qu’après avoir finit ma phrase. Mes muscles étaient sous tension, et il était certain que si je n’avais pas une part d’humanité : j’aurais cherché à le tuer.
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mar 27 Sep - 15:59
Voilà ce que je voulais voir, ressentir, cette dangerosité, cette puissance qu'il peut dégager, comme nous, d'une certaine manière il a cette brutalité au fond des yeux, cet instinct primaire de sang, de notre conditionnement, de ce que nous sommes réellement. Une arme faisant face à une autre, il écoute cependant tranquillement ce que j'ai à dire, il calcule, assimile et juge mes propos, je sais que je vais potentiellement engendrer des menaces, mais qu'importe, je n'en ai que faire.

Le chaos, voilà une idée intéressante que tu propose, mais tu sais très bien que les humains reviendront à chaque fois, peut importe combien de fois tu compte les chasser.

La tension est palpable, je n'en perd pas une miette, cette sensation de danger imminent me procure un réel plaisir. Puis tout à coup, les choses se son calmés, comme le silence avant une avalanche, je serre le manche d'une de mes lames, me préparant à ce qui allait probablement suivre, je ne sais pas ce qu'il compte faire mais je me tiens prêt.

Je ressent soudain une pression sur ma gorge, il est rapide l'animal, le souffle me manque alors que je me retrouve plaqué sur ce bureau. Cependant, je sort pas ma lame, je lève les mains en l'aire afin de montrer que je ne ferais rien tout en l’écoutant. Bien que j'ai de plus en plus de mal à respirer, il a une force impressionnante et c'est ce que je voulais voire ce soir, de quoi cet hybride est capable, et je dois dire que je suis plutôt satisfait, il est capable de tout détruire pour protéger les siens, et je garde mon sourire sous mon masque, le laissant faire à sa guise. J'attend, jusqu'à ce qu'il relâche enfin la pressions, me permettant de respirer à nouveaux.

Quelque secondes passent et je ne bouge pas, puis finalement un petit rire se fait entendre, oui je ris de nouveaux.

Ouiiiiii ouiiiiii voilà qui est intéressant, voilà qui est..... amusant !


Finalement je me relève et remet mes vêtements correctement en place, puis je passe une main sur mon coup, appréciant encore cette sensation.

Montre tu toute cette à tes petits protégés, ou bien te cache tu afin de ne pas les effrayer ? Voilà qui est amusant, Enjin, tu es une bête assoiffée de sang, et je suis presque prêt à parier que tu rêve également de pouvoir à nouveau déchaîner toute cette force, tous ce pour quoi tu a été créé, contre tes créateurs, contre les humains.

Ayant finis de remettre mes habits en place, je reprend, le ton plutôt amusé.

Je peux te promettre plusieurs choses, en revanche, bien que tu semble sûre de toi, je serais curieux, voir désireux de vérifier tes dires, de voir combien de tes fils tu pourrais faire tomber avant de tomber à ton tour. Ce serait un jeu tellement amusant

Sur ses mots je tape mes mains les une contre les autre comme un enfant pressé de commencer un jeu.

Je ne te promet pas en revanche la sécurité de tes protégés, qu'ils soient révolutionnaires ou même sauvages, c'est à toi de garantir leur survis, pas à moi. Et si un jour tu doit être amené à nous affronter, tu n'aura nullement besoin de nous traquer, car je trouve l'idée tellement amusante que je viendrais moi même à toi !

Mais bon, passons sur les jeux de familles, nous aurons tous notre temps à l'avenir de nous amuser autant que nous le voulons, je voulais simplement vérifier des libertés que nous allons avoir, et te mettre au courant de ce qui peut ce passer à l'avenir, alors veille bien sur tes protégés chefs des révolutionnaires, car je n'ai pas de notion de famille, et tu me tente tellement avec tes propositions. Mais soyons sérieux veux tu, et n'oublis jamais, je n'ai de Loyal que le nom.

Messages : 487
Date d'inscription : 15/04/2016
Age : 24
Multi-Compte : Sora Fujita/Night
Fiche de Présentation : Ma Fiche

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): mante religieuse
Maître/Maîtresse: Moi même
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideM - DW Roi


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mar 27 Sep - 16:43
Je ne répliquais pas de suite, mais j’avoue qu’il serait mentir que de dire qu’il n’y avait pas un mélange de stupeur, et de colère, ainsi que de dégoût face à sa folie : alors qu’il riait. J’aurais put le tuer d’asphyxie, voir simplement lui rompre le cou, mais il en riait. J’avais la désagréable impression d’avoir été testé : et d’avoir réussit l’examen de contrôle. Une sensation qui me donnait envie de le déchiqueter, et de l’éparpiller aux quatre vents.
Je le laissais rajuster ses mouvements. Il était à noter que je me fichais de voir son visage désormais…Je craignais quoi ? De voir une copie de mon faciès ? De voir un visage ravagé de cicatrices ? De voir un visage animalier d’une autre race ? Non…Rien de cela. En fait, ce masque était réellement son visage à y repenser. Il était l’empreinte de sa folie, un outil l’exprimant. La folie et le chaos qui l’anime. Et il devenait inutile de chercher à voir derrière…Car il n’y avait rien derrière.

Je tiquais néanmoins à sa première pique. Non, devant mes protégés, j’ai appris à me diminuer. Du moins, ceux du clan. Ceux du village, ils ne savent pas. Certains ne connaissent même pas mon existence. A moins que Terence n’ait bravé l’interdit pour parler de moi, je suis un sujet tabou des « origines » du village et de « pourquoi » aucun humain n’est encore parvenu à clairement le localiser. Pourquoi il y a tant de légendes sur la dangerosité de cette forêt. Mais cet exil, je l’ai obtenu car je n’avais pas dissimulé ma férocité devant Satoshi. Et que si lui comprenait que c’était ma nature, il ne pouvait la tolérer dans le village et permette que j’y reste. Car j’apportais la peur à mes propres compagnons. Ils me craignaient plus que les Hommes. Ma fatalité.


« Ferme-là ! » Grognais-je, lui faisant clairement comprendre de ne pas continuer sur cette pente glissante. D’arrêter de parler de mes instincts exacerbé de sang et de morts.

Je pense qu’au fond, en tant que « premier » je dois même plus difficilement me contrôler qu’eux. J’ai senti, sa soif de sang en écho avec la mienne. J’ai senti son mouvement de sa main à sa lame, mais aussi, du fait qu’il relâche tout. Il se contrôle, contrairement à moi.
Un froncement de sourcil lui répondit, mon corps plus causant que ma voix. Mais sa joie est réelle alors qu’il continue son délire. Les humains savent-ils qu’il n’y a pas que révolutionnaire et rabatteurs qui s’affrontent ? Car, c’est clair, Esteban est le représentant d’une troisième faction. Une faction qui peut changer de « patron » selon son plaisir. J’en ai l’assurance…et son absence de vraies réactions à la disparition de la Rousse s’explique. Elle, elle n’aurait pas nourrit leurs intérêts. En un sens, elle serait toujours là, ils seraient probablement passés « à l’ennemi »….


« Je me ferais un plaisir de te briser chaque os de ta misérable carcasse…Sois certain que je vous ferais souffrir avant de vous tuer. » Ne pus-je m’empêcher de répliquer. Un air aussi fou que le sien sur mon visage. Mais une folie froide, sadique, de pulsions…et non une folie « de joie » face à la violence.

« Je m’occuperai à ce que tu le reste, autant que cela me sert. Si tu veux tant que cela être une arme : je t’utiliserai comme tel. Toi et les autres. Car je suis le Dos Argenté, je les protégerais. A présent, pars avant que ma patience ne se tarisse. » Ajoutais-je, en référence à son nom de "Loyal" et son statut....
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mar 27 Sep - 17:16
Notre petite entrevue familiale allait bientôt prendre fin malheureusement. Mais je pense avoir suffisamment joué avec les nerfs d'Enjin, je me suis suffisamment amusé pour aujourd'hui et déclencher un conflit aussi tôt ne serait pas productif.

Mais au final, je repars avec les éléments que je suis venus chercher, j'ai dans les mains les moyens d'utiliser cette révolution et surtout, je connais les moyens de tout faire exploser quand bon me semble, malgré la colère et les menaces, il vient de me donner une quantité non négligeable d’informations, dont je saurais faire honneur, du moins je l'espère.

Ses réponses sont toujours autant.... violentes et brutales, cet animal, indomptée indomptables, des pulsions violentes qui le dominent, c'est un élément aussi instable que je le suis voir plus.

Nous utiliser ? Je dirais plutôt collaborer, car nous ne tirerons pas simplement car tu ordonnera, tu verra bien, ce qu'il adviendra dans le futur, mais je pense que tu as bien saisis ce qui ce passe sur cette île, l'ordre établis n'est pas toujours aussi claire que l'on pense.

Finalement, je lui fait une révérence, comme lors de la fin de nos spectacles de cirques, un salut simple, aussi respectueux qu'ironique.

Je te remercie de ta collaboration, je sais maintenant que la révolution est une bombe potentielle et je connais maintenant le moyens de la déclencher quand bon me semble.

Et si tu désire toujours me briser chacun de mes os, je serais ravis de te donner ta chance un de ces jours, après tout, jouer avec notre père serait une joie pour ces enfants, et nous sommes comme toi, des experts dans les jeux macabres. Alors je me demande qui serait le dernier debout, tu n'est pas curieux ?


Je me dirige finalement vers la sortie, d'un pas tranquille.

Plus que cela, je suis curieux de savoir qui sera le dernier debout à la fin du jeu dans lequel nous venons tous de rentrer, tu as tes pièces Enjin, j'ai également les miennes, à voir qui sera le meilleur joueur, Hybrides, Humains, ou bien autre chose peut être. Qui sait, du moment que la partie est intéressante, alors peu m'importe le gagnant. Ravis de jouer à tes coté, père !

Sur ces dernier mots, je dissparait dans les tunnels de la grotte, heureux de cette petite entrevue, heureux de savoir quel genre de personne est maintenant à la tête de la révolution, l'avenir devient maintenant beaucoup plus intéressant.
Messages : 487
Date d'inscription : 15/04/2016
Age : 24
Multi-Compte : Sora Fujita/Night
Fiche de Présentation : Ma Fiche

Feuille de personnage
Race (pour les hybrides): mante religieuse
Maître/Maîtresse: Moi même
Esclaves: Aucun
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
HybrideM - DW Roi


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
(#) Mer 28 Sep - 11:43

Je sais. Je sais qu’à son attitude, et à la mienne, le jour où il voudra le conflit : il attaquera sciemment les miens. Je ne suis pas dupe. Nos déclarations d’intention étaient limpide : pour chacun de nous. Nous nous utiliserons mutuellement pour nos intérêts : avant d’en venir aux armes, à la violence et au sang. Nous ne sommes ni amis, ni compagnons…mais des alliés qui deviendront ennemis.

« En un sens…Cette île n’a jamais eu d’ordre établi. »

Oui, ce n’était qu’une « propriété privée » qui essaye de devenir une cité-état. Ou même, un pays à pars entière. L’Ordre ? Il est fragile, érodé. L’armée venue du Japon, les Rabatteurs venant du monde entier en mercenaires pour la majorité…en talents excentriques de l’autre. Nos deux « camps » sont instables, peu structuré, facile à éroder. Nos convictions sont fortes, probablement plus que celles de certains des fous qui peuplent les rangs des Rabatteurs…Mais, quoique l’on dise : Togi a un humain rabougri à son sommet. Et cet humain, le temps et ses « créations » vont vitre le dépasser. Voir apparaître un troisième pouvoir n’est pas surprenant…et j’ai conscience que d’autres pouvoirs se mettront en place : petit à petit. Car Togi est instable, car Togi n’est pas encore dominée. Ce territoire est en dispute, en discorde, et son « peuple » aussi.

Sa déclaration avec sa révérence me fait lever les yeux au ciel un instant. Moqueur. Oui…Je suis une Bombe : et alors ? Je l’ai toujours été…depuis qu’on a fait de moi ce que je suis. Mais si je suis une bombe, eux : ils sont mon cran de sûreté. Je sais qu’ils sont les seuls qui pourront me faire imploser…et je n’ai cure que le chaos engendré soit leur volonté.


« Ne me fais pas répéter Esteban…Je ne tomberais qu’une fois mon devoir accompli. »

Et ce devoir est aussi le glas de la promesse que j’ai fais résonner. Des pièces, hein ? Un rictus déforma mes lèvres un instant. Si tu entendais cela la Rousse…tu saurais quelle erreur de recrutement tu as fais.

« Ils ont aussi les leurs. Nous ne sommes pas les uniques joueurs du plateau. Tu risque de perdre avant de me transformer en pièces si tu manques cela. Mais, Esteban… »

Je l’alpaguais avant qu’il ne sorte, mon regard saphir empli d’un cyclone d’émotions négatives retenues.

« Moi seul est en droit de te tuer. De vous tuer. Transmet bien le message de ton « Père »… »

Le vous était parfaitement accentuer, et je m’en retournais aux différents plans et mes occupations. Pourtant, alors qu’il était partit, mon poing se serra quand même. Et la colère qui m’habitait toujours, la colère de savoir que les humains avaient continué leur jeu macabre de « soldat », était toujours là. Jusqu’à ce que je ne finisse par abattre mes poings dans le mur de calcaire…le déformant de ma force, mais vidant tout cela. Cherchant le calme que j’avais perdu…

« Dit, Satoshi…tu m’engueulerais si tu savais que j’entrais dans leur danse, n’est-ce pas ? … » Dis-je dans un murmure à moi-même. Retrouvant mon calme…Mon regard se fit déterminé. Je ne peux encore faire confiance à personne pour m’aider à surveiller Esteban, alors, en attendant…je le garderai à l’œil comme lui me gardera sous son regard. Le jeu est lancé.
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
(#)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maître ou Neko ? :: Hors-rp :: Rp terminés-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit